logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 350Faire taire les critiques février 2011
    Nous pouvons résister aux moqueries si nous avons la conviction de faire la volonté de Dieu.

    Dans la même rubrique

    A quoi pensons-nous ?

     | Philippiens 2.1-11 ; 6.4-7
     

    Voir aussi : “La puissance des pensées”

    La puissance des pensées.

    Le philosophe américain Ralph Waldo Emerson (1803-1882) disait : "Un homme est ce qu’il pense toute la journée." Nos pensées ont un pouvoir extraordinaire sur nos vies. La puissance d’une explosion atomique est mesurable, mais la puissance des pensées ne l’est pas.

    Dans les cieux, un combat gigantesque se livre entre les forces du bien et celles du mal pour le contrôle de nos pensées. Le diable convoite nos pensées et il sait que s’il réussit à les contrôler, il dirigera tous les domaines de notre vie. Satan égare les hommes, en premier au moyen de leurs pensées. Romains 1.21 parle de ceux qui se sont égarés non par leurs actes ou leurs paroles mais bien par leurs pensées. Le premier moyen que l’adversaire choisit pour nous éloigner de Dieu est celui de nos pensées. Ainsi donc nos pensées jouent un rôle capital dans notre vie. A tout âge, quel que soit notre milieu familial ou professionnel, nos pensées ont un pouvoir extraordinaire sur nos vies et constituent l’un des plus puissants moteurs de notre existence. En effet, ce que nous pensons, un jour, nous le faisons ! Nous vivons comme nous pensons et nos vies sont le reflet de nos pensées. Nous agissons et parlons selon ce que nous pensons.

    Qui donc contrôle nos pensées ?

    Jésus a posé cette question : « Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées ? » (Matthieu 9.4). Ceci s’adressait à des gens religieux, des "habitués de l’Eglise". Qui contrôle nos pensées ? L’Esprit de Dieu ou l’esprit du monde ? Souvent, les chrétiens sont influencés beaucoup plus qu’ils ne l’imaginent dans leurs pensées par l’esprit du monde. Nous parlons, pensons, nous nous habillons, choisissons, décidons et agissons comme le monde, les païens, les inconvertis, les athées. Cette influence des rebelles est très sournoise. Rarement le diable nous attaque de front mais il glisse sournoisement, insidieusement ses desseins dans nos pensées.

    Lorsque le Seigneur commence à avertir les apôtres qu’il ira sur la croix pour souffrir, qu’il sera rejeté par le peuple et crucifié, et qu’il ressuscitera, l’apôtre Pierre prend Jésus à part pour lui dire : « A Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas. » (Matthieu 16.22). Jésus répond à Pierre : « Arrière de moi, Satan ! Tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. » (Matthieu 16.23). Si nous avions été présents lors de cet entretien, nous aurions pris le parti de l’apôtre Pierre et affirmé : "Le Seigneur voit encore le diable partout". Pourtant Jésus avait raison ; l’apôtre Pierre était animé, inconsciemment, par les pensées des hommes et du monde, et non par l’Esprit de Dieu. La Bible dit : « Ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Dieu ? » (Jacques 4.4). Très souvent l’amour du monde est dans nos pensées. Après avoir examiné la description du problème, quelle en est la solution ?

    L’Ecriture nous enseigne que nos pensées ont une volonté : « Nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées. » (Ephésiens 2.3). Voilà pourquoi beaucoup de personnes souffrent dans le monde : elles ne suivent que leurs pensées et la volonté de leurs pensées. Pour cette même raison, beaucoup de chrétiens connaissent bien des difficultés et rencontrent de nombreux problèmes. Esaïe disait au sujet d’Israël : « C’est un peuple rebelle qui marche au gré de ses pensées. » (Esaïe 65.2).

    Souvent nous nous laissons prendre au piège nous-mêmes, en marchant au gré de nos pensées, sans nous préoccuper de ce que Dieu pense.

