logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 238La Réforme (ou Réformation) au 16e siècle novembre 2002
    ARTICLE DE FOND • La Réforme : "mouvement religieux qui, au 16e siècle, a soustrait une partie de l’Europe à l’obédience de Rome et donne naissance aux Églises protestantes" (Larousse).
    logo ARTICLE 795C. S. Lewis (1898-1963) mai 2013
    Écrivain irlandais. Auteur de livres pour enfants (le Monde de Narnia ou Chroniques de Narnia, 1950-1956) et d’œuvres de science-fiction (Silence de la Terre, 1938 ; Voyage à Vénus, 1943 ; Cette hideuse puissance, 1945).

    Dans la même rubrique

     LE FUTUR COMMENCE MAINTENANT 3/7

    Le réveil de l’ancien Empire romain

     | Psaumes 2 - Daniel 2 : 31-49
     

    La Bible est un livre qui parle de l’avenir. Dieu se révèle dans sa Parole comme Celui qui connaît l’avenir, qui l’organise et le réalise. Dieu est le Maître de l’Histoire.

    Toutes les prophéties qui s’accomplissent sont la preuve que Dieu maîtrise effectivement l’Histoire.

    Le papier se laisse écrire, mais la réalisation parfaite des choses annoncées à l’avance est la preuve que Dieu est bien Celui qui siège dans les cieux, Maître de l’Histoire.

    Le jour de la Pentecôte, Pierre disait : « Jésus de Nazareth, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu ... » (Actes 2:23). En d’autres termes, lorsque le Christ est arrêté et crucifié, lorsqu’il ressuscite et monte au ciel, ce n’est pas le fait du hasard mais bien la volonté de Dieu qui s’accomplit selon ce qui avait été annoncé bien longtemps à l’avance par les nombreux prophètes. En prêchant de la sorte, Pierre met en évidence que le Dieu créateur est le Maître de l’Histoire.

    Le Dieu de la Bible sait où il va. Il sait où va l’Histoire. Nous venons de franchir une nouvelle étape, au début de cette année [2001], dans l’accomplissement des prophéties : 250 millions de citoyens utilisent un nouveau système monétaire. Si le mot “Euro” n’apparaît pas tel quel dans la Bible, elle mentionne bien l’existence d’un quatrième royaume que nous allons découvrir ci-après.

    L’actualité du 21e siècle nous renvoie des milliers d’années en arrière à Babylone. Le roi Nebucadnetsar est à la tête de la superpuissance de l’époque. Son royaume est immense. Il a droit de vie et de mort sur chaque citoyen. Il a conquis Israël, détruit Jérusalem, mis le feu au Temple. Ses troupes ont emmené captif le peuple d’Israël.

    Parmi ces esclaves déportés à Babylone, Daniel est un jeune Juif qui aime et craint l’Eternel. Cette immense ville, avec ses jardins suspendus, ses colonnes magnifiques et ses murailles grandioses, symbolise toute la puissance de cet empire dirigé par Nebucadnetsar.

    Prisonnier avec ses trois amis Schadrac, Méschac et Abed-Nego, Daniel se distingue par sa conduite, son intelligence et sa foi. Le Seigneur accorde au roi une vision pendant la nuit. Il est tourmenté par ce rêve et fait appeler tous les magiciens de son royaume, les astrologues et les devins. Le roi ne se souvient plus très bien de ce dont il a rêvé et tous ses “sages” rassemblés sont incapables de lui donner la moindre explication. Le roi se met alors en colère et s’irrite violemment. Mais comme les diseurs de bonne aventure et les spirites d’aujourd’hui, les devins babyloniens ne savent rien. Seul Dieu connaît l’avenir. C’est à lui qu’il faut faire confiance. Nebucadnetsar ordonne la mort de tous les “sages” de Babylone.

    Daniel apprend ces événements. Il demande audience au roi. Avant de s’y rendre, le jeune Juif organise avec ses trois amis une réunion de prière. Ils vont implorer la compassion de Dieu pour qu’il révèle le mystère du rêve et le secret de la vision du roi.

    Dieu répond à la prière de Daniel et de ses trois amis. Ainsi Daniel bénit (Daniel 2:20-23). Daniel explique donc au roi sa vision.

