logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 60Pourquoi nous ne sommes pas
    catholiques...
    avril 2005
    PRÉDICATION (MP3 et lecture) • Beaucoup de protestants et de catholiques prétendent qu’il n’y a plus de différence. Affirmer le contraire est très mal vu.
    logo ARTICLE 575Pas fatigué pour te servir !... novembre 2009
    Le célèbre évangéliste anglais George Whitefield, qui vécut de 1714 à 1770, était usé, à bout de forces. Un ami lui dit qu’il ferait mieux de se mettre au lit que de monter en chaire...

    Dans la même rubrique

    Pourquoi Dieu a-t-il permis ?

     Emission « Early Show » du 13-9-2001,
     à la télévision nationale américaine CBS
     

    Anne Graham-Lotz, la seconde fille de Billy Graham, le célèbre évangéliste américain, avait été interviewée le 13 septembre 2001 par la chaîne américaine CBS, après l’attentat du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles WTC à New York (Manhattan). La journaliste Jane Clayson lui avait posé la question qui était sur toutes les lèvres : “Si Dieu est bon, comment a-t-il pu permettre cela ?”

    Et Anne Graham-Lotz répondit d’une manière profonde et lumineuse : « Je crois que Dieu est très en colère, tout comme nous, quand il voit quelque chose comme cela. Mais pendant des années, nous n’avons pas cessé de dire à Dieu qu’il sorte de nos écoles, qu’il sorte de notre gouvernement et qu’il sorte de nos vies. Et Dieu, qui est un gentleman, s’est retiré peu à peu. Comment pouvons-nous nous attendre à ce que Dieu nous accorde sa bénédiction et sa protection, si nous lui disons de nous laisser tranquilles ? »

    Ann Graham a poursuivi sa réflexion ainsi :

    -  Je crois que ceci a commencé avec la militante athée, Madeline Murray O’Hare (elle a été assassinée, son corps a récemment été retrouvé) qui a déclaré qu’elle ne voulait pas de prière dans les écoles, et on a dit « OK ».

    -  Ensuite quelqu’un a dit qu’il était préférable de ne pas lire la Bible dans les écoles... la Bible qui dit « tu ne tueras point, tu ne voleras point et aime ton prochain comme toi-même ». Et on a dit « OK ».

    -  Ensuite, le Dr Benjamin Spock a dit que nous ne devrions pas donner de fessée à nos enfants lorsqu’ils manquaient de discipline, parce cela pourrait déformer leurs jeunes personnalités et endommager leur estime de soi (le petit-fils du Dr Spock s’est suicidé). Et nous nous sommes dit qu’un expert sait certainement de quoi il parle, alors on a dit « OK ».

    -  Ensuite quelqu’un a dit que les directeurs d’école et les professeurs ne devraient pas discipliner leurs élèves ou leurs étudiants lorsqu’ils manquaient de discipline. Et les administrateurs scolaires comme les administrateurs universitaires ont dit qu’aucun élève ou étudiant ne devait faire l’objet de sanctions disciplinaires parce que cela nuirait à la réputation de l’enseignement et qu’il ne fallait pas non plus risquer de poursuites judiciaires (il y a cependant une grande différence entre la discipline et le fait d’humilier, de battre ou de gifler). Et on a dit « OK ».

    -  Ensuite quelqu’un a dit, laissons nos filles se faire avorter si elles le veulent, sans avoir à le dire à leurs parents. Et on a dit « OK ».

    -  Ensuite un sage membre d’une commission scolaire a dit, étant donné que les garçons sont ce qu’ils sont et que de toutes les façons ils feront ce que nous savons, donnons-leur tous les préservatifs qu’ils veulent, pour qu’ils s’amusent autant qu’ils le veulent, et ils n’auront pas à le dire à leurs parents, puisqu’ils pourront se les procurer à l’école. Et on a dit « OK ».

