logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

    Ta Parole est la vérité !

     | Luc 4.16-21
     

    Voir aussi : “Quand la Bible parle de la Bible
     

    L’histoire vraie de Mary JONES a des prolongements inattendus dont nous sommes aujourd’hui à la fois les témoins et les bénéficiaires.

    Cette petite fille est née au Pays de Galles à la fin du dix-huitième siècle. Sa famille, (des tisserands), est humble, modeste, plusieurs enfants, dont Mary. Les parents sont des chrétiens fervents, simples et pieux. A cette époque beaucoup de gens ne savent pas lire. Mary, elle, va apprendre, à l’âge de huit ans, grâce à l’école du village qui vient d’être mise sur pied. Dès qu’elle sait lire, Mary économise sou par sou pour pouvoir s’acheter une Bible. Sa famille, comme tout le pays du reste, est pauvre. Mary garde les enfants, coupe du bois, rend divers services, fait des fagots pour remplir lentement sa tirelire qu’elle doit cependant parfois ouvrir pour acheter des médicaments pour sa mère malade. Cette petite fille persévère sans se décourager. Pendant tout ce temps elle suit des cours à l’école du dimanche. En semaine, elle a l’occasion de lire la Bible chez les Evans, des voisins habitant à six kilomètres de chez elle. Elle s’y rend le soir et revient très tard après avoir lu la Bible. A seize ans, c’est une jeune fille. Nous sommes en 1800. Elle décide alors de se rendre, à pied, dans la grande ville la plus proche, située à quarante kilomètres de sa maison. Elle y est accueillie par le pasteur Edwards et rencontre le lendemain le révérend Charles. Sa déception est grande : il n’y a pas de Bible. Il en reste trois mais déjà réservées et promises. Le révérend est bouleversé quand il entend l’histoire de Mary. Pour ne pas la laisser repartir désolée, il lui donne sa propre Bible. Quelques mois plus tard, en décembre 1802, se tient une des plus grandes réunions du Comité de la Société des Traités religieux, à Londres. Lors de cette rencontre, le révérend Charles évoque l’histoire de Mary. Les participants prennent alors la décision de faire publier la Bible à grand tirage. Après plusieurs mois et de multiples comités, est fondée en 1804 la Société Biblique britannique et étrangère. Durant les années qui suivent, des succursales s’ouvrent dans divers pays dans le monde entier. Le 28 décembre 1866 Mary JONES est rappelée auprès du Seigneur, à l’âge de 82 ans, après avoir fondé une famille.

    Aujourd’hui à Londres, au siège de la Société Biblique britannique et étrangère est conservée la Bible de Mary JONES. Les visiteurs peuvent lire sur la première page du précieux livre exposé : “Achetée en l’an 1800, à l’âge de 16 ans.” C’est écrit de la main de Mary.

    Aujourd’hui, la Bible “Esaïe 55” distribuée dans la région de Charleroi à des milliers d’exemplaires, est éditée par la Société Biblique britannique et étrangère. Une petite fille de huit ans, voici deux siècles, a commencé à économiser pour acheter une Bible. A partir de là, a germé une œuvre grandiose qui s’étend à travers le monde entier, pour répandre la Parole de Dieu.

    La Société Biblique Belge installée à Bruxelles avait choisi cette année, le 24 janvier 1993 comme Journée Nationale de la Bible. Dans toute la Belgique, toutes les Eglises où la Parole de Dieu est honorée, prêchée et respectée, ont fait "éloge de la Bible. Même en dehors des milieux chrétiens, ces éloges foisonnent et sont très nombreux. En voici quelques exemples utiles pour nous édifier et nous réchauffer le cœur.

    — Le premier livre qui fut jamais imprimé sous les presses inventées par GUTENBERG (1448) était la Bible. L’inventeur a lui-même écrit : “Dieu souffre parce qu’une multitude ne peut être atteinte par la Parole Sacrée. La vérité est captive dans un petit nombre de manuscrits qui renferment des trésors. Brisons le sceau qui les lie. Donnons des ailes à la vérité. Qu’il [le Livre] ne soit plus manuscrit écrit à grands frais par des mains qui se fatiguent, mais qu’il vole multiplié par une machine infatigable et qu’il atteigne tous les hommes.”

    — Blaise PASCAL, le grand savant chrétien du dix-septième siècle, mort si jeune à 39 ans, écrivait dans ses Pensées : “Sans l’Écriture qui n’a que Jésus-Christ pour objet, nous ne connaissons rien.”

    Cette affirmation est bien juste et vraie, non seulement dans le domaine religieux mais dans tous les domaines. Au fil des années, beaucoup de chrétiens constatent que le Saint-Esprit engendre dans leur cœur davantage de confiance en ce que Dieu a dit dans sa Parole. De même l’Esprit Saint apporte en notre for intérieur de plus en plus de prudence vis à vis de tout ce que nous pouvons lire en dehors de cette Parole.

