logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 198Ma grâce te suffit... mars 2003
    « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans ta faiblesse. » (2 Corinthiens 12:9)
    logo ARTICLE 714Le prophète Esaïe (1) mars 2011
    PRÉDICATION EN MP3 • Le livre du prophète Ésaïe est attachant à plus d’un titre. On l’a appelé “Le cinquième évangile” car il annonce le Messie souffrant et salvateur.

    Dans la même rubrique

     ROBERT MOFFAT

    Il est si petit ...

     

    “Il est si petit que cela ne compte pas !”

    Au 18e siècle, on pouvait lire sur le registre d’une petite église écossaise la mention suivante : “Cette année a été très triste. Il n’y a pas eu de conversion et aucun membre nouveau n’a été ajouté à l’église. Il n’y a que le petit Robert qui a dit qu’il s’était donné à Dieu. Mais il est si petit que cela ne compte pas !” (Inscription en patois écossais, traduite aussi exactement que possible.)


    Or le petit Robert dont “la conversion ne compte pas” aux yeux des membres de l’église était Robert Moffat qui devait être plus tard le premier missionnaire en Afrique, avant même Livingstone !

    « Laissez venir à moi les petits enfants et ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. » (Marc 10.14)

    Tiré de : “Le Bon Combat”      

    Post-scriptum

    Robert Moffat, né le 21 décembre 1795 à Ormiston dans l’East Lothian (Écosse) et décédé le 9 août 1883 près de Tunbridge Wells, était un missionnaire congrégationaliste en Afrique.

    Moffat est d’origine modeste. Il commence par devenir jardinier, mais en 1814, travaillant alors dans le comté de Cheshire, il se présente à la London Missionary Society (LSD) et en 1816 il est envoyé en Afrique du Sud. Après avoir passé un an à Namaqualand, avec le chef afrikaner qu’il réussit à convertir, Moffat retourne au Cap et épouse Mary Smith (1795-1870, fille de son employeur).

    En 1820, Moffat et sa femme, quittent Le Cap pour Griquatown, sa fille naît alors (plus tard elle épousera David Livingstone) et finalement la famille déménage à Kuruman parmi les tribus Bechuana qui vivent près de l’ouest de la rivière Vaal. Il y travaille en tant que missionnaire jusqu’en 1870, faisant de nombreux séjours dans les territoires voisins jusqu’au Matabele.

    Tous ses voyages ont été communiqués à la Royal Geographical Society et au temps du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande il y publie Missionary Labours and Scenes in South Africa (1842). Enfin, il traduit en entier la Bible et Le Voyage du pèlerin en langue tswana.

    Moffat fut également constructeur, charpentier, forgeron, jardinier, fermier et précepteur durant son séjour.

    [Source : Wikipédia]


    In bulletin “Résurrection” de mai-juin 2011.


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web