logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 157Où sont les hommes ? juin 2006
    La chanteuse Patricia Kaas, s’interroge : "Où sont les hommes ?"
    logo ARTICLE 411Pythagore (580-490 av. J-C) décembre 2007
    Mathématicien, philosophe et astronome de la Grèce antique.

    Dans la même rubrique

     (Sola gratia - Pentecôte 2017)

    La Réforme et l’Esprit Saint

     | Jean 16.5-16 - Romains 8.5-16
     

    La Pentecôte est la fête de l’Esprit Saint, de la Parole de Dieu, des chrétiens, de l’Église.

    En cette année 2017, nous fêtons le 500e anniversaire de la Réforme et de la naissance du Protestantisme. Cette fête de Pentecôte a une dimension particulière. Pourquoi ? Parce que la Réforme est le plus grand Réveil spirituel du Christianisme. C’est l’Esprit de Dieu qui a soufflé avec force sur l’Europe et jusqu’aux extrémités de la terre, et cela encore aujourd’hui. Cinq cents ans après, ce mouvement vit encore.

    On peut jumeler la fête de la Pentecôte et la fête de la Réforme. Un peu d’histoire : en 1517, un moine, Martin Luther, troublé depuis longtemps dans sa vie de moine, évalua l’Église à la lumière de la Parole de Dieu sur le plan de la doctrine et de la morale. Il rédigea, destinées aux autorités ecclésiastiques, 95 thèses, qu’il afficha sur la porte de la chapelle du château de Wittenberg. C’était une bombe spirituelle qui ne blessa ni ne tua personne, mais qui déclencha le plus grand réveil spirituel chrétien. Rejoignons le thème du jour : la Pentecôte, la venue et l’action du Saint-Esprit. Nous relions ainsi la Réforme, la naissance du Protestantisme et l’action du Saint-Esprit.

    1. La Bible, Parole de Dieu, inspirée par le Saint-Esprit est à nouveau honorée comme seul fondement de l’enseignement chrétien : « Sola Scriptura » = l’Écriture seule.

    « Non pas l’Écriture + la tradition ou les dogmes inventés par l’Église catholique, mais l’Écriture seule. La Bible est inspirée par le Saint-Esprit, comme le dit Ephésiens 6.17. Pierre a déclaré dans 1 Pierre 1.21 : « C’est poussé par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » Jésus a déclaré dans Jean 17.17 : « Ta Parole est la vérité. » et Psaumes 119.60 proclame : « Le fondement de ta parole est la vérité. » Voilà l’une des marques du véritable christianisme.

    Quand les étudiants de rhétorique de l’athénée de Châtelet viennent chez nous au cours de leur parcours philosophique et religieux (synagogue, mosquée, Église catholique, Église protestante), ils posent la question suivante : “Quelle est la différence entre catholiques et protestants ?” Il serait faux de dire qu’il n’y a pas de différence ! Ce serait un mensonge. Les chrétiens protestants n’acceptent que la Bible en tant que Parole de Dieu. L’Église catholique accepte la Bible, mais aussi la tradition, les dogmes, les encycliques, les déclarations des papes prétendument infaillibles sont considérées aussi comme Parole de Dieu. Cette Église va même plus loin : selon les textes du Concile Vatican II, la tradition et les dogmes sont supérieurs à la Parole de Dieu ! Le catholique peut lire la Bible, mais l’interpréter uniquement au travers de l’explication que donne l’Église. Par exemple, quand la Bible déclare par l’Esprit Saint : « Il n’y a qu’un seul Dieu et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes : Jésus-Christ. » (1 Timothée 5.5), l’Église ajoute : Marie est comédiatrice, médiatrice de toute grâce de Dieu. Que doit choisir le chrétien ? La Parole de Dieu seule ! Quand Luther fut convoqué à la Diète de Worms le 13 avril 1521 devant l’empereur Charles-Quint et son frère Ferdinand de Habsbourg, devant les plus fins théologiens de l’Église, 6 électeurs de l’Empire, 24 ducs, 30 archevêques, évêques et prélats, 7 ambassadeurs, le nonce du pape, des princes, des comtes, des barons (environ 200 personnes), sommé de se rétracter, il répondit : “Non, si l’on ne me convainc par les témoignages de l’Écriture ou par des raisons décisives, car je ne crois ni au pape, ni aux conciles seuls. Je suis dominé par les Saintes Écritures... et ma conscience est liée par la Parole de Dieu. Je ne peux, ni ne veux me rétracter en rien.” N.B. : Nous ne sommes pas bibliolâtres (adorateurs de la Bible), mais des chrétiens respectueux de la Parole de Dieu comme Jésus, les apôtres, Moïse, tous les prophètes et tous les véritables chrétiens. Le respect scrupuleux de la Parole de Dieu est l’une des preuves de l’action du Saint-Esprit. La Réforme était un réveil dont le Saint-Esprit fut l’auteur.

    2. Le Christ, Fils de Dieu, est ramené au centre de l’Évangile.

    La mission du Saint-Esprit est de glorifier le Christ. Jésus déclare dans Jean 16.13-14 : « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité... il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi et vous l’annoncera. » Or, au 16e siècle, la gloire était donnée à l’Église, au pape, aux évêques, aux prêtres, au clergé, à Marie, aux saints... Même les rois et les princes "s’aplatissaient" devant le pape. Le phénomène n’a pas cessé ! Il s’est amplifié jusqu’à nos jours ! Les prêtres consacrés se prosternent à plat ventre devant les évêques, et les cardinaux consacrés devant le pape au Vatican. Or, la Bible enseigne clairement que le chrétien ne se prosterne que devant Dieu et Jésus-Christ.

