logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 600Jean Chrysostome (344 ou 349 - 407) avril 2010
    Père de l’Église grecque, docteur de l’Église ; élu Patriarche de Constantinople en 398. Il devint célèbre par sa prédication et ses talents d’orateur éloquent, d’où son surnom de Chrysostome (« Bouche d’or »).
    logo ARTICLE 82La lumière est venue dans le monde décembre 1997
    PRÉDICATION • NOËL — Deux mille ans après la naissance du Christ, sur toute la planète, les peuples fêtent Noël. Des millions d’hommes, de femmes, de jeunes gens, de jeunes filles et d’enfants se souviennent.

    Dans la même rubrique

    Laïcité / Symboles religieux — Débaptisation

     

    SYMBOLES RELIGIEUX
    Une décision “historique”

    Le 18 mars dernier, la Ccour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé que la présence d’un crucifix dans une salle de classe ne violait pas le droit à une instruction neutre. Pour le Vatican, il s’agit d’une décision historique.

    En novembre 2009, la CEDH, interpellée par une mère de famille italienne, avait considéré la présence de crucifix dans les salles italiennes “contraire au droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des enfants à la liberté de religion”. Emue par cette condamnation, l’Italie avait alors fait appel de ce jugement, considérant que le crucifix était, au-delà d’un symbole chrétien, un objet “historico-culturel” ayant une “valeur identitaire” pour le peuple italien.

    “Une victoire pour l’Europe”

    La Grande Chambre de la CEDH lui a finalement donné raison ce vendredi 18 mars [2011], par 15 voix contre 2. Pour elle, la présence du crucifix dans les écoles n’empêche pas de prodiguer un enseignement objectif, critique et dans un esprit pluraliste. Une décision qui a été accueillie “avec grande satisfaction” par le ministre des Affaires étrangères italien et qualifié “d’historique” par le Vatican. “La Cour affirme donc que l’exposition du crucifix n’est pas de l’endoctrinement, mais l’expression de l’identité culturelle et religieuse des pays de traditions chrétiennes.”, s’est félicité le père Federico Lombardi, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège. Pour lui, ce jugement contribue “efficacement” à “rétablir la confiance dans la Cour européenne des droits de l’homme”.

    Même satisfaction chez les évêques européens. “Sans le crucifix, l’Europe que nous connaissons aujourd’hui n’existerait pas aujourd’hui. Voilà pourquoi ce jugement est avant tout une victoire pour l’Europe.”, a déclaré le cardinal Peter Erdö, président du Conseil des Conférences épiscopales d’Europe.


    Campagne de débaptisation :
    triste concurrence !

    Non seulement, la Laïcité organisée reçoit plus de subsides publics que les autres « religions » pour ses officiants, ses activités et ses bâtiments, mais voici que ses adeptes venant d’une autre religion exigent de cette autre religion de les « débaptiser ».

    N’y a-t-il donc pas de baptême dans la laïcité, pour acter leur passage de la religion catholique à leur nouvelle religion ? Craignent-ils de recevoir des factures ou des publicités de l’Église, sur base de leur appartenance passée à celle-ci ? Veulent-ils effacer de la mémoire collective un passé dont ils seraient honteux ? A part leur ego, à quoi peut bien servir un « débaptême » ?

    Décidément, cette laïcité belge est une religion qui entretien des relations peu sereines avec les autres. Ils ont aussi obtenu du ministre Courard qu’il réclame l’enlèvement de crucifix des bâtiments communaux, alors qu’aucune loi n’oblige une commune à faire cela. Le ministre a d’ailleurs prudemment précisé qu’il n’envisageait pas de sanctions. Encore heureux. En effet, une commune est seule habilitée a décider souverainement de ce genre de choses. Même afficher les portraits des souverains n’est pas imposable à une commune.

    Pierre Thomasset

    Courrier Dimanche n°21 du 27/5/07

    Post-scriptum

    Publication au bulletin “Résurrection” :

    • "Symboles religieux" : mai-juin 2011
    • "Campagne de débaptisation" : octobre 2007.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web