logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 516Prenez courage ! mars 2009
    PRÉDICATION • On aimerait parfois arrêter le temps sur les bons moments que Dieu nous a accordés...
    logo ARTICLE 395Jésus, le plus grand personnage de l’Histoire octobre 2007
    Jésus, le plus grand personnage de l’Histoire, n’a ni armée, ni diplôme, ni... ni...

    Dans la même rubrique

     LE FUTUR COMMENCE MAINTENANT 1/7

    Pourquoi les prophéties ?

     | Apocalypse 1 : 9-20 - 2 Pierre 1 : 16-21
     
    Aujourd’hui toute l’Eglise fidèle à la Parole de Dieu reconnaît que nous vivons des temps prophétiques. Remettons donc à l’honneur « la parole prophétique à laquelle nous faisons bien de prêter attention ».

    Le Saint-Esprit nous apprend que celui qui agit de la sorte fait bien. Pour être précis et honnête, le texte choisi signifie qu’il ne s’agit pas ici seulement des prophéties (prédictions) mais en fait de toute la révélation. En effet toute la révélation est parole prophétique, parole de Dieu.

    Mais l’application particulière à la prophétie peut très bien se faire à partir de ce texte. Sous la plume de l’apôtre Jean, l’Esprit-Saint dira : « Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! » (Apocalypse 1:3). Dieu affirme ainsi qu’il y a de la joie à lire, étudier et entendre la parole prophétique.

    Toutefois la Parole nous invite à considérer la prophétie avec prudence et modestie. La parole prophétique est en effet comparée « à une lampe qui brille dans un milieu obscur. » (2 Pierre 1:19). Cela signifie que la prophétie est un sujet délicat. Et pour bien comprendre ce que Dieu dit, il faut replacer le texte dans son contexte. Il est nécessaire de rechercher le sens premier du texte en fonction de l’époque où il a été donné, et ensuite seulement veiller à l’appliquer pour l’époque que nous vivons. Ainsi donc si nous nous reportons à l’époque de l’apôtre Pierre, le texte prend une saveur particulière. De nos jours nous bénéficions de lampes très puissantes capables d’éclairer des sites touristiques imposants ou des stades accueillant des compétitions sportives. Et donc, nous avons du mal à bien saisir cette notion de « lampe qui brille dans un lieu obscur ». Au temps où l’apôtre Pierre rédige ce texte, une lampe n’est qu’une faible lampe à huile avec laquelle il n’est pas possible de tout voir distinctement. De même, en considérant la prophétie, il faut avancer avec prudence, parce la lampe prophétique laisse encore des zones d’ombres. Il faut donc rester prudent et modeste dans l’interprétation et le sens que l’on donne aux textes prophétiques. Il faut savoir distinguer ce que le texte dit et ce que je comprends du texte.

    L’étude de la prophétie exige donc prudence, modestie, honnêteté et humilité. La parole prophétique est une lampe qui n’éclaire pas tout. Toutefois cela n’empêche pas la prophétie d’être un sujet passionnant. Aujourd’hui, ce n’est pas seulement des mots, des phrases, de la théorie sur du papier.

    Il faut donc rester prudent et modeste dans l’interprétation et le sens que l’on donne aux textes prophétiques

    La prophétie est aujourd’hui du concret, du vivant, de l’actualité. Et nous oublions probablement que pendant presque deux mille ans, l’Eglise s’est édifiée avec les mots des textes prophétiques, en espérant et en attendant leur accomplissement. Notre génération est unique dans toute l’Histoire de l’Eglise. Nous sommes la première génération qui peut dire que telle ou telle parole de l’Ecriture est effectivement accomplie.

    Les générations précédentes ont attendu, en espérant, sans voir. Mais nous avons aujourd’hui le privilège de voir l’accomplissement des grandes prophéties qui sont, en quelque sorte, restées comme en sommeil pendant des siècles. Mais pourquoi ? Parce que la prophétie est liée au peuple d’Israël. Pendant deux mille ans le peuple d’Israël était dispersé parmi les nations et ne se trouvait pas sur la terre d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Hors, il y a 53 ans Israël revient dans son pays et la prophétie se réveille. C’est le déclenchement de l’accomplissement prophétique qui va ensuite s’accélérer à une vitesse étonnante.

