logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 805L’importance de la prédication décembre 2012
    PRÉDICATION • La prédication est l’instrument choisi par Dieu pour sauver tous les hommes. C’est vrai qu’il y a quelque chose de “fou” dans le moyen que Dieu a choisi pour sauver un être qui peut ainsi passer des ténèbres à la lumière en entendant la prédication.
    logo ARTICLE 754Le Dieu de vérité octobre 2011
    PRÉDICATION EN MP3 • La Vérité. Où est la Vérité ? La Bible répond qu’elle ne se trouve qu’en Dieu.

    Dans la même rubrique

    Va et ne pèche plus !

     | Jean 8 : 1-11
     

    Ce passage biblique nous raconte l’histoire d’une femme surprise en flagrant délit d’adultère, du pain béni pour les machos !

    Ce récit met de l’eau au moulin des misogynes, de ceux qui veulent mettre au compte des femmes tous les malheurs du monde. « C’est quand même à cause des femmes que tout va si mal dans le monde ». La Bible ne dit pas cela et nous non plus.

    Nous aurions pu donner comme titre à la prédication "L’hypocrisie des Pharisiens" ou encore "La grâce triomphe du mal", "L’arroseur arrosé" ou encore "Le bac se retourne sur le pourceau" ou encore "La méchanceté du cœur humain" mais le titre "Va et ne pèche plus" me semble le plus approprié.

    Cette femme est en quelque sorte un prétexte pour les Pharisiens. Elle ne joue pas le premier rôle, car celui-ci est tenu par les Pharisiens et le Christ. La femme n’est en quelque sorte qu’un alibi pour eux.

    Nous sommes tôt le matin. Comme il y a quelques années chez nous, les prises en adultère se faisaient de grand matin.

    Vous remarquerez que ce n’est pas Jésus qui a organisé la prise en adultère. Ce n’est pas lui non plus qui pourchasse la coupable. Ce n’est pas lui qui se met à l’affût pour piéger la coupable. Lui, tôt le matin, il va au Temple. Il a passé la nuit sur la montagne des Oliviers dans le jardin où il aimait aller. Jésus vient au Temple très tôt pour instruire plutôt que punir. Il veut enseigner plutôt que condamner.

    Et il faut corriger cette fausse opinion qu’ont des millions de Belges qui voient en Dieu un gendarme toujours prêt à nous prendre en défaut.

    Ce n’est pas l’image que la Bible donne de Dieu et du Christ. Ce n’est pas lui qui nous condamne, ce n’est pas lui qui nous sanctionne, ce n’est pas lui qui organise les prises en adultère. Jésus n’est pas venu pour juger, les textes le disent bien clairement « Je ne suis pas venu pour juger le monde mais pour que le monde soit sauvé par moi. » (Jean 3:17)

    Il est venu instruire, Il est venu nous apprendre :

    Voilà l’attitude que nous devrions tous essayer d’imiter dans l’Eglise.

    Le pasteur lui non plus n’est pas là pour prendre les gens en défaut. Il est là pour partager l’enseignement biblique, pour expliquer la Parole de Dieu, pour faire comprendre ce que Jésus a dit, pour convaincre plutôt que d’accuser.

    Cela ne veut pas dire pour autant que le péché ne soit pas grave. Le Christ n’a pas fermé les yeux devant le péché, loin de là.

    Dès le début du texte, on s’étonne, car les Pharisiens amènent seulement la femme qui a été prise en flagrant délit d’adultère. Or il faut être deux pour commettre ce délit. Pourquoi n’amènent-ils que la femme ?

    Jésus vient au Temple très tôt
    pour instruire plutôt que punir.
    Il veut enseigner plutôt que condamner.

    La loi enseigne très bien que ce sont les deux qui sont coupables et qui méritent la mort. (Deutéronome 23) (Lévitique 20). Pourquoi ne pas amener l’homme ?

    Déjà, ils tordent la Parole de Dieu et ils viennent au nom de la loi de Dieu en tordant le texte.

    Pourquoi n’ont-ils pas amené le monsieur ?
    -  Etait-il trop fort ?
    -  Courait-il trop vite ?
    -  Etait-ce un haut dignitaire de la ville (médecin, notaire ou pharmacien) ?

    Que Dieu nous garde de tordre le sens de Sa Parole, de prendre ce qui nous arrange ou même de faire deux poids deux mesures ! Que Dieu nous garde de faire cela dans l’église ou même dans notre propre famille !

    La loi que les Pharisiens invoquent est un don. Les Dix commandements sont un cadeau, et pas une plaie ! Certains croient que la loi est une prison, que Dieu veut nous enfermer. Or si on respectait davantage la Parole de Dieu dans la société, les choses iraient beaucoup mieux. Il y aurait plus de liberté, moins d’esclaves. La loi est un cadeau, un don. Et des hommes se servent du cadeau de Dieu comme d’une arme pour accuser, condamner les autres. Ils n’ont plus que la loi en tête, la loi contre les autres, bien sûr, et ils oublient les gens.

    Or, pour Jésus, ce qui compte avant tout, ce sont les gens. Non pas qu’il piétinait la loi de Dieu. Mais, pour les Pharisiens, c’est la loi qui compte, tant pis pour les gens. Cela, c’est le raisonnement de la religion. Ils oublient les gens. La personne ne compte pas ! Or la loi a été faite pour l’homme et pas l’homme pour la loi. L’être humain est le plus important, pas la religion. La religion détruit et la foi donne la vie.