    — Victor HUGO, grand écrivain français du 19e siècle, écrivait : “Sachez que le livre le plus philosophique, le plus populaire, le plus éternel est l’Écriture Sainte : la Bible. Ensemencez donc les campagnes d’évangiles, une Bible par cabane.” “Il y a un livre qui contient toute la sagesse humaine éclairée par toute la sagesse divine, un livre que la vénération du peuple appelle : Le Livre. C’est la Bible.”

    — NAPOLÉON : “La Bible n’est pas seulement un livre. Elle est une créature vivante, avec le pouvoir de conquérir tout ce qui s’oppose à elle.”

    — Le grand savant Isaac NEWTON, illustre mathématicien, physicien, astronome et philosophe anglais disait : “II y a plus de preuves d’authenticité dans la Bible que dans n’importe quelle histoire profane.”

    — Winston CHURCHILL : “Que les savants continuent de multiplier leurs découvertes. Qu’à force de recherches ils scrutent jusqu’au moindre détail des récits qui nous ont été conservés. Tout ce qu’ils réussiront à faire c’est de rendre plus persuasive l’admirable simplicité et l’exactitude fondamentale des vérités enregistrées dans les livres sacrés et qui ont éclairé jusqu’à ce jour le pèlerinage de l’homme.”

    — Jean JAURES : “La Bible fait bondir la tête et le cœur des hommes, tressaillir les montagnes. C’est le livre des sursauts, des images grandioses et tragiques, des grandes revendications sociales, des prophètes annonçant l’égalité fraternelle des hommes, amenant la disparition de la guerre entre les peuples, l’apaisement des nations irritées et de la nature elle-même, la réconciliation du lion et de l’agneau paissant le même pâturage, le désarmement des loups apaisés.”

    — George WASHINGTON, premier président des Etats-Unis : “II m’est impossible de gouverner le monde comme il convient, sans Dieu et la Bible.”

    — Jean-Jacques ROUSSEAU : “II n’y a qu’un livre que je puisse encore relire c’est la Bible. Elle ne me quitte plus. La majesté des Ecritures m’étonne, sa sainteté parle à mon cœur. Mon ami, ce n’est pas ainsi qu’on invente. L’inventeur en serait plus étonnant que le héros.”

    — Abraham LINCOLN, président des Etats-Unis : “De ce livre si grand, je n’ai qu’une chose à dire : c’est le meilleur don de Dieu à l’homme. Tout ce que le monde doit à notre bon Sauveur lui est donné par le moyen de ce livre. Tout ce qui fait le bonheur de l’homme ici-bas et ci-après nous est décrit dans ce livre.”

    — Quand le peintre REMBRANDT mourut, l’huissier qui entra dans sa maison pour faire le décompte de ses biens nota dans son rapport : “Je n’ai trouvé qu’un seul livre, la Bible.”

    On pourrait encore multiplier les éloges concernant l’Ecriture, d’hommes et de femmes qui n’ont pas nécessairement été élevés dans les milieux évangéliques ou chrétiens.

    Mais le plus glorieux témoignage rendu à la Parole de Dieu est celui qu’en a rendu Jésus-Christ : « Ta Parole est la Vérité. » (Jean 17.17). Jésus a encore dit : « Je ne suis pas venu pour abolir la loi ou les prophètes,)e suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. » (Matthieu 5.17).

    A ce sujet nous pourrions dire quelque chose d’étrange : tous les hommes n’aiment pas la vérité. C’est vrai pensons-nous pour les autres. Mais nous faisons partie de ces autres, et nous n’aimons pas entendre toute la vérité sur nous-mêmes. Nous devons faire un effort et laisser le Saint-Esprit travailler dans notre cœur pour que nous puissions accepter de la Parole de Dieu la vérité que ce livre nous dit sur nous-mêmes. Pour qu’un homme se mette à aimer la vérité, il doit y avoir dans son cœur une œuvre profonde du Saint-Esprit. La Bible dit : « Le Saint-Esprit vous conduira dans toute la vérité. » (Jean 16.13).

    Blaise Pascal écrivait concernant l’homme qui ne supporte pas d’entendre la vérité à son sujet : “L’homme n’est donc que déguisement que mensonge et hypocrisie, et en soi-même et à l’égard des autres. Il ne veut donc pas qu’on lui dise la vérité, et il évite de la dire aux autres. Toutes ces dispositions éloignées de la justice et de la raison ont une racine naturelle en son cœur.”

    Savez-vous pourquoi la Bible est appelée la Sainte Bible ? Parce qu’elle dit la vérité. C’est en cela qu’elle est sainte. Elle est différente de tout le reste de ce qui est écrit. Elle nous dit la vérité sur Dieu : « Dieu est esprit. » (Jean 4.24).

