logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 810Prévenir vaut mieux que guérir février 2014
    PRÉDICATION • Le Christ veut nous sauver, pardonner nos péchés pour nous donner la vie éternelle, mais il veut aussi nous éviter de tomber dans le péché. L’Évangile est la bonne nouvelle du pardon, mais il est aussi l’Évangile de la prévention.
    logo ARTICLE 245Jean Calvin (1509-1564) janvier 2015
    Théologien français ayant joué un rôle très important lors de la réforme protestante. A l’origine de la théologie dite calviniste.

    Dans la même rubrique

    Pourquoi faut-il évangéliser ?

     | Matthieu 9 : 35-38 et 28 : 16-20 • 1 Corinthiens 9 : 16-17 • 2 Corinthiens 5 : 20
     

    Voir aussi ces messages :

    L’importance de la prédication
    Prêche la Parole !

    1) Parce que Jésus est notre modèle

    Jésus, notre modèle a été le plus grand des évangélistes. C’était un gagneur d’âmes. Sa préoccupation n’était ni politique, ni sociale, ni économique, ni philosophique, ni religieuse. Jésus dit dans Luc 19:10 : « Le fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. » L’apôtre Paul a déclaré dans Timothée 1:15 : « C’est une parole certaine et entièrement digne de foi, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. » Partout où il passait et quelles que soient les personnes qu’il rencontrait, la préoccupation de Jésus était le salut des âmes !

    Dans Jean 3, Jésus rencontra Nicodème, le pharisien, le théologien, le docteur de la loi. Jésus ne fit pas de théologie avec lui, mais lui parla du salut de son âme. Il faut que tu naisses de nouveau, Nicodème, sinon tu n’entreras pas dans le royaume de Dieu (Jean 3:3-5).

    Dans Jean 4, il rencontra la Samaritaine qui avait eu cinq maris et qui vivait en concubinage. Il ne lui fit pas la morale, mais s’occupant du salut de son âme, il évoqua l’eau vive dont elle avait besoin (Jean 4:10).

    Quand il rencontra le paralytique cloué sur son lit, dans Matthieu 9, il ne se hâta pas de guérir son corps, mais guérit d’abord son âme et lui dit : « Mon enfant tes péchés sont pardonnés. » (Jean 4:2).

    Avec les disciples, la foule, les pharisiens, les braves gens comme les gens de mauvaise vie, Jésus eut toujours pour objectif le salut des âmes. Sur la croix, peu avant de mourir, Jésus dit au brigand : « Je te dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23:43). Nous sommes invités à imiter Jésus : quand nous rencontrons des gens avec qui nous parlons, notre préoccupation première doit être le salut de leur âme.

    2) Parce que Jésus nous en a donné l’ordre

    « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. » (Matthieu 28:19-20). Jésus a répété cet ordre sous différentes formes. Dans la chambre haute : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » (Jean 20:21). « Allez de par le monde et prêchez la bonne nouvelle... » (Marc 16:15).

    Quelqu’un a dit que le vocabulaire de Jésus s’articulait autour de deux verbes : venir et aller. Jésus les a en effet souvent employés. Exemples :

    C’est autour des deux pôles suivants que doit se construire notre vie de chrétien : venir à Jésus et aller vers les autres. C’est un ordre. Il ne faut pas attendre d’en avoir envie, car l’Évangile n’appartient pas au domaine des sentiments, de l’émotion, de l’état d’esprit. Il ne faut pas non plus attendre un signe, une conviction, une vision ! L’ordre de Jésus fait appel à notre volonté et demande un effort de notre part ! Beaucoup de choses dans la vie chrétienne demandent un effort. Il faut de la volonté pour aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa pensée, selon Matthieu 22:37.

    Il faut évangéliser parce que le Seigneur en a donné l’ordre. Il y a 6 milliards d’habitants dans le monde, 10 millions en Belgique, 250.000 dans le bassin de Charleroi, des centaines autour de nous, des dizaines dans notre famille ou sur notre lieu de travail. Nous vivons dans un pays prétendument christianisé. Il y a des églises dans toutes les villes et tous les villages. Mais combien vont à l’église ? Il y a des croix dans les cimetières. Mais combien parmi ceux qui gisent là, vont ressusciter pour la vie éternelle ? Des milliers portent une croix en pendentif ou en boucle d’oreille. Mais combien croient en Jésus ? Le bijoutier vend des croix en or pour les communions ou les fêtes de Pâques, mais combien parmi ceux qui portent ces croix sont nés de nouveau ? Notre pays est un des plus grands champs de mission au monde et il y a peu d’ouvriers. Proportionnellement, il y a plus de chrétiens, de pasteurs et d’églises en Afrique que chez nous. La moisson est grande en Belgique et il y a peu d’ouvriers. C’est pourquoi, nous devons témoigner, évangéliser.

