logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

    Plus que vainqueur

     | 1 Corinthiens 10.13 - Jude 24 et 25
     

    La tentation

    La vie chrétienne est un combat. La tentation fait partie de ce combat. Il est utile le de se poser quelques questions au sujet de la tentation.

    1) Est-il normal d’être tenté en tant que chrétien ?

    Oui, la tentation fait partie de la vie chrétienne normale. Un chrétien tenté est donc un chrétien normal. En d’autres termes, un chrétien ne doit pas être troublé s’il connaît la tentation. Raisonner comme certains le font est dangereux, à savoir : “Je suis converti, je me suis donné à Jésus-Christ, je marche avec Dieu, j’ai changé de vie, j’essaie d’obéir au Seigneur, j’ai rompu avec mes anciennes habitudes, et pourtant je suis encore tenté ! Donc, quelque chose ne va pas.” Il faut savoir que la tentation fait partie de la vie chrétienne normale. Il ne faut pas être troublé si l’on est tenté. Cela fait bien partie de notre expérience chrétienne.

    2) Est-il possible, à un moment donné de la vie chrétienne, de ne plus être tenté ?

    Non ! Si nous attendons dans notre vie chrétienne le jour où nous ne serons plus tentés, nous risquons d’être déçus et troublés. Cette expérience de la tentation fait partie de l’expérience chrétienne et à vrai dire de l’expérience humaine. Ce n’est pas en effet seulement les chrétiens qui sont tentés. Tout homme est tenté. La différence entre le chrétien et le non-chrétien est que le croyant est davantage conscient du phénomène de la tentation. L’Esprit de Dieu et l’enseignement de la Parole rendent le chrétien particulièrement attentif à cette difficulté. Un nouveau converti peut éventuellement être fort troublé en constatant qu’il est encore tenté. La Bible ne dit jamais que la conversion enlève de la vie chrétienne le problème de la tentation. Au contraire, l’Ecriture nous affirme que ce combat fera partie de notre expérience avec le Seigneur. Satan nous harcèle parce que nous avons quitté son camp. Et parfois en devenant chrétien, nous connaissons davantage la tentation. Peut-être parce que l’adversaire augmente sa pression, peut-être parce que nous sommes davantage conscient, par l’œuvre du Saint-Esprit qui attire notre attention sur cette question. N’attendons donc jamais ce moment où nous ne serions plus tentés. Ce jour ne viendra jamais !

    3) Sommes-nous tous tentés ? Certains seraient-Ils épargnés par la tentation ?

    Nous sommes tous tentés. Jacques, le frère du Seigneur, écrit : « Chacun est tenté. » (Jacques 1.14). Parfois, il peut paraître que certains aient plus facile. C’est faux. Personne n’échappe à la tentation. Chacun la connaît, que l’on soit chrétien ou non. Il n’y a pas d’exception. L’Ecriture nous affirme que même le Christ a connu la tentation : « Il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre le péché. » (Hébreux 4.15). Quel que soit notre âge, quelle que soit notre ancienneté dans la foi, nous sommes tous tentés. Moïse, David, Elie, Josué, Paul, Pierre, ont connu la tentation. Elle fait partie de l’expérience humaine, et chrétienne en particulier. Personne n’est épargné par la tentation.

    4) Sommes-nous tous tentés de la même manière ?

    La réponse comporte à la fois un oui et un non. Oui, nous sommes tous tentés de la même manière, en ce sens que n’importe quelle tentation est susceptible de nous accrocher. Personne ne peut dire honnêtement : “Ah moi, je ne connais pas ce domaine-là de la tentation, et je ne le connaîtrai jamais.” Il faut être prudent. Nous pouvons tous nous faire accrocher par n’importe quelle tentation.

    D’autre part nous pouvons en même temps répondre : Non, nous ne sommes pas tous tentés de la même manière. Pourquoi ? Parce que nous avons tous un ou plusieurs terrains sur lesquels nous sommes plus fragiles et vulnérables que d’autres. Certains sont plus sensibles peut-être au problème de l’orgueil, ou de l’argent, ou de la médisance. D’autres auront des difficultés avec le problème de la jalousie, du mensonge ou de la sexualité. Certains seront plus sensibles au problème de la rancune, de la colère, de l’alcool, de l’envie. Chacun est confronté à des difficultés particulières sur un ou plusieurs terrains spécifiques. C’est pourquoi il est important et précieux de se connaître soi-même. C’est un peu pareil sur le plan de la santé. Certains seront plus fragiles du côté du foie ou du cœur, d’autres le seront du côté des yeux ou du dos. D’autres encore seront plus sensibles du côté de la déprime ou de l’angoisse.

