logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 481Le massacre de la Saint-Barthélemy juillet 1999
    ARTICLE DE FOND • Massacre de protestants qui eut lieu à Paris dans la nuit du 23 au 24 août 1572 et en province les jours suivants.
    logo ARTICLE 521INFO juin 2009
    Aucun site personnel n’est référencé en ce moment.

    Dans la même rubrique

    Dieu est grand !

     | Psaumes 104 • Hébreux 2 : 1-4
     

    Cette prédication du 7-4-2002
    peut aussi être écoutée, en MP3.

    Durée : 29’ 35
    Cliquez sur le lien ci-dessus ou en bas de page.
    Écouter en direct : clic gauche.
    Télécharger : clic droit, puis "Enregistrer la cible sous..."

    La Bible parle très souvent de la grandeur de Dieu :

    Le nom mystérieux de Dieu

    Le nom du Seigneur intriguait déjà Moïse qui posait cette question à Dieu : « Quel est ton nom ? » Le nom du Seigneur est grand parce qu’il garde une partie de mystère. A cette question l’Eternel répond : « Je suis qui je suis. »

    Manoach, le père de Samson, était aussi intrigué par le nom de l’Eternel. Lorsque l’ange de l’Eternel le rencontre, Manoach lui demande « Dis-moi, quel est ton nom ? » (Juges 13:17). Et l’ange répond : « Pourquoi demandes-tu mon nom ? Il est merveilleux. » (Juges 13:18).

    Le nom du Seigneur comprend une part de mystère. Les Juifs pieux ne prononçaient pas le nom du Seigneur lors de la lecture des textes sacrés mais ils l’avait remplacé par d’autres noms équivalents. Les scribes veillaient à ne pas écrire le nom du Seigneur. Ils le remplaçaient par un espace blanc ou en écrivaient seulement les quatre consonnes YHVH. Aujourd’hui encore des rabbins se limitent à écrire le nom de Dieu par un D’. Le nom du Seigneur est grand. Il est constitué de quatre consonnes et ne peut être prononcé puisqu’il n’y a pas de voyelle.

    En fait le nom du Seigneur n’est pas un nom mais le verbe « être ». Le nom du Seigneur reste insaisissable, comme Dieu lui-même. Quand on connaît le nom de quelqu’un, on le cerne davantage et on a sur cette personne une sorte de droit de propriété. Dieu veut rester comme insaisissable quand il répond : « J’ai été qui J’ai été, Je suis qui Je suis, Je serai qui Je serai. »

    La grandeur de Dieu

    Dieu est grand parce qu’il fait de grandes choses, des choses merveilleuses. Job disait : « Dieu fait des choses grandes et insondables, des merveilles sans nombre. » (Job 5:9). L’esprit humain ne peut sonder complètement ce que Dieu fait. Pour tout, il reste toujours une part de mystère. Dieu fait de grandes choses et l’univers dans lequel nous vivons est en quelque sorte une démonstration de la grandeur de Dieu. La création parle de la grandeur de Dieu. Et derrière cette beauté se cachent une complexité surprenante et une intelligence insondable. Job disait : « Interroge les bêtes, elles t’instruiront ; les oiseaux du ciel, ils te l’apprendront ; parle à la terre, elle t’instruira ; et les poissons de la mer te le raconteront. Qui ne reconnaît chez eux la preuve que la main de l’Eternel a fait toutes choses ? » (Job 12:7). C’est la preuve que Dieu est grand. Cette grandeur de Dieu est démontrée dans la création.

    L’esprit humain ne peut sonder complètement ce que Dieu fait. Les frontières de la Science de Dieu sont inaccessibles.

    Job ne connaissait pas le microscope électronique, le télescope, l’accélérateur de particules, les satellites, etc. Et pourtant Job disait : "parle, regarde, interroge la nature, et elle te racontera". La nature est la preuve qu’un Dieu tout puissant l’a créée. Plus la science progresse, plus la preuve est évidente. Et pourtant face à ces preuves qui s’accumulent, l’homme continue de nier Dieu. Mais nous devons nous rappeler que la foi ne vient pas par les preuves. « La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Dieu. » (Romains 10:17). Cette parole engendre la foi dans nos coeurs. Les preuves ne font pas naître la foi parce qu’elles ne sont pas suffisantes pour convaincre. La foi demande de l’humilité. L’orgueil est capable de repousser les conclusions évidentes et honnêtes de l’intelligence. Devant la complexité affolante de l’univers merveilleux, certains font semblant de tout expliquer et banalisent ces mécanismes incompréhensibles. Dieu est grand dans l’infiniment petit comme dans l’infiniment grand. Les frontières de la science de Dieu sont inaccessibles. L’esprit de l’homme ne peut pénétrer ces merveilles de Dieu. Elles dépassent de très loin son entendement.

    Regardons l’arbre, splendide dans toute sa beauté, complexe dans son fonctionnement, remarquable dans le cheminement de sa sève qui atteint, par osmose, la dernière feuille de son sommet. Dieu est grand.

    Notre corps est merveilleux : notre cœur, notre foie, notre peau, nos reins, nos yeux, nos oreilles, notre cerveau, nos globules. David disait : « Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. » (Psaumes 139:14). Nos yeux sont des organes extraordinaires. Les passionnés de la photo connaissent les paramètres que sont la profondeur de champ, la netteté, le contraste, la vitesse d’obturation, l’ouverture du diaphragme, la luminosité, etc. Notre œil, c’est tout cela en même temps et automatiquement.

