logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 589Louis Pasteur (1822-1895) mai 2009
    Biologiste français ; créateur de la microbiologie. Le premier, il découvrit que la fermentation était due à des organismes vivants, les microbes, et que ceux-ci étaient aussi à l’origine de certaines maladies appelées infectieuses.
    logo ARTICLE 620Denis Lane mai 2010
    Pasteur baptiste, prédicateur et missionnaire de la “Overseas Missionary Fellowship”.

    Dans la même rubrique

    Un investissement sans risque

     
    Au cours de ces derniers mois nombre de scandales retentissants ont profondément ébranlé le monde économique outre-Atlantique. La faillite du courtier en énergie Enron, celle du géant des communications, Worldcom ainsi que les scandales dont furent l’objet nombre d’autres sociétés mirent au grand jour l’existence de pratiques comptables des plus douteuses au sein du monde des affaires.

    Ces divers scandales coûtèrent des dizaines de milliers d’emplois, causèrent la perte directe de dizaines de milliards de dollars d’investissements boursiers et au-delà, eurent de profondes répercussions sur les marchés financiers du fait de la perte de confiance qu’elles engendrèrent. Comme après chaque catastrophe se pose la question : comment cela fut-il possible ? Comment des sociétés si importantes, apparemment si solides et dans lesquelles tant de gens avaient placé leur confiance et leur argent, purent-elles ainsi s’effondrer du jour au lendemain ou, dans les meilleurs des cas, engendrer de telles pertes ?

    Si la réponse à une telle questions est sans doute loin d’être simple du point de vue d’une analyse technique, économique et financière, certains éléments généraux semblent néanmoins faciles à discerner.

    D’abord, dans la plupart des cas, les conflits d’intérêts de dirigeants richement rémunérés en options de leur compagnie mena-t-elle à une politique d’enrichissement personnel à court terme, au détriment du respect le plus élémentaire des exigences de santé financière de leur société.

    Ensuite les attentes de croissance exagérées des investisseurs, dans le climat hautement spéculatif de ces dernières années, auront sans doute poussé de nombreuses compagnies à embellir coûte que coûte leurs bilans financiers sous la pression des marchés.

    Aujourd’hui, certains de ces dirigeants qui espéraient réaliser des gains mirobolants se retrouvent devant la justice, tandis que les investisseurs qui escomptaient multiplier aisément leur mise en bourse en sont pour leurs frais. Dans les deux cas un amour excessif de l’argent aura mené à des comportements irrationnels, voire répréhensibles, et à une estimation totalement faussée de données économiques.

    L’Ecriture nous met en garde contre de telles dérives et nous avertit très fréquemment de ne pas placer notre confiance dans des perspectives d’enrichissement économique.

    Ne te tourmente pas pour t’enrichir, n’y applique pas ton intelligence. Veux-tu poursuivre du regard ce qui va disparaître ? Car la richesse se fait des ailes, et comme l’aigle, elle prend le vol vers les cieux (Proverbes 23 : 4-5).

    Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux ; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments (1 Timothée 6 : 10-11).

    Allez maintenant vous qui dites : Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, et nous y passerons une année, nous achèteront et nous vendrons et nous ferons un profit. Tandis que vous ne savez ce qui arrivera demain. Car qu’est-ce que votre vie ? C’est comme une vapeur, qui paraît un peu de temps, et puis disparaît. (Jacques 4 : 13-14)

    Souvent, nous réalisons que des investissements que nous croyions solides, que des projets que nous pensions devoir réussir, ne s’avèrent être que des chimères trompeuses ; notre détresse est alors à la mesure des espérances que nous avions placées dans nos entreprises. C’est que sans doute nous avions mal défini les priorités de notre existence, maladroitement calculé nos risques et injustement placé notre confiance. C’est que peur-être, nous avons omis de nous remémorer les exhortations de l’Ecriture :

    Au jour de la colère, la richesse ne sert à rien ; mais la justice délivre de la mort (Proverbes 11 : 4).

    Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur (Matthieu 6 : 19-21).

    Si l’économie mondiale s’est singulièrement sophistiquée depuis les temps où ces versets furent écrits, si le risque que nous courons aujourd’hui n’est plus tant celui de voir notre investissement anéanti du fait de la rouille ou de la teigne que celui de le voir se volatiliser du fait d’une faillite ou d’un krach boursier, nous voyons que l’enseignement biblique, reste bien d’actualité pour nous. Et il en sera ainsi pour nous tant que le monde sera, car le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement (1 Jean 2 : 17).

    Aussi, la grâce de Dieu est la seule chose sur laquelle nous puissions réellement compter. Elle est certaine et sans risque, elle ne fluctue pas au gré de la conjoncture ou de la fantaisie des hommes et est garantie à perpétuité. Quelle différence avec nos investissements terrestres !

    Dr Philippe FRANCKEN (De l’église d’Arlon - avec autorisation)


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web