logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 559Pierre Lecomte du Nouÿ (1883-1947) septembre 2009
    Mathématicien, biophysicien, écrivain et philosophe français, descendant de Pierre Corneille. Il est arrivé par ses recherches à la conviction de l’existence de Dieu.
    logo ARTICLE 505C’est vrai... mars 2007
    Petite méditation sur la protection du Seigneur à l’égard de ses enfants.

    Dans la même rubrique

     DOCTRINE

    Les Eglises évangéliques ne sont pas des sectes !

     

    Depuis l’apparition des fanatiques de Moon et des "Enfants de Dieu", mais surtout après les drames de "l’Ordre du Temple Solaire", les sectes (religieuses, philosophiques et mystiques) défraient toutes les conversations et suscitent les réactions légitimes de réprobation dans la presse de toutes tendances.

    Tout le monde est d’accord : il y a des sectes malfaisantes dont il faut dénoncer le danger par tous les moyens disponibles.

    Pour les chrétiens bibliques, il s’agit surtout d’éclairer par « la vérité qui affranchit » (Evangile de Jean 8:32) les malheureuses victimes des faux prophètes.

    Cependant, il est infiniment déplorable et injuste que tous ceux qui ne sont pas de la « grande Eglise » soient catalogués automatiquement parmi les adeptes des sectes ! A part quelques protestants privilégiés, les chrétiens évangéliques bibliques, foncièrement fidèles à l’enseignement apostolique, sont en général classés parmi les sectes. C’est là une inadmissible injure faite à la vérité.

    Il faut néanmoins préciser que le mot « secte » a un sens nettement péjoratif. Il désigne trop souvent et bien à tort ceux qui se sont séparés d’une Eglise dite officielle ou majoritaire pour se joindre à une Eglise chrétienne minoritaire ou peu connue. Ce n’est pas juste, il faut l’avouer. Et ce jugement erroné est porté aussi sur les Eglises « indépendantes » dans les pays où le protestantisme est la religion d’Etat. C’est là encore un effet néfaste du traditionalisme héréditaire.

    En consultant les écrits apostoliques, nous y découvrons que très souvent la secte représente, non pas les petites assemblées de croyants séparés des Eglises dites historiques, mais l’erreur doctrinale, l’hérésie religieuse et l’infidélité à la saine doctrine du Nouveau Testament. (Voir 2e Epître aux Philippiens 2:1 sur les sectes pernicieuses ; 1ère Epître aux Corinthiens 11:9 ; Epître aux Galates 5:20 ; Epître aux Colossiens 2:20-23 ; 1ère Epître à Timothée 1:3 ; 4:1-5 ; 2e Epître à Timothée 4:1-5).

    Quelles sont en réalité les marques caractéristiques de la secte ? D’abord le pouvoir exorbitant et exclusif de ses chefs, ensuite la soumission absolue des consciences à leur autorité, l’infidélité à l’enseignement apostolique, les superstitions, la vaine tradition, les scandales, l’intolérance qui a inspiré la devise « hors de l’Eglise point de salut ». Dans ces conditions, qui donc mérite le nom de secte dans l’immense confusion religieuse de notre temps ? Pas les Eglises évangéliques, en tout cas.

    Dans la religion, ce n’est pas le grand nombre d’adhérents qui témoigne en faveur de la vérité. Le grand nombre à lui seul n’est jamais une preuve de vérité. Au contraire, toute idéologie qui use de contrainte et qui limite les droits de la conscience en matière de foi et d’opinions, fait preuve de sectarisme, d’intolérance et d’aveuglement.

    La vérité est souvent le privilège des petites Eglises méconnues, tout simplement parce que la vérité est exigeante et nous impose des sacrifices et des renoncements que beaucoup jugent inacceptables. Par exemple, Jésus a demandé que ses disciples, les chrétiens, soient tous convertis et transformés dans leurs sentiments et dans leur mentalité (Evangile de Matthieu 18:3 ; Evangile de Jean 3:1-16).

    Cette conversion intérieure exige la soumission, très souvent insupportable. C’est ce refus de s’engager entièrement au service de l’Evangile, qui de toute évidence, restreint le nombre des disciples dans le monde.

    En bref, les chrétiens évangéliques ont fondé leur foi sur l’Evangile et l’enseignement des apôtres. Nous recevons les membres dans nos Eglises de la même manière que les premières communautés du Nouveau Testament, après leur conversion et par le baptême des croyants, sans âge déterminé. Car la repentance du pécheur et l’action du Saint-Esprit ne peuvent pas être fixées à l’avance selon un calendrier d’Eglise. Selon les paroles de Jésus, c’est la foi du croyant qui est la condition du salut : « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé. » (Evangile de Marc 16:16).

    Les apôtres et les premières Eglises se sont toujours adressés à des pécheurs pleinement conscients et en possession de tous leurs moyens de réflexion et de décision.

    Grâce à ces méthodes foncièrement évangéliques, la liberté de chaque croyant est pleinement respectée. Aucune contrainte d’aucune espèce ! Aucun article de foi imposé aveuglément ! C’est là le véritable respect de la conscience et le droit à la liberté de pensée. C’est l’incomparable privilège des chrétiens dont la foi est fondée sur l’immortel Evangile, semence de liberté parfaite, sous le saint regard du Dieu de vérité.

    Cet Evangile ne reconnaît pas la foi obligatoire et héréditaire de génération en génération. L’Evangile nous présente les glorieuses affirmations divines, et puis il laisse à chacun la responsabilité de se prononcer pour ou contre la vérité. C’est la méthode souveraine du Dieu de Jésus-Christ. Aussi, en toute humilité, avec une infinie reconnaissance envers Dieu, sommes-nous profondément heureux de notre position de Chrétiens évangéliques, en nous tenant à l’écart des compromissions avec les idéologies erronées du présent siècle (Epître aux Romains 12:1-2).

    Post-scriptum

    Extrait de ‘Digest - Réalités de la foi’, reproduit dans le bulletin ‘Résurrection’ de février 1997

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web