logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    Les idées août 2005
    Le fondement théologique de l’église de Charleroi n’a pas varié. Par contre, l’organisation ecclésiastique a fortement évolué pendant la période qui encadra plus ou moins la reconstruction du temple.
    La référence à une direction centrale fut progressivement abandonnée. Les postes les plus « mûrs », en particulier l’église de Charleroi, se séparèrent du tronc central de la M.E.B. en 1962. Ils formèrent un essaim d’Eglises Libres à organisation congrégationaliste, simplement fédérés en un organisme représentatif.
    La propriété du (...)
    logo ARTICLE 231Iran : position face au Christianisme juin 2006
    Le président iranien Ahmadinejah a non seulement exigé publiquement qu’Israël soit rayé de la carte, mais aussi, ce que l’on sait moins, « qu’il soit mis un terme à tout accroissement du christianisme ».
    Peu de temps après, le pasteur évangélique Tourani était enlevé par des inconnus et torturé à mort. Plus tard, son cadavre ensanglanté était jeté devant la porte de la maison où habitaient sa femme et sa fille de 4 ans. Appel de minuit - (...)

    Dans la même rubrique

    L’anti-Genèse

     
    Au premier chapitre de la Bible, la Genèse raconte comment Dieu créa le monde. Une étudiante américaine de l’université de Missouri nous a envoyé ce texte dans lequel elle raconte, à la manière de la Genèse, comment l’homme le détruit.

    AU COMMENCEMENT,
    Il y avait la Terre, elle était belle et bien formée. Un homme habitait sur ces territoires, surveillait les champs et les arbres. Il dit : construisons nos maisons dans ce lieu de beauté. Il construisit les villes et couvrit la Terre de béton et d’acier. Et les prairies disparurent. Et l’homme dit : c’est bien.

    LE DEUXIEME JOUR,
    L’homme regarda les eaux de la Terre. Il dit : mettons nos déchets dans l’eau afin que la boue disparaisse. Il le fit. Les eaux se polluèrent et sentirent mauvais. L’homme dit : c’est bien.

    LE TROISIEME JOUR,
    Il regarda les forêts de la Terre et les trouva belles. Il dit : coupons les arbres et utilisons le bois dans nos maisons. Il le fit. Les terrains devinrent arides et les arbres disparurent. L’homme dit : c’est bien.

    LE QUATRIEME JOUR,
    Il vit que les animaux proliféraient, couraient dans les champs et jouaient au soleil. Il dit : enfermons-les pour nous amuser et tuons-les par sport. Il le fit. Il n’y eut plus d’animaux sur la Terre. L’homme dit : c’est bien.

    LE CINQUIEME JOUR,
    Il respira l’air de la Terre, il dit : disposons nos déchets à l’air libre afin que les vents les emportent. Il le fit. L’air se chargea de poussière et brûla. L’homme dit : c’est bien.

    LE SIXIEME JOUR,
    Il se regarda et voyant la diversité des langages, il prit peur et se haït. Il dit : construisons de grandes machines, détruisons les hommes de peur qu’ils ne nous détruisent. Il construisit de grandes machines et la Terre fut incendiée avec la rage des grandes guerres. L’homme dit : c’est bien.

    LE SEPTIEME JOUR,
    La Terre était calme, car l’homme avait disparu...

    ET C’ETAIT BIEN.

    Post-scriptum

    In bulletin “Résurrection” de novembre 2000.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web