    Charles Darwin devait avouer : « Quand je pense à l’œil, j’en ai la fièvre. » Le naturaliste britannique ne pouvait évidemment expliquer et justifier le fonctionnement remarquable de l’œil par la théorie évolutionniste.

    Notre oreille est la meilleure chaîne Hi-Fi au monde. Dans son livre « La faim du tigre », René Barjavel (auteur non chrétien) a écrit : « Qui a conçu l’oreille ? Il faut être singulièrement facile à contenter pour accepter de voir dans la simplicité harmonieuse de son aménagement général, le raffinement de ses détails, la diversité de son fonctionnement mécanique, acoustique, électrique, chimique, séreux, sanguin, conjonctif, osseux, musculaire, nerveux, liquide, solide, gazeux, et nous en oublions, et nous en ignorons, et dans la coordination immédiate et parfaite de cette multiple subtilité, le résultat chanceux de mutations hasardeuses... L’animal qui avait une oreille a survécu à celui qui n’en avait pas. D’accord. Mais qui a donné son oreille à celui qui l’avait ? Ce n’est pas si simple, dit-on. Il y a eu d’abord une cellule qui était vaguement sensible aux vibrations, puis... D’accord. Mais comment cette cellule vaguement sensible a-t-elle transformé cette vibration en une sensation auditive ? Comment s’est-elle adjoint d’autres cellules ? Comment se sont-elles fait pousser des cils sélectifs, se sont-elles enfermées dans le limaçon, le limaçon dans le labyrinthe ? Comment se sont-elles fait précéder d’un système amplificateur ? Comment ont-elles fait émerger et fleurir le pavillon ? Comment ? Comment ? Comment ? Qui a voulu ces perfectionnements successifs ? Est-ce l’individu ? Si c’était possible, tous les hommes se seraient depuis longtemps fait pousser des ailes et des yeux derrière la tête. Est-ce l’espèce ? La matière vivante elle-même ? Qui ? L’oreille ne s’est pas faite par l’invraisemblable hasard de millions de mutations favorables. L’oreille est un ensemble conçu, architecturé, organisé. Le hasard ne conçoit pas, n’ajuste pas, n’organise pas. Le hasard ne fait que de la bouillie. Même si on tient compte du facteur temps, on ne peut pas accepter l’explication du hasard. Je connais l’argument du singe et de la machine à écrire : si on place un singe devant une machine à écrire et qu’il tape au hasard sur le clavier pendant l’éternité, comme il tapera une infinité de combinaisons de lettres, il finira par taper le texte de la Bible. Je n’accepte pas cet argument. Il est faux. Il confond la quantité et la qualité. Le singe ne tapera pas la Bible, pas même "La Cigale et la Fourmi". Il tapera pendant l’éternité un cafouillis lettriste, jusqu’à la fin des temps. Vous pouvez lancer un dé pendant l’éternité, vous n’obtiendrez jamais une série de mille six. Or il faudrait une accumulation de mutations favorables autrement extraordinaire qu’une série de mille six pour fabriquer une oreille, ou une marguerite ou un petit chat. Alors d’où viennent l’oreille et la marguerite ? Il y a quelqu’un ! ... Il y a quelqu’un sous le lit, dans l’armoire ! Il y a quelqu’un dans notre vie, dans notre chair. Quelqu’un qui nous a faits et qui fait de nous ce qu’il veut. »

    L’amour incommensurable de Dieu

    Dieu est grand dans son amour. L’apôtre Paul parle « du grand amour dont Dieu nous a aimés ». (Ephésiens 2:4). Dieu est grand quand il crée. Il est grand quand il sauve. Nous nous posons rarement la question : Quel amour a-t-il fallu à Dieu pour nous aimer ? Nous nous considérons tous aimables et nous pensons que Dieu avait quand même quelques bonnes raisons de nous aimer. Nous avons tort ! Rien en nous ne pouvait attirer, justifier, expliquer ou motiver l‘amour de Dieu pour nous. Dieu est grand. Il nous aime, bien que nous ne soyons pas aimables. Aux yeux de Dieu nous sommes tachés par le péché. Il fallait que l’amour de Dieu soit grand, pour volontairement se laisser frapper, insulter, crucifier après avoir supporté la haine. Christ est resté, de son plein gré, six heures sur la croix, dans des souffrances atroces. Comme Il devait nous aimer ! L’apôtre Paul parle de : « comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance ... » (Ephésiens 2:19).

    Dieu est grand quand il nous sauve. On comprend que la Bible pose la question : « Comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ? » (Hébreux 2:3). Dieu a tout préparé pour nous éviter le jugement, la condamnation et l’enfer.. Si nous négligeons le pardon de Dieu, son Fils, comment échapperons-nous ? Il n’y a plus de grâce pour celui qui refuse la grâce, ni de pardon pour celui qui refuse le pardon.

    Es-tu certain de ne pas avoir négligé ce si grand salut ? Es-tu certain d’avoir reconnu et accepté Jésus-Christ ?

    Post-scriptum

    Ce message a été enregistré le 7/4/2002 en audio et en vidéo
    Résumé par Jean-Pierre Baudouin

    Documents

    logo DOCUMENT 631, 22 novembre 2010, MP3 13.5 Mo
    DIEU EST GRAND !


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web