logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 350Faire taire les critiques février 2011
    Nous pouvons résister aux moqueries si nous avons la conviction de faire la volonté de Dieu.

    Dans la même rubrique

    Les mots du diable

     | Matthieu 3 : 13-17 ; 4 : 1-11
     
    Après son baptême, Jésus fut conduit par l’Esprit dans le désert, où Il fut tenté par le diable. Souvent après leur baptême, les chrétiens connaissent aussi la tentation ou différentes épreuves. Nous leur envoyons un courrier pour les prévenir, les encourager, les soutenir. Avec le groupe de prière, nous intercédons pour eux, pour que Dieu fortifie leur foi et les garde forts vis-à-vis de l’adversaire.

    La tentation fait partie de la vie chrétienne. Parfois, nous pensons à tort que le sommet de la spiritualité chrétienne est l’absence de tentation. Beaucoup pensent ainsi. Quelle erreur !

    Jésus, le Fils de Dieu, est venu pour vivre tout ce que les hommes vivent. Lui aussi, a vécu l’expérience de la tentation. Pas seulement les tentations de Matthieu 4 mais beaucoup d’autres ! La Bible, dans Hébreux 4:15, dit avec pudeur que Jésus fut tenté comme nous en toutes choses, mais sans commettre le péché.

    La Bible fait la différence entre "être tenté" et "pécher". Luther illustrait très bien cela en disant : "Je ne peux empêcher les oiseaux au-dessus de ma tête, mais je peux les empêcher de faire leur nid sur mon chapeau." Le péché, c’est céder à la tentation. Il y a des tentations que nous ne pouvons éviter, mais il y en a d’autres que nous pouvons éviter. Un dicton affirme : "Qui joue au bord de l’eau, risque de tomber dedans !" Il y a des sites Internet qu’il ne faut pas frôler, des films qu’il ne faut pas regarder, des livres et des revues qu’il ne faut pas lire, des lieux qu’il ne faut pas fréquenter, etc. La vie n’est pas un jeu. On ne doit pas provoquer la tentation, jouer avec la tentation, parce qu’en jouant avec la tentation, on s’éloigne de la protection divine, on sort du champ d’action du Saint-Esprit, on se prive de la victoire sur la tentation.

    Dans Matthieu 4, la Bible nous retrace l’affrontement entre deux mondes. Il ne s’agit pas du dernier film de Tom Cruise "La guerre des mondes" qui n’est qu’un génial trucage. En allant voir ce film, nous donnons notre argent à la scientologie, une secte qui détourne les âmes de Jésus-Christ et de la croix ! Il s’agit d’un affrontement entre le monde des ténèbres et le monde de la Lumière, le monde du mal et le monde du bien. Dans le texte biblique il s’agit de l’affrontement entre le Prince de ce siècle et le Prince de la paix, entre Satan et le Fils de Dieu.

    La Bible nous présente sans détour le diable, le démon. Celui-ci n’a rien à voir avec la caricature grotesque d’un être pourvu de cornes, armé d’une fourche, crachant le feu, représenté dans la peinture, décrit dans la littérature. Ce diable là est un diable de cinéma sorti de l’imagination charnelle des hommes. Ce diable là je n’y crois pas !

    L’astuce suprême du diable

    Le diable de la Bible a une autre dimension. Le poète Baudelaire a bien résumé sa stratégie : "L’astuce suprême du diable, c’est de nous convaincre qu’il n’existe pas." Voilà pourquoi tant d’hommes nient son existence ! En effet, la Bible nous le présente toujours dans les coulisses, jamais sur scène, jamais sous les feux des projecteurs, toujours dans l’ombre.

    A la lumière de la Parole, nous pouvons le démasquer, même quand il est déguisé en ange de lumière. Car il est le champion du monde du camouflage, du mimétisme.

    Dans notre texte biblique, il y a quelque chose d’exceptionnel. Qu’y a t’il d’unique dans le récit de la tentation du Christ ? Il met en pleine lumière l’ennemi de nos âmes. Ainsi on le découvre intelligent, connaissant les Écritures et la véritable nature du Fils de Dieu. Il sait où il faut viser. C’est un fameux théologien, mais un théologien hérétique, tordant le sens des Ecritures qu’il utilise pour détourner les âmes de Dieu, du Christ, de la vérité. Il est le maître d’œuvre de toutes les sectes du monde !