    La religion tue et la foi fait vivre !

    On retrouve cela aujourd’hui au cœur de l’actualité avec le terrorisme islamique : les gens n’ont plus d’importance, c’est la religion qui compte, qui doit conquérir le monde. La religion tue et la foi fait vivre.

    Jésus disait aux Pharisiens dans Matthieu 23:23 « Vous payez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin et vous laissez ce qui est le plus important dans la loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. »

    Si nous professons notre foi en Jésus-Christ comme chrétiens évangéliques, voilà ce qu’il faut savoir distinguer dans la loi : la justice, la miséricorde, la fidélité.

    De plus, ces Pharisiens qui demandent l’avis de Jésus le font avec une mauvaise intention, pour lui tendre un piège, pour ensuite pouvoir l’accuser. Ils ne pensent qu’à accuser, accuser la femme, le Christ, accuser leur prochain et même accuser Dieu. A juste raison, Jésus dira à ces Pharisiens « Vous avez pour père le diable. », parce que le diable, c’est l’accusateur (Jean 8:44 et Apocalypse 12:10).

    Revenons à Jésus. Il ne répond pas, il trace des traits sur le sol, mais, sous l’insistance des Pharisiens qui ne lâchent pas leur proie, qui veulent l’accuser, Jésus va répondre.

    Cet épisode fait penser à une partie de "pêche au vif". On accroche un petit poisson vivant à l’hameçon et on le lance dans l’eau pour en attraper un plus gros. C’est ce qui se passe ici. La femme qui a été surprise en délit d’adultère sert d’appât pour prendre le Christ en défaut. Mais le génie du Christ, c’est d’échapper à ses prédateurs et en même temps "d’épargner l’appât".

    L’adultère de la femme n’est qu’un alibi, un mobile qui exprime la haine pour le Christ et cette haine, elle existe encore aujourd’hui, la haine pour le Christ, la haine pour Dieu, la haine pour les Chrétiens. Et chaque fois que les circonstances le permettent, elle éclate.

    Jésus a dit « Le serviteur n’est pas plus grand que son maître, ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi. » (Jean 15:20). « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. » (Jean 15:18). Nous ne devons pas nous leurrer.

    La réponse du Christ est : « Que celui qui est sans péché, lui jette la première pierre. » Jésus veut nous faire comprendre qu’il n’y a pas que cette femme qui est coupable mais aussi tous ses accusateurs.

    Aux yeux de Dieu, nous sommes tous coupables. Non pas seulement ceux qui commettent l’adultère, ou ceux qui vendent de la drogue, pas seulement les voleurs, ou les proxénètes, ou ceux qui sont en prison mais aussi ceux qui sont dans l’église et ceux qui prêchent la Parole. Nous sommes tous coupables. Pas seulement les autres. Nous avons tous péché contre Dieu. "Il n’y a pas un juste, pas même un seul." (Romains 3). En fait, cette femme coupable, c’est chacun de nous, nous avons tous péché, et nous méritons tous ce que cette femme méritait. "Tous ont péché et le salaire du péché, c’est la mort." (Romains 3:23 et 6:23). C’est le diable qui nous met au milieu de la foule pour nous accuser de ce que nous avons fait.

    Mais le miracle de cette scène, c’est que pas un seul n’a jeté la pierre. Comment n’y a t-il pas eu un fanatique, aveuglé par la bêtise, qui a pris la première pierre et qui l’a lancée ? Pourquoi personne ne l’a-t-il lancée ?

    Parce que Dieu est présent. Personne n’a osé broncher, car Dieu est là ! Et ils se retirent tous, un à un.

    La femme reste. Elle n’a pas peur, car elle sait que Jésus n’est pas son accusateur, mais son défenseur. Quand quelqu’un a compris cela, la plus grande partie du chemin est faite.

    A cette femme, Jésus pose la question « Où sont-ils donc ? ». Il veut la faire parler pour ouvrir le dialogue avec elle. C’est pour lui redonner la dignité.

    Nous sommes là, chrétiens, non pas pour écraser notre prochain, mais pour le relever. La parole prêchée ne doit pas être une parole qui écrase, même si elle est sévère. La parole doit toujours relever, édifier, encourager.


    Dernière phrase : « Personne ne t’a condamnée ? Et bien moi non plus, je ne te condamne pas, va et ne pèche plus. » Jésus ne nie pas la faute, il pardonne mais il ne laisse pas passer le mal.

    Nous ne comprenons jamais pleinement la gravité de notre péché.

    Le pardon de Christ ce n’est pas Christ qui ferme les yeux sur notre péché, mais Christ lui-même qui paie le prix de notre péché.

    Quelques mois après avoir rencontré cette femme, Jésus est sur la croix, il paie pour elle. Il paie pour toi. Il paie pour moi.

    Ne prenons jamais le péché à la légère, sous prétexte que le pardon de Dieu est bien réel. Maintenant que tu connais la grâce de Dieu :

    « VA ET NE PÈCHE PLUS ! »

    Post-scriptum

    Prédication du 31/7/2005, résumée par Odette Galante et Marie-Rose Gérard. - Enregistrement audio : CD 2005-29.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web