logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 295ON PIÉTINE LE SANG DES MARTYRS ! novembre 1998
    PRÉDICATION • Vous, martyrs de la foi, ne revenez pas ; vous seriez trop déçus ! Que votre repos soit doux !
    logo ARTICLE 748Georges Clemenceau (1841-1929) septembre 2011
    Médecin de formation, homme politique français, surnommé "le Père la Victoire" et "le Tigre"

    Dans la même rubrique

     >>> I HAVE A DREAM !

    Martin Luther King

     | 15-1-1929 — 4-4-1968
     
    Martin Luther King est un pasteur noir américain. Il lutta à partir de 1955 pour l’intégration des Noirs, organisant notamment de grandes manifestations pacifiques.

    J’ai un rêve !

    Nous sommes le 28 août 1963. Debout, face à une foule immense réunie devant le mémorial de Lincoln à Washington, Martin Luther King déclare avec une conviction contagieuse : « Je fais un rêve ! Et ce rêve, c’est qu’un jour tous les hommes se lèveront et comprendront enfin qu’ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères... ». Dans le contexte d’un pays déchiré par une ségrégation omniprésente, nombreux sont ceux qui, le coeur étreint par l’émotion, sentent les larmes couler sur leur visage en entendant ces paroles venues du plus profond de l’être de ce prédicateur épris d’égalité et de justice.

    Cinq ans plus tard, alors qu’à la fin d’une longue journée de travail et de réflexion sur ce qu’il appelle « la campagne des pauvres », Martin Luther King sort sur le balcon de son hôtel de Memphis, au Tennessee, pour prendre quelques bouffées d’air frais, un coup de feu retentit. Celui qu’on appelle le « prophète noir américain » s’écroule. Il est mortellement blessé.

    Jeunesse - études - formation

    C’est dans ce qu’on appelle le « Sud profond » des Etats-Unis que naît, au foyer pastoral des King, le 15 janvier 1929, à Atlanta en Georgie, un petit garçon qui sera prénommé Martin Luther. Cet enfant est doué d’une mémoire extraordinaire et, dès cinq ou six ans, il mémorise de longs passages de la Bible et de nombreux negro-spirituals qu’il chante déjà en solo au cours du culte dominical. Confronté quotidiennement au racisme et à la ségrégation qui sévissent dans cette contrée des Etats-Unis, il subit à l’adolescence, après un discours qui lui avait valu les félicitations du jury, une humiliation qui le marquera profondément et influencera sans aucune doute son développement ultérieur.

    Lorsqu’il entre à l’Université, il n’a encore que quinze ans et, désireux de se rendre utile, il se destine tout d’abord à être médecin ou avocat. Mais, frappé par les prédications puissantes du président de son Université, il lui semble tout à coup qu’il trouvera plutôt sa voie dans le pastorat. Son père, pasteur à l’Eglise Baptiste d’Ebenézer à Atlanta, lui donne alors sa chance et, à dix-sept ans, Martin prêche son premier sermon dans le temple bondé pour l’occasion. Quelques mois plus tard, il reçoit la consécration pastorale.

    Mais Martin Luther ne se croit pas arrivé pour autant. Il ressent un immense besoin d’étudier et de se former encore et encore. C’est ainsi qu’à dix-neuf ans, en 1948, il entre à la Faculté de Théologie de Crozer, en Pennsylvanie, puis à l’Université de Boston. Travailleur acharné, il réussit brillamment ses études. Il dévore de nombreux ouvrages de penseurs révolutionnaires, tels (entre-autres) les écrits de Thoreau, un abolitionniste jusqu’au-boutiste. Le christianisme social de Rauschenbusch et la philosophie non violente de Gandhi l’influencent aussi beaucoup.

    En septembre 1954, Martin Luther King accepte l’appel d’une Eglise baptiste de Montgomery, en Alabama, et s’y installe avec sa jeune femme, Coretta Scott, musicienne de talent qu’il a épousée un an auparavant.

