logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 716Léopold 1er de Saxe-Cobourg et Gotha, Roi des Belges (1790-1865) janvier 2012
    Prince, fils du duc souverain François de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1750-1806). Il est élu premier Roi des Belges le 4 juin 1831 et prête serment sur la Constitution belge le 21 juillet 1831.
    logo ARTICLE 469Quatre "trucs" pour être belle juillet 2008
    Ces quatre "suggestions" pour être belle, écrites par Audrey Hepburn, ex modèle de mode, sont comme un instantané, une photo de sa manière de vivre. Ces lignes furent lues lors de ses funérailles.

    Dans la même rubrique

    Le triomphe de la Résurrection

     | 1 Corinthiens 15 : 1- 6
     

    Pâques est une fête que les chrétiens annoncent dans le monde entier. Chaque dimanche, est un jour particulier de la semaine pour le chrétien. Ce n’est pas par hasard que l’église primitive a choisi le dimanche comme jour de rassemblement, puisque c’est le premier jour de la semaine que Christ est ressuscité. Pâques, c’est aussi l’un des plus grands évènements de l’Histoire de l’humanité, que l’on y croit ou que l’on n’y croit pas, car on ne peut nier que cet évènement a marqué les siècles.

    On ne peut pas rester neutre devant le message de Christ ressuscité. Pendant la guerre 1940-1945, notre pays a prétendu à la neutralité alors que les nations se déchiraient. Mais l’Histoire nous a appris que ce n’était pas possible. A plus forte raison, lorsqu’il s’agit de la résurrection de Jésus-Christ. Il y a un choix à faire, on est dans un camp ou dans l’autre. Pâques rappelle à chacun qu’il y a un choix et une décision à prendre dans notre vie.

    On pourrait penser que l’homme moderne éprouve des difficultés à croire en la résurrection, mais ce n’est pas seulement l’homme d’aujourd’hui, c’est “l’homme tout court”. Lorsqu’on lit les Écritures, on se rend compte que les disciples eux-mêmes étaient réticents au message de la résurrection. Pensons à Thomas qui ne voulait pas croire. Il n’était pas le seul à douter. Dans Luc 24, nous lisons : « Il est vrai que quelques femmes d’entre nous, nous ont fort étonnés en disant que le Christ était ressuscité. » et le texte ajoute : « Les apôtres tinrent ces discours pour des rêveries et ils ne crurent pas ces femmes. » (Luc 24.10). Ils étaient eux aussi incrédules. Marc 16.11 nous rapporte aussi la même chose.

    La réaction est la même à tous les siècles. Les apôtres ont refusé de croire jusqu’à ce qu’ils aient vu et touché le Christ, et mangé avec lui. Dans le livre des Actes, il nous est rapporté que l’apôtre Paul prêche à Athènes devant les philosophes, les intellectuels. Ils l’écoutent jusqu’à ce qu’il parle de la résurrection. Alors ils se moquèrent et seulement quelques-uns crurent. La réaction est la même aujourd’hui, beaucoup se moquent et très peu croient. Le cœur de l’homme reste le même vingt siècles après. L’apparence extérieure change, mais notre cœur reste le même. C’est une erreur de croire que les gens du premier siècle étaient beaucoup plus naïfs et il est faux de penser qu’ils croyaient tout ce qu’on leur disait. Le plus grand obstacle à la foi, c’est toujours l’orgueil et non l’intelligence comme certains le croient.

    A un certain moment, Jésus a rencontré un groupe d’hommes religieux, les “Sadducéens”, qui ne croyaient pas à la résurrection. Ils viennent devant Jésus avec une “grosse” question, bien préparée pour le piéger. Jésus leur répond : « Vous êtes grandement dans l’erreur parce que vous ne comprenez pas les Ecritures, et parce que vous ne comprenez pas la puissance de Dieu. » Pour Jésus, ce que la Bible dit est la vérité, c’est l’autorité suprême.

    Encore aujourd’hui, beaucoup se représentent Dieu à la mesure de l’homme, c’est-à-dire limité. Pâques redit à l’incrédule qu’il est dans l’erreur. On veut bien recevoir toutes les bénédictions, mais on ne veut pas croire à la résurrection.