    Comment pouvons-nous connaître Dieu ? Qui va nous donner les réponses ? L’Ecriture nous dit que Dieu est Esprit. Il n’a pas de corps matériel. Il est omniprésent, présent partout et totalement, et ce en même temps. Personne ne pourra jamais comprendre une telle réalité. Le psalmiste disait : « Où irais-je loin de ton esprit et où fuirais-je loin de ta face ? Si je monte aux cieux, tu y es ; si je me couche au séjour des morts ; t’y voilà. Si je prends les ailes de l’aurore, et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer, là aussi ta main me conduira, et ta droite me saisira. Si je dis : Au moins les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, la nuit brille comme le jour, et les ténèbres comme la lumière. » (Psaumes 139.7-12).

    Dieu est aussi patient et juste. Il ne tient point le coupable pour innocent (Exode 34.7). Dieu est éternel et infini. A Moïse, au buisson ardent, il lui révèlera des éléments sur sa nature : « Je suis celui qui suis. Voilà mon nom pour l’éternité, voilà mon nom de génération en génération. » (Exode 3.14). Dieu ne vieillit pas. Il ne change pas, il ne passe pas, il est éternel et demeure pour toujours. Il est infini. Les cieux et la terre ne peuvent le contenir (1 Rois 8.27).

    Dieu est tout puissant et rien ne peut résister à sa force. Son intelligence est insondable. Mais surtout l’Ecriture nous dit que Dieu est amour (Jean 3.16). Plaise à Dieu que cette parole résonne dans tout notre pays, et dans le cœur de milliers de personnes qui se font une fausse image de Dieu.

    Mais l’Écriture nous dit aussi la vérité sur l’homme. Elle nous dit que notre vie est courte : « L’homme ! Ses jours sont comme l’herbe. II fleurit comme la fleur des champs. Lorsqu’un vent passe sur elle, elle n’est plus, et le lieu qu’elle occupait ne la reconnaît plus. » (Psaumes 103.15). C’est pourquoi nous n’avons pas à gaspiller notre temps : « Rachetez le temps, car les jours sont mauvais. » (Ephésiens 5.16).

    L’Ecriture nous décrit aussi la nature profonde de l’homme : « Le cœur de l’homme est tortueux par-dessus tout et il est méchant : qui peut le connaître. » (Jérémie 17.9). Nous approuvons cette parole aujourd’hui pour les Serbes en ex-Yougoslavie. Mais le prophète Jérémie le dit de la part de Dieu aussi pour chacun d’entre nous. Pour pouvoir accepter cette terrible vérité, il faut l’œuvre du Saint-Esprit. Sinon tout en nous se rebelle, se révolte contre cette idée. La Parole est la vérité. Notre cœur est et demeure mauvais même après notre conversion ! Il reste dans notre cœur des racines de méchanceté. Beaucoup de personnes rejettent la Bible parce qu’elle dit la vérité. Elle nous dit nos “quatre vérités”. L’Ecriture n’est pas flatteuse envers l’homme parce qu’elle est vraie.

    Pourquoi les écrits de Darwin ont-ils connu tant de succès avec tant de facilité ? De même, pourquoi Freud et Marx ont-ils rencontré un tel succès ? Parce que leurs théories sont flatteuses pour l’homme. Mais ... elles sont fausses ! Qui va donc nous dire la vérité sur l’homme, sur notre nature profonde ? Qui ? Marx, Freud, Darwin, Victor Hugo, Voltaire, Sartre ? Jésus dit : « Ta Parole est la vérité. »

    L’Ecriture nous enseigne que le monde est malade, malade d’une terrible maladie appelée le péché : « Non, il n’y a sur la terre point d’homme juste qui fasse le bien et qui ne pèche jamais. » (Ecclésiaste 6.20). L’apôtre Paul dit : « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » (Romains 3.23).

    Le professeur Léon SCHARZENBERG, grand cancérologue français, disait : “Les suicides augmentent de façon inquiétante, les autorités politiques n’en parlent pas parce que cela démontre qu’un véritable malaise existe dans notre société.” En fait, c’est plus qu’une question de malaise, c’est une maladie que la Bible appelle le péché. C’est le fléau de notre société.

    Le plus grand traité d’anthropologie, c’est l’Ecriture Sainte. Le plus grand livre de psychologie qui peut nous aider à comprendre le fonctionnement de l’esprit, de l’âme, de l’intérieur de l’homme, c’est la Bible. L’homme ne sait et ne saura jamais savoir ce qu’il est s’il ne lit pas la Parole de Dieu.

    La Bible nous dit aussi la vérité quand elle nous déclare que le sang de Jésus-Christ est le remède au péché de l’homme. Le sang de Jésus-Christ est le seul remède au péché.

    Nous pourrions multiplier encore les exemples de ces vérités énoncées par la Parole de Dieu.

    Mais ces vérités ne sont pas seulement à connaître, elles sont aussi à vivre. Luther, le grand réformateur, disait : “La Bible ne contient pas seulement des paroles à lire, mais des paroles à vivre.”

    Vivez-vous ce que dit la Parole de Dieu ? 

    Post-scriptum

    Prédication de Philippe Hubinon, résumée par Jean-Pierre Baudouin - Bulletin “Résurrection” de novembre 1993.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web