    Il en est de même dans le domaine spirituel. On pourrait regarder quelques personnages de l’Ecriture et essayer de détecter chez eux quel a été leur terrain de faiblesse ou de fragilité. Elie, le grand prophète, a rencontré des problèmes particuliers sur le terrain de la déprime. Il était vite découragé, enclin à la dépression. Des personnages comme Samson, David ou Salomon ont connu des tentations particulières dans le domaine de la sexualité. Pour le roi Saül, il s’agissait plutôt de l’orgueil. Pour Moïse, c’était la colère, tandis qu’Abraham a plusieurs fois succombé au mensonge. Pour Jacob, son terrain fragile était l’hypocrisie. Nous avons tous un terrain où nous sommes plus fragiles, sur le plan spirituel. Nous avons chacun un flanc plus faible, sur lequel l’adversaire aura plus de prise. Quand on le sait, on est beaucoup plus prudent et vigilant. C’est pourquoi chacun devrait connaître ses points faibles. Si nous avons des difficultés à les découvrir, nous pouvons demander l’aide de notre épouse, de notre mari, de nos enfants. Ils auront sans doute facile à nous montrer l’endroit le plus fragile de la muraille.

    5) La tentation est-elle un péché ?

    La Bible nous enseigne que la tentation n’est pas un péché. Jésus a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre le péché. Dans la tentation en elle-même, il n’y a pas de mal. Le péché consiste à céder à la tentation. Il y a une différence entre être tenté et céder à la tentation. Le Réformateur Martin Luther avait exprimé cela en des termes très simples. Il disait : “Je ne peux pas empêcher les oiseaux de voler au-dessus de ma tête, mais je peux les empêcher de faire leur nid dans mon chapeau.” Nous ne pouvons pas éviter la tentation. Elle vient dans notre existence à cause de la séduction de notre cœur. Mais nous pouvons éviter qu’elle s’installe dans nos pensées et dans notre vie. Dès qu’elle s’installe nous avons déjà un pied dans le péché. Nous ne pouvons empêcher le mal de frapper à notre porte, mais nous pouvons faire en sorte qu’il n’entre pas. C’est déjà ce que l’Eternel disait à Caïn : « Le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui. » (Genèse 4.7). Nous ne savons pas empêcher le mal de nous solliciter ; mais nous pouvons l’empêcher d’entrer dans notre vie. La tentation est une chose, mais le péché en est une autre. Etre tenté est un phénomène normal. Le péché commence dès que nous cédons à la tentation.

    Notons cette remarque importante : certains pourraient penser que le sommet de la vie chrétienne est atteint lorsque l’on n’est plus tenté. Ces chrétiens s’imaginent qu’en étant super spirituel, on pourrait ainsi en finir avec la tentation. Ce serait alors le sommet de la vie chrétienne. Mais tout ce raisonnement est faux. En réalité le sommet de la vie chrétienne est atteint, lorsqu’une fois tenté, nous résistons à la tentation sans y succomber. Le sommet de la vie chrétienne n’est pas l’absence de tentation. Le sommet atteint par Jésus-Christ a été de pouvoir résister à toutes les tentations sans jamais céder. Le Christ a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre le péché (Hébreux 4.15). Mais la Parole de Dieu nous dit pourquoi Jésus a été tenté comme nous en toutes choses. Pourquoi Dieu a-t-il laissé son Fils au milieu des tentations ? La Bible nous donne la réponse : « Ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. » (Hébreux 2.18). Ainsi donc, parce qu’il a été tenté comme nous en toutes choses, sans jamais céder à la tentation, Il peut secourir ceux qui sont tentés. Parce que le Christ a vécu les mêmes expériences, Il peut aider ceux qui sont tentés afin de pouvoir résister à la tentation. Jésus peut donc secourir. Voilà l’Evangile au quotidien : chaque enfant de Dieu est secouru jour après jour par Jésus-Christ. Jésus sait ce qu’est la tentation. Il n’est pas un maître ignorant les difficultés que nous connaissons ici-bas. Dieu n’est pas un Dieu lointain qui ne connaît pas l’expérience humaine, et qui ne peut donner de conseil à personne. Jésus a été fait homme, tenté comme nous en toutes choses pour pouvoir nous secourir, quand nous sommes tentés. Jésus est passé par là avant nous. Il a résisté à la tentation et peut par conséquent nous conseiller. Beaucoup d’entraîneurs de football sont d’anciens joueurs. Après avoir bien joué et connu les victoires, ils peuvent alors enseigner d’autres sportifs et les conseiller. Cette comparaison dans le domaine du sport n’est pas irrévérencieuse mais elle aide à faire comprendre l’expérience vécue du Christ qui a triomphé de toutes les tentations. Christ peut par conséquent nous donner les meilleures recommandations et nous secourir. Tel est l’Evangile au quotidien : être secouru par Jésus-Christ. Bouddha ne peut rien pour le bouddhiste. Mahomet ne peut rien pour le musulman. Ni l’un ni l’autre n’a promis une aide à leurs adeptes. Mais si nous sommes chrétiens, alors nous avons expérimenté le secours de Jésus-Christ au moment de la tentation. Alors dans ces instants d’épreuve, Christ nous ouvre une porte pour nous donner le moyen d’échapper, de nous en sortir afin d’éviter de céder et tomber ainsi dans le péché. Jésus a dit : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28.20). Christ est avec nous tous les jours, entre autres, pour nous secourir au moment de la tentation. Notre victoire sur la tentation, nous la devons à Christ, parce qu’il est notre victoire. Il est aussi notre sagesse, notre justice.