    -  Ensuite, des membres de notre gouvernement élu ont dit que peu importe ce qu’on fait dans nos vies privées, du moment que cela n’affecte pas notre travail. Et, en accord avec cette affirmation, on a dit que peu importe ce que toute personne, incluant le Président, fait en privé, du moment que j’ai mon emploi et que l’économie roule. Et on a dit « OK ».

    -  Et quelqu’un a dit aussi « imprimons des revues avec des photos de femmes nues et appelons cela une expression saine et réaliste de la beauté féminine » Et on a dit « OK ».

    -  Ensuite l’industrie du divertissement a dit : « produisons des émissions de télévision et des films blasphématoires, qui montrent violence et sexe illicite. Enregistrons de la musique qui encourage le viol, la drogue, le meurtre, le suicide et les thèmes sataniques ». Et nous avons dit, ce n’est que du divertissement, cela n’a aucun effet négatif et, puis de toutes façons, personne ne prend cela au sérieux, alors, « allons-y » et on a dit « OK ».

    Et aujourd’hui nous nous demandons :

    « Pourquoi nos enfants n’ont pas de conscience ? »,
    « Comment se fait- il qu’ils ne connaissent pas la différence entre le BIEN et le MAL ? »
    « Pourquoi cela ne les dérange plus de tuer des étrangers, leurs copains de classes et eux-mêmes ? »

    Peut-être que, si on y pense suffisamment et assez longtemps, on peut trouver la réponse. Il se peut que cela ait un grand rapport avec cette parole de l’apôtre Paul : « ON RECOLTE CE QUE L’ON SÈME... » (Galates 6:7).

    Tout ce qui vient d’être dit peut se résumer dans le dialogue suivant trouvé sur le "Net"

    Interrogation anonyme adressée à Dieu : « Cher Dieu, pourquoi n’as-tu pas sauvé la petite fille qui a été tuée dans sa classe ? Sincèrement, un étudiant inquiet. »

    C’est drôle, finalement, de voir à quel point il est facile de se débarrasser de Dieu et ensuite de se demander comment il se fait que notre vie soit devenue un enfer.

    C’est drôle de voir à quel point on croit ce qui est écrit dans les journaux mais qu’on doute de ce qui est écrit dans la Bible.

    C’est drôle de voir combien tout le monde veut aller au paradis, pourvu qu’il ne faille pas croire, penser, dire ou faire ce que dit la Bible.

    C’est drôle de voir quelqu’un dire « Je crois en Dieu » mais suivre Satan, qui, au fait, « croit » en Dieu , lui aussi.

    C’est drôle de voir combien il nous est facile de juger mais aussi difficile d’accepter de l’être.

    C’est drôle de voir combien de blagues on peut envoyer par e-mail, et elles se répandent comme de la poudre mais quand on commence à envoyer des messages qui parlent du Seigneur, on y pense à deux fois avant de les partager.

    C’est drôle de voir à quel point les messages obscènes, crus et vulgaires passent aussi librement dans le cyberespace, mais les discussions publiques sur Dieu sont bannies des écoles et des lieux de travail.

    C’est drôle de voir combien une personne peut être zélée pour Christ le dimanche, et tout aussi invisible le reste de la semaine.

    Vous riez ?

    C’est drôle de voir que lorsque vous viendrez pour diffuser ce message, vous ne l’enverrez pas à beaucoup de personnes de votre carnet d’adresses, parce que vous n’êtes pas sûr de ce en quoi elles croient, ou bien ce qu’elles penseront de vous pour leur avoir envoyé.

    C’est drôle de voir combien je peux m’inquiéter davantage de ce que les autres pensent de moi que de ce que Dieu pense de moi.

    Ne pensez-vous pas ?

    Ann GRAHAM

    Voir en ligne : Texte officiel de l’interview sur CNN (en anglais)

    Post-scriptum

    Publié au bulletin ’Résurrection’ en février 2002 et juin 2003.
    NDLR : Nous remettons à nouveau cet article dans nos colonnes (mai 2010) puisqu’il reste d’une grande actualité.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web