    Il faut retenir toutefois en abordant la question prophétique que la bible ne traite pas de tous les événements historiques, politiques, militaires, culturels, économiques de la planète. Elle ne mentionne rien sur les guerres de Napoléon ou sur la grande muraille de Chine. La prophétie est liée à Israël. Elle est en rapport avec le peuple et la terre d’Israël. Notre génération est aujourd’hui témoin de ce miracle, du réveil de l’accomplissement prophétique resté si longtemps « en sommeil ». La prophétie nous permet ainsi d’ouvrir les yeux sur le miracle de Dieu. Jérémie a prophétisé 700 ans avant Jésus-Christ le retour du peuple d’Israël sur la terre d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Conduit par le Saint-Esprit, le prophète l’a annoncé comme un événement plus grandiose et davantage étonnant que la sortie d’Israël hors d’Egypte. Pourtant les dix plaies infligées au peuple de Pharaon, le passage de la mer Rouge, le cheminement de Moïse dans le désert sont des événements vraiment extraordinaires. Mais Jérémie affirme qu’il y a quelque chose de plus grand et de plus étonnant encore : le retour de tous les enfants d’Israël sur la terre d’Abraham. « C’est pourquoi voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où l’on ne dira plus : L’Eternel est vivant, lui qui a fait monter du pays d’Egypte les enfants d’Israël ! Mais on dira : L’Eternel est vivant, lui qui a fait monter les enfants d’Israël du pays du septentrion et de tous les pays où il les avait chassés ! Je les ramènerai dans leur pays, que j’avais donné à leurs pères. » (Jérémie 16:14).

    On peut se poser la question. Pourquoi Dieu agit-il ainsi ? Pourquoi Dieu nous fait-il connaître certains événements de l’avenir ?

    La prophétie est un moyen par lequel Dieu veut nous attirer à lui, nous convaincre de capituler devant lui, devant la croix, devant sa souveraineté, devant sa puissance.

    1ère raison : pour prouver qu’Il est Dieu. Les prophéties sont une preuve de la divinité de Dieu. Dans les chapitres 41 à 46 du prophète Esaïe, nous sommes témoins d’un réquisitoire implacable et bouleversant de Dieu contre le peuple d’Israël rempli d’orgueil, désobéissant et rebelle. Dieu se fâche sur son peuple. Dieu rappelle solennellement aux enfants d’Israël : c’est moi qui vous ai créés, c’est moi qui vous ai choisis, c’est moi qui vous ai rachetés, c’est moi qui suis votre rocher, c’est moi qui ai annoncé et prédit, c’est moi qui suis Dieu. La preuve, c’est que je vous dis à l’avance les événements qui vont arriver. Personne d’autre que Dieu ne peut le faire : « Qui a prédit ces choses dès le commencement, et depuis longtemps les a annoncées ? N’est-ce pas moi, l’Eternel ? Il n’y a point d’autre Dieu que moi. » (Esaïe 45:21).

    Dans sa plaidoirie, Dieu associe la prophétie à sa divinité. La prophétie, le fait de dire les choses avant qu’elles n’arrivent, est la preuve que c’est Dieu qui parle, que c’est lui le Maître, que c’est Dieu qui a choisi Israël. Dieu se présente ainsi comme ayant le monopole de la prophétie, de la prédiction, parce qu’il est Dieu. Mais Dieu ne limite pas son argumentation ou sa plaidoirie à Israël. Il étend son plaidoyer à tous les peuples du monde pour qu’ils écoutent et réfléchissent : « Que toutes les nations se rassemblent, et que tous les peuples se réunissent. Qui d’entre eux a annoncé ces choses ? Lesquels nous ont fait entendre les premières prédictions ? Qu’ils produisent leurs témoins et établissent leur droit ; qu’on écoute et qu’on dise : C’est vrai ! C’est moi, moi qui suis l’Eternel qui ai annoncé, sauvé, prédit. » (Esaïe 43:9).

