logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

    La foi ne tombe pas du ciel

     | Romains 10 : 1. 17 - Corinthiens 17 : 25
     

    La Réformation

    La Réforme du 16e siècle fut un grand mouvement de l’Esprit, le plus grand réveil dans l’histoire de l’Église. L’Esprit de Dieu a soufflé sur toute l’Europe.

    Pourquoi alors notre pays et d’autres pays européens sont-ils si pauvres sur le plan de la foi et comptent-ils si peu d’Églises évangéliques ? Parce que les chrétiens ont fui ces pays de persécution pour des cieux plus cléments. Ce mouvement de la Réforme replaçait la Bible au centre de la foi. Une des devises de ce mouvement était SOLA FIDE (la foi seule), c’est-à-dire sauvé par la foi seule. C’est le thème de la justification par la foi, fer de lance de toutes les Églises évangéliques. C’est un point de doctrine que nous avons en commun : nous prêchons le salut par la foi dans le sacrifice de Jésus seul et non par les œuvres !

    Le salut par la foi en Jésus-Christ, seule

    C’était aussi l’un des combats de l’apôtre Paul qui s’opposait à ceux qui voulaient ajouter les bonnes œuvres à la foi. Il a dit dans Romains 3:28 : « Nous pensons que l’homme est justifié par la foi sans les œuvres de la loi. » Il a ajouté dans Romains 4.5 : « Celui qui ne fait point d’œuvres, mais qui croit en Celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à justice. »

    Ce fut le cas du brigand sur la croix qui s’entendit dire par Jésus : « Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23:43). Or, qu’avait fait cet homme ? Du mal toute sa vie certainement ! Mais il a cru en Jésus et n’a pas eu le temps de faire de bonnes œuvres !

    Dans Ephésiens 2:8, Paul affirme : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, car c’est un don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » Nous avons tous cette tendance naturelle à vouloir payer à Dieu ce qu’il nous offre, alors que son pardon est un don. Dieu ne veut pas être payé ! D’ailleurs, avec quoi ou comment pourrions-nous payer Dieu ? C’est un affront envers lui que de vouloir lui payer ce qu’il nous offre !

    D’autres dans le même esprit, croient que leurs souffrances sont méritoires et leur assurent l’entrée dans le Royaume de Dieu.

    Au début de mon ministère, je visitais à l’hôpital une dame que je connaissais à peine. Nous avons parlé de choses et d’autres et finalement des choses spirituelles. Pour savoir où elle en était spirituellement, je lui demandai si elle avait mis sa confiance en Jésus-Christ et si elle était sûre que le Seigneur avait pardonné ses péchés. Elle me répondit « Oh ! Avec moi il n’y aura pas de problèmes. J’ai tellement souffert toute ma vie ! » Comme si les souffrances nous donnaient le droit d’entrer au ciel ! Ni nos bonnes œuvres, ni nos souffrances ne nous accordent le pardon divin. C’est par la grâce seule et par le moyen de la foi en Jésus que nous obtenons le salut. C’était aussi le combat de Jésus contre les pharisiens qui eux, s’efforçaient de mériter le pardon de Dieu en pratiquant la loi. C’est ce que Jésus enseigne au travers de la parabole du pharisien et du publicain dans Luc 18:9-14.

    Le pharisien comptait sur ses bonnes œuvres et ses mérites, tandis que le publicain comptait uniquement sur la grâce de Dieu. Toutes les religions enseignent que l’homme doit se racheter, payer le prix du mal qu’il a commis, mériter le pardon par ses œuvres. Seul l’Évangile enseigne que le pardon est un cadeau reçu par la foi. Il proclame que nous sommes sauvés par grâce au moyen de la foi et de la confiance que nous mettons en Jésus. Par la foi seule : SOLA FIDE !

    Avons-nous mis notre confiance en Jésus et avons-nous obtenu la réconciliation avec Dieu par le Seigneur Jésus seul ? Ne faisons pas un affront à Dieu en essayant de mettre devant Lui les bonnes œuvres que nous avons essayé de faire pour nous racheter !

