logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 350Faire taire les critiques février 2011
    Nous pouvons résister aux moqueries si nous avons la conviction de faire la volonté de Dieu.

    Dans la même rubrique

    La mort a été engloutie par la vie

     | Apocalypse 1 : 9-20 - Luc 16 : 19-31
     

    La mort est liée à la vie. Les deux sont inséparables.

    Nous nous référerons à la Bible qui nous donne des assurances et des certitudes. Seul Dieu, par sa Parole peut nous éclairer. « Ta Parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier. » (Psaumes 119:105).

    Cependant, nous citerons des paroles d’hommes célèbres qui nous serviront de tremplins pour nous ramener aux textes bibliques.

    Mise en garde préliminaire

    Avant d’aller plus loin, rappelons une mise en garde des Écritures dans Deutéronome 18:10-12 « Qu’on ne trouve chez toi personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue,... personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel. »

    Un chrétien ne prie pas les morts et ne prie pas pour les morts. La Bible nous enseigne que la vie et la mort sont deux mondes distincts, cloisonnés, étanches. Jésus nous le dit dans la parabole de Lazare et le mauvais riche (Luc 16:26) : on ne peut passer d’un monde à l’autre, ni des morts vers les vivants, ni des vivants vers les morts. Dans les textes bibliques, aucune prière n’est adressée aux morts. Lors de la célébration d’obsèques, nous ne prions jamais pour le défunt, mais nous prions pour la famille, pour ceux qui sont dans la peine, pour les vivants. Une fois que Dieu a repris la vie, plus rien ne peut être changé. La mort vient comme l’ultime échéance. Le destin éternel est scellé. Les jeux sont faits. Les vivants ne peuvent plus rien pour les morts, et les morts ne peuvent plus rien pour les vivants. C’est avant la mort que l’être humain doit choisir ce qu’il veut concernant sa destinée éternelle. Ne prie personne d’autre que Dieu le Père au nom de Jésus et par le Saint-Esprit. Tout le reste est occultisme, spiritisme. N’ayons pas peur des mots.

    Dans l’Évangile il n’y a pas de jour des morts. Il n’y a que le jour du Vivant, de celui qui a dit : « J’étais mort, et voici, je suis vivant au siècle des siècles. » (Apocalypse 1:18). Le jour du Vivant c’est le dimanche, le premier jour de la semaine, le jour de la résurrection. (Luc 24:1-8). C’est pourquoi nous nous réunissons le dimanche.

    Quelques opinions

    Venons-en à ce que certaines personnes ont dit au sujet de la mort. Et ceci parfois avec humour pour exorciser leur angoisse.

    Ainsi, Woody Allen, humoriste et auteur de films à succès : « Je n’ai pas peur de la mort, je voudrais simplement ne pas être là quand elle surviendra ! » L’artiste s’en tire par une belle pirouette. Mais, quand la mort surviendra, il sera là, présent au rendez-vous. Personne ne peut échapper au dernier rendez-vous. La Bible dit : « Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. » (Hébreux 9:27). Dieu a fixé la date du rendez-vous pour chacun d’entre nous et chacun sera présent qu’il croie ou qu’il ne croie pas !

    Voltaire, célèbre écrivain athée du 18e siècle a dit : « Il ne faut jamais penser à la mort. La mort n’est absolument rien. Elle ressemble au sommeil comme deux gouttes d’eau. Seule l’idée qu’on ne se réveillera plus cause du tourment. » Cela était la théorie de Voltaire, mais la réalité fut toute différente. La nuit de sa mort, Voltaire gémissait, hurlait, implorant Dieu de lui pardonner tous ses péchés. Une nuit cauchemardesque telle que l’infirmière qui l’avait accompagné jusqu’au bout, déclara qu’elle ne voulait plus jamais assister à l’agonie d’un athée. Voltaire s’était moqué de Dieu toute sa vie, mais au dernier jour, l’angoisse et la terreur tenaillaient son âme. Car il savait au fond de son cœur que ce Dieu qu’il avait rejeté toute sa vie, il allait Le rencontrer.

