logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 750Luc Montagnier (1932- ) septembre 2011
    Biologiste virologue français, découvreur en 1983 (avec Françoise Barré-Sinoussi) du VIH, le virus responsable du SIDA. Prix Nobel de médecine en 2008.
    logo ARTICLE 120Un âne dans le puits janvier 2006
    L’âne d’un fermier était tombé dans un puits. L’animal gémissait pitoyablement depuis des heures, et le fermier se demandait que faire.

    Dans la même rubrique

    Nostradamus : faux prophète !

     


    Michel de Nostre-Dame dit Nostradamus, né à Saint-Rémy-de-Provence en 1503 et mort à Salon-de-Provence en 1566, n’a pas fini de faire parler de lui, en raison de la vague toujours actuelle de ses « Vrayes centuries et prophéties ».

    L’hebdomadaire Paris-Match, il y a quelques mois, lui consacrait une double page avec ce titre inquiétant : « Il ne restera rien de Paris » ; en sous-titre : « Pour Paris Match, Jean-Charles de Fontbrune va plus loin dans sa nouvelle lecture des prophéties » (22.6.95). Déjà dans son numéro du 15 octobre 1982, ce même magazine avait titré ainsi, un document de plus de cinq pages : « Nostradamus, le revoilà ! »

    A l’époque, les « Centuries » avaient été soumises à l’épreuve de l’ordinateur. Voici en substance ce que dit des résultats de cette entreprise, son initiateur, un savant français, Maurice Chatelain, astronome, astrologue : « Les astronomes comptent parmi les plus sérieux adversaires des astrologues ». « Les prophéties de Nostradamus n’indiquent clairement que trois dates précises qui sont celles de 1792 pour la fin de la monarchie, de 1999 pour le prochain cataclysme mondial (la guerre de l’Antéchrist) et de 3797 pour la fin du monde ». Par ailleurs, il donne cette conclusion prudente : « Même en supposant qu’elles soient exactes et qu’elles aient été déchiffrées correctement, les prophéties de Nostradamus sont assez incohérentes et il est très difficile d’en déduire une suite continue d’évènements à venir ».

    Jean-Charles de Fontbrune avait prédit que Paris serait détruit en 1983 et que le pape devait trouver la mort lors de son séjour à Lyon et en 1986. Une autre interprète du célèbre astrologue, Elisabeth Bellecour écrit quant à elle, dans son livre "Nostradamus trahi" : « Non, Nostradamus n’a jamais prophétisé la destruction de Paris en 1983. Il paraît même qu’il n’est pas question de Paris dans ses prophéties ».

    On mesure dès lors le flou de ces interprétations parfois si contradictoires. Il n’est en fait que le reflet du caractère particulièrement sibyllin, obscur, nébuleux des « Centuries » elles-mêmes, ce qui en soi jette déjà un doute certain sur leur crédibilité et plus encore sur leur authenticité.

    Mais ce qui est un élément déterminant pour nier ouvertement leur authenticité et, par conséquent, l’origine divine que certains sont prêts à leur reconnaître, c’est de considérer la source à laquelle Nostradamus a puisé son « inspiration », à savoir l’astrologie. Cette source, au regard de la Bible, Parole de Dieu, est non seulement indigne de confiance, mais est en outre impure, souillée, polluée et spirituellement et moralement mortifère. En effet, l’Ecriture Sainte, par souci de protéger l’intégrité de la personne humaine, condamne sans équivoque l’astrologie, comme toute autre pratique occulte :

    « Ne vous tournez pas vers ceux qui évoquent les esprits, ni vers les devins, ne les recherchez pas, de peur de vous souiller avec eux ». « Si quelqu’un s’adresse aux morts et aux esprits, pour se prostituer à eux, je tournerai ma face contre cet homme ; je le retrancherai du milieu de son peuple. Qu’on ne trouve chez toi personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur ; personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure ; personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel. Mon peuple consulte le bois, et c’est son bâton qui lui parle ; car l’esprit de prostitution égare, et ils se prostituent loin de leur Dieu. » (Lévitique 19:31 ; 20) (Deutéronome 18)

    Il convient d’ajouter que le vrai prophète du Dieu de Jésus-Christ comme tout chrétien et par conséquent fidèle au Seigneur Jésus, règle sa propre conduite sur tout le conseil de Dieu révélé par la Bible, et il appelle tous ceux qui veulent bien l’entendre à faire de même. Au contraire de Nostradamus, qui faisait cependant profession de christianisme et se disait « l’humble intermédiaire de Dieu », il ne peut être astrologue, ni s’adonner à quelque pratique occulte que ce soit, sous peine de s’abuser lui-même et de tromper ceux qui l’écoutent.

    A bon entendeur salut !

    Jérémie disait de la part de Dieu : « N’écouter pas les paroles des faux prophètes qui vous prophétisent. Ils vous entraînent à des choses de néant ; ils disent les visions de leur cœur, et non ce qui vient de la bouche de l’Eternel. ». Et Jean l’apôtre : « N’ajoutez pas foi à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour savoir s’ils sont de Dieu. » (Jérémie 23:16 ; 1 Jean 4:1).

    André La Barbe
    Mensuel « Croire et Servir »

    Nostradamus

    Médecin et astrologue français. Il suit la voie empruntée par ses deux grand-pères et embrasse la carrière médicale. Après des études de médecine à Montpellier, il reçoit son diplôme en 1530 et se spécialise dans des préparations pour produits de beauté qu’il colporte de village en village. En 1546, il prête secours aux victimes de la peste à Aix-en-Provence et parvient à des résultats étonnants qui le font remarquer.

    Il se fixe à Salon-de-Provence, où il ouvre un cabinet. Il se consacre alors à l’art divinatoire et publie en 1555 les Centuries astrologiques, prédictions en quatrains dont la recherche du sens caché passionne vite ses contemporains, qui seront complétées en 1559 par les Prophéties. Férue d’astrologie, Catherine de Médicis le fait venir. Plus tard, en 1560, il est nommé médecin de la cour par Charles IX.

    Source : Dictionnaire encyclopédique 2008 Micro-Application

    Post-scriptum

    Reproduit dans le bulletin ’Résurrection’ de mars 1998


    Note : Maurice Chatelain

    Les recherches effectuées sur Internet en août 2009 montrent que la qualité de scientifique de Maurice Chatelain est contestée ; en outre, Maurice Chatelain semble convaincu de l’existence des extra-terrestres et des OVNIs. [NDLR]

    Documents

    logo DOCUMENT 491, 18 août 2009, JPG 181.4 ko, 928 x 1363 pixels


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web