    QUELS SONT LES CONSEILS DONNÉS PAR L’ECRITURE POUR TRIOMPHER DE LA TENTATION ?

    Ces conseils sont clairs, simples, directement applicables dans notre vie.

    1) D’abord la Parole nous dit : « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation. » (Matthieu 26.41).

    Veiller signifie être attentif où l’on met les pieds. En d’autres mots, cela veut dire être attentif à ce que l’on fait, à ce que nos yeux voient, à ce que nos oreilles entendent. Pour cela il faut prendre garde à nos fréquentations, à nos relations, à la vie. Au combat, un bon soldat est sur le qui-vive à chaque instant, parce que l’ennemi peut se dissimuler derrière tout arbre dans la forêt. Atout moment le soldat peut être surpris et perdre la vie. Nous sommes aussi au combat. Pour ne pas être battu par l’adversaire, il faut veiller, être vigilant et ne pas s’exposer. Celui qui joue au bord de l’eau risque d’y tomber. Celui qui côtoie le feu s’expose à des brûlures. Celui qui s’écarte et s’éloigne du danger évite d’emblée bien des événements fâcheux et pénibles. Ainsi nous pouvons éviter certaines tentations. Si je fréquente des buveurs, je risque très fort d’être un jour ou l’autre tenté par l’alcool. Si je veux éviter cette tentation, il me suffit de prendre mes distances vis-à-vis de certaines amitiés. Si je suis un lecteur de revues pornographiques, je serai certainement tenté par l’impureté. Si je veux éviter ce problème, il me suffit de ne plus lire ces magazines. Si je remplis mes yeux, ma tête, mes oreilles de cassettes vidéo débordant de violence, de sang et de coups, je serai sans doute un jour tenté par la violence et la brutalité. Libre à moi, pour éviter ce problème, de ne pas regarder ces spectacles durs et brutaux.

    2) Nous devons non seulement veiller, mais aussi prier.

    Il est important de comprendre la puissance de la prière pour résister à la tentation. La prière est puissante pour nous donner la victoire sur la tentation. Jésus a dit : « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation. » Ainsi donc il est nécessaire de nous mettre à genoux à certains moments précis où nous sommes sollicités par la tentation. Nous avons besoin parfois de crier à Dieu pour qu’Il écarte de nous la tentation et nous donne le moyen d’en sortir. Nous sommes peut-être tentés par l’argent. Nous pouvons prier pour ce sujet particulier. Nous pouvons être sollicités par l’adultère, le mensonge, l’orgueil, la vengeance. Commençons notre journée en priant pour cette tentation qui nous assaille. De plus à chaque instant de la journée où cette tentation particulière se représentera, redemandons au Seigneur son secours. Veillons donc et prions.

    3) De plus, nous devons savoir que le secours se trouve dans la Parole de Dieu.

    La vie chrétienne repose toujours sur les mêmes fondements. Jésus Lui-même n’a pas trouvé d’autre moyen quand II a été tenté par le diable. Quand Jésus fut emmené dans le désert, Il a combattu le tentateur par la Parole, en citant l’Ecriture : « Il est écrit... » (Matthieu 4.4, 7, 10). Dans la Parole de Dieu, se trouve pour nous une force qui nous permet de lutter contre la tentation. Au mieux nous connaîtrons cette Parole, au mieux nous pourrons nous défendre contre le tentateur et résister à la tentation.

    4) La soumission à Jésus-Christ et l’obéissance à la Parole sont aussi nécessaires pour résister à la tentation.

    La connaissance de l’Ecriture ne suffit pas. L’obéissance est importante. L’Ecriture dit : « Soumettez-vous donc à Dieu. Résistez au diable, et il fuira loin de vous. » (Jacques 4.7). Nous sommes souvent faibles devant la tentation parce que nous ne sommes pas soumis à Jésus-Christ. En résistant à Dieu, nous nous désarmons face à la tentation. Trop souvent nous nous soumettons au diable en résistant à Dieu, en refusant de faire ce qu’Il nous dit. Obéissons donc à la Parole de Dieu.

    Mais la victoire sur la tentation est avant tout une question de cœur et d’amour pour Dieu. La victoire remportée sur la tentation s’obtient par l’amour que nous avons pour Jésus-Christ. Jésus a pu triompher de toutes les tentations parce qu’il a aimé Dieu son Père de tout son cœur, de toute son âme, de toute sa force et de toute sa pensée. Et c’est son amour pour Dieu qui l’a rendu si fort et victorieux. Pour nous aussi chrétiens, c’est l’amour que nous avons pour le Père et pour Jésus-Christ, qui nous rendra forts. Au plus nous aimons Jésus-Christ, au plus nous serons forts contre la tentation. Ce n’est pas pour rien que le premier commandement est : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » (Deutéronome 6.5 ; Matthieu 22.37). La victoire sur la tentation sera à la mesure de notre amour pour Jésus-Christ, notre Seigneur. 

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 13-4-1997 par Philippe HUBINON et résumée par Jean-Pierre BAUDOUIN - Bulletin “Résurrection” de mai 1998.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web