    Chacun a le droit d’avoir « sa petite idée » sur l’existence de Dieu, mais il faut savoir qu’on n’a pas de seconde chance et qu’il est capital de ne pas se tromper. Voilà pourquoi, le message de la Bible est essentiel. Avec elle, nous sommes sur le terrain de la vérité. Jésus a dit dans Jean 17:17 : « Ta Parole est la vérité. »

    Le grand poète français Jean de La Fontaine est resté célèbre pour ses fables dont la morale est estimable. Ce que l’on sait moins, c’est que La Fontaine mena une vie dissolue et éprouva de grandes craintes à la fin de sa vie. Il écrivit à son ami Maucrois : « Mourir n’est rien, mais as-tu songé que je vais comparaître devant Dieu ? » Que voilà une juste crainte quand on a vécu dans le péché sans saisir la grâce de Dieu, sans se convertir, sans changer de conduite ! « As-tu songé ... ? »

    Voilà à quoi il faut songer : nous allons tous comparaître devant Dieu. Celui qui refuse l’amour de Dieu et rejette la puissance du sang versé à la croix, doit savoir qu’il ne pourra pas échapper à la colère divine, au jugement et à la condamnation. « As-tu songé ... » Chacun doit se poser la question. As-tu songé que Dieu connaît toute chose dans ta vie, que tu l’as offensé tant et tant de fois. Hébreux 10:31 dit : « C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant ! » Le prophète Amos a déclaré : « Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu ! » (4:12). Comment se prépare-t-on ? En venant à Jésus-Christ en faisant la paix avec Dieu, en demandant pardon pour ses péchés et en se repentant avec humilité en accueillant Jésus dans son coeur et dans sa vie. Romains 8:1 affirme : « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » Et le Psaume 34:23 ajoute : « Tous ceux qui L’ont pour refuge échappent au châtiment. » Jésus a proclamé : « Celui qui écoute ma parole et qui croit en celui qui m’a envoyé a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. »(Jean 5:24).

    Dans la vie on doit préparer beaucoup de choses : les examens, le mariage, son avenir, ses vacances, la retraite, etc. Il faut aussi se préparer à rencontrer Dieu avant que notre souffle ne nous soit repris, parce qu’après la mort, plus rien ne pourra être changé.

    Un autre personnage, le fameux peintre espagnol Salvator Dali fit cet aveu : « Le seul problème qui non seulement me préoccupe mais qui m’effraie, c’est l’idée de la mort. » Job avait raison d’appeler la mort « Le roi des épouvantements » (18:14). Au bout du chemin, il faudra faire face à cet épouvantement. Ils peuvent être effrayés ceux et celles qui ont vécu sans aucune morale et ont pris plaisir à irriter Dieu par leurs péchés.

    Yves Montand, acteur et chanteur français a déclaré : « Quand on dit qu’on ne pense pas à la mort, ce n’est pas vrai. » Voilà une parole honnête et courageuse ! Car tout être humain pense un jour ou l’autre à la mort. Pas à celle des autres, mais à la sienne. Et c’est une bonne chose. La Bible encourage à cette réflexion. Ecclésiaste 7:4 dit : « Le cœur des sages est dans la maison de deuil et le cœur des insensés dans la maison de joie. » L’insensé ne pense qu’à s’amuser et à jouir de la vie. Mais le sage réfléchit. Il sait qu’il a devant lui une échéance à laquelle il ne pourra se dérober. « Et celui qui vit prend la chose à cœur. » (Ecclésiaste 7:2). C’est aux vivants que Dieu s’adresse !

    Une dernière citation. Celle de François Mitterrand, président de la République Française. Dans le dernier livre que Mitterrand a écrit en collaboration avec Elie Wiesel (juif rescapé des camps de la mort et Prix Nobel de la Paix), livre intitulé « Mémoires à deux voix » les sujets qui prennent le plus de place sont : le christianisme, la foi, Dieu, Jésus-Christ, l’Évangile. Pourtant il déclara : « Je sais que je vais mourir, mais je n’y crois pas. » Souvent l’homme vit comme s’il était éternel. Jésus a démontré que la mort n’est pas la fin de la vie et que la vie ne s’achève pas dans le néant. Marc 12:26-27 : « ... Dieu dit à Moïse à propos du buisson ardent : Je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais le Dieu des vivants. » Pour Jésus les patriarches étaient vivants.

    Que le Seigneur nous aide à croire à la victoire de la vie sur la mort !

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 26/10/08 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD - Parue dans le bulletin ’Résurrection de septembre-octobre 2009.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web