    La Bible insiste aussi pour dire qu’il s’agit d’une résurrection corporelle. Ce n’est pas une résurrection “en l’esprit”. Tous les textes sont clairs et sans équivoque. C’est bien le corps de Christ qui est ressuscité. Celui-là même qui a été cloué sur la croix et qui a été déposé dans le tombeau. Les évangiles ne se terminent pas dans le brouillard comme le célèbre film de Franco ZeffirelliJésus de Nazareth”, mais bien avec un Christ vivant, ressuscité en chair et en os : « Saisis de frayeur et de crainte, ils pensaient voir un esprit. Mais Jésus leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés ? Pourquoi avez-vous ces doutes dans vos cœurs ? Regardez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi et voyez, car un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. » (Luc 24.39-43).

    Jésus prend du temps avec les disciples, pour qu’ils puissent transmettre le message de sa résurrection avec fidélité. Il est important d’insister sur ce point de doctrine, car beaucoup de protestants et de catholiques ne voient pas la résurrection de cette façon.

    La résurrection de Jésus-Christ fait donc partie des évènements historiques de l’humanité. La tendance aujourd’hui serait de repousser ces faits dans le domaine de la foi, et ne pas les accepter comme des récits historiques. C’est bien mal comprendre la foi. Dans la Bible, la foi ce n’est pas un saut dans le vide. C’est l’image de celui qui construit sur ce qui est solide, qui construit sur des faits, sur des preuves. On rejoint Luc, l’apôtre médecin bien-aimé : « Pendant quarante jours, après la résurrection, après avoir souffert, il se présenta lui-même vivant et leur donna plusieurs preuves. » (Actes 1). La Bible emploie le mot “preuves” pour parler du Christ ressuscité. Notre génération demande des preuves et Dieu a rempli sa Parole de preuves. Celui qui ne veut pas croire est inexcusable. L’apôtre Paul écrira : « Ce que l’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient à l’œil depuis la création. Ils sont donc inexcusables. » (Romains 1.20).

    Dieu a laissé sa “signature” partout dans l’univers et beaucoup de savants l’ont reconnu dans tout ce qu’ils découvraient. C’est pareil pour la résurrection comme pour les autres preuves. Frank Morison [pseudonyme de Albert Henry Ross, 1881-1950] dans son livre “La résurrection, mythe ou réalité ?”, (Who moved the stone ?) nous rapporte que Edwardo Charke, avocat au barreau de Londres, disait ceci : “En tant qu’homme de loi, j’ai fait une étude approfondie des preuves qui confirment les évènements du jour de Pâques ; pour moi ces preuves sont concluantes. Je les accepte sans réserve, comme étant le témoignage d’hommes sincères qui rapportaient des faits.”

    Certains se demandent ce que la résurrection peut changer dans notre vie ! La résurrection change tout : la vie, la mort, le travail, la famille, l’amour, la maladie. Tout ce que nous vivons se transforme. Sans la résurrection du Christ et sans la bonne nouvelle de l’Évangile, la vie n’a plus de sens. S’il n’y a pas de résurrection pour les hommes, la mort rend tout absurde et fait perdre son sens à toutes les belles choses de la vie. « Si les morts ne ressuscitent pas, mangeons, buvons, car demain nous mourrons. » (1 Corinthiens 15.32). Sans la résurrection de Christ, il n’y a plus d’espoir même pour l’incroyant.

    C’est peut-être une des raisons qui explique le nombre de suicides dans le monde. Chaque année, les chiffres augmentent. Beaucoup de personnes, croyant que la mort est la fin de tout, se jettent dans le vide car ils n’ont plus d’espoir. Mais rien ne se termine avec la mort, car on tue le corps mais l’âme continue de vivre. La résurrection nous aide à vivre, à mourir, à aimer, à travailler, à construire une famille, à souffrir car on sait qu’un jour cette souffrance cessera pour s’ouvrir sur un autre monde. La Bible dit : « Nous ne sommes pas comme ceux qui n’ont pas d’espérance, car si nous croyons que Jésus est mort et ressuscité, nous croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui, tous ceux qui sont morts. »

    La Résurrection change la perception de la vie. On ne vit plus de la même façon, on ne meurt plus de la même manière.

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 4-4-2010 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD - Bulletin “Résurrection” de mars-avril 2011.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web