logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 589Louis Pasteur (1822-1895) mai 2009
    Biologiste français ; créateur de la microbiologie. Le premier, il découvrit que la fermentation était due à des organismes vivants, les microbes, et que ceux-ci étaient aussi à l’origine de certaines maladies appelées infectieuses.
    logo ARTICLE 620Denis Lane mai 2010
    Pasteur baptiste, prédicateur et missionnaire de la “Overseas Missionary Fellowship”.

    Dans la même rubrique

     ELIE WIESEL ACCUSE

    Assassinat de toute une génération

     

    Ci-dessous le texte d’un discours prononcé par l’écrivain et prix Nobel juif bien connu, Elie Wiesel, lors d’une importante manifestation à New York. Ses mots vont directement au coeur :

    "Nous nous sommes réunis ici pour exprimer notre solidarité à l’égard d’Israël. Nous sommes outrés par l’hypocrite décision du Conseil de sécurité, qui n’a pas condamné les réactions excessives des Palestiniens, mais bien la réponse d’Israël. Nous nous tenons aux côtés d’Israël, impliqué maintenant dans un conflit déclenché par l’intransigeance du président de l’Autonomie. Ceux parmi nous qui rejettent la haine et le fanatisme comme solution et aspirent à la paix, doivent considérer le vrai visage de Yasser Arafat. Il est irréductible, non sincère et tout sauf digne de confiance. Nous espérions une vraie paix entre Israël et ses voisins arabes, également avec les Palestiniens. Dans nos rêves, nous voyions les enfants israéliens et palestiniens jouer ensemble, aller ensemble à l’école, rire ensemble et découvrir le monde de l’autre. La souffrance et la peur de la mort, le décès d’un seul enfant juif ou palestinien nous causent de graves tourments.

    Mais pourquoi Yasser Arafat ne se met-il pas devant les enfants, pour les protéger ? Pourquoi se sert-il d’eux comme bouclier devant des adultes, qui lancent des pierres et bien d’autres choses ?

    C’est le coeur bien lourd que nous devons admettre que nos rêves de paix se sont évaporés dans la fumée des synagogues, dans le lynchage de prisonniers israéliens et dans les cris de masses assoiffées de sang qui exigent une ville de Jérusalem sans Juifs et un Moyen Orient sans Israël. A mes yeux, le chef des Palestiniens, Yasser Arafat, en est responsable. Par son attitude de rejet vis-à-vis des concessions territoriales israéliennes jamais vues jusqu’alors, il a mis en terre le processus de paix. Non seulement il a ainsi abusé de la confiance de ses partenaires aux négociations et trompé le président Clinton et d’autres chefs d’Etat occidentaux, mais il a aussi foulé aux pieds le plus grand honneur qui puisse échoir à un homme de notre société. ... En provoquant la violence et en faisant verser le sang dans les rues, il s’est opposé à leurs légitimes espoirs d’un avenir débarrassé de la souffrance et de la haine. Je le tiens pour responsable du meurtre du rabbi Hillel Lieberman et du lynchage des deux soldats réservistes. Toutes ses promesses n’étaient que mensonges ; tous ses engagements n’étaient qu’une farce.

    ... Sous la souveraineté israélienne, les chrétiens, les juifs et les musulmans peuvent pareillement et sans crainte dire leurs prières à Jérusalem, notre capitale, qui constitue le centre de l’histoire juive. Loin de Jérusalem, un juif reste un Juif, mais non pas sans Jérusalem. Même si un juif n’y habite pas, Jérusalem vit dans son cœur. Aucune autre nation n’est aussi étroitement liée à ses souvenirs que la nôtre. Aucun autre peuple n’est aussi resté fidèle à son nom et n’a célébré son passé avec autant de ferveur que le nôtre. Aucune de nos prières n’est aussi remplie de passion que nos supplications pour Jérusalem. Cette ville est le rêve de nos rêves, la lumière qui éclaire nos moments les plus sombres. Sa légitimité réside dans sa souveraineté. Si l’on rejette un de ces éléments, on renie l’autre ; Israël ne renoncera à aucun des deux.

    J’accuse Yasser Arafat, parce que ses agissements sont moralement douteux, sa politique est à courte vue et un obstacle à la paix. Je l’accuse parce qu’il a commis un crime vis-à-vis des espérances de toute une génération, la sienne et la nôtre."

    Post-scriptum

    In bulletin ’Résurrection’, février 2001.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web