logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 513ISRAËL : actualité essentielle novembre 2011
    Faits importants de l’actualité concernant Israël.
    logo ARTICLE 783Paradoxes divins juillet 2012
    Grégoire de Nazianze, père de l’Eglise, exprime avec des mots simples des faits singuliers et apparemment contradictoires, qui heurtent ainsi le sens commun et interpellent le lecteur.

    Dans la même rubrique

    Semailles et moissons

     | Psaumes 126 - Galates 6 : 7-10
     

    ACTION - RÉACTION

    « Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. » (Galates 6:7).

    Le monde est régi non seulement par un ensemble de lois physiques, mathématiques, chimiques, des principes de mécanique quantique, de thermodynamique, d’astronomie mais aussi par des lois morales et spirituelles.

    Attardons-nous sur une de ces lois spirituelles, mais qui en fait, n’est pas que spirituelle. Elle concerne tous les aspects de la vie. C’est la loi des semailles et des moissons.

    Nous connaissons ce proverbe populaire : “Qui sème l’injustice en moissonne les fruits.” ou encore : « Ceux qui sèment la fraude moissonnent l’injustice. » (Proverbes 22:8).

    Cette loi des semailles et des moissons, nous permet de comprendre et d’expliquer beaucoup de choses dans la société, l’Eglise, les foyers et les familles. Cette loi universelle concerne tous les hommes et non pas uniquement les croyants. De même que le principe physique de la gravité s’applique en tout point du globe terrestre, la loi des semailles et des moissons se vérifie pour chaque être humain, croyant ou pas, qu’on le veuille ou non.

    Le dictionnaire indique que le mot “loi” vient du verbe “lier”.

    Une loi est un phénomène qui lie différents aspects de la vie, et en particulier de notre vie. Ainsi, l’effet est lié à la cause ou la réaction est liée à l’action. La tempête que je vais récolter est liée au vent que j’ai semé. Cette loi des semailles et des moissons est bien connue dans certains cas extrêmes : nous disons du buveur atteint d’une cirrhose du foie, qu’il moissonne ce qu’il a semé ! De même pour le fumeur souffrant d’un cancer de la gorge ou du poumon. Cette loi se vérifie aussi dans la dégénérescence du drogué, qui bientôt va mourir dans les toilettes ou dans une cave sordide.

    Notre société est marquée du même processus dans le domaine sexuel : elle récolte ce qu’elle a semé. En effet, à grand renfort de publicité, notre génération a prôné la libération sexuelle, le rejet de toute morale, la libéralisation d’une pornographie dégradante en osant affirmer que tel est le grand progrès de la société du 20e siècle. Enfin, l’homme se libère de ses chaînes, imposées par la morale judéo-chrétienne ! Voilà la victoire ! Hélas, le résultat moissonné est lamentable : une augmentation effrayante du nombre de divorces, de foyers brisés et des milliers d’enfants ballottés entre père, mère, beau-père et belle-mère (les enfants “valises”).

    De plus, nous avons récolté des maladies : les cas de SIDA et les maladies sexuellement transmissibles (MST) se propagent de façon vertigineuse et affolante. Ainsi notre société moissonne inévitablement ce qu’elle a semé : c’est la loi des semailles et des moissons !

    L’Ecriture dit : « Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption. » (Galates 6:8). C’est une mise en garde. Et il est étonnant de constater que des professeurs d’université, des savants, des médecins, des écrivains, des journalistes athées constatent et confirment ce que la Bible dit.

    SEMAILLES

    Considérons maintenant ce même principe et ses applications dans d’autres domaines.

    Dans l’Eglise aussi, chacun moissonnera ce qu’il aura semé ! Vous voulez moissonner l’amour ? Semez l’amour ! Vous voulez récolter l’affection, la fraternité ? Semez l’affection et la fraternité. Si vous semez dans l’église la méchanceté, la critique, la médisance, vous ne moissonnerez certainement pas la gentillesse ni la bonté. Dans toutes les Eglises du monde, bien des chrétiens se plaignent du manque d’amour, mais la grosse majorité de ces plaignants n’ont pas eux-mêmes semé l’amour. Si dans l’église vous semez abondamment patience, douceur, fraternité, vous moissonnerez en abondance gentillesse, amour, etc. Si dans l’église vous ne récoltez pas assez d’amour, il ne faut pas vous plaindre des autres, mais vous dire que vous n’en avez peut-être pas assez semé !

