logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    Le magazine "Résurrection" mars 2012
    Chaque mois (ou bimestre), ils se donnent à 100% pour que vous ayez votre magazine "Résurrection" en temps et en heure : c’est l’équipe de rédaction de l’église.
    logo ARTICLE 110Le meilleur du meilleur août 2005
    PRÉDICATION • Tout chrétien doit pouvoir faire la distinction entre le bien et le mal, ce qui devient très difficile dans notre société actuelle qui a inversé les pôles du bien et du mal.

    Dans la même rubrique

     Les questions du Fils de Dieu

    Fête de la Réforme

     | Évangile selon Matthieu 15 : 1-9
     

    Ce dimanche nous rappelle encore une fois la Réforme, mouvement de l’Esprit au 16e siècle, qui a donné naissance au protestantisme.

    En Allemagne à cette époque, beaucoup de religieux et même les membres du peuple veulent un retour à la Bible car l’Église catholique a ajouté beaucoup de dogmes à la Parole de Dieu. Un jeune moine nommé Martin Luther sera le détonateur de ce mouvement de l’Esprit de Dieu.

    Ce moine, docteur en théologie, donne des cours à l’université de Wittenberg. Il propose à l’Église catholique un retour à la Parole de Dieu et suggère l’abandon de tous les dogmes ajoutés au cours des siècles. Mais l’Église refuse. Le 31 octobre 1517, Luther affiche à la porte de l’église du château de Wittenberg, 95 thèses dans lesquelles il réfute entre autres la papauté. C’est la rupture, l’Église protestante vient de naître. La réaction ne se fait pas attendre. L’Église catholique mettra en place la Contre Réforme et sous l’impulsion des Jésuites, l’Europe entière sera déchirée par des réactions violentes et sanglantes.

    L’inquisition fera des milliers de morts ; tortures et supplices seront les moyens utilisés pour essayer d’enrayer ce grand mouvement de l’Esprit de Dieu. C’est certainement le plus grand réveil spirituel de toute l’histoire de l’Église. L’Europe entière sera secouée par ce réveil. Louis XIV mettra en place toute une série de mesures pour endiguer ce mouvement de l’Esprit. Il veut éviter la division de son royaume en deux religions . Mais rien n’y fait, ce mouvement de l’Esprit va renverser toutes les barrières dressées devant lui.

    Des milliers de personnes se convertissent en Europe et reviennent à l’enseignement de la Parole de Dieu.

    Des milliers de Bibles sont imprimées par Gutenberg et d’autres. Elles sont traduites en français, en anglais, en italien, en allemand et dans bien d’autres langues encore. La Parole de Dieu est enfin accessible au peuple alors qu’auparavant seuls les religieux et les prêtres pouvaient la lire. Sous la violence de la répression, des centaines de milliers de chrétiens quittent l’Europe pour fuir la persécution, la torture et la mort. Ils vont s’installer aux Etats-Unis, notamment à New York (ville fondée par des chrétiens wallons). Ils vont aussi fuir en Suisse, en Norvège, en Suède, en Angleterre pour échapper à la mort. La Belgique, notre pays, sera l’un des plus touchés par l’inquisition. En Espagne, l’inquisition durera deux siècles, mais cependant rien ne pourra stopper ce mouvement de l’Esprit. L’histoire du protestantisme belge est marquée au fer rouge historiquement et spirituellement. Ceci pourrait expliquer le petit pourcentage de protestants chez nous, 1%, alors qu’en Irak il y en a 4%, en Afrique 10%, etc.

    En évoquant ces faits historiques, nous rappelons deux choses :

    1. Nous ne voulons partir en guerre contre personne , mais affirmer les choses telles qu’elles se sont passées, sans nous voiler la face car nous savons que les protestants ont été bien souvent du côté des victimes plutôt que du côté des bourreaux.

    2. Nous voulons aussi rappeler qu’avant d’être protestants, nous sommes chrétiens, nés de nouveau, attachés à la Parole de Dieu, à Jésus-Christ. Avec courage et humilité nous voulons rester fidèles à cette Parole qui est notre seul guide pour la vie et l’éternité.

    Aujourd’hui, beaucoup pensent, (même certains protestants) qu’il faut taire cette histoire de l’Église, ne plus rien rappeler, ne plus parler de ces différences et faire croire qu’aujourd’hui tout a changé, que l’on croit la même chose. Ce serait un mensonge, c’est une malhonnêteté intellectuelle et spirituelle, ce serait renier l’Histoire et piétiner le sang des martyrs que de faire ce choix. Rien n’a changé, et on peut le dire sans pour cela étrangler ceux qui ne sont pas de notre avis.