    Aux Réformateurs du 16e siècle, le Saint-Esprit rappela qu’à Dieu seul, on devait rendre gloire, ainsi qu’à Jésus (Solus Christus), Jésus seul, unique Fils de Dieu, Sauveur, Médiateur, Rédempteur. Pierre dit dans Actes 4.12 : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes par lequel nous devions être sauvés. Il n’y a de salut en aucun autre. » Et Paul déclare dans Philippiens 2.9-11 : « C’est pourquoi aussi Dieu a souverainement élevé le Christ et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus, tout genou fléchisse dans les cieux et sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus- Christ est Seigneur, à la droite de Dieu le père. » Dans Colossiens 2.10, nous lisons : « Vous avez tout en Lui. » et dans Philippiens 1.21 : « Christ est ma vie. » Voilà le Réveil à la Réforme et l’œuvre du Saint-Esprit : redonner la gloire à Jésus. Car seul Jésus est mort sur la croix, chargé de nos péchés, prenant notre place et accordant le pardon. Seul Jésus est ressuscité pour nous justifier devant Dieu et est remonté dans la gloire du Père. Seul Jésus est déclaré Fils de Dieu et par sa résurrection d’entre les morts, nous donne la vie éternelle. Seul le sang de Jésus purifie de tout péché. Voilà le Réveil de la Réforme et l’œuvre du Saint-Esprit !

    3. La Réforme, c’est l’action du Saint-Esprit qui proclame que le pardon des péchés est un don gratuit de Dieu.

    L’Église de Rome avait mis en place un commerce lucratif concernant le pardon des péchés. Le pape Léon X faisait vendre des indulgences à prix d’argent. Ce document venant de Rome promettait la fin des souffrances des âmes dans le purgatoire. L’argent de la vente devait servir à la construction de la Basilique Saint-Pierre à Rome. La lumière de l’Esprit Saint va illuminer le cœur et l’intelligence des Réformateurs qui découvrent ce que la Parole de Dieu contient depuis plus de 1500 ans : que Dieu ne vend pas son pardon, que l’amour de Dieu n’est pas à vendre et que personne ne peut acheter le pardon de ses péchés.

    Le pardon et la vie éternelle sont un don, un cadeau de Dieu qu’il offre gratuitement. Aujourd’hui, l’Église protestante est familière de cette vérité biblique. Mais il faut se souvenir qu’à l’époque tout était payant. Aujourd’hui, mais plus discrètement : les messes d’enterrement, de mariage, de baptême, les communions... Le Saint-Esprit éclaira les Réformateurs sur la grâce de Dieu.

    Romains 3.24 dit : « Tous (nous) sont gratuitement justifiés par la grâce de Dieu par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » Et Ephésiens 2.8 : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » Dans Romains 3.20, nous lisons : « Nul ne sera justifié devant Dieu par les œuvres de la foi, par ses mérites ou ses efforts. » Sola gratia = la grâce seule. Quelqu’un dira : “Tout le monde sait cela !” Avant le 16e siècle : non ! Aujourd’hui non plus. Beaucoup disent : “Il faut quand même se racheter.” Non ! Personne au monde ne peut se racheter. Seul le Seigneur Jésus-Christ peut racheter, pardonner tous ceux qui croient en Lui.

    4. Preuves que la Réforme est un immense Réveil spirituel induit par le Saint-Esprit.

    Des milliers de personnes se sont converties, non pas au protestantisme, à Luther ou à Calvin, mais à Jésus-Christ. Des milliers, des dizaines de milliers, des millions de personnes depuis 500 ans écoulés se sont tournées personnellement vers Jésus-Christ et sont sauvées. Or la Bible enseigne que si quelqu’un se convertit, se repent de ses péchés, accepte Jésus dans son cœur, c’est là l’œuvre du Saint-Esprit. Jésus a dit dans Jean 16.8-10 : « Quand le Saint-Esprit (le consolateur) sera venu, il convaincra la monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. »

    Le rôle du Saint-Esprit, c’est de conduire au Sauveur Jésus-Christ et ensuite de transformer, sanctifier, rendre meilleur. Aujourd’hui le bon combat de la foi n’a pas changé parce que l’Église de Rome n’a pas changé non plus, sinon qu’elle ne dresse plus des bûchers pour brûler ceux qui rejettent sa doctrine et son clergé. Heureusement pour nous !

    L’Esprit de Dieu a soufflé avec force sur toute l’Europe en ce temps d’affrontement. Il y a 500 ans, l’Esprit poussait les Réformateurs dans la vérité pour dénoncer les erreurs toujours d’actualité dans l’Église de Rome. Ils ont dénoncé les fausses doctrines et l’immoralité du clergé qui est aussi toujours d’actualité lorsqu’explosent les scandales de pédophilie couverts par le clergé. Pourtant, quelques années après la mort de Luther, le grand prédicateur catholique Bossuet reconnut dans un de ses sermons : “Le mouvement de la Réforme fut la punition de Dieu sur l’immoralité de l’Église.”

    Il faut savoir tout cela, prendre une décision, faire un choix. La Bible dit dans Hébreux 3.7 : « Aujourd’hui si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur. » 

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 4-6-2017 par Philippe HUBINON et résumée par Marie-Rose GERARD. Publiée au bulletin “Résurrection” de septembre-octobre 2017.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web