logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

    Les 7 signes d’une foi vivante

     | Hébreux 11 ; Jacques 2 ; Romains 4.18-25 et 5.1-2
     

    La foi est l’un des sujets les plus importants que la Bible aborde, tant dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau Testament.

    Dans ce dernier, elle est l’objet du chapitre 11 de l’Épître aux Hébreux. Ce chapitre souligne la foi efficace des “héros de la foi” de l’Ancien Testament.

    Le verset 6 résume l’importance du sujet dans l’Ecriture : « Sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu. » On peut posséder une Bible et la lire, venir à l’église et assister aux différentes réunions, faire partie de la chorale, prier, etc., sans avoir la foi.

    Plus de 150 versets de l’Écriture parlent de la foi. Hébreux 11.1 nous donne une courte définition : « La foi est la ferme assurance des choses qu’on espère, la démonstration de celles qu’on ne voit pas ! ».

    Nous sommes fils ou filles de Dieu par la foi (Galates 3.26).

    Nous sommes justifiés, purifiés, fortifiés, encouragés par la foi (Actes 15.9 ; Romains 1.12 ; 3.10 ; 4.20).

    Nous devons persévérer, demeurer fermes, vivre dans la foi (Actes 14.22 ; 1 Corinthiens 16.13 ; Galates 2.20).

    Nous devons rechercher la foi et nous examiner pour savoir si nous sommes dans la foi (1 Timothée 6.11 ; 2 Corinthiens 13.5).

    Il y a une seule foi (Ephésiens 4.5).

    Jésus est le chef de la foi (Hébreux 12.2).

    La Parole de Dieu est certaine et digne de foi (2 Timothée 2.11).

    Hébreux 11, mentionne la foi d’Abel, d’Enoch, de Noé, Abraham, Sara, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, du peuple d’Israël devant la Mer Rouge et la ville de Jéricho, de Rahab, Gédéon, Barak, Samson, Jephté, David, Samuel...

    La foi est une assurance (Hébreux 11.1). Elle est une certitude et pas du “peut-être” ou du “probablement”. Elle est une démonstration des choses qu’on ne voit pas encore aujourd’hui, mais qui feront un jour irruption dans le réel.

    Pendant des années, Abraham n’a pas vu le fils promis par Dieu. Mais, un jour, Sara fut enceinte et elle enfanta Isaac.

    Pendant des centaines d’années, les prophètes annoncèrent avec beaucoup de détails la venue du Messie et, un jour, à Bethléem, naquit Jésus. Lors de la présentation du Seigneur au temple de Jérusalem, Siméon dit : « ...mes yeux ont vu ton salut. » (Luc 2 : 25-30).

    Pendant 2000 ans, le peuple d’Israël fut dispersé parmi les nations, avec toutefois la promesse du retour sur la terre de ses ancêtres, et, le 14 mai 1948, fut proclamée l’indépendance de l’État d’Israël. Et les juifs continuent à revenir dans le “pays promis” !

    Quant à Jésus, il a promis de revenir (Jean 14.3-28). Nous l’attendons et un jour, nous le verrons ! Ce sera « la démonstration des choses qu’on ne voit pas » aujourd’hui !

    Le mot foi est synonyme de confiance. Dans les passages évoqués plus haut, nous pouvons remplacer le mot foi par le mot confiance.

    Lors de l’épisode de la tempête apaisée, Jésus demanda à ses disciples effrayés : « Où est votre foi ? » c’est-à-dire “Où est votre confiance ?” (Luc 8.22-25). Vous m’avez vu changer l’eau en vin, nourrir la foule, guérir les malades, purifier les lépreux, chasser les démons..... Pourquoi n’avez-vous pas confiance ?

    Avons-nous mis notre confiance en Dieu et en Jésus-Christ pour cette vie et pour l’au-delà ? Je vous propose 7 signes d’une foi vivante.

    1. La foi vivante est fondée sur l’Ecriture Sainte. Elle s’appuie sur ce que Dieu a dit et pas sur n’importe quoi. Il est essentiel de vérifier si notre foi est bien encadrée par l’Ecriture et si nous ne partons pas dans toutes les directions ! Luc, dans Actes 17, fait l’éloge des juifs de Bérée, qui examinaient les Ecritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact (v. 11).

    Jésus reprocha aux pharisiens d’annuler la Parole de Dieu au profit de leur tradition (Marc 7:13) et aux sadducéens de retrancher de la Parole tout le surnaturel qui les embarrassait. Par exemple, la résurrection des morts (Marc 12:18-27). Dès qu’on s’éloigne de la Bible, la foi décline et meurt. Paul a dit dans Romains 10:17 « La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. » Il y a un lien entre la foi et l’Ecriture ! Celle-ci nourrit notre foi et la garde vivante.

