logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 350Faire taire les critiques février 2011
    Nous pouvons résister aux moqueries si nous avons la conviction de faire la volonté de Dieu.

    Dans la même rubrique

    Quel genre d’athée êtes-vous ?

     | Psaumes 14.1-7 - 2 Thessaloniciens 2.1-4
     

    Dans la Bible, le mot “athée” n’apparaît qu’une fois (Ephésiens 2.12). Toutefois ce concept est déjà présent dans l’Ancien Testament (Psaumes 14.1). Aujourd’hui l’athéisme est un phénomène d’envergure. Le 20e siècle a vu naître une idéologie athée qui a envahi, par la force, des nations entières et causé la mort de millions de victimes. De nos jours, la plus grande nation du monde, la Chine, est un peuple athée, fermé à l’Evangile. Notre petit pays n’est pas épargné. Beaucoup de personnages importants en Belgique sont athées : recteurs d’université, professeurs, journalistes, directeurs de revues, politiciens, magistrats, hommes d’affaires, etc. La position philosophico-religieuse de tous ces gens influence la vie belge dans les domaines de l’éducation, la presse, l’information, la politique, la culture et l’économie ...

    En tant que chrétiens, croyants, nés de nouveau, professant notre foi en Jésus-Christ, nous sommes confrontés à cette “religion”. Essayons de comprendre la position de ces adeptes pour mieux répondre à leurs objections et communiquer l’Evangile avec bon sens.

    Quand on a affaire à quelqu’un qui partage cette doctrine, on pourrait lui poser cette question : “Quel genre d’athée êtes-vous ?” En effet, il existe différentes formes d’incrédulité ou d’athéisme.

    1) IL EXISTE D’ABORD LES ATHÉES QUI S’IGNORENT.

    Ils disent : “Moi, je suis croyant mais non pratiquant.” C’est une sorte d’athéisme camouflé. En effet, un croyant non pratiquant vit comme un athée, comme si Dieu n’existait pas. Qu’est-ce donc que ce drôle de croyant qui ne va jamais à l’église, qui ne lit jamais la Bible, qui ne prononce jamais le mot “Dieu” sauf dans sa colère pour jurer, qui ne donne pas un franc pour soutenir un missionnaire ou une œuvre chrétienne ? Quel drôle de croyant que celui qui ne connaît pas une seule parole du Christ et qui ne laisse à Dieu dans sa vie aucune place puisqu’il n’y a dans son existence ni pratique, ni vie ! Ces gens ne sont donc pas des croyants mais des athées qui s’ignorent.

    En effet la Bible nous dit : « La foi sans les œuvres est morte. » (Jacques 2.17, 20, 26). Et Jacques, le frère du Seigneur, ajoute cette question : « A quoi servirait-il qu’un homme prétende avoir la foi s’il ne peut présenter aucun acte qui le prouve ? » La foi véritable se vit. Elle se partage et se communique. La Bible ne connaît pas une foi qui ne se pratique pas. Une telle attitude est une “non foi”, une sorte d’athéisme camouflé. Tel est le cas de dizaines de millions de personnes dans notre pays. Ils prétendent “croire” sans pratiquer. Jacques va d’autre part commenter la disposition de cette catégorie d’athées en disant « qu’ils se trompent eux-mêmes par de faux raisonnements. » (Jacques 1.22). Ces personnes sont de faux croyants, de vrais athées qui s’ignorent. A ces gens il faut dire : Ressaisissez-vous. Soyez honnêtes et courageux pour ôter le vernis de la foi et laisser apparaître la “non foi” et l’absence de confiance en Jésus-Christ.

    2) IL EXISTE AUSSI LES ATHÉES PAR DÉCEPTION.

