logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

    Soyez certains que le Saint-Esprit agit !

     | Jean 15 : 26-27 ; 16 : 5-16
     

    Notre foi

    Notre église veut aimer le Saint-Esprit et faire son œuvre. Elle croit à la puissance du Saint-Esprit et à son intelligence. Rien dans l’œuvre de Dieu ne se fait sans l’Esprit de Dieu. Les conducteurs de l’église prient pour que notre communauté soit animée par le Saint-Esprit, et que chaque chrétien soit rempli par l’Esprit. Nous croyons non seulement aux dons du Saint-Esprit et au baptême dans le Saint-Esprit, mais aussi à la plénitude et à l’œuvre de sanctification du Saint-Esprit, à condition que cet Esprit soit Celui dont la Bible nous parle. Nous voulons seulement croire ce que Dieu dit. Tout ce que l’Eternel fait, c’est par le Saint-Esprit qu’il l’accomplit : « Ce n’est ni par la puissance, ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Eternel des armées. » (Zacharie 4.6).

    La doctrine du Saint-Esprit est biblique

    Le premier enseignement à retenir est que le Saint-Esprit n’est pas tout et n’importe quoi. Au contraire, la Bible nous donne une doctrine et un enseignement concernant le Saint-Esprit. Beaucoup de chrétiens croient que le Saint-Esprit est quelque chose de vague et d’imprécis. Mais l’Ecriture donne en fait un enseignement très précis, clair et détaillé au sujet de l’Esprit. Ce n’est pas l’Eglise qui définit la doctrine, mais bien la Parole de Dieu.

    L’apôtre Jean dira : « Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit ; mais éprouvez les esprits, afin de savoir s’ils viennent de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. » (1 Jean 4.1). L’apôtre de l’amour invite donc les chrétiens à examiner ce qui est prétendu dire venir de l’Esprit. Nous devons veiller à ne pas nous laisser prendre au jeu de plusieurs faux prophètes. Cette exhortation s’adresse bien aux chrétiens, aux enfants de Dieu et non pas aux gens du monde. Nous sommes donc appelés à la vigilance dans ce domaine de l’Esprit.

    Mais à l’invitation qui nous est faite d’éprouver les esprits, comment peut-on vérifier et trier ce qui vient, ou non, de l’Esprit de Dieu ? Avec quel instrument va-t-on tester une doctrine ou contrôler un enseignement ? Seule la Parole de Dieu va nous permettre d’éprouver, de mettre à l’épreuve, de vérifier si nous sommes devant la bonne et saine doctrine. En effet là on est ainsi certain que c’est le Saint-Esprit qui parle, enseigne et dit les choses selon la vérité. Paul écrira : « Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice... » (2 Timothée 3.16). L’apôtre Pierre écrira : « C’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pierre 1.21). Ainsi donc, avec la Parole de Dieu, on est certain d’être sur le bon terrain et sous l’action du Saint-Esprit. Jésus a dit : « Ta parole est la vérité. » (Jean 17.17). Grâce à la Parole, on peut vérifier et contrôler ce que nous croyons pour éviter de croire tout et n’importe quoi. C’est le seul moyen de ne pas nous laisser emporter à tout vent de doctrine (Ephésiens 4.14).

    L’Eglise doit être forte et fondée sur la Parole de Dieu pour ne pas être ballottée par des ruses et tromperies séduisantes. Nous sommes avertis : « Il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. » (2 Timothée 4.3). Dès que l’on se détourne de la Parole de Dieu, de la vérité révélée, on est parti sur le terrain des fables. Si l’on ne prend plus la peine de vérifier ce que l’on croit, si l’on n’a plus la volonté de contrôler sa foi par l’Ecriture, on risque alors d’être entraîné par des propos dangereusement mensongers. Quelle est l’église qui résistera aux tempêtes doctrinales, à la séduction des faux docteurs, à l’enchantement des fables religieuses, aux ravages causés par l’illuminisme de ceux qui confondent leurs rêves et la volonté de Dieu ? Quelle est l’église qui ne se laissera pas engloutir par les mensonges du diable ? Celle qui est fondée sur le roc, sur la Parole de Dieu. Que Dieu nous maintienne sur cette voie et fasse que notre église reste une communauté où la Parole de Dieu est honorée.

    L’Église de Corinthe est une Église laboratoire

    Quels sont donc les moyens de vérification, les tests, que nous pouvons utiliser pour contrôler les différentes doctrines qui parviennent à nos oreilles ? Quelles sont les preuves que l’Ecriture nous donne de l’action du Saint-Esprit ?

