logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 513ISRAËL : actualité essentielle novembre 2011
    Faits importants de l’actualité concernant Israël.
    logo ARTICLE 783Paradoxes divins juillet 2012
    Grégoire de Nazianze, père de l’Eglise, exprime avec des mots simples des faits singuliers et apparemment contradictoires, qui heurtent ainsi le sens commun et interpellent le lecteur.

    Dans la même rubrique

    Marions-nous !

     | Ephésiens 5 : 28 à 33
     

    Cette prédication du 3-2-2002
    peut aussi être écoutée, en MP3.

    Durée : 26’ 38
    Cliquez sur le lien ci-dessus ou en bas de page.
    Écouter en direct : clic gauche.
    Télécharger : clic droit, puis "Enregistrer la cible sous..."

    Notre famille est le premier « terrain » d’application de la Parole de Dieu. Notre couple constitue donc la priorité n°1. C’est d’abord à la maison que l’on vit sa foi. Là, on ne peut tricher. Les Saintes Ecritures ne contiennent pas seulement quelques passages qui parlent de la famille.

    Mais toute l’Ecriture peut y trouver une application sur le plan familial. Toutes les exhortations et tous les commandements des Ancien et Nouveau Testaments destinés, pensons-nous à l’Église, peuvent contenir en fait une application immédiate pour le couple et la famille. La Bible reste le meilleur livre sur le couple, la famille, les problèmes conjugaux, la solution des conflits, la crise d’adolescence, l’éducation des enfants. La Parole de Dieu est le meilleur guide conjugal qui soit.

    Le couple et la famille sont la base de la société. Si la famille va bien, la société va bien. Mais si la famille est en péril, idem pour l’Église ! La société est aussi menacée. Une des conséquences des problèmes familiaux est la délinquance dont on parle tant aujourd’hui. Sa forte croissance est bien identifiée dans tous les pays occidentaux et les enfants de plus en plus jeunes sont impliqués dans ce phénomène inquiétant. Une des causes de ce problème se trouve certainement dans la famille. On tente du reste de remédier à cette délinquance en remplaçant la famille par des éducateurs, des centres d’animation, des initiatives culturelles et sportives. Mais le problème ne sera ainsi jamais éradiqué parce que la racine du mal se trouve au niveau de la famille et du couple. Notre société a besoin « d’écoles du couple » et « d’instituts de la famille » où les enfants de 6 ou 7 ans pourraient, avec les jeunes et les adultes y recevoir une formation adaptée. Il y a un enseignement à donner dès le jeune âge, parce que « plus tard », c’est trop tard, et les idées mauvaises et erronées sont alors hélas déjà gravées dans l’esprit. Il y a des principes de base à inculquer dès l’enfance sur la famille, sur le couple, sur les rapports entre jeunes gens et jeunes filles. Les programmes scolaires contiennent tellement de choses inutiles que l’on imagine facilement leur remplacement par des leçons jetant les principes de base fondamentaux bien utiles pour construire et soigner les relations du couple et de la famille. Les jeunes qui sortent aujourd’hui des écoles et universités vont demain fonder une famille sans jamais avoir reçu le moindre cours sur la vie du couple, les relations familiales et l’éducation des enfants. Ne peut-on vraiment imaginer la mise sur pied d’une formation apprenant à gérer les problèmes au sein de la famille, à bien maîtriser un budget, à bien choisir un conjoint, à se réconcilier après une dispute ? Décrocher un diplôme est une chose. Réussir sa vie de couple en est une autre.

    La Parole de Dieu est le meilleur guide conjugal qui soit

    Certains, en évoquant les cours d’éducation sexuelle, rétorqueront que l’école aujourd’hui apporte une réponse à ces questions. C’est faux. D’abord parce qu’il ne s’agit pas « d’éducation sexuelle » mais souvent de stimulation sexuelle ! Ensuite c’est affirmer que lorsqu’on a parlé de relations sexuelles, on a tout dit sur le couple et la famille ! Mais ces choses, qui ont leur place et leur importance dans le couple, ne constituent qu’une petite partie de la vie de famille. En fait les bases de cette formation complète sur le couple et la famille doivent être enseignées avant que les blessures ne puissent laisser les cicatrices et que les relations ne soient abîmées. Les « séminaires pour le couple » sont utiles mais souvent prennent place trop tard quand les choses sont très dégradées. Ces douleurs auraient pu être évitées si dès l’enfance et l’adolescence on avait éduqué les jeunes avec un enseignement bien adapté et correctement prodigué. Si l’on fait une comparaison avec le jardin, on sait qu’il y a un temps pour planter et repiquer certaines plantes et autres légumes. Si on le fait trop tôt, ce n’est pas bon et si on le fait trop tard ce n’est pas meilleur. Les arrosages et les engrais n’y changeront rien. Dans la vie c’est pareil. Dieu a donné des temps pour toutes choses. Ainsi donc c’est dès l’enfance que l’on se forme pour la vie, pour le mariage, pour le couple et la famille. Si on attend les fiançailles, c’est déjà beaucoup trop tard.