    Dieu fait ainsi savoir que la prophétie est en quelque sorte une démonstration de son existence et de sa divinité. L’Eternel affirme qu’il existe, qu’il est vivant et qu’il annonce ce qui va arriver. Comment en effet un homme pourrait-il annoncer, non pas seulement un événement, mais avec beaucoup de précision une succession de nombreux événements futurs, et cela des centaines d’années à l’avance ?

    2ème raison : prouver que sa Parole est vraie. Dieu ne veut pas seulement prouver sa divinité mais aussi la véracité de sa parole. « Moi, l’Eternel, je dis ce qui est vrai, et je proclame ce qui est droit. » (Esaïe 45:19). Supposons un instant que la Bible se trompe une fois. Elle perd alors tout son crédit et ne peut plus recueillir notre confiance. Supposons que le Christ, au lieu de naître à Bethléhem comme annoncé, soit né à Hébron ou à Jérusalem. Le doute serait alors jeté sur toute la Bible, et sa véracité serait remise en cause. Mais jusqu’à ce jour, toutes les prophéties se sont accomplies conformément à ce que Dieu a dit. Ainsi, ceux qui doutent, ou qui cherchent Dieu, devraient aborder la Bible sous l’angle de la prophétie. Par ce moyen, Dieu a voulu démontrer la véracité de ce qu’il dit. La prophétie est un moyen de tester la véracité de la Parole de Dieu.

    3ème raison : Dieu veut ainsi prouver sa puissance, sa souveraineté. Il veut démontrer qu’il est le Maître souverain de l’Histoire. Pour pouvoir annoncer un événement avec précision, il faut que Dieu soit maître absolu sur toutes choses. Rien ne doit lui échapper. Dans le cas contraire l’accomplissement prophétique pourrait lui échapper. Un seul grain de sable peut gripper toute la machine. Donc même le grain de sable doit rester sous le contrôle de Dieu. L’apôtre Paul dira : « Dieu a fait que tous les hommes sortis d’un seul sang, habitent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure. » (Actes 17:26). Dieu donne rendez-vous aux événements selon un plan qu’il a préparé à l’avance et dont il a donné quelques informations à ses prophètes, à son Eglise. Winston Churchill a dit : « Plus on avance dans la vie et plus on se rend compte du rôle du hasard, plus aussi il devient difficile de croire que ce facteur tout puissant (le hasard) dans les affaires humaines résulte simplement d’un concours aveugle des circonstances ». Ce grand homme d’Etat anglais a pressenti que rien n’arrive par hasard et que ce n’est pas un concours aveugle des circonstances qui préside à la destinée des hommes. Dieu est le Maître.

    4ème raison : fortifier notre foi. L’apôtre Paul dit : « Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles. » (1 Thessaloniciens 4:18). La parole prophétique a un effet thérapeutique sur notre foi. Elle console. Nous avons chacun besoin de la consolation que donnent les Ecritures, et la prophétie en particulier. Il n’y a pas de stimulant plus efficace pour la foi que l’étude de la prophétie, d’autant plus que nous avons aujourd’hui le privilège d’avoir l’accomplissement des événements sous les yeux. On peut de nos jours avoir un œil sur la bible et un œil sur l’actualité. Notre foi doit s’en trouver fortifiée.

    5ème raison : veut nous attirer à lui, à la foi. Dieu dit : « Qui a prédit ces choses dès le commencement, et depuis longtemps les a annoncées ? N’est-ce pas moi, l’Eternel ? Tournez-vous vers moi, et vous serez sauvés. » (Esaïe 45:21). Dieu lie ainsi le texte prophétique et l’appel au salut. La prophétie est un moyen par lequel Dieu veut nous attirer à lui, nous convaincre de capituler devant lui, devant la croix, devant sa souveraineté, devant sa puissance. Le Maître de l’Histoire veut aussi être le sauveur et le maître de notre vie.

    Post-scriptum

    Message donné le 14/10/2001 et résumé par Jean-Pierre Baudouin.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web