    Le cas le plus typique est celui de Voltaire, déçu par l’Eglise Catholique, révolté, indigné par l’hypocrisie du clergé qui couvrait l’injustice commise par les riches et les puissants, qui maintenait le peuple dans l’ignorance en lui refusant l’accès à l’instruction, qui organisait des crimes abominables au nom de Dieu. Le grand écrivain français était le type même de l’athée par déception et peut-être aussi par rébellion suite à toutes ces tristes constatations.

    Dans notre pays, beaucoup sont devenus athées par déception. Ils ont été déçus par l’Église, par un prêtre, par un pasteur, par un chrétien. Que dire à ces amis ? Il faut leur faire remarquer qu’ils ont jeté le bébé avec l’eau du bain. Il faut savoir faire la différence entre l’Église et le Christ, entre l’institution et la personne de Jésus-Christ, entre la religion et le Seigneur.

    Nous n’aurons pas à rendre compte devant l’Église, ni devant le prêtre, ni devant le pasteur. Nous devrons comparaître devant le Christ. L’apôtre Paul écrira : « Il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ. » (2 Corinthiens 5.10), mort pour nos péchés, enseveli et ressuscité d’entre les morts. Devant le tribunal divin, il n’y aura plus de place pour les excuses du genre : “Ah ! J’ai été déçu, Seigneur, alors je me suis détourné.” Le Seigneur répondra alors : “Je ne te parle pas de l’Église ou de tes amis qui t’ont déçu. Je te parle de Jésus-Christ. T’a-t-il déçu, lui ?”

    3) IL Y A AUSSI CEUX QUI SONT ATHÉES PAR IGNORANCE, PAR MÉCONNAISSANCE.

    Ils se font une caricature de Dieu sans connaître l’Evangile. Ils sont aussi très nombreux. Ils ont rejeté Dieu parce qu’ils ne connaissent pas Dieu. Ils n’ont jamais pris la peine de lire la Bible ou le Nouveau Testament, ni même un évangile. Ils ne connaissent pas les paroles du Christ, et ne savent pas ce qu’il a dit ni ce qu’il a fait. Ils ne savent pas à ce qu’ils ne croient pas.

    A ces gens, il faut leur demander : “Mais en quel Dieu ne croyez-vous pas ?” A la suite de leur réponse décrivant la caricature de ce “Dieu” qu’ils s’imaginent, il est bon de répondre que nous chrétiens ne croyons pas non plus en ce “dieu” qui n’est pas le Dieu de la Bible, le Dieu de la révélation. L’image du “dieu” de ces athées par ignorance ne correspond pas du tout au Dieu décrit par les Ecritures et révélé en Jésus-Christ.

    Beaucoup de personnes ne connaissent pas la joie de la relation personnelle avec Jésus-Christ. Ils ne connaissent pas la joie de prier en famille, de se rassembler autour de la Bible pour parler de l’Evangile, de l’amour de Dieu et de son pardon. Ils ignorent la joie de venir au culte ensemble le dimanche matin, et le bonheur de vivre dans la communion de Jésus-Christ. Et puisqu’ils ne connaissent pas, ils rejettent par ignorance. Ils ne goûtent pas la joie de lire l’Ecriture et d’y découvrir le Dieu qui se révèle, ni la joie de s’y découvrir eux-mêmes. Athées par ignorance, ils ne connaissent pas la paix qui remplit un cœur.

    Bien des gens aujourd’hui ne manquent de rien matériellement mais cherchent, sans le dire et au plus profond d’eux-mêmes, la vraie paix. On aimerait parfois rencontrer des hommes célèbres ou des personnages illustres. Mais ces conversations souhaitées ne sont rien à côté de la joie issue de la communion avec le Seigneur Jésus-Christ. A ces gens qui ne vivent pas dans la joie de connaître Jésus-Christ, nous devons leur dire : « Venez et goûtez combien le Seigneur est bon. » (1 Pierre 2.3). « Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. » (Jacques 4.8). Croyez en Dieu et apprenez à connaître le Seigneur.