    C’est pourquoi la parole de Dieu nous dit : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. » (Proverbes 22:6). Cette instruction ne doit pas se limiter au domaine spirituel, parce que l’Eternel dit beaucoup d’autres choses dans sa parole. La Bible ne parle pas seulement de la prière, des prophéties, d’Israël ou de l’Eglise. Mais elle donne beaucoup d’enseignements sur la famille, le couple, les relations entre parents et enfants.

    La sexualité n’est pas une invention du diable. Elle est de Dieu.

    Le texte choisi en référence (Ephésiens 5:28) énonce le principe fondateur de l’institution par Dieu du couple et de la famille : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » (Genèse 2:24). Ce texte sera répété 4 fois dans le Nouveau Testament. Dans ce verset, les 3 verbes représentent 3 volets, 3 étapes.

    Première étape : « L’homme quittera son père et sa mère. » La Parole de Dieu nous enseigne que le mariage commence avec une rupture, avec une déchirure, avec une blessure : il faut quitter les parents. “Mariage demande ménage.” Tous les parents souffrent un jour de voir leurs enfants partir. Mais telle est la loi de la vie. C’est la loi de Dieu. Il a établi les choses ainsi. Et Dieu s’y connaît mieux que nous. Il faut donc accepter et capituler. C’est un principe général : si nous n’appliquons pas l’enseignement du Seigneur sur quelque sujet que ce soit, nous rencontrons alors plus de difficultés que si nous avions respecté ce qu’il a dit.

    Toutefois, il est intéressant de noter l’équilibre du texte biblique : « quitter » et pas « abandonner ». Bien des parents ont souffert de l’abandon des enfants : ceux-ci ne viennent plus à Noël, ni au nouvel an, ni à la fête des pères ou des mères, ni à leurs anniversaires, ni montrer les enfants ! Quitter les parents ne signifie donc surtout pas les abandonner. Si nous ne respectons pas le commandement de Dieu sur ce sujet, nous ferons souffrir nos parents et nous souffrirons nous-mêmes. « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle. » (1 Timothée 5:8). Quand la Bible dit que « l’homme » quittera son père et sa mère, cela doit être compris au sens large : il s’agit en fait aussi bien de l’homme que de la femme. Retenons que chaque fois que nous nous détournons du plan établi par Dieu, nous sommes toujours perdants. Respecter ce que Dieu a dit, c’est la meilleure voie.

    Seconde étape : « L’homme s’attachera à sa femme », (et inversement). En quelque sorte, on brise un lien avec les parents, mais on en crée un nouveau. Le mariage signifie cesser de vivre comme un(e) célibataire !. On s’attache à son époux et à son épouse. C’est un acte volontaire et réciproque. Et par conséquent, il y a des choses à ne plus faire. Souvent l’homme veut bien se marier mais vivre encore comme un célibataire, avec les copains, en dépensant son argent comme avant, en gardant sa liberté, en regardant ses programmes de télévision et en fréquentant son club de sport. Mais quand on fonde une famille on doit se détacher de certaines personnes et autres activités. On doit abandonner certaines habitudes et renoncer à son indépendance. Dans le cas contraire, la vie du couple ne peut s’épanouir.

    Troisième étape : « L’époux et l’épouse deviendront une seule chair ». Pendant des siècles, l’Église catholique romaine a laissé de la sexualité une image souillée qui influence toujours notre culture et notre façon de penser.

    Trois idées fausses ont ainsi été répandues sur cette question.

    D’abord en faisant croire que le célibat est supérieur au mariage sur le plan spirituel. Ensuite en enseignant que les rapports intimes doivent rester limités à des fins de procréation. Et enfin en définissant le péché originel comme lié à la sexualité.

    Certains chrétiens pourraient penser que ce sujet des relations intimes entre mari et femme est un sujet tabou dont la Bible dit très peu. La Bible donne un large enseignement sur cette question. La sexualité n’est pas une invention du diable. Elle est de Dieu. Et quand le texte de la Genèse rapporte le récit de la création, à plusieurs moments apparaît l’appréciation du Créateur : « Dieu vit que cela était bon. » (Genèse 1:31). Si l’Eglise ne dit rien sur cette question des relations intimes entre époux, elle en fait un sujet tabou et laisse alors le terrain à l’ennemi et aux pervers. Où donc alors nos enfants, adolescents et jeunes iront-ils chercher leurs informations sur ce sujet ? Dans les feuilletons télévisés, au cinéma, nos adolescents et nos jeunes entendent et voient beaucoup de mauvaises choses sur la sexualité. Ne les laissons pas croire que la sexualité est quelque chose de « sale », et par conséquent un sujet à ne pas aborder dans l’Eglise ou dans les clubs de jeunes.

    C’est dans le cadre du mariage que se vit l’intimité entre un homme et sa femme. En dehors de ce cadre, il s’agit alors d’impureté, d’adultère. « J’ai mis devant toi la bénédiction et la malédiction, la vie et la mort , choisis la vie. » (Deutéronome 30.19).

    Post-scriptum

    Message enregistré le 3/2/2002 et résumé par Jean-Pierre Baudouin.

    Documents

    logo DOCUMENT 635, 16 décembre 2010, MP3 12.1 Mo
    MARIONS-NOUS !


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web