    Il commence à y faire ses premières armes de prédicateur tout en continuant à travailler sur sa thèse de doctorat qu’il soutient à Boston au printemps 1955. Il a tout juste vingt-six ans.

    Engagement social et politique

    Quelques mois plus tard, survient un événement qui va jouer un rôle détonateur dans le conflit racial du sud et qui va révolter le jeune prédicateur. C’est le premier décembre 1955, Rosa Parks, une couturière noire employée au centre ville de Montgomery, monte comme tous les jours dans le bus qui va la ramener chez elle.

    Epuisée par une longue journée de travail, elle enfreint la loi en refusant de laisser sa place à un homme blanc qui menace de la faire arrêter. Son emprisonnement déchaîne l’indignation de toute la communauté noire de la ville et va entraîner une « opération boycott » sans précédent dans toute l’histoire des Etats-Unis.

    Pendant presque un an, malgré la fatigue, plus aucun noir de Montgomery ne prend le bus ! Martin Luther King, qui est élu président du comité d’organisation de cette manifestation d’envergure est le premier surpris du succès qu’elle rencontre. Il décide alors de tirer parti de la situation et de lancer un vaste mouvement de revendication dans le Sud tout entier.

    Les ségrégationnistes blancs, d’abord sûrs de leur force et de leur supériorité, refusent de céder. Mais quand les médias du monde entier commencent à montrer leurs odieux agissements sur leurs écrans de télévision, leur mépris fait place à l’inquiétude, puis à la peur.

    La riposte ne se fait pas attendre. Martin Luther est arrêté à maintes reprises. Les prétextes sont multiples : excès de vitesse au volant (48 km/h au lieu de 40 km/h), entrave au fonctionnement d’entreprise, trouble de l’ordre public... Une bombe éclate même devant son domicile, ne faisant heureusement aucune victime !

    Mais quelle exultation pour tous quand, le 13 novembre 1955, la Cour Suprême déclare illégale la ségrégation ! Martin Luther King et ses équipiers savent cependant qu’il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. C’est ainsi qu’en février 1957, soixante d’entre eux fondent la SCLC, la Conférence des Leaders Chrétiens du Sud, qui organise divers mouvements de protestation bien suivis.

    En 1958, Martin Luther est poignardé par une femme noire démente. Il a eu chaud ! La blessure était fort grave mais l’opération tentée d’urgence par les chirurgiens réussit : c’est un vrai miracle... Dès qu’il est rétabli, Martin Luther reprend ses activités. Il quitte Montgomery à la fin de l’année 1959 et retourne à Atlanta où il organise des « sit-in » et fonde le SNCC, le Comité de Coordination des Etudiants.

    A partir de l’année suivante, lorsque des émeutes se déclenchent, Martin Luther se sent bien démuni et tous ses efforts sont vains pour calmer la violence qui se déchaîne de plus en plus. En 1964, malgré l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur les Droits Civiques signée par le Président Johnson, et bien que Martin Luther reçoive le prix Nobel de la Paix, le célèbre prédicateur est paradoxalement en baisse d’influence et se désole en voyant de nombreuses manifestations de violence se déchaîner dans plusieurs grandes villes du pays.

    Sa dernière campagne sera celle des éboueurs de Memphis, au cours de laquelle il déclara : « Je vois la terre promise, mais je sais que je n’y arriverai pas... Je ne crains aucun homme car mes yeux ont vu la gloire de Dieu. » Le lendemain, il sera assassiné. Il n’avait que trente-neuf ans.

    Voir aussi cet article

    Post-scriptum

    Article paru dans "Construire ensemble" et reproduit dans le bulletin "Résurrection" de juin 1998.

    Documents

    logo DOCUMENT 785"I have a dream" (texte en français), 14 septembre 2013, PDF 471.2 ko


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web