    Parfois je me demande si ce ne serait pas mieux pour moi d’aller à la sortie de la gare, sur le marché, dans les grands rassemblements (comme les foires) distribuer des traités, faire des sondages pour essayer d’accrocher les gens et parler de l’Évangile. Mais si des gens se convertissent, où devront-ils aller ? Ils iront dans une église où on les enseignera, les baptisera, les aidera à grandir. C’est pourquoi je reste dans l’église et vous propose d’y rester aussi, parce que c’est le meilleur terrain d’évangélisation. On y évangélise les enfants, les ados, les jeunes, les familles, les couples, les personnes âgées.

    L’église locale est la clé de voûte de l’œuvre de Dieu sur la terre. Dieu a voulu que tout soit rattaché aux églises locales. C’est pour cette raison que les églises locales sont la cible de Satan ! Il y a peu d’ouvriers ! Jésus l’a déjà dit il y a 2000 ans ! (Matthieu 9:37). Aujourd’hui encore, il y a peu de pasteurs, d’évangélistes, de missionnaires, de moniteurs d’école du dimanche, de directeurs de camps, de responsables de jeunes, peu d’anciens, peu d’étudiants à l’Institut Biblique [I.B.B.] Peu de tout ! Beaucoup de pasteurs sont fatigués ! Quand Jésus parle d’ouvriers dans la moisson, il ne s’agit pas seulement des pasteurs. « Nous sommes ouvriers avec Dieu. », dit Paul dans 1 Corinthiens 3:9. Béni soit Dieu pour tous ceux qui sont à l’œuvre d’une façon ou d’une autre, qui accomplissent quelque chose pour le Royaume de Dieu, qui sont actifs !

    3) Parce que nous sommes ambassadeurs

    2 Corinthiens 5:20 dit : « Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : soyez réconciliés avec Dieu ! » Nous sommes mandatés pour exhorter à la réconciliation avec Dieu par Christ. Le verset 19 dit : « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même... » Là où il a un chrétien, il y a un ambassadeur pour Christ.

    L’Ambassadeur représente le pays qui l’a envoyé et a le devoir de défendre les intérêts de ce pays. Il fait entendre sa voix. Nous sommes là pour défendre notre Royaume, l’autorité du Roi, sa loi, sa gloire. Nous sommes des ambassadeurs du Prince de la Paix pour annoncer un message de paix.

    4) Parce que Dieu va juger le monde

    Aucune génération n’a accepté ce message. De tout temps, les hommes se sont moqués du jugement de Dieu. Au 2e siècle, le théologien Tertullien disait : “On se rit de nous, quand nous annonçons le jugement de Dieu.”, et on répondait à Justin Martyr : “Que des mots et des épouvantails !

    La prédication du jugement de Dieu n’a jamais été populaire. Aujourd’hui non plus. Quand Paul prêcha à l’Aréopage à Athènes, sur cette colline consacrée au dieu Mars où les philosophes se rassemblaient pour discuter, il annonça que Dieu est le créateur du « monde et de tout ce qui s’y trouve » et qu’ « Il a fixé un jour où il va juger le monde selon la justice, par l’homme qu’il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts. » (Actes 17:24-31). Alors, les Athéniens se moquèrent et s’esquivèrent.

    Nous arrivons à un point de non-retour. Les signes du retour de Christ sont clairs. Les nations, sans le savoir, se préparent à accueillir l’Anti-Christ. L’immoralité a atteint les fonds d’une incroyable bassesse. Les chefs d’État travaillent à ce que l’immoralité ait droit de cité dans nos pays. L’apostasie atteint le sommet de l’hypocrisie. Tous ces signes montrent que le temps du jugement approche, que le juge est à la porte. Déjà du temps de Noé, les hommes n’y croyaient pas ! A Sodome et Gomorrhe, on n’y croyait pas ! A Babylone non plus ! Et en Israël ? Israël n’y croyait pas ! La destruction de Jérusalem avait été annoncée par Jésus, mais ses habitants n’y croyaient pas ! Le jugement gronde sur les nations. Les nuages de la colère de Dieu se font de plus en plus noirs, les éclairs déchirent le ciel, le tonnerre gronde... C’est pourquoi, nous avons le devoir de témoigner, d’évangéliser. Dieu nous donne une grande responsabilité et une belle mission. Jésus nous a donné l’ordre de prêcher parce que la moisson est grande, qu’il y a peu d’ouvriers, que nous sommes des ambassadeurs et que le jugement guette le monde.

    Post-scriptum

    Prédication du 25-5-2008, publiée dans le bulletin ’Résurrection" de janvier-février 2010.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web