    4) IL EXISTE AUSSI DES ATHÉES PAR INTÉRET OU PAR FACILITÉ.

    Cette attitude peut être résumée par la formule du grand écrivain russe chrétien Dostoïevsky : “Si Dieu n’existe pas, alors tout m’est permis.” Beaucoup ont choisi cette voie pour pouvoir tout se permettre. Ces gens nient Dieu et peuvent ainsi faire ce qu’ils veulent. Dans cette hypothèse où Dieu n’existe pas, il n’y a plus de péché, de loi divine, ni de jugement. L’homme n’a plus besoin d’un Dieu qui le conduit, le dirige, lui dise ce qu’il doit et ne doit pas faire. L’individu fait alors sa propre loi, décide lui-même ce qui est bien et ce qui est mal. Il devient donc ainsi son propre “dieu”, et il fait ce qui lui plaît.

    Tel est le chemin choisi par ces athées qui ont pris la voie de la facilité, de l’intérêt personnel. Pour justifier leur conduite et leurs péchés, ces athées cherchent des arguments parmi les idées faciles, à bon marché, tirées des théories de Marx, Darwin, Freud et tant d’autres.

    Jésus a parlé de cette forme d’incrédulité en disant : « La lumière est venue dans le monde, mais les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. » (Jean 3.19). L’apôtre Paul a aussi parlé de cette forme d’athéisme : « Ayant reconnu Dieu (dans la nature, la création), ils ne l’ont point glorifié comme Dieu et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Ils ont changé la vérité de Dieu en mensonge. » (Romains 1.21).

    Ces athées, pour assouvir des passions coupables ou satisfaire un orgueil démesuré, ont décrété la mort de Dieu. Dès lors, en rejetant Dieu, ils peuvent faire ce qu’ils veulent et tout ce qui leur plaît. Que dire à ces gens qui ont choisi un tel chemin ? Deux choses :

    La plupart de ceux qui ont proclamé la mort de Dieu sont aujourd’hui dans les cimetières. Mais le Christ révélé par les Ecritures est toujours vivant. Dieu a dit : « Je suis celui qui suis. » (Exode 3.14). Le Psalmiste disait : « D’éternité en éternité tu es Dieu. » (Psaumes 90.2). Jésus a dit : « Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. » (Apocalypse 1.18). Dieu vit encore quand seront morts ceux qui, hier encore, criaient : “Dieu est mort !”

    5) IL Y A AUSSI BEAUCOUP D’ATHÉES QUI SONT DES CROYANTS QUI S’IGNORENT.

    Il n’y a pas de véritables athées. Il existe toutefois beaucoup de rebelles. Tout homme a un dieu. On a tous un dieu. On a chacun une religion. Un écrivain chrétien a écrit : “Chassez la religion, ... et elle revient au galop.” Croire qu’il y a un Dieu, c’est une religion. Croire qu’il n’y a pas de Dieu, c’est aussi une religion. Croire n’importe quoi, c’est également une religion. Personne n’est sans religion. Personne n’est sans Dieu. L’homme qui rejette le vrai Dieu doit alors choisir un faux dieu. Ce faux dieu va prendre la place du vrai Dieu.

    L’athéisme est la religion de l’homme. Elle met l’homme en honneur et fait de lui un dieu, une idole. Cette religion prêche le salut par l’homme. Elle prône la gloire de l’homme. C’est la religion de Caïn, le premier humaniste. Cette religion produira un jour l’antéchrist qui lui-même se proclamera Dieu : « L’homme de péché, le fils de la perdition, qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. » (2 Thessaloniciens 2:3-4).

    CRÉDO

    Face à l’athéisme, il est bon de dire ce qui fait notre foi :

    « Ne sois pas incrédule (athée), mais crois ! » (Jean 20.27b). 

    Post-scriptum

    Prédication de Philippe Hubinon, résumée par Jean-Pierre Baudouin - In bulletin “Résurrection” d’octobre 1995.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web