    Nebucadnetsar a vu une statue à la fois terrible, immense et extraordinaire. Elle représente des royaumes : d’abord l’Empire babylonien, ensuite l’Empire des Mèdes et des Perses, puis l’Empire grec et enfin l’Empire romain. Mais le royaume qui retient particulièrement l’attention de Daniel est le dernier. En effet Daniel voit une pierre qui se détache de la montagne sans le secours d’aucune main et qui pulvérise tous ces royaumes. Cette pierre est l’image du retour de Jésus-Christ. Elle vient mettre fin à tous les royaumes humains qui se sont succédé. Cette pierre qui frappe la statue et heurte les royaumes annonce la venue du Royaume de Dieu qui subsistera éternellement.

    Dans ce quatrième empire, en l’extrémité de cette statue (les orteils), beaucoup d’interprètes ont vu l’Empire romain qui se prolonge jusqu’à la fin des temps. C’est ce que nous avons sous les yeux depuis une cinquantaine d’années sous les traits de l’Europe. Cette Europe actuelle est en effet le réveil de l’ancien Empire romain. Mais ce qui est bouleversant aujourd’hui, c’est que ce ne sont pas seulement les chrétiens, à la lumière de la Parole de Dieu, qui reconnaissent ce fait : la presse écrite, la radio, la télévision laissent la place aux journalistes, hommes de science, politologues et autres commentateurs qui reconnaissent ces événements tout en ignorant qu’ils sont l’accomplissement de ce que Dieu a dit dans sa Parole.

    En 1985, l’historien français François Fontaine, auteur du livre “D’or et de bronze”, écrit : “Le monde moderne a déjà existé, il y a 18 siècles. Il s’appelait l’Empire romain. C’était la préfiguration de l’Europe actuelle avec son Marché Commun et son rayonnement universel.” L’affirmation de l’historien coïncide avec l’explication biblique que l’on donne à cette vision de Daniel.

    La Parole prophétique précise bien que l’ancien Empire romain allait revivre. Aujourd’hui les non chrétiens, les laïques sont obligés de reconnaître cette réalité de l’Europe actuelle qui correspond au réveil du vieil Empire romain.

    La revue “Elf-Magazine” de janvier 1998 reprend l’interview du commissaire européen chargé des affaires économiques, monétaires et financières Yves Thibault de Silguy : “Le 1er janvier 1999 l’Europe aura sa monnaie, l’euro, une première depuis la chute de l’Empire romain. Nous sommes donc en train de vivre aujourd’hui le réveil, le renouveau de ce qui était organisé voici près de 2000 ans.”

    Comme Daniel l’expliquait, cette statue dont les jambes se prolongent jusque dans les orteils est synonyme de la prolongation de cet ancien Empire romain. Beaucoup de journalistes devraient lire la Bible. Le Seigneur nous y explique ce qui va arriver. Les vrais renseignements et les informations sensationnelles s’y trouvent ! Tous ces écrits des prophètes coïncident exactement avec la réalité. Mieux ils la précèdent.

    Daniel disait 600 ans avant Jésus-Christ : « Mais il y a dans les cieux un Dieu qui a fait connaître au roi Nebucadnetsar ce qui arrivera dans la suite des temps. Le songe est véritable, et son explication est certaine. » (Daniel 2:28 ; 45). Notre génération est témoin de plusieurs de ces accomplissements prophétiques.

    Ce sont des signes incontestables et irréversibles de la proximité du retour de Jésus-Christ. C’est une série d’événements bien précis qui ne se sont jamais produits auparavant dans toute l’Histoire de l’humanité. La reconstitution de l’ancien Empire romain, le retour du peuple d’Israël sur la terre d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le désert qui devient un jardin, Jérusalem pierre pesante pour tous les peuples, le processus de mondialisation qui se confirme, sont des signes irréversibles et indiscutables qui précèdent le retour de Jésus-Christ. Ces événements ne se sont jamais réalisés auparavant. Ils sont là pour la première fois maintenant sous nos yeux.

    Mais ce qu’il y a de plus surprenant, c’est que la réalité dépasse souvent nos attentes prophétiques. Avec prudence et réserve, on peut parfois penser que les événements vont se dérouler de telle ou telle manière. Mais quand ils se produisent, on est étonné par la précision que le Seigneur leur donne. Les signes deviennent alors de plus en plus clairs.

