logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 295ON PIÉTINE LE SANG DES MARTYRS ! novembre 1998
    PRÉDICATION • Vous, martyrs de la foi, ne revenez pas ; vous seriez trop déçus ! Que votre repos soit doux !
    logo ARTICLE 748Georges Clemenceau (1841-1929) septembre 2011
    Médecin de formation, homme politique français, surnommé "le Père la Victoire" et "le Tigre"

    Dans la même rubrique

    Georges Frédéric Haendel

     | 1685-1759
     

    Je sais que mon Rédempteur est vivant.

    Le célèbre compositeur Georges Frédéric HAENDEL mourut à Londres en 1759, à l’âge de 75 ans. Sur son lit de mort, lorsqu’il sentit que la fin approchait, il se fit lire, par son fidèle serviteur Jean, le Psaume 91. Quand la fin de la lecture fut achevée, il dit : « Que c’est beau ! Voilà une nourriture qui rassasie et qui restaure. Lis-moi encore quelque chose ; prends le chapitre 15 de la première Épître aux Corinthiens. »

    Jean lut ce que son maître demandait et, plusieurs fois, le malade l’interrompit pour dire : « Arrête-toi, répète-moi cela encore une fois ! » Quelques instants après, il voulut qu’on lui lût dans le recueil de cantiques de sa mère, celui qu’elle aimait particulièrement :

    « J’ai l’assurance
    dans la foi qui m’unit au Christ.
    Qui peut me dérober
    ce joyau que Sa mort et Son sang m’ont acquis ?
    Sa fidèle Parole me l’affirme,
    c’est pourquoi ma foi dit :
    j’ai l’assurance »
    .

    Les lèvres du malade remuaient pendant la lecture. Il en répéta les paroles qu’il savait par cœur, puis il ajouta : « Oh, c’est pourtant une belle chose qu’un homme pusse avoir cette assurance de la foi ! Mon Dieu, que deviendrions-nous si nous devions nous appuyer sur nos œuvres ? Tout ce qu’il y a de bien en nous, n’est-ce pas un don de Dieu ? On ne peut pas se glorifier de ce qui est don, comme si c’était un mérite. Et alors comment aurions-nous fait tout ce que nous pouvions et devions faire ? Ah ! Que Dieu aie pitié de nous, car combien de choses nous accusent ! Si le mot de grâce n’est rien, alors adieu l’espérance ! Le salut est donné par grâce à la foi en Jésus-Christ. C’est à cette grâce que je me cramponne des deux mains. Seigneur Jésus-Christ, mon espérance sur la terre n’est qu’en Toi ! »

    Haendel avait souvent exprimé le désir de mourir le jour où l’Église célèbre la passion de son Rédempteur. Ce vœu fut exaucé : il s’endormit le vendredi saint 1759. Les dernières paroles de ce chrétien furent celles-ci : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! Ah ! fais que je meure et que je ressuscite en Toi. » Il fut enterré dans l’Abbaye de Westminster. Sur son tombeau, une statue grandeur nature le représente devant son orgue. Il tient dans sa main une feuille de musique sur laquelle se lisent ces mots : « Je sais que mon rédempteur est vivant. »

    "Croire et Servir", mars 1999

    Georg Friedrich Händel ou Haendel
    Halle 1685 - Londres 1759

    Compositeur allemand naturalisé britannique. Son langage musical, fait de grandeur et de lyrisme, offre une synthèse magistrale des styles italien, français, germanique et anglais. Il a écrit des opéras (Rinaldo, 1711), des sonates, des concerts et des suites (Water Music), et surtout des oratorios (Israël en Égypte, 1739 ; le Messie, 1742 ; Judas Macchabée, 1747).

    Le Petit Larousse - Copyright (©) Larousse 2008

    Post-scriptum

    Article reproduit dans le bulletin ’Résurrection’ d’avril 2007.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web