logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

    L’essentiel, c’est la vie éternelle

     | Jean 3 : 1 à 21
     

    La Bible est un livre différent de tous les autres. C’est le livre de la vie, de la vérité. C’est le fondement de la vie de l’Eglise. Il constitue les racines de la vie de tout chrétien. Jésus a dit : « Ta parole est la vérité. » (Jean 17.17). Jésus a aussi dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. » (Matthieu 24.35). L’apôtre Paul dira : « Toute Ecriture est inspirée de Dieu. » (2 Timothée 3.16). Et l’apôtre Pierre dira que « c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pierre 1.21). Voilà pourquoi ce livre est différent de tous les autres.

    Les statistiques annuelles montrent que le n°1 mondial de l’édition est et reste la Bible. Le premier livre imprimé par Gutenberg fut la Bible. Malgré toutes les attaques subies à travers les siècles, la Bible reste le livre le plus lu, le plus répandu et le plus traduit au monde. Si quelqu’un cherche Dieu, il doit se diriger vers la Bible. C’est dans ce livre qu’il trouvera les réponses à sa vie. Nous avons tous des questions dans la tête et le cœur. Qui va nous donner les réponses ? La Parole de Dieu nous conduira dans la vérité vers les réponses souhaitées et les aspirations de notre cœur. Même celui qui ne cherche pas Dieu, a intérêt à plonger les regards dans la Bible. L’Ecriture lui donnera en effet des indications et des conseils pour la vie. Et sans doute qu’avec les années qui passent, un jour celui qui est rebelle à Jésus-Christ, changera d’avis et découvrira non seulement des enseignements sur la vie, mais aussi des vérités sur le Fils de Dieu.

    Mais peu de gens veulent apprendre les vérités relatives à Dieu et à la foi. L’un des grands problèmes dans notre pays, comme dans tous les pays occidentaux, est l’indifférence spirituelle. C’est une caractéristique commune que l’on retrouve dans nos pays riches. L’indifférence spirituelle est le fruit de l’abondance matérielle. Jésus a dit : « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » (Matthieu 19.24). La Belgique se classe parmi les pays les plus riches au monde. Notre standing de vie est élevé, comparé au niveau de vie des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Mais sur le plan spirituel, notre pays est pauvre. Si nos magasins sont remplis, les églises sont vides. L’abondance matérielle a créé dans nos pays riches une profonde indifférence spirituelle. Beaucoup de gens se disent : “Mais Dieu, pourquoi faire ? Nous avons tout ! Qu’est-ce que Dieu peut nous apporter en plus ?” En réalité, nous avons tout mais nos cœurs restent vides, désespérément vides. Nos enfants ont les yeux gavés d’images de télévision, mais ils n’ont rien dans le cœur. Les jeunes ont aussi le cœur vide. Ils sont déchirés par l’absence de sens, troublés par la théorie de l’évolution. Les jeunes vivent donc comme des “singes”, sans but, sans morale, sans conscience. Les couples éclatent, la famille explose et les enfants deviennent ainsi des écorchés vifs dans de telles situations dramatiques. Et malgré cela, la société ose affirmer que tout va bien : “Mais Dieu, pour quoi faire ?” Il y a un gigantesque vide dans les cœurs, fruit de notre abondance matérielle.

    Le Seigneur exhorte son Eglise à témoigner. Jésus a dit à ses disciples : « Allez, faites de toutes les nations des disciples. » (Matthieu 28.19). Telle est la tâche de l’Eglise. « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. » (Marc 16.15). L’Eglise a quelque chose à dire et à apporter. L’apôtre Paul a résumé ce message en cette phrase : « Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu. » (2 Corinthiens 5.10).

    Jésus a dit cela avec d’autres mots : « Il faut que vous naissiez de nouveau. » (Jean 3.7). La nouvelle naissance est le plus grand sujet abordé par Jésus dans ses prédications. La conversion est un message qui concerne tous les hommes. Ce message parle de vie et non de religion. Ce qui intéresse chacun d’entre nous, ce n’est pas la religion, mais la vie. Celui qui aime vraiment la vie, viendra au Christ qui a dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. » (Jean 14.6). Jésus n’a jamais dit : “Je suis la religion.” Il a parlé de vie, et cela nous intéresse. Le Seigneur a affirmé : « Je suis la vie. Celui qui croit en moi vivra. » (Jean 11.25). Après une prédication sévère, Jésus a remarqué que plusieurs auditeurs le quittaient et partaient. Il a alors demandé à ses disciples si eux aussi avaient décidé de s’éloigner de lui. Et l’apôtre Pierre répond : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie. » (Jean 6.68). Si vraiment nous aimons la vie, nous serons conduits à Jésus-Christ.