    Mais quel est, dans ce domaine, le programme de Dieu ? C’est d’amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ (2 Corinthiens 10.5). Paul écrit : « Ayez en vous la pensée qui était en Jésus-Christ. » (Philippiens 2.5).

    Quelle est la pensée
    qui était en Jésus-Christ ?

    1. La pensée de l’humilité.

    La Bible nous rappelle que : « Jésus s’est dépouillé, qu’il a pris la condition d’esclave, qu’il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. » (Philippiens 2.6-8). Jésus lui-même disait : « Je suis doux et humble de cœur. » (Matthieu 11.29).

    La pensée du monde, c’est l’orgueil, la force, qui veut écraser autrui, s’imposer aux autres. Mais en Jésus-Christ était la pensée de l’humilité. Qu’est-ce qui nous attire dans la vie ? Ce qui est glorieux, fort, grand ou ce qui est humble ? Romains 12.16 nous exhorte : « N’aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. »

    Il n’y a pas d’âme plus belle qu’une âme humble. Ayons en nous la pensée de l’humilité qui était en Jésus-Christ.

    2.La pensée de l’obéissance.

    Jésus-Christ, le créateur du monde, celui qui commandait aux éléments pensait ... à obéir. Hébreux 5.8 nous dit : « Il a appris l’obéissance, bien qu’il fût le Fils. » Jésus a dit : « Ma nourriture est de faire la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » (Jean 4.34).

    Dans l’éternité passée, pendant 33 années de ministère ici-bas, durant l’éternité future, Christ a une pensée : obéir à son père.

    Cette pensée anime et conduit Jésus-Christ qui a dit : « Je ne suis pas venu pour abolir mais pour accomplir. » (Matthieu 5.17). Accomplir quoi ? La volonté de Dieu.

    Au le jardin de Gethsémané, trois fois, dans la prière Jésus dira : « Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Jésus disait encore : « Je ne suis pas venu pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jean 6.38).

    La racine du péché n’est pas tant faire le mal ou ne pas faire le bien, mais plutôt vouloir faire sa propre volonté, même s’il s’agit de quelque chose qui ne soit pas mal en soi. Dès que ce n’est pas la volonté de Dieu, c’est le péché. Quand quelqu’un dit : "Je fais ce qui me plaît.", c’est le péché.

    Revenons au contrôle de nos pensées. Pensons-nous obéissance à la Parole, à l’Ecriture, aux commandements et aux recommandations de Dieu, aux conseils divins ? Telle est la pensée de Christ. Est-­elle en nous cette pensée de l’obéissance ?

    3. La pensée de la rédemption.

    Chaque instant du ministère de Jésus-Christ est marqué par une pensée : la rédemption, le salut du monde. Le Seigneur pensait à la croix et au salut des âmes. Jésus fut troublé en son âme par la perspective de la mort sur la croix. Le Seigneur dira à cet instant : « Mais c’est pour cette heure que je suis venu. » (Jean 12.27). L’heure de la croix !

    La pensée, présente dans l’esprit du Christ, est celle de la rédemption.

    Avons-nous cette pensée en nos cœurs, en nos esprits ? Pensons-nous au salut du monde, de nos voisins, de nos collègues de travail ? Travaillons-nous et prions-nous pour cela ?

    Que Dieu nous garde dans cette pensée de la rédemption, la pensée du Christ. Ayons en nous la pensée qui était en Jésus-Christ, et amenons toute pensée captive à l’obéissance du Christ.

    Cette préoccupation est le véritable épanouissement de la vie chrétienne, la bénédiction dans une vie, un foyer. C’est le vrai bonheur. Nous pouvons l’expérimenter si le Seigneur contrôle nos pensées dans tous les domaines de notre vie. ■

    Post-scriptum

    Prédication apportée par Philippe Hubinon et résumée par Jean-Pierre Baudouin - Bulletin “Résurrection“ de juillet 1991.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web