    2. Une foi vivante est active. Dans la liste des héros de la foi de Hébreux 11, il est mentionné ce que ces croyants ont fait par la foi : Abel a offert un sacrifice agréable à Dieu, Noé a construit l’arche , Abraham a quitté son pays sans savoir où il allait, Isaac bénit Jacob, Jacob bénit les fils de Joseph, les parents de Moïse ont caché l’enfant, Moïse a quitté l’Egypte et y est revenu pour libérer son peuple, Israël a traversé la mer Rouge et a fait 7 fois le tour des murailles de Jéricho, Rahab a caché les espions, Gédéon, Barak, Jephté ont combattu, etc.

    Jacques a écrit : « Que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres. » et « Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture, et que l’un d’entre vous leur dise : “Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez !” et que vous ne leur donnez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ? » Il a ajouté : ... « La foi sans les œuvres est morte. » (Jacques 2.14-17).

    Ainsi le pasteur cherche à donner à l’église des occasions de mettre sa foi en action : travaux bénévoles dans le bâtiment, appel pour des dons missionnaires, recrutement de moniteurs et monitrices pour les camps d’enfants, organisation de distributions de Bibles, parrainage d’enfants... J’ai lu dans un dépliant du S.E.L « Parrainer un enfant c’est l’aimer en action. » Paul parlait aux Thessaloniciens de « L’œuvre de leur foi qui s’était fait connaître en tout lieu. » (1 Thessaloniciens 1.8). Dans Tite 2.14, il disait que « Le Christ veut se faire un peuple purifié par Lui et zélé pour les bonnes œuvres. » Notre foi est elle une foi active ?

    3. Une foi vivante est conquérante. La foi vivante veut se propager, se communiquer, être partagée. C’est la poussée brûlante et mystérieuse du Saint-Esprit agissant dans le chrétien. Paul a dit : « J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé. » (2 Corinthiens 4.13). Les journalistes européens découvrent la foi évangélique. Ils ont fait des reportages scandalisés de ce que la foi évangélique veut conquérir le monde. Ils n’ont pas compris qu’il ne s’agit pas d’une conquête militaire, violente, sanguinaire, économique, d’une conquête pour le pouvoir, mais d’une conquête pour amener des âmes au Seigneur et des cœurs à Jésus-Christ. A nous-mêmes, on nous reproche de faire du prosélytisme. Oui, nous évangélisons parce que Jésus nous en a donné l’ordre. La foi vivante est conquérante et fait partie de la nouvelle nature que Dieu nous a donnée. Notre foi est- elle conquérante ?

    4. La foi vivante est transformatrice. Elle réforme l’être intérieur de l’homme. Paul a dit dans 2 Corinthiens 5.17 « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ; voici toutes choses sont devenues nouvelles. » Tous ceux qui sont venus à Jésus-Christ ont vécu l’expérience de la transformation : Zachée, le riche voleur, Jacques et Jean surnommés à juste titre “Fils du tonnerre” ; Pierre, impétueux et lâche ; Paul le fanatique ; Joseph d’Arimathée, disciple de Jésus en secret ; Augustin, le corrompu ; Pascal le voluptueux et, de nos jours, Tony Antony, trois fois champion du monde de Kung fu et drogué... Pour certains, il s’agit d’une transformation rapide et radicale, pour d’autres, d’une transformation progressive.

    5. Une foi active est persévérante. Elle reste ferme face aux afflictions et aux épreuves. Elle reste ferme dans la doctrine de Christ et des apôtres, dans la prière, l’amour fraternel, la justice, l’espérance... Paul a dit aux Thessaloniciens : « Nous nous glorifions à cause de votre persévérance. » (2 Thessaloniciens 1.4) et il a exhorté les chrétiens d’Asie Mineure « à persévérer dans la foi. » (Actes 14.22).

    6. Une foi vivante et indépendante des circonstances. Les choses sont toujours susceptibles de changer, tant dans nos vies personnelles que dans le monde qui nous entoure. Mais une foi vivante ne varie pas au gré des circonstances.

    7. Une foi vivante est tolérante. Elle témoigne, mais ne s’impose à personne. Elle respecte les autres. Elle ne contraint pas.

    Passons notre foi au crible de la Parole de Dieu et de ces différents principes énoncés et demandons-nous si notre foi a toutes les qualités d’une foi vivante.

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 14-10-07 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD - Parue dans le bulletin ’Résurrection’ de mai 2008.

    Ce message a été enregistré en audio (29).


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web