    Une réponse courante à ces questions est : ‘’Ce sont les dons du Saint-Esprit. S’ils sont présents, on est certain alors que c’est le Saint-Esprit qui agit’’. Attention ce n’est pas vrai. Si l’on examine la Bible, on découvre tout de suite que cette réponse n’est pas bonne.

    L’église de Corinthe est en quelque sorte un laboratoire que nous pouvons visiter pour vérifier la doctrine biblique au sujet du Saint-Esprit. En effet l’apôtre Paul écrit à l’église de Corinthe : « Il ne vous manque aucun don. » (1 Corinthiens 1.7). On pourrait en déduire que cette Église est donc parfaite, idéale puisqu’il ne lui manque aucun don. On se dit que ce doit être une communauté exemplaire où le Saint-Esprit agit avec puissance. Et bien non, pas du tout. C’est le contraire. L’Église de Corinthe n’est pas une Église spirituelle, ni une assemblée conduite par le Saint-Esprit. Elle n’est pas soumise à l’Esprit de Dieu et ne porte pas les fruits du Saint-Esprit. Elle ne peut pas servir d’exemple ni de modèle.

    Les chrétiens de Corinthe avaient tous les dons, mais ils étaient charnels et n’avaient pas compris beaucoup de choses. Paul leur dira, près d’une dizaine de fois : « Ne savez-vous pas que ..., êtes-vous encore dans l’ignorance ..., vous ignorez que ... ». L’apôtre leur dira : « Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme ? » (1 Corinthiens 3.1). Ces chrétiens corinthiens étaient donc conduits par la chair, selon l’homme, et non selon l’Esprit.

    Dans cette église où il y avait tous les dons, Paul relèvera l’immoralité : « On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens. » (1 Corinthiens 5.1). On est donc bien loin d’une église conduite par le Saint-Esprit et portant les fruits de l’Esprit.

    Un peu plus loin dans l’épître, on apprend que ces chrétiens portaient au tribunal les problèmes qu’ils avaient entre eux : « Quelqu’un de vous, lorsqu’il a un différend avec un autre, ose-t-il plaider devant les injustes, et non devant les saints ? » (1Corinthiens 6.1). Et d’ajouter : « Un frère plaide contre un autre frère, et cela devant des infidèles ! C’est déjà certes un défaut chez vous que d’avoir des procès les uns avec les autres. Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt quelque injustice ? Pourquoi ne vous laissez-vous pas plutôt dépouiller ? Mais c’est vous qui commettez l’injustice et qui dépouillez, et c’est envers des frères que vous agissez de la sorte ! » (1Corinthiens 6.6). On est loin d’une église conduite par le Saint-Esprit ! Et Paul ajoute : « Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu ? » (1Corinthiens 6.9).

    Un peu plus loin, l’apôtre abordera le sujet de la tenue des femmes et la question du repas du Seigneur. Paul dit aussi : « En donnant cet avertissement, ce que je ne loue point, c’est que vous vous assemblez, non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires. » (1 Corinthiens 11.17). On est bien loin d’une église conduite par le Saint-Esprit, et pourtant tous les dons y sont présents.

    Et l’apôtre de continuer : « Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas manger le repas du Seigneur ; car, quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. » (1 Corinthiens 11.20). Tous les dons étaient présents dans cette église particulièrement répréhensible, mais le Saint-Esprit n’y était pas. Avec tous leurs dons, certains chrétiens étaient ivres à la sainte cène. « Que vous dirai-je ? Vous louerai-je ? En cela je ne vous loue point. » dit l’apôtre. Ces chrétiens de Corinthe avaient tous les dons, mais ils vivaient dans l’ignorance et n’avaient pas compris : « Pour ce qui concerne les dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance. » (1 Corinthiens 12.1).

    Ensuite l’apôtre va relever le manque d’amour de ces chrétiens de l’Église de Corinthe. C’est pourquoi Paul va inciter les Corinthiens à rechercher l’amour, la charité (1 Corinthiens 13).

    Cette Église n’est pas épargnée non plus par les problèmes doctrinaux (1 Corinthiens 15). Certains chrétiens ne croyaient plus à la résurrection des morts.

    Quand on lit cette première épître de Paul aux Corinthiens, on est surpris de découvrir une Église si charnelle et problématique, où tous les dons sont cependant présents. Ces chrétiens ne sont pas remplis de l’Esprit, ni conduits par le Saint-Esprit. Cette Église n’est pas de l’Esprit. Ce n’est pas une Église spirituelle. Elle n’est certainement pas à imiter. Elle est caractérisée par un orgueil charnel, et connaît pourtant tous les dons. Les dons ne sont donc pas la preuve de l’action du Saint-Esprit. Ce n’est donc pas au travers des dons spirituels que l’on peut évaluer l’œuvre du Saint-Esprit.

