logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 805L’importance de la prédication décembre 2012
    PRÉDICATION • La prédication est l’instrument choisi par Dieu pour sauver tous les hommes. C’est vrai qu’il y a quelque chose de “fou” dans le moyen que Dieu a choisi pour sauver un être qui peut ainsi passer des ténèbres à la lumière en entendant la prédication.
    logo ARTICLE 754Le Dieu de vérité octobre 2011
    PRÉDICATION EN MP3 • La Vérité. Où est la Vérité ? La Bible répond qu’elle ne se trouve qu’en Dieu.

    Dans la même rubrique

    N’oubliez jamais !

     | Ecclésiaste 12 :1-9 - 2 Timothée 2 :8-13
     

    Nous oublions beaucoup : environ 40% de nos lectures, et pas mal de choses que nous avons vues et entendues.

    Nous oublions le bien que l’on nous a fait. Nous oublions les dates d’anniversaire, les noms de certaines personnes, les promesses que nous avons faites. Nous négligeons ceux qui nous ont demandé de l’aide.

    Jeanne Moreau chantait : « J’ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens plus très bien ».

    La Bible nous exhorte, à plusieurs reprises, à nous souvenir.

    Souvenez-vous de la femme de Lot.

    Un jour Jésus parlait avec ses disciples en évoquant Noé, Lot, Sodome et Gomorrhe. Au milieu du discours Il dit à ses auditeurs : « Souvenez-vous de la femme de Lot. » (Luc 17:32).

    Lot est le neveu d’Abraham, avec sa famille il s’est installé aux portes de Sodome et Gomorrhe, non pas dans la ville mais tout près de la cité. Ils habitent donc très près de la ville remplie de péchés, de violence, de dérèglements sexuels et d’égoïsme. Lot n’a pas su choisir entre Dieu et le monde.

    L’apôtre Jean écrira : « N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui ; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. » (1 Jean 2:15).

    Lot n’a pas voulu s’éloigner de Sodome et Gomorrhe. Dieu vient prévenir Lot, en l’avertissant que le jugement va frapper la ville parce que « son péché est énorme » (Genèse 18:20). Dieu l’invite à se sauver sans s’arrêter et sans regarder en arrière. Lot quitte la ville en essayant d’y arracher toute sa famille, mais en vain. Il part seulement avec sa femme et ses deux filles. Mais pendant leur fuite, « la femme de Lot regarda en arrière, et elle devint une statue de sel. » (Genèse 19:26). Jésus fait donc allusion à ce récit en rappelant : « Souvenez-vous de la femme de Lot. »

    Cela signifie d’abord que Jésus reconnaît l’historicité de cet événement. Cette histoire n’est ni une fable, ni un mythe, ni une parabole. Le jugement de Dieu n’est pas une légende. Ce récit n’est pas une histoire inventée pour faire peur. Jésus évoque ces événements comme faisant partie de l’Histoire.

    Aujourd’hui l’archéologie a mis en évidence des faits qui confirment les récits bibliques. Dans cette région de la Mer Morte, le sous-sol est semblable à un dépôt de soufre, de lave volcanique, mélangés à d’importantes quantités de sel. Tout le monde pouvait rire de cet événement jusqu’en l’an 79, année de la catastrophe de Pompéi. Les circonstances de cet événement sont semblables à celles de la mort de la femme de Lot. En un instant l’éruption volcanique du Vésuve plonge la ville dans la mort. La poussière incandescente va pétrifier sur place des milliers d’habitants de Pompéi. La femme de Lot est morte dans des circonstances similaires.

    En rappelant ces événements, Jésus nous réaffirme que la Bible dit la vérité.

    D’autre part ceci nous apprend que le jugement de Dieu n’est pas une simple forme de style littéraire. C’est une réalité. En gravant ces textes dans l’Ecriture, Dieu veut nous prévenir et nous mettre en garde. Dieu ne ment pas. Il avait promis le jugement de Sodome et Gomorrhe. Il l’a exécuté. Il avait prévenu des jugements de l’Egypte du Pharaon, de Babylone, d’Israël. Il les a effectivement réalisés.

    De plus ce récit de la mort de l’épouse de Lot nous rappelle que cette femme a perdu la vie à cause de sa désobéissance. Elle n’a pas respecté une parole toute simple de Dieu : « Sauve-toi, ne regarde pas en arrière. » (Genèse 19:17). Un enfant peut comprendre un tel commandement. La femme de Lot l’avait aussi certainement compris, mais n’a pas obéi. Son cœur était partagé, plus encore que celui de son mari. Elle aimait trop le péché. Elle était sortie de Sodome et Gomorrhe, mais son cœur y était encore. Elle se retourne malheureusement vers l’endroit où son cœur se trouve. Jésus a dit : « Si quelqu’un met la main à la charrue et regarde en arrière, il n’est pas digne du royaume de Dieu. » (Luc 9:62).

    Mais c’est à nous que Jésus dit : « Souviens-toi de la femme de Lot. » Quand nous choisissons de suivre Jésus-Christ, il doit y avoir rupture d’avec le passé, ni regret ni compassion ! Le message de Christ est un message radical et entier.

    Cette invitation du Seigneur à nous souvenir de la femme de Lot nous rappelle aussi que le salut et la perdition sont une réalité. Ce qui est le plus regrettable dans cette histoire, c’est que la femme de Lot aurait pu échapper. « Comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ? » (Hébreux 2:3). Comment quelqu’un peut-il s’imaginer se soustraire au jugement de Dieu en négligeant le sang de Jésus-Christ et en méprisant l’amour de Dieu ! Celui qui méprise le plan d’amour de Dieu pour le salut de l’humanité n’échappera pas non plus. Mais celui qui prête attention à ce que Dieu dit, celui-là a la promesse qu’il échappera au jugement de Dieu. Jésus nous dit « Souviens-toi de la femme de Lot. »

    L’invitation du Seigneur signifie aussi que cet épisode de l’Ancien Testament est en quelque sorte une illustration de la parole du Christ. Jésus a affirmé qu’à son retour, « l’un serait pris et l’autre laissé. » (Matthieu 24:40). Dans une même famille, dans une même église, l’un sera pris et l’autre laissé. Ce sera terrible de voir certains partir avec Jésus-Christ et d’autres rester.

    Souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse.

    La Bible dit « Souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse. » (Ecclésiaste 12:3). La jeunesse est, en général, l’une des plus belles périodes de la vie. Mais beaucoup de jeunes ne pensent pas à Dieu et reportent à plus tard les questions fondamentales de l’existence. En négligeant ainsi leur Créateur pendant leur jeunesse, beaucoup de jeunes gens ont gâché leur vie. Mais que signifie cette exhortation ? La réponse est dans le texte : « Réjouis-toi, livre ton cœur à la joie, marche dans les voies de ton cœur et selon les regards de tes yeux, bannis de ton cœur le chagrin, éloigne le mal de ton corps mais sache que pour toutes ces choses, Dieu t’appellera en jugement. » (Ecclésiaste 12:1). C’est une invitation à prendre la vie à pleines mains tout en délaissant le péché.

    On peut ainsi profiter de mille et une choses sans toucher au péché. Mais les jeunes pensent en général que le bonheur se trouve dans le péché. C’est paradoxal. Tous ceux qui y touchent sont en train de s’enfoncer dans la mort.

    Jeune chrétien(ne), tu ne dois pas penser que tu perds ton temps en venant le dimanche matin au temple rendre un culte à Dieu. Tu ne perds pas non plus ton temps quand tu consacres des moments chez toi à genoux pour prier et parler à ton Créateur. Quand tu lis la Bible pour écouter la Parole de Dieu, tu ne perds pas ton temps. Beaucoup de tes camardes s’étourdissent dans l’alcool, la drogue, la musique et les relations douteuses. Laisse-les penser comme ils veulent, mais toi écoute la Parole du Seigneur. En avançant dans la vie tu te rendras compte que tu as choisi la bonne part, que tu as eu raison d’écouter ton Créateur. « Il y a d’abondantes joies devant la face du Seigneur. » (Psaumes 16:11). Dieu n’est pas ennuyeux. Il est la vie. Se souvenir de Dieu dès la jeunesse est très important parce c’est à ce stade de la vie que se prennent les grandes décisions : les choix d’un métier, d’une épouse, d’un mode de vie. C’est pendant la jeunesse que se construit la personnalité et que se définit l’échelle des valeurs.

    Souviens-toi de Jésus-Christ.

    On peut ainsi éviter bien des erreurs dont les conséquences ont une portée qui s’étend sur toute la vie. La jeunesse est une période délicate : la personne est fragile, la personnalité n’est pas encore affermie et est particulièrement influençable. Les raisonnements ne sont pas encore bien fondés. On manque de recul et d’expérience.

    De plus c’est le temps pendant lequel on se crée des habitudes : des bonnes et des mauvaises. Le jeune arbre fragile a besoin d’un tuteur pour l’aider à grandir correctement. Le tuteur est juste là pour guider la croissance de la jeune pousse. Il ne l’étrangle pas. La pousse peut librement se développer. De même le Seigneur n’est pas là pour étrangler et étouffer sa jeune créature. Jésus est là pour respecter ta croissance et bien la guider. La Bible dit : « Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta Parole. » (Psaumes 119:9). C’est le meilleur moyen de conduire sa vie et de ne pas la rater. Et le fait de se souvenir de son Créateur pendant le temps de sa jeunesse est aussi utile pour pouvoir consacrer une vie entière à Jésus-Christ.

    Beaucoup de chrétiens regrettent de n’être pas venus plus tôt à Jésus-Christ. En venant tôt au Seigneur, on évite de gaspiller bien des années et de faire bien des expériences amères et douloureuses. C’est merveilleux de pouvoir consacrer une vie entière à Jésus, dès l’enfance, dès l’adolescence, dès la jeunesse.

    La jeunesse est le temps de l’arrogance. La force de la jeunesse donne parfois une audace et une assurance dangereuses. Le jeune aujourd’hui se sent invincible et invulnérable. Le fait de se souvenir de son Créateur permet de garder une position intelligente, humble. Il y a du bonheur à grandir dans la crainte de Dieu. Le respect de Dieu et de ce qu’Il dit donne des limites salutaires et bienfaisantes qui permettent de rester à une juste place devant Dieu et devant les hommes.

    L’apôtre Paul reprendra cette phrase en disant à son jeune collègue et ami chrétien : « Souviens-toi de Jésus-Christ. » (2 Timothée 2:8). Pourtant Timothée était déjà converti à Jésus. Mais en fait nous sommes tous en danger d’oublier Jésus-Christ. C’est si facile d’être pris par les soucis de la vie. Jésus est né miraculeusement d’une vierge (Marie). Il a grandi dans la soumission à ses parents. Souviens-toi de ses miracles, de sa vie sans péché, de son humiliation : les crachats, la douleur, la souffrance, les coups et l’horreur de la croix. Souviens-toi de sa mort, de sa résurrection des morts. Souviens-toi de ses paroles : « Je viendrai à vous et je vous prendrai avec moi. » (Jean 14:18).

    N’oubliez jamais !

    Post-scriptum

    Ce message a été enregistré le 3/3/2002 en audio et en vidéo
    Résumé par Jean-Pierre Baudouin
    Cette prédication est à rapprocher de celle de mai 1993, intitulée "Souviens-toi !" (plan identique).

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web