logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 424L’unité dans la vérité août 2002
    PRÉDICATION • « Qu’ils soient tous un. » (Jean 17:21). Les mots de cette prière ont fait couler beaucoup d’encre. C’est la prière œcuménique dont on a tordu le sens avec beaucoup de malhonnêteté intellectuelle, spirituelle et exégétique pour lui faire dire ce qu’elle ne dit pas.
    logo ARTICLE 566M. Despagne février 2008
    Le plus grand danger du 21e siècle sera de prêcher sans le Saint-Esprit :
    Une chrétienté sans Christ
    Un pardon sans repentance
    Un salut sans régénération
    La prière sans ferveur
    La religion sans respect
    Et le ciel sans l’enfer.

    Dans la même rubrique

     UN SIGNE CHRÉTIEN

    Le signe du poisson (Ichthus)

     

    Un signe chrétien

    On le voit partout : sur les voitures, les vélos, les sacs de voyage, les guitares et même sur les T-shirts... Des poissons de toutes les couleurs, de toutes les grandeurs.

    Serait-ce un... "gadget publicitaire" ? Un signe de ralliement des pêcheurs ?

    Non ! Si quelqu’un adopte cet insigne, c’est pour témoigner qu’il a découvert Jésus-Christ, qu’il croit en lui.

    Celui qui utilise ce signe est-il donc membre d’une Église particulière ? Non ! Il peut appartenir à l’une des différentes églises chrétiennes existantes.

    Le poisson est, pour les chrétiens, un signe de rassemblement et non de division.

    Un code secret

    Ce poisson est un cryptogramme. Au premier siècle de notre ère, les chrétiens, dont la langue était le grec, l’utilisaient comme code secret pour se reconnaître et se rassembler, à cause de la violente persécution que les autorités romaines exerçaient à leur égard.

    En grec, "poisson" se dit ICHTHUS (Ι Χ Θ Υ Σ).

    Les premiers chrétiens eurent tôt fait de remarquer que chacune des lettres de ce mot était l’initiale du nom du Sauveur :

    • Ι (I) : ΙΗΣΟΥΣ (IÊSOUS) « Jésus »
    • Χ (CH, KH) : ΧΡΙΣΤΟΣ (KHRISTOS) « Christ »
    • Θ (TH) : ΘΕΟΥ (THEOU) « de Dieu »
    • Υ (U) : ΥΙΟΣ (HUIOS) « fils »
    • Σ (S) : ΣΩΤΗΡ Sôter (SÔTÊR) « Sauveur ».

    En français : Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur.

    Ainsi s’identifiaient-ils à Jésus. A l’époque, cela coûtait cher de s’affirmer chrétien. Cela signifiait que le chrétien devait vivre différemment de ses concitoyens qui, eux, étaient attachés à d’autres dieux. Les chrétiens constituaient une minorité car seuls ceux qui vivaient leur foi portaient ce nom.

    Unis au-delà des frontières

    La voiture d’amis en voyage à l’étranger, tombe en panne sur l’autoroute. Ils ne connaissent pas la langue du pays. Comment trouver de l’aide ? Une voiture s’arrête et un monsieur en descend. Il prend nos amis par la main et leur montre le signe du poisson qui se trouve à l’arrière de sa voiture mais aussi de celle de mes amis. Grâce au langage des gestes, ils parviennent à se faire comprendre. Deux heures plus tard, ils étaient dépannés !

    Un même signe pour un même Sauveur, pour une aide accordée au nom de l’amour de celui qui nous unis au-delà des frontières, au-delà du problème de la langue.

    MCL

    Post-scriptum

    Article paru dans un bulletin ’Résurrection’ antérieur à 2001.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web