    Discerner l’œuvre du Saint-Esprit

    Considérons sept tests pour pouvoir reconnaître et discerner sans erreur l’œuvre du Saint-Esprit. Nous trouvons tous ces critères dans la Parole de Dieu.

    1°- la mise à l’honneur de la personne de Jésus-Christ. Quand l’Esprit agit, le Christ est honoré, glorifié et mis à la première place. Jésus a dit : « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. Il ne parlera pas de lui-même, il vous parlera de moi. » (Jean 16.14 et Jean 15.26). L’Esprit-Saint vient pour glorifier Jésus-Christ. L’œuvre de l’Esprit, c’est la gloire du Christ. Le Saint-Esprit n’a pas pour objectif de faire parler de lui-même ou de se mettre en avant. Il a comme but de faire parler du Christ et de Le mettre en avant. Le Saint-Esprit est à l’œuvre quand le Christ est aimé, prêché, annoncé, adoré et servi. Le grand prédicateur du début de ce siècle, Charles Spurgeon disait : « Fixez les yeux sur la colombe (du Saint-Esprit), et elle s’envole. ». Dès que notre attention est portée sur l’Esprit, ce n’est plus l’Esprit qui nous conduit. L’Esprit porte en effet notre attention sur le Christ.

    2°- la mise à l’honneur de la Parole de Dieu est aussi l’œuvre de l’Esprit. La Bible est l’épée du Saint-Esprit. C’est par la Parole de Dieu que le Saint-Esprit agit et est présent. La Bible est l’œuvre du Saint-Esprit. La Bible c’est le Saint-Esprit qui parle. En effet, « c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pierre 1.21). L’Ecriture est ce que l’Esprit a dit. Examinons courtement le ministère de Jésus-Christ. Il ne cesse de mettre la Parole de Dieu à l’honneur. Rempli de l’Esprit, le Fils de Dieu cite, explique, accomplit la Parole de Dieu et la met ainsi à l’honneur. Regardons le ministère des apôtres. C’est la même caractéristique. Dans leurs sermons, enseignements et prédications, ils mettent à l’honneur la Parole. Environ 50% de leurs prédications sont des citations de l’Ecriture. Respecter, honorer, prêcher, annoncer, expliquer, mémoriser la Parole est l’œuvre du Saint-Esprit.

    3°- la dénonciation du péché est l’œuvre du Saint-Esprit. Jésus a dit : « Quand le consolateur (le Saint-Esprit) sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché. » (Jean 16.8). L’œuvre du Saint-Esprit s’attaque donc au péché. La dénonciation du péché est donc l’œuvre du Saint-Esprit. Il vient pour dénoncer le péché et nous pousser vers la croix. Dès qu’il a ouvert nos yeux sur notre péché, le consolateur nous pousse vers Jésus-Christ. Le Saint-Esprit est impitoyable avec le péché. Le récit d’Actes 5 relatant le mensonge d’Ananias et Saphira est extrêmement éloquent. On pourrait dire (sans vouloir blasphémer) qu’il s’agit d’un petit péché, pas si grave que cela. Et pourtant cet homme et sa femme sont tous deux anéantis immédiatement ! Nous pouvons donc apprécier quand un pasteur dénonce le péché, en l’expliquant et en recommandant de s’en éloigner. Un tel conseiller participe bien alors à l’œuvre de l’Esprit, en s’attaquant au mal.

    4°- la force d’abandonner le péché. Le consolateur ne vient pas seulement dénoncer le péché, mais il nous donne la force de renoncer au mal, au péché et à la tentation. C’est aussi pour cela que le Saint-Esprit est venu. L’apôtre Paul dit : « La loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. » (Romains 8.2). Cela signifie que le chrétien n’est plus asservi au péché, comme avant sa conversion, mais il est libre par le Saint-Esprit qui lui donne la force de renoncer au mal. L’œuvre du Saint-Esprit n’est certainement pas un show médiatique particulier accompagné de certains faits extraordinaires bruyants et impressionnants. L’œuvre de l’Esprit est un travail au plus profond de nous-mêmes, là où se trouve notre centre décisionnel qui détermine nos choix entre le bien et le mal. C’est là que le Saint-Esprit agit pour nous donner la force de choisir le bien et de renoncer au péché. Le chrétien qui expérimente ces moments dans sa vie, peut être certain qu’il s’agit de l’œuvre de l’Esprit. Jésus a bien affirmé que le consolateur nous donnerait la force de renoncer au mal. C’est pourquoi il est indécent de voir des gens vivre dans le péché tout en se permettant de donner des leçons sur le Saint-Esprit. Une des œuvres fondamentales de l’Esprit, quand il agit dans nos vies, est de nous donner la force de renoncer au péché et de vivre loin du mal.

