logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 435Mais pourquoi donc parler d’Israël ? avril 2014
    PRÉDICATION • Dès les premières pages de la Bible, Dieu a créé un peuple, une nation, pour conduire les hommes au pardon et au salut. Dieu créa un peuple à travers un homme, Abraham, pour que de ce peuple sorte miraculeusement le Messie, le Sauveur du monde.
    logo ARTICLE 183Le réveil de l’ancien Empire romain novembre 2001
    PRÉDICATIONSérie "Le futur commence maintenant !" 3/7 - La Bible est un livre qui parle de l’avenir. Dieu se révèle dans sa Parole comme Celui qui connaît l’avenir, qui l’organise et le réalise. Dieu est le Maître de l’Histoire.

    Dans la même rubrique

    Vanité des vanités !

     | Ecclésiaste 1.2
     

    Talleyrand, prince de Bénévent, (1754-1838), fut l’un des personnages les plus riches et l’un des plus grands hommes d’Etat de son temps. Destiné à la prêtrise, il devint évêque d’Autun. Mais comme il avait un penchant très prononcé pour la politique, il abandonna cette charge pour se jeter dans le tourbillon des affaires publiques.

    Pendant la Révolution, il devint Président de l’Assemblée nationale et Ministre des Relations Extérieures. Sous Napoléon 1er, il fut nommé Grand Chambellan de l’Empire. Il savait si habilement diriger les affaires du pays (en même temps que les siennes), qu’à la chute de l’Empire on lui confia des rôles importants et de nouveaux titres sous les Bourbons, puis sous Louis-Philippe. Mais malgré la haute considération dont il jouissait et l’immense fortune qu’il s’était acquise de façon peu scrupuleuse, Talleyrand, sceptique en dépit de ses titres religieux, ne connaissait pas le vrai bonheur.

    La veille de sa mort, on trouva sur une table, près de son lit, un papier sur lequel il avait écrit de sa propre main : « Quatre-vingt-trois années se sont écoulées. Combien de soucis, combien d’inimitiés, combien de fâcheux démêlés ! Et tout cela, sans autre résultat qu’un épuisement complet des forces physiques et morales, de l’inquiétude au regard du passé et un profond sentiment de découragement et de désespoir quant à l’avenir. »

    « Ceux qui regardent aux vanités mensongères abandonnent la grâce qui est à eux. » (Jonas 2.9)

    Post-scriptum

    Paru dans le bulletin ’Résurrection’ de mars 2001.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web