    Notez que les tentations commencent toutes par le mot "SI". Si Tu es le Fils de Dieu, ordonne ... si Tu es le Fils de Dieu jette-toi en bas ... si Tu te prosternes et m’adores ... SI est le mot du diable, le mot du doute, de l’incrédulité. C’est le mot de Thomas doutant de la résurrection de Jésus (Jean 20:25). Si je vois dans ses mains ... si je mets mon doigt dans la marque ... si je mets ma main dans son côté ... je ne croirai pas. C’est le mot des passants, des Pharisiens, des soldats se moquant de Jésus crucifié (Matthieu 27:39-41). "Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix ... S’Il est roi d’Israël, qu’Il descende de la croix ... Que Dieu le délivre s’Il l’aime ... Voyons si Elie viendra Le sauver ..."

    Il y a beaucoup de tentations que nous pouvons éviter !

    Le même SI se retrouve dans le défi des agnostiques : Dieu, si tu existes, fais-toi connaître à moi ! Mais pourquoi ne pas commencer la phrase autrement, avec un peu plus d’humilité ? Puisque tu prétends à l’existence, Dieu, manifeste-toi ! Agis dans ma vie ! Montre-toi sur mon chemin !

    On retrouve parfois chez les chrétiens, le SI du marchandage ! Si Dieu exauce ma prière, je ferai ceci ou cela ... Seigneur, si ma femme ... si mon mari n’agit plus ainsi ... si mes enfants réussissent leurs examens ... si mes parents me paient ... NON ! On ne marchande pas avec Dieu. On lui obéit. Sans condition. Par amour.

    Les trois mots du diable sont SI, DEMAIN, et À QUOI BON !

    Demain tu liras ta Bible ! Demain, tu prieras ! Demain, tu te convertiras ! Et on arrive à la fin de sa vie et on meurt sans s’être converti !

    Tu veux aller travailler au camp ? CELA NE SERT À RIEN ! À QUOI BON ! Avec ces mots Satan remporte des victoires dans nos cœurs.

    Les tentations de Jésus sont trois formes d’une même tentation : celle de la puissance, de la gloire, pour épater la foule. Celle-ci avait demandé à Jésus de faire un miracle, sans comprendre que les miracles de Jésus avaient un sens. Comme Hérode, cet amateur de sensations fortes, à qui Jésus ne répondit rien ! C’est comme si Satan disait à Jésus : Sois un Dieu, au lieu d’être un homme. Sois la toute puissance écrasante qui convainc. Sois un Dieu de cirque qu’on applaudit. Renonce à l’humilité, à la faiblesse. Penses à la gloire et à la force. De quoi parles-tu ? De croire ? Mais les gens demandent à voir ! D’humilité ? Mais les gens recherchent la gloire ! De douceur ? Mais les gens veulent la force et la puissance ! De souffrir ? Mais les gens aiment jouir. De renoncement ? Mais les gens préfèrent la consommation ! De l’amour du prochain ? Mais les gens ne pensent qu’à eux ! Ils sont égoïstes ! Choisis la puissance, Jésus ! Par trois fois Jésus dit NON ! Mille fois NON au diable et à la tentation de la puissance et de la gloire !

    Ainsi l’Église doit-elle, elle-aussi renoncer à la puissance : puissance politique, puissance sociale, puissance militaire. Nous repensons ici aux croisades du Moyen-Age qui n’avaient rien de chrétien ! Jésus a dit : "Mon royaume n’est pas de ce monde !" L’Église doit dire la même chose.

    La seule puissance que nous devons rechercher est la puissance du Saint-Esprit, qui nous permet de triompher de la tentation, de lutter contre le mal, de partager nos biens, d’aimer nos ennemis, de mettre la Parole de Dieu en pratique, d’obéir aux commandements, de gagner des âmes à Jésus-Christ, d’accepter de souffrir pour Christ ... Tout cela n’est pas spectaculaire. C’est la puissance du royaume de Dieu et cela se passe dans le cœur.

    Le Dieu de la Bible donne la puissance aux hommes qui le craignent et il relève celui qui est tombé.

    Le Christ remporte la victoire contre le tentateur. Il veut aussi nous rendre victorieux sur la tentation.

    Post-scriptum

    Message enregistré le 3/7/05 et résumé par Odette Galante et Marie-Rose Gérard.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web