    5°- la conversion des âmes témoigne de l’œuvre de l’Esprit. En effet l’Esprit ne dénonce pas seulement le péché en donnant la force de s’en écarter, mais il montre aussi Jésus-Christ. L’Esprit accomplit en chaque chrétien l’œuvre de la rédemption, de la nouvelle naissance. Quand des hommes, des femmes, des jeunes se convertissent, nous pouvons être certains qu’il s’agit de l’œuvre du Saint-Esprit. L’action de l’Esprit nous amène à reconnaître notre péché, à la repentance, à vouloir renoncer au mal et nous conduit à Jésus-Christ. Jésus a dit : « Si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » (Jean 3.5). La naissance spirituelle, la nouvelle naissance, la conversion sont en fait l’œuvre du Saint-Esprit. Quand ces choses se produisent, nous pouvons dire que c’est l’œuvre de l’Esprit.

    6°- la sanctification est aussi l’œuvre du Saint-Esprit. Les chrétiens progressent dans la voie de la sanctification parce que le Saint-Esprit combat tout ce qui n’est pas saint dans notre vie. Le Saint-Esprit nous montre et nous attire vers tout ce qui est saint et pur. Il nous conduit ainsi vers la sainteté et la sanctification. En d’autres termes, il nous conduit vers l’obéissance. Quand les âmes obéissent aux commandements de l’Ecriture, alors nous sommes certains que c’est l’œuvre du Saint-Esprit qui s’accomplit, qu’il agit dans nos cœurs, dans nos vies, dans l’Eglise. L’apôtre Paul disait : « Nous sommes transformés, comme par l’Esprit du Seigneur. » (2 Corinthiens 3.18). Cette œuvre de transformation, de sanctification, d’amélioration est accomplie par l’Esprit. Quand cela se réalise dans une vie, dans une famille, dans l’Eglise, c’est le signe de l’œuvre du Saint-Esprit de la Parole de Dieu. L’apôtre écrivait aussi : « Vous avez été sanctifiés par l’Esprit de notre Dieu. » (1 Corinthiens 6.11).

    7°- l’évangélisation est également une caractéristique de l’œuvre de l’Esprit. Jésus a dit à l’Eglise : « Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » (Actes 1.8). Cela signifie que le Saint-Esprit est donné à l’Eglise pour la conduire à l’évangélisation, au salut des âmes. Quand le chrétien témoigne, offre une bible, quand une église invite et organise un effort d’évangélisation, quand une chrétienne parle du Seigneur à sa voisine, qu’est-ce qui pousse les enfants de Dieu vers une telle démarche ? Le Saint-Esprit. Telle est donc aussi l’œuvre du Saint-Esprit, selon la parole du Seigneur.

    Il existe encore d’autres témoignages de l’Esprit, conformes à la Parole. Nous en avons cité seulement sept.

    Notre prière est que l’Esprit de Dieu se manifeste avec toute sa force parmi son Eglise. Que l’Esprit de Dieu se manifeste avec puissance parmi nous, par la glorification de Jésus-Christ. Que la Parole soit mise à l’honneur dans notre vie et notre témoignage. Que le péché soit dénoncé dans notre existence personnelle et quotidienne, devant Dieu. Que l’Esprit agisse pour nous donner la force d’abandonner le péché.

    Pour cela, il faut toute la puissance du Saint-Esprit dans notre vie. Cette œuvre de l’Esprit est sans éclat, sans manifestation extraordinaire. C’est un travail en profondeur, au fond de nous-mêmes, là où nos choix entre le bien et le mal ont leurs racines. Quand le péché est abandonné, quand des âmes se convertissent et naissent de nouveau, quand des cœurs accueillent le Christ, nous pouvons être certains qu’il s’agit de l’œuvre de l’Esprit. Quand les enfants de Dieu progressent, se sanctifient, obéissent aux commandements et exhortations de Jésus-Christ, alors là, on touche du doigt l’œuvre du Saint-Esprit. Quand les chrétiens répandent l’Evangile, la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, alors l’Esprit est à l’œuvre.

    Que l’Esprit de Dieu souffle sur son Eglise partout dans le monde. ■

    Post-scriptum

    Prédication donnée le 6-6-1999 par Philippe Hubinon et résumée par Jean-Pierre Baudouin.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web