    Nicodème vient rencontrer Jésus de nuit (Jean 3.1-21). Peut-être est-il craintif ou gêné ? Beaucoup de personnes sont gênées et embarrassées quand on parle de Dieu, de Jésus-Christ, de la Bible. La foi devient pour certains en quelque sorte un sujet tabou. Pour beaucoup, cela est dû au fait qu’ils n’y ont jamais vraiment réfléchi. Les gens ont suivi une tradition, se sont conformés à des habitudes en faisant comme tout le monde sans trop penser. Et quand ces questions de la foi surgissent, apparaissent le silence, la gêne et l’embarras.

    Nicodème vient donc de nuit, en cachette, discrètement. Il est religieux. Il pratique sa religion mais n’est toutefois pas satisfait. Quelque chose ne va pas dans sa vie. Il est intrigué et attiré par la personne de Jésus-Christ. Jésus n’est pas comme les autres. Et ceci est encore vrai aujourd’hui. Jésus est différent. Tous les autres noms de l’Histoire peuvent être rangés dans le même tiroir : Marx, Freud, Sartre, Camus, Platon, Mahomet, Socrate, Bouddha, les sages hindous, etc. Cependant un seul ne peut y être mis : Jésus-Christ. Il est différent de tous les autres. Il sort du lot et n’est pas de la même nature que les autres. Si vous faites une étude comparative de la vie de tous les fondateurs de religion, vous devez constater que Jésus-Christ est tout à fait différent des autres. Il est hors norme. Et Nicodème a remarqué que Jésus est vraiment exceptionnel. Dans l’entretien avec ce chef des Juifs, Jésus va immédiatement venir à l’essentiel : « En vérité, en vérité, je te le dis Nicodème, si un homme ne naît de nouveau, si un homme ne naît d’en haut, d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. »

    Chacun de nous a le droit de croire ce qu’il veut. Chaque opinion a droit au respect. Mais avant de décider et de se faire une opinion, il vaut la peine d’écouter ce que le Christ a dit, et de réfléchir sur le message et les paroles de Jésus-Christ. Jésus parle ici de vie, de nouvelle naissance, de deuxième naissance. Nicodème est un chef religieux en Israël et il ne comprend pas. Si on veut faire une analogie contemporaine, on peut dire que ce Nicodème a étudié la théologie, l’hébreu, le grec. Bien qu’il soit érudit, il ne comprend pas quand Jésus-Christ parle de la vie et de la nouvelle naissance. Pourquoi ? Parce que pour comprendre les paroles du Christ, il faut de l’humilité. Jésus a dit : « Si vous ne devenez humbles comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu. » (Matthieu 18.4). L’humilité est une condition nécessaire pour comprendre Jésus-Christ et l’Evangile. Sans humilité, le message de Jésus-Christ restera fermé à notre intelligence pendant toute notre vie.

    Malheureusement l’homme du 20e siècle est rempli d’orgueil et de suffisance. Il brise l’atome, marche sur la lune, touche les étoiles, clame la mort de Dieu et s’autoproclame maître de tout. En réalité il n’est maître de rien du tout et sa vie ne tient qu’à un fil. L’orgueil de l’homme l’éloigne de la vérité. Il faut de l’humilité pour s’approcher de Jésus-Christ et comprendre ce qu’il dit. Avec toute sa science et son érudition, Nicodème ne comprend pas les paroles du Christ. C’est par la foi que l’on s’approche de Dieu. La véritable intelligence, c’est l’humilité. Quand l’homme comprend qu’il n’est qu’un homme et que le monde ne s’est pas fait tout seul, il commence à s’approcher de Dieu. La Parole de Dieu nous dit : « Chaque maison est construite par quelqu’un, mais celui qui a construit toutes choses, c’est Dieu. » (Hébreux 3.4). Cela signifie que si un jour on découvre une maison qui s’est faite toute seule, sans constructeur..., alors seulement on pourrait dire que le monde s’est fait tout seul !