    Ceci fut le cas de Caïn qui vint avec le fruit de son travail et de ses efforts et sur qui Dieu porta un regard défavorable, tandis qu’Il porta un regard favorable sur Abel qui avait mis sa confiance en un sacrifice sanglant préfigurant le sacrifice de Jésus. Romains 4:20 dit qu’Abraham fut fortifié par la foi. La foi est une force pour faire face à la vie, aux épreuves, aux deuils, à la déception, à la mort... Beaucoup parmi nous ont traversé des épreuves terribles ! Comment ont-ils fait pour ne pas sombrer dans l’alcoolisme, l’incrédulité, la surconsommation de médicaments, la dépression, l’immoralité ? Ils ont été fortifiés par leur foi, leur confiance en Dieu. Ils ont souffert, pleuré, prié, mais ils n’ont pas sombré.

    Des incroyants nous ont parfois dit : « Comme j’aimerais avoir votre foi ! ». Et cela parce qu’ils ont reconnu que la foi est une force. La Bible nous donne une très belle image de ce qu’est la foi. Elle dit dans Ephésiens 6:16 : « Prenez par-dessus tout le bouclier de la foi avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin. » Le diable n’épargne en effet pas l’Église de Jésus-Christ. Nous rejoignons l’actualité de ce jour qui est le Dimanche de l’Église persécutée. Où ces chrétiens ont-ils trouvé la force de faire face à la persécution, la prison, la torture, la séparation d’avec la famille, l’injustice ? Dans leur foi et la confiance qu’ils ont mise en Dieu et en sa Parole.

    Nous avons appris comment le mari d’un jeune couple chrétien turc avait été assassiné. Où sa jeune veuve a-t-elle trouvé aux obsèques, la force de rendre un si vibrant éloge à son époux devant le cercueil de celui-ci ? Dans sa foi en Jésus qui l’a si puissamment fortifiée ! "Seigneur, je souffre mais je garde confiance. Je pleure, mais je garde confiance en toi. Je meurs, mais je garde confiance en toi parce que je suis puissamment fortifiée en toi."

    L’origine de la foi

    Quelle est l’origine de la foi ? Comment naît-elle ? Romains 10:17 affirme que : « La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. » La foi ne tombe pas du ciel ! Elle suit un chemin qui passe par la Parole de Dieu. Pour que la foi naisse, il faut un contact avec la Parole de Dieu. La foi est comme une semence. Si nous voulons avoir des salades dans notre jardin, nous devons déposer des semences dans la terre. Il en est de même pour la foi. Une semence doit être déposée dans les cœurs par la prédication de la Parole. Paul dit à Timothée (2 Timothée 4:1) : « Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, ... prêche la Parole ! » Comment est née la première Église à Jérusalem ? Par la prédication de Pierre dans Actes 2:37-41. « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché... Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés et ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ 3000 âmes... » Dans 1 Pierre 1:23-25, l’apôtre dit : « Vous avez été régénérés... par une semence incorruptible, par la Parole vivante et permanente de Dieu et cette Parole est celle qui vous a été annoncée par l’Évangile. »

    Pour que naisse la foi, il faut que l’homme ait un contact avec la Parole de Dieu. Toutefois cela n’est pas systématique ! C’est le chemin que Dieu a choisi ! Paul a dit dans 1 Corinthiens 1:21-23 : « Car, puisque le monde avec sa sagesse n’a point connu Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. Les Juifs demandent des miracles et les Grecs la sagesse, nous, nous prêchons le Christ crucifié. »

    Aujourd’hui certaines Églises sont en danger, parce qu’elles mettent la prédication au second plan par rapport à la louange. Or, celle-ci ne doit jamais remplacer la prédication parce que cela déséquilibre l’enseignement du peuple de Dieu. La priorité doit être accordée à la prédication de la Parole. Il faut bien sûr, louer Dieu, mais pas au détriment de la prédication ! Cette conviction est fondée sur la Parole de Dieu.

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 4-11-2007 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD. - Publiée dans le bulletin ’Résurrection’ de juillet 2008.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web