logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 304Golda Meir (1898-1978) juillet 2009
    Femme politique qui a participé à la création de l’État d’Israël, a été ministre des affaires étrangères, ainsi que le quatrième premier ministre d’Israël du 17 mars 1969 au 11 avril 1974.
    logo ARTICLE 182La Bible, épée du Saint-Esprit mars 2003
    PRÉDICATION • La Bible est l’épée du Saint-Esprit. A priori, les termes "épée" et "Esprit" peuvent paraître contradictoires. Ceci ne peut toutefois nous heurter si nous avons bien compris que la vie chrétienne est un réel combat.

    Dans la même rubrique

     ETATS-UNIS D’AMÉRIQUE (USA)

    Darwin en pleine tempête

     

    « Dieu n’existe pas, par contre, la crème glacée, c’est génial ! »

    De quatre voici quatre ans, ils sont passés à plus de 500. Accoudés à un bar lors de leur création, ils doivent désormais réserver un bistrot entier, et un grand, afin d’organiser leur réunion hebdomadaire. C’est que les athées de Miami ont du boulot. Ils mettent sur pied leur première « Journée de Darwin ».

    Jamais à cours d’une provocation dans un pays où le Tout-puissant est omniprésent, ils ont créé un autocollant affirmant que « Dieu n’existe pas, par contre la crème glacée, c’est génial ! »

    Loin d’être confiné à la seule ville de Miami, le mouvement des athées commence à s’organiser à travers tous les States. Une façon, selon eux, de faire face au danger posé par l’offensive des chrétiens évangélistes qui ont mis à mal la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Au point que Bob Senatore, un des fondateurs de l’association « Flash », humanistes athées et laïques de Floride, redoutent de se « retrouver en théocratie ». Preuve d’une incontestable évolution des mentalités. Selon une étude récente sur l’appartenance religieuse, 15% des Américains se déclarent désormais « sans religion », soit deux fois plus qu’il y a 18 ans. D’aucuns n’hésitent pas à attribuer cette hausse à un rejet de l’ex-président Georges W. Bush et de ses avances en direction de la droite religieuse.

    Mais des résistances se font jour. Lorsque « Flash » a affiché le mois dernier un slogan assurant que « On n’a pas besoin d’un Dieu pour être bon », une femme du quartier a réuni un groupe d’enfants pour protester. Le gérant d’un institut de beauté voisin a assuré que l’affiche nuisait à son commerce.

    A l’instar des homosexuels, les athées espèrent que leur démarche incitera davantage des leurs à « sortir du placard ». Et pourquoi pas un homme politique courageux...

    Frédéric DELEPIERRE
    Le Soir du 27/8/09


    Aux States, la question crée un véritable débat : peut-on attribuer l’apparition de la vie sur Terre à une "intelligence supérieure" ?

    Selon Charles Darwin, naturaliste britannique du XIXè siècle, l’homme ainsi que toutes les espèces vivantes sur la Terre ne sont pas apparus du jour au lendemain mais sont le résultat d’une lente évolution et d’une sélection naturelle. Ainsi, si l’on en croit la théorie évolutionniste, le cou de la girafe serait aussi démesuré parce qu’elle a dû s’adapter au milieu dans lequel elle vivait et qui l’obligeait à aller glaner toujours plus haut les feuilles qui constituent son repas. Autre exemple d’évolution due au milieu : les pattes des mammifères marins tels que les phoques ou les otaries devenues de puissantes nageoires, parfaits outils pour la natation. Jusque-là, rien ne semble "clocher" dans la théorie du grand biologiste. Et depuis longtemps, elle s’est opposée sans flancher au créationnisme qui voudrait, comme le prétendent la Bible et les mythes religieux ancestraux, que les êtres vivants, l’Homme en tête, fussent crées par Dieu.

    Nouvelle vague créationniste

    Depuis peu de temps, cependant, la communauté scientifique constate le retour d’une nouvelle version de la Théorie de la Création qui s’oppose à celle de Darwin. Appelée théorie de l’Intelligence supérieure, elle s’appuie, selon ses défenseurs, sur des observations "empiriques évidentes". "La science ne progresse pas en ignorant quelque chose qui apparaît évident", soutient Michael Behe, professeur de biologie à l’université de Lehigh et ardent convaincu de l’exactitude de la nouvelle pensée. Il poursuit : "Chez certains micro-organismes comme les flagellées, il existe certains mécanismes si complexes qu’ils n’ont pas pu évoluer à partir d’autres formes vivantes." Pour lui, la complexité de la structure des ailes de certaines mouches drosophiles est un autre cas dans lequel les Darwiniens ne peuvent apporter aucune réponse.

    A l’opposé, les partisans de la Théorie de l’Origine des Espèces (publiée il y a 145 ans par celui qui devait devenir le père de l’évolutionnisme) estiment que Behe et ses disciples "s’approprient ce qui est encore inconnu pour conclure à leur création par une intelligence supérieure". Ils brandissent également le spectre d’un mélange de genres, alliant politiciens ultraconservateurs et traditionalistes religieux. "C’est à la base un mouvement chrétien", estime Barbara Forrest, professeur de philosophie à l’université du sud-est de Louisiane, chef de file des anti-néocréationnistes.

    Un véritable "guerre des gangs"

    La polémique croît depuis ces derniers mois aux Etats-Unis, et a parfois des ramifications politiques. Un biologiste connu, Richard Sternberg, a déposé plainte contre le muséum Smithsonian de Washington qui l’avait présenté comme un fondamentaliste religieux pour avoir participé à la publication d’une étude scientifique en 2003 avec un ténor néocréationniste, Stephen Meyer. Pour Jonathan Wells, docteur en biologie moléculaire et en études religieuses, membre de l’Institut Discovery, considère que le débat actuel montre "les limites du Darwinisme". Il contredit ceux qui qualifient les partisans de la théorie de l’intelligence supérieure de "néocréationnistes" qui s’appuieraient sur une explication biblique des origines de la vie. A noter : en novembre, les dirigeants d’un collège de Dover (Pennsylvanie) ont décidé d’inclure la nouvelle théorie dans les cours de biologie en se basant sur un rapport de George W. Bush datant de 1999, alors qu’il était encore Gouverneur du Texas, pour qui "les enfants doivent être soumis à plusieurs théories sur les origines du monde".

    "Vers l’Avenir" - 12.3.05

    Post-scriptum

    In bulletin ’Résurrection’ de janvier-février 2010 (article de Frédéric Delepierre).

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web