    Il y a quelques années le Conseil de Coopération culturelle du Conseil de l’Europe a conçu et édité une affiche. Le commentaire apposé sur ce document est : “Europe, plusieurs langues, une voix.” On y voit une tour en construction, qui évoque l’image de la tour de Babel, surmontée de 11 étoiles jaunes sur fond bleu, et au pied de laquelle des êtres humains sont représentés par des robots cubiques. Voilà comment l’Europe se présente elle-même.

    C’est la référence sans équivoque à la tour de Babel. Or cette dernière est en fait l’effort de l’humanité qui choisit de s’unir pour rivaliser avec la toute puissance de Dieu. « Allons ! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom ... » (Genèse 11:4). Cette première révolte de l’humanité va déclencher une intervention de Dieu pour disperser les peuples. Babel, c’est le défi de l’orgueil humaniste qui se dresse contre le ciel et qui lève le poing vers Dieu. C’est ce symbole qui est choisi inconsciemment par le comité susmentionné pour représenter l’Europe, nouveau défi de l’orgueil humain qui nargue la puissance divine.

    Dans cet ordre d’idée, l’hebdomadaire “Le Vif - L’Express” du 22 mars 1991 évoquait le problème des différentes langues européennes et des traductions nécessaires au bon fonctionnement des institutions de l’Europe. La CEE entretient la plus grande armée de traducteurs et d’interprètes au monde. Dans cet article était représentée de nouveau la tour de Babel (style Breughel) avec le commentaire “La machine contre Babel”. Le journaliste y évoquait la nécessité d’une machine de traduction automatique pour éviter les coûts de traduction supportés par les institutions européennes. Ici donc on rencontre encore cette évocation de la tour de Babel (Genèse 11:9).

    Dans la Bible, Babel et Babylone sont toujours présentées comme la force mise au service du mal et qui s’oppose à Dieu. Le nouvel Empire romain se présente donc lui-même de la sorte. L’ancien Empire romain renaît de ses cendres : il s’appelle l’Europe. Nous y sommes, comme Daniel l’avait vu dans la vision qui avait été donnée au roi de Babylone.

    Dans l’explication donnée à Daniel, et dans ce que Daniel transmet ensuite (Daniel 7), ce qui l’étonne le plus, c’est le quatrième empire. Il est en effet différent de tous les autres. Il est terrible, épouvantable, effrayant, extraordinairement fort, a de grandes dents de fer. Il mange, brise et foule aux pieds ce qui reste (Daniel 7:7). Ce quatrième royaume est différent des précédents. Les Babyloniens, les Mèdes et les Perses, les Grecs ou les Romains avaient des armes d’une puissance pratiquement équivalente. Mais si dans sa vision, Daniel a vu l’ancien Empire romain reconstruit, notre Europe moderne, alors on comprend que le prophète précise que ce dernier empire est différent de tous les autres, beaucoup plus puissant. Si Daniel a vu nos armes modernes, bien plus puissantes que les chars grecs ou les épées romaines, nous comprenons qu’il ait été stupéfait et effrayé de voir ce quatrième empire.

    Dieu faisait voir à Daniel notre actualité, poussé dans un bond de 3.000 ans vers l’avant. Si nos grands-parents revenaient aujourd’hui, nous pouvons facilement comprendre qu’ils seraient stupéfaits de voir notre technologie, nos armements, notre potentiel destructif. A plus forte raison, Daniel, à son époque, plongé dans sa vision de notre Europe actuelle devait effectivement être bien malade et bouleversé. Daniel n’a pas vu les armées de César mais notre armement contemporain puissant et extraordinairement destructif.

    Dieu a parlé et sa Parole est la vérité.

    Post-scriptum

    Message du 11/11/2001 de Philippe Hubinon, résumé par Jean-Pierre Baudouin.

    Documents

    logo DOCUMENT 670EUROPE : PLUSIEURS LANGUES, UNE VOIX, 15 août 2011, BMP 390.6 ko, 309 x 431 pixels
    EUROPE : PLUSIEURS LANGUES, UNE VOIX


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web