    Jésus parle de la vie et de la vie de Dieu en particulier. Il nous interpelle chacun. Dites-moi, qu’avez-vous fait pour naître ? Vous souvenez-vous de votre naissance ? Nous n’avons rien fait. Nous avons seulement reçu la vie de nos parents. La nouvelle naissance, c’est recevoir la vie d’en haut, recevoir le Christ. C’est naître de l’Esprit. C’est vivre ce moment mystérieux quand un homme, une femme reçoit la vie de Dieu en recevant Jésus-Christ par la foi. Recevoir le Christ, c’est recevoir la vie de Dieu, c’est recevoir la vie d’en haut. Jésus a dit : « Ce qui est né de la chair est chair. » (Jean 3.6). Il s’agit d’une première naissance par laquelle nous sommes tous passés. Mais la seconde naissance, la nouvelle naissance, nous sommes invités à y passer. Nous sommes invités à croire et à recevoir la vie de Dieu. Jésus a dit : « Celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. Et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. » (Jean 13.20 - Jean 14.23). Tel est le dessein de Dieu : habiter dans votre cœur. C’est cela la nouvelle naissance, la conversion, la régénération. Cela se passe quand un homme, une femme, un jeune homme, une jeune fille, un enfant ou un adolescent reçoit le Christ par la foi dans sa vie. Voilà le miracle de la nouvelle naissance. Personne ne peut comprendre ni expliquer ce moment, quand la semence de la Parole de Dieu produit la vie. Il en est du reste de même pour la naissance physique d’un bébé. Les spécialistes connaissent certaines choses, mais il n’en demeure pas moins certains mécanismes inconnus et autres phénomènes mystérieux qui entourent la naissance d’un enfant. De façon similaire, dans la nouvelle naissance, quand un homme s’approche de Dieu et reçoit le Christ, cette œuvre de l’Esprit de Dieu constitue bien un mystère. Si vous n’êtes jamais encore venu à Jésus-Christ, cela est tout à fait possible, accessible et réalisable pour vous. La Parole de Dieu dit : « Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. » (Jacques 4.8). Mais Dieu a déjà fait le pas vers vous, par la croix de Golgotha. Christ est déjà venu. Il s’est déjà approché de nous. L’apôtre Jean écrit : « Nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. » (1 Jean 4.19).

    Remarquons que tout ce langage de la Bible est un langage d’amour. « Je viendrai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3.20). Ce sont des termes d’amoureux, qui prennent un repas en tête-à-tête. Christ nous aime. La nouvelle naissance, c’est le “Je t’aime” de Dieu qui rencontre le “Je t’aime” de l’homme. La foi est une affaire d’amour. L’amour de Dieu pour les hommes est la plus grande histoire d’amour de tous les temps. La Bible dit : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3.16). La nouvelle naissance est cet instant où l’Esprit de Dieu touche notre âme, sans que l’on puisse bien comprendre ce moment particulier où la vie d’un homme, d’une femme, d’un jeune, bascule. La nouvelle naissance est cet instant de décision où le “oui” de l’homme rencontre le “oui” de Dieu. Oui, je suis pécheur. Oui, je crois en Christ. Oui, je crois en sa mort pour mes péchés. Oui, je crois en sa résurrection. Oui, je l’aime. Dès lors un enfant de Dieu est né, par la grâce de Dieu. Quand un enfant de Dieu entre dans la famille de Dieu, alors plus jamais rien ne sera plus pareil. La Bible dit : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5.17). L’être intérieur change et se transforme parce que Dieu agit.

    Beaucoup souhaitent ce changement parce qu’ils ne sont pas contents d’eux-mêmes et se sentent mal dans leur peau. Pourquoi ne pas venir à Jésus-Christ ? Pourquoi ne prenez-vous pas une décision personnelle, ne donnez-vous pas une réponse personnelle à Dieu ? Dieu est là. Il vous entend, vous voit et parle. Etes-vous prêt à l’accueillir ? Comme la première naissance, cette seconde naissance est un acte personnel, une décision que l’on prend chacun pour soi. Que l’Esprit de Dieu vous touche aujourd’hui si vous n’avez encore jamais pris cette décision. 

    Post-scriptum

    Prédication apportée par Philippe HUBINON et résumée par Jean-Pierre BAUDOUIN - Bulletin “Résurrection” de juin 1996.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web