    Quand la Bible est respectée, le peuple de Dieu est heureux et la lumière de la Parole de Dieu peut alors rayonner.

    L’Église catholique n’a changé aucun de ses dogmes depuis la Réforme du 16e siècle. Au contraire d’autres dogmes plus hérétiques encore sont venus s’ajouter.

    Nous ne croyons pas au purgatoire ni à l’infaillibilité du pape, ni à l’Immaculée conception (= Marie était sans péché), ni à l’assomption de Marie, ni à sa virginité perpétuelle. Nous ne prions pas pour les morts. Nous ne croyons pas au baptême des enfants ... parce que LA BIBLE N’EN PARLE PAS.

    Revenons à notre texte de Matthieu 15 et à la question de Jésus : « Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? »

    Jésus a posé cette question il y a 2000 ans aux pharisiens qui avaient les textes sacrés et qui les changeaient au profit de tout ce qui ne vient pas de Dieu.

    Pourquoi ?
    -  La Parole de Dieu n’est-elle pas suffisante ?
    -  Vous croyez-vous plus sage que Lui ?
    -  Avez-vous découvert des erreurs dans la Parole ?
    -  Vous croyez-vous plus grand que Dieu ?
    -  La parole d’un homme a-t-elle le même poids que la Parole de Dieu ?
    -  Vous sentez-vous plus capables que Dieu ?

    Jésus exprime son étonnement face au « culot » des hommes qui osent ajouter à la Parole de Dieu !

    Dans le passage que nous avons lu, Jésus aborde le plus grand danger qui menace les chrétiens et l’Eglise ; modifier la Parole de Dieu. Jésus touche aussi le sujet capital de « l’inspiration divine de l’Écriture ».

    Nous voyons aussi dans ce texte le point de vue de Jésus sur l’Écriture. Quand il nous parle des commandements, il ne dit pas, « les commandements de Moïse » mais bien « les commandements de Dieu ».

    Pour Jésus, l’Ancien Testament c’est la Parole de Dieu. Et les apôtres à sa suite reprennent le même enseignement en disant comme l’apôtre Pierre « Ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée mais c’est poussé par le Saint Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pierre 1:21) C’est pourquoi notre conception de l’Ecriture doit être le même que celle qu’en avait Jésus-Christ.

    Dans ce texte Jésus oppose la Parole de Dieu à la parole des hommes, la Parole Divine à la tradition des hommes. « Vous annulez la Parole de Dieu au profit de votre tradition. » (v.6)

    Il est vrai que nous avons aussi des traditions dans nos églises, mais ces traditions n’annulent pas la Parole de Dieu.
    -  Quand nous chantons dans le recueil « Sur les Ailes de la foi », c’est une tradition.
    -  Nous avons un culte à 10h, c’est une tradition.
    -  Nous donnons la Saine Cène à la fin du culte, c’est une tradition.
    -  Nous avons notre fête de Noël le 25 décembre, c’est une tradition. Mais ces traditions n’annulent en rien la Parole de Dieu.

    Pour dénoncer ce péché, de grands hommes comme Martin Luther, Jean Calvin, ... et même de petites gens comme nous se sont levés pour prêcher avec fidélité la Parole de Dieu.

    Pensons à Marie Durant qui a été emprisonnée 38 ans à la Tour de Constance parce qu’elle croyait à la Parole de Dieu et ne voulait pas céder devant l’Église.

    Cela demeure aujourd’hui encore un de nos combats. La Réforme n’est pas encore terminée. Cette Église que les Réformateurs combattaient, est encore là aujourd’hui. Et des dogmes ont continué d’être ajoutés, annulant plus que jamais la Parole de Dieu.

    Nous n’avons pas l’intention de choquer, ni de blesser mais de nous mettre tous ensemble devant la seule Parole de Dieu.

    Que le Seigneur nous aide à nous reposer sur l’Écriture seule et que chacun puisse se replacer devant la Parole de Dieu chaque jour.

    Quand la Bible est honorée, l’Église est forte. Quand la Bible est proclamée, les âmes se convertissent, se sanctifient et se consacrent.

    Post-scriptum

    Message du 30/10/05 de Philippe Hubinon, résumé par Odette Galante et Marie-Rose Gérard.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web