    Le jardinier sait que s’il sème des carottes, il ne récoltera pas des poireaux. Ce principe est évident et vrai dans d’autres domaines que le jardinage : l’église notamment, mais aussi le foyer, la vie de couple. La Bible est pratique, d’application dans la vie courante, et non pas un recueil de recettes pour notre vie céleste dans l’au-delà. Du reste, la Parole de Dieu contient peu d’informations sur la manière de vivre au ciel !

    Une bonne question à poser aux jeunes mariés est la suivante : “Que désirez-vous trouver dans votre foyer ?” La réponse est simple : ce que vous y déposerez. Les parents peuvent aider pour l’achat des meubles, d’une cuisine, d’un frigo mais ne savent pas y déposer la paix, la vérité, la droiture, le pardon ... Ces valeurs dépendent des deux conjoints. Et dans un couple, la loi des semailles et des moissons est vraie : on y moissonne ce que l’on a semé. Une épouse qui sème le mensonge, l’égoïsme, la paresse, la grogne ne doit pas s’attendre à récolter tendresse, caresses et gentillesse. Un mari qui sème la colère, les rentrées tardives, les coups ne doit pas espérer moissonner amour, pardon, patience, accueil, chaleur, compréhension et petits plats mijotés !

    PATIENCE

    Il est important de noter qu’un temps sépare les semailles et les moissons. La Bible dit : « Ne nous lassons pas de faire le bien car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. » (Galates 6:9).

    Les dattes sont chères car le dattier a besoin de trente années pour être rentable. D’autres arbres fruitiers ne donnent que quelques fruits les premières années et ne portent de fruits en abondance qu’après une dizaine de saisons.

    Peut-être avez-vous semé, sans jamais encore avoir récolté. Prenez patience ! La Bible affirme : « Soyez donc patients. Voici le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard ... Vous aussi, soyez patients et affermissez vos cœurs. » (Jacques 5:7).

    Tu sèmes le bien et jusqu’à présent tu n’as reçu que des coups. Prends patience, parce que la moisson ne vient que rarement de suite après les semailles. Si elle tarde, attends-là ! Elle viendra ! Dieu l’a promis ! Il a mis en place ce principe comme il a instauré toutes les autres lois physiques, mathématiques et chimiques. Dieu a inscrit dans l’univers cette loi des semailles et des moissons. Un jour la moisson viendra.

    Regardons les exemples de l’Ancien Testament où des hommes ont dû prendre patience avant de récolter les fruits qu’ils avaient semés.

    Prenons le cas de Joseph, le patriarche, le fils de Jacob. Vendu par ses frères à des marchands dont la caravane descend en Egypte, où esclave chez Potiphar, loin de son pays et de sa famille, il sème le bien. Il travaille fidèlement dans la maison de son maître, en toute honnêteté et droiture. Il refuse un jour les “avances” de la femme de Potiphar. Cette femme va alors mentir à son sujet et Joseph va se retrouver dans une situation pire, en prison. Emprisonné injustement, Joseph continue de semer le bien, le bon, le droit, l’honnêteté. Pendant des années, rien ne se passe. Une année, deux années, dix années, treize ! La treizième année seulement est celle de la récolte : Joseph va sortir de prison et monter en un instant au plus haut niveau, au commandement suprême de l’Egypte ! Ainsi, Joseph a eu raison de prendre patience, d’attendre, pour finalement moissonner ce qu’il avait semé !

    Ne perdons pas courage si la moisson tarde. Ne nous lassons pas de semer. Un jour les fruits seront mûrs ; d’abord les fleurs apparaîtront, puis les petits fruits et ensuite les beaux fruits en abondance. Dieu l’a promis ! Prenons patience ! Telle est la loi des semailles et des moissons.

    La Bible affirme encore : « Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d’allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes. » (Psaumes 126.5-6).

    Il est temps, pour chacun, de s’engager dans la moisson. Jésus a dit à ses disciples : « Regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson. » (Jean 4:35). « Il y a peu d’ouvriers et la moisson est grande. » (Matthieu 9:37). QUI VA SE LEVER ? ■

    Post-scriptum

    Prédication apportée par Philippe HUBINON et résumée par Jean-Pierre BAUDOUIN - Bulletin ‘Résurrection’ de juin 1991.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web