logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 589Louis Pasteur (1822-1895) mai 2009
    Biologiste français ; créateur de la microbiologie. Le premier, il découvrit que la fermentation était due à des organismes vivants, les microbes, et que ceux-ci étaient aussi à l’origine de certaines maladies appelées infectieuses.
    logo ARTICLE 620Denis Lane mai 2010
    Pasteur baptiste, prédicateur et missionnaire de la “Overseas Missionary Fellowship”.

    Dans la même rubrique

     IN MEMORIAM

    11 septembre au nom du Mal

     

    Dignité dans le témoignage

    J’ai vu il y a quelques semaines à New York le film des frères Naudet, tourné le 11 septembre [2001], à l’intérieur des deux tours du World Trade Center. L’Amérique tout entière l’a regardé à la télévision, ce dimanche soir 10 mars, veille de commémoration. Six mois de deuil. Sans doute a-t-elle pleuré collectivement et sursauté, comme moi, en entendant tomber sur le sol les corps que jamais on ne voit. Juste ces bruits sourds.

    Le film a la puissance et l’authenticité d’un témoignage d’une très grande décence, sorte de huis clos intime qui englobe le drame sans pointer du bout de la caméra des morts en particulier. Le 11 septembre est un tout indivisible, un événement total que Jules et Gédéon Naudet ont restitué dans son intégrité. Leur film est une livraison. La livraison du « Mal ».

    Attentat contre l’humanité

    Depuis six mois, le mot est l’objet de polémiques et de débats intellectuels. Il ne faudrait pas le prononcer, pas parler, comme les dirigeants de la Maison-Blanche, d’ « axe du Mal » pour dénoncer le terrorisme et ses filières d’Etat. Les Américains, qui ne s’embarrassent guère de nos subtilités, auraient une vision manichéenne, simpliste du monde. D’un côté le Mal. Et de l’autre le Bien. Les choses, c’est vrai, sont beaucoup plus complexes. Mais à force de relativiser, de sans cesse soupeser, par un souci pervers d’équilibre, le pour et le contre, on perd ce réflexe humain qui est de réagir, instinctivement, face à un acte que l’on s’interdit d’identifier pour ce qu’il est : le Mal.

    Le 11 septembre est un attentat contre l’Humanité. Aucune injustice de notre monde, qui en regorge depuis la nuit des temps et se condamne à en fabriquer éternellement, ne légitime cette violence aveugle, orchestrée diaboliquement, qui a jeté les uns contre les autres des êtres humains, des innocents dans les avions contre les innocents des tours. Ce n’est pas un acte de guerre, celle-là cyniquement a ses raisons, scandaleusement ses règles. C’est un acte de pure barbarie. Le mal pour le mal. Le mal au seul service du Mal. Pourquoi ne pas dire ce mot ?

    Dans nos sociétés, il est devenu politiquement incorrect. Il écorche la bouche, disparaît du vocabulaire, de l’école, de l’éducation, des discours officiels qui, au nom d’une supposée intelligence et d’une lâche tolérance, s’interdisent de l’utiliser pour condamner, sans nuance, l’inacceptable.

    Résultat : faute de prononciation et de dénonciation du Mal, les frontières entre lui et le Bien, et avec elles tous les repères, dangereusement s’estompent. On ne dit plus que la violence est le mal, que le viol est le mal, que voler, détruire, incendier, tuer est le mal. Mais on l’analyse dans les colloques, on recherche ses origines - ces fascinantes origines du Mal - dans la nature de l’homme, dans les erreurs de nos sociétés, les injustices, les inégalités, les égoïsmes et on l’ « explique », ce qui est une manière insidieuse de le justifier.

    Le 11 septembre a secoué le monde et ses habitants parmi les plus riches. Ils étaient les victimes. Six mois après, ils se sentent coupables d’un mal qu’ils se refusent à appeler par son nom. C’est ainsi, peut-être, que les sociétés meurent.

    Alain Genestar
    (Paris Match Direction Générale de la Rédaction 20/03/2002)


    Post-scriptum

    In bulletin ’Résurrection’ de juin 2002.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web