logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 480Martin Luther King août 2013
    Martin Luther King est un pasteur noir américain. Il lutta à partir de 1955 pour l’intégration des Noirs, organisant notamment de grandes manifestations pacifiques.
    logo ARTICLE 556Henri Becquerel (1852-1908) septembre 2009
    Physicien français qui a découvert la radioactivité spontanée (avec Pierre et Marie Curie).

    Dans la même rubrique

    L’avortement en Union Européenne

     

    Rapport 2010 sur l’IVG

    L’Institut de Politique Familiale (IPF) vient de présenter au Parlement Européen, son rapport 2010 sur « L’avortement en Europe et en Espagne ».

    Selon l’IPF, au cours des quinze dernières années, plus de 20,6 millions d’enfants ont été avortés au sein de l’Union Européenne des 27 (UE27), ce qui équivaut à l’ensemble des populations du Danemark, de l’Irlande, de la Slovénie, de l’Estonie, de la Lituanie, de la Lettonie, de Malte, du Luxembourg et de Chypre.

    Depuis 1995, l’Union Européenne serait ainsi responsable de 3.769 avortements par jour. A titre d’exemple, pour la seule année 2008, l’UE27 a enregistré plus d’un million deux cent mille avortements.

    En outre l’institut souligne que le nombre moyen d’avortements pendant seulement 12 jours dans l’UE27, est plus important que la mortalité sur la route pendant toute une année (39.000 morts en 2008).

    Le droit actuel doit devenir une exception.

    « L’avortement est devenu la principale cause de mortalité en Europe et présente des effets sociaux et démographiques dramatiques constatables. », a déclaré Eduardo Hertfelder, Président de la Fédération Internationale de l’Institut de Politique Familiale (IPF), ce mardi 2 mars, au Parlement Européen.

    Depuis sa création en 2005, le Parti Républicain Chrétien (PRC) se montre préoccupé par le fait que l’avortement soit toujours présenté comme un droit, et non pas comme une faculté offerte dans des cas bien particuliers. Il devient urgent d’établir une nouvelle règle juridique, mentionnant de manière précise et exhaustive, les cas de recours à l’IVG [interruption volontaire de grossesse], laquelle doit rester une exception.


    Impact de l’avortement en France en 2003

    Le triste constat qu’Émmanuel Leroy-Ladurie fait dans une tribune libre du Figaro (3/3/05). Il pose en effet ce calcul simple, en 2003 : compte tenu du nombre de 764.500 naissances, les 206.000 avortements officiels représentent, par rapport aux 970.500 grossesses (754.000 + 206.000 = 970.500), un taux de 21,2% des enfants conçus.

    Avant 1750, la France connaissait une mortalité infantile (enfants morts avant l’âge d’un an) d’environ 25,2%. Ce taux de mortalité infantile décroît ensuite à quelque 21% jusqu’en 1790, puis baisse encore à 19,5% jusqu’en 1820. Il n’est aujourd’hui que de 0,6% mais avec les 21,2% d’avortements de 2003, le pourcentage de disparitions d’enfants entre leur conception et l’accomplissement de leur première année est revenu, aujourd’hui, à ce qu’il était à la veille de la Révolution.

    Emmanuel Leroy-Ladurie commente son calcul en expliquant "qu’en somme tout se passe comme si on avait reculé pour mieux sauter, je veux dire reculer de l’aval de la première année du bébé vers l’amont de la première gestation du futur enfant. Le pourcentage des disparitions abortives, d’une part, et de la mortalité infantile, d’autre part, se révèle pratiquement identique(...)".

    LLV - 04/05

    Post-scriptum

    “Rapport 2010” : publié au bulletin “Résurrection” de juillet-août 2010.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web