logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 279Belgique :
    Situation religieuse et spirituelle
    octobre 2007
    La revue « Le Vif /L’Express » a publié en 2006 et 2007 les résultats d’un sondage très intéressant sur la situation religieuse et spirituelle en Belgique.
    logo ARTICLE 634Pour être premier juin 2010
    PRÉDICATION • L’Eglise n’est pas régie par des rapports dominants-dominés, mais par les principes de soumission et de service réciproque.

    Dans la même rubrique

     Prétendue découverte du tombeau du Christ et de sa famille

    Le tombeau de Talpiot

     

    Opinion - RELIGION

    La tombe perdue - et retrouvée, bien sûr ! - de Jésus a défrayé la chronique voici quelques semaines. James Cameron et Simcha Jabovici ont produit un document intitulé « La tombe perdue de Jésus », qui concerne dix petits coffrets découverts en 1980 à Talpiot (à plusieurs kilomètres de Jérusalem). Certains de ces cercueils portent les noms hébreux de « Yehoshoua Ben Yossef » (Jésus fils de Joseph), de « Héhouda Bar Hehoshoua » (Judas fils de Jésus) et de « Mariamene » qui, dans les textes chrétiens primitifs, est le nom de Marie Madeleine.

    S’agirait-il de la tombe de Jésus ? Peu sérieux, disent les gens les plus sérieux. Il est facile de tricher en archéologie. La découverte, il y a cinq ans, du sarcophage de Jacques, fils de Joseph et frère de Jésus, et qui s’est révélé une supercherie, l’illustre amplement. Seules des familles riches pouvaient s’offrir de pareils ossuaires. De plus, Jésus, Marie et Joseph étaient des noms très répandus. La logique commerciale ne serait-elle pas l’explication « scientifique » la plus recevable ?

    (La Libre Belgique du 7.4.07 - Ch. Delhez)


    « C’est une belle histoire, mais sans fondement d’aucune sorte ». Pour le père Jean-Baptiste Humbert, archéologue et professeur à l’Ecole biblique et archéologique de Jérusalem : « C’est de la fiction totale. Des tombes, on en trouve toutes les semaines et ces noms étaient très communs. », a-t-il ajouté lors d’une interview à Radio Canada. « Et puis, Jérusalem est plein de faux (ndlr : en 2003, un ossuaire censé être celui de Jacques, frère de Jésus » s’est révélé avoir été trafiqué). Les objets archéologiques ont une valeur folle et s’il y a des noms bibliques, ça vaut des fortunes. C’est du commerce ! ».

    Selon le professeur d’anthropologie biblique Joe Zias : « Cela n’a rien à voir avec Jésus. Si la famille était assez riche pour s’offrir une tombe, ce qu’elle n’était probablement pas, elle aurait été à Nazareth, pas ici à Jérusalem. »

    Paul-Hubert Poirier, théologien et professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université de Laval, est plus nuancé : « Il y a là une découverte archéologique, qui n’est pas nouvelle puisqu’elle date de 1980, mais qu’on ne saurait contester. » affirme-t-il. « Il y a manifestement des inscriptions sur ces ossuaires : des noms dont la lecture correcte n’est pas tout à fait assurée pour certains, vu ce qu’il en reste. Sûrement qu’avec un peu de bonne volonté, on peut y lire ce que certains pensent y lire. Mais c’est à ce moment que nous quittons le terrain archéologique pour entrer dans des suppositions. »

    Télépro Mai 07


    Le réalisateur James Cameron a produit ce documentaire. Il déclarait sur le site de BBC News : « Je n’accepte pas l’idée que ceci ait été utilisé par Jésus ou sa famille. » Dans une précédente annonce, il disait aussi : « Cette histoire n’ira pas plus loin. » Les habitants des environs du site ont eux déclaré à la BBC News qu’ils étaient satisfaits de l’impact produit par l’annonce de cette découverte. « Cela signifie que les prix de nos maisons vont augmenter, car les chrétiens voudront vivre ici. » déclarait une femme. Et encore : « Les réalisateurs ont besoin de cela pour vendre leur film. »


    Le rabbin Marc Gellman, interviewé par Newsweek, déclarait que cette affirmation était la plus outrageante qu’il ait jamais entendue contre la chrétienté. De plus, quelque chose le perturbe : « La première chose qui m’a donné des doutes au sujet de cette affreuse annonce fut l’opinion émise par un Juif orthodoxe (le producteur de films, Simcha Jacobovici), supposé avoir découvert une tombe contenant les ossements de Jésus, de Marie Madeleine et de leur prétendue famille. Je ne pense pas que le dialogue interreligieux s’améliore lorsqu’un producteur de film juif insinue de telles choses. Il existe trop de questions sans réponses et trop d’intérêts financiers en jeu pour me laisser penser qu’une réelle preuve a été apportée. »

    Le rabbin fut également surpris d’entendre la réponse de certains milieux chrétiens déclarant que « Seul le corps spirituel de Jésus est ressuscité et non pas son corps de chair. » Selon le rabbin Gellman, « La ligne séparant les chrétiens des non chrétiens n’est pas entre ceux qui pensent qu’aimer tout le monde est bien et ceux qui disent le contraire, la séparation se fait entre ceux qui croient que Jésus est ressuscité d’entre les morts le troisième jour, ce qui prouve qu’Il est réellement le Messie envoyé par Dieu, et ceux qui ne le croient pas. »

    « Au cœur d’Israël » - Mai 07


    Etude approfondie
    par le Pasteur Emile Carp

    J’ai profité d’un repos post-opératoire pour étudier le sujet en profondeur, ce qui m’a permis de publier un blog à la suite de la projection du documentaire sur TF1.

    Voici l’adresse : http://tombeaudetalpiot.blogspot.com

    L’objectif du blog est :

    1- Donner des réponses aux chrétiens qui seraient déstabilisés par la lecture du livre ou la vision du documentaire.

    2- Aider les chrétiens dans leur témoignage quand des proches les interpellent sur le sujet.

    3- Montrer au monde non chrétien que les meilleures études archéologiques, épigraphiques, historiques et même scientifiques donnent raison à ceux qui attestent que ce tombeau n’a rien à voir avec un éventuel tombeau de la famille de Jésus.

    Pasteur Emile CARP

    Post-scriptum

    In bulletins ’Résurrection’ de juillet et d’octobre 2007.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web