logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 379Laïcité / Symboles religieux — Débaptisation mai 2011
    La Laïcité organisée reçoit plus de subsides publics que les autres “religions” pour ses officiants, ses activités et ses bâtiments. Elle a aussi des exigences : le retrait des crucifix, la débaptisation...
    logo ARTICLE 58Que reste-t-il à découvrir ? mars 1996
    Le magazine ‘Le Vif - L’Express’ a eu la bonne idée de poser cette question à dix scientifiques renommés dans leur discipline. Ce dossier est paru dans le numéro du 6 octobre 1995.

    Dans la même rubrique

     DOCUMENT

    Homosexualité, EPUB et Eglise Evangélique d’Uccle

     

    Dans le cadre de la semaine de prière de l’Alliance Evangélique, le texte d’Ephésiens 4.1-16 a été proposé à notre méditation. Paul nous y invite à devenir « des hommes faits à la mesure de la stature parfaite du Christ. » (v.13). Il nous appelle à ne pas ouvrir notre porte à toutes les doctrines qui peuvent atterrir sur notre seuil. Il nous demande de réagir avec maturité « en disant la vérité avec amour. » (v.14).

    Certains des sujets auxquels nous sommes confrontés demandent maturité, vérité et amour. C’est le cas de l’homosexualité. « L’Eglise n’étant pas du monde mais étant dans le monde, elle est souvent confrontée aux problèmes des sociétés dans lesquelles elle est implantée. Le statut de l’homosexualité fait partie de ces questions brûlantes posées aujourd’hui à l’Eglise. »

    Depuis 1987, un débat à ce sujet a été porté à l’ordre du jour des Assemblées synodales. Récemment, une décision a été prise, qui laisse aux différentes structures de l’Eglise le soin d’accepter ou de refuser à des postes ecclésiastiques des homosexuels “pratiquants”. Seule une attitude de conciliation réciproque est demandée pour ce qui concerne la désignation d’un homosexuel à une fonction de représentation nationale. Des commentaires en sens divers ont été faits et notamment un “message de l’Alliance synodale” a été publié, qui recommande l’abandon des positions trop catégoriques au nom de la recherche de l’unité.

    Nous ne pouvons pas nous rallier à une telle prise de position. Nous considérons que la fidélité à la révélation biblique ne peut souffrir d’exception ni de concession. C’est pourquoi le Consistoire de l’Eglise Evangélique d’Uccle a écrit et signé à l’unanimité une lettre afin de se démarquer des positions de la récente Assemblée synodale, jugées irrecevables.

    Au cours de plusieurs séances consécutives, notre Consistoire a étudié le “Message de l’Assemblée synodale 1994” et réexaminé l’Annexe 4 du Rapport du Conseil synodal, "EPUB et Homosexualité". Nous comprenons la lassitude de ceux qui ont vu ce problème éclipsé, sept années durant, des questions plus fondamentales pour l’action et le témoignage de l’Eglise. Loin de nous la pensée de vouloir relancer un débat de fond. Nous sommes, en revanche, beaucoup plus préoccupés par les motivations et les attendus de la non-décision adoptée.

    Nous ne pouvons souscrire à l’argument, selon lequel "la recherche de l’UNITÉ" doit être l’impératif absolu auquel l’Eglise ait à se soumettre. L’unité pour laquelle Jésus a prié le Père doit être de la même nature que celle qui, essentiellement, caractérise la relation du Père avec le Fils (“comme nous sommes un”). Il est d’ordre surnaturel et elle ne peut qualifier nos tentatives d’accords balbutiants ou de compromis, acceptés par lassitude.

    Par ailleurs, l’armistice auquel la dernière Assemblée synodale s’est rallié, suppose que priorité soit donnée à la "conviction personnelle" sur l’autorité objective de l’Ecriture Sainte. C’est donc cette objectivité même qui est mise en question avec le risque de voir à l’avenir d’autres subjectivités prendre le pas sur le texte biblique. Il nous paraît surprenant que les dérives exégétiques aillent toujours dans le même sens d’une conformité au monde présent.

    Comment ne pas évoquer ici que l’Abbé Pierre ait été conspué, lors de la soirée hyper médiatisée, consacrée à la prévention du SIDA, pour avoir affirmé que le seul remède efficace était la chasteté ! L’Abbé Pierre était pourtant bien dans le droit fil de l’éthique biblique ... Nous nous sentons interpellés par l’appel à l’Unité, mais à condition que celle-ci soit fondée sur des critères bibliques et non sur des convictions et des sentiments, si généreux fussent-ils à première vue. Pratiquer la vérité dans la charité reste notre ambition, mais pas au détriment de l’une ou de l’autre. Dans cet esprit, nous nous démarquons de l’identité “pluraliste” de l’Eglise - comme si la diversité en elle-même était un idéal - tout en constatant sa “pluralité” — la diversité étant alors un état de fait qu’il conviendrait de résorber autant que faire se peut, au profit d’une quête de l’unité, dans la fidélité aux fondements de la foi.

    Ainsi que semblent l’avoir perçu plusieurs délégués à l’Assemblée synodale qui ont voté le compromis proposé, cette décision consolide le caractère administratif de l’unité et renforce le congrégationalisme de fait de l’EPUB. Beaucoup se sentiraient aujourd’hui bien plus à l’aise si nous avions le courage de l’humilité de revenir au pluriel de “l’Union des Églises protestantes de Belgique”, qui, comme le nom l’indique, prônait l’union des diversités, plutôt que l’unité dans la diversité. Après tout, Paul et Barnabas se séparèrent à la suite d’un différent mineur sans que cela causât préjudice à l’essor de l’Église !

    La présente a été adoptée à l’unanimité du Consistoire, en sa séance du lundi 9 janvier 1995.

    Post-scriptum

    In bulletin “Résurrection” de mars 1995.

    RAPPEL D’UN POINT DOCTRINAL ESSENTIEL

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web