logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 283Où trouver la paix ? décembre 2006
    Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi. (Jean 16.33) + poème de Racine
    logo ARTICLE 253Alphonse Karr (1808-1890) août 2005
    Romancier et journaliste français.

    Dans la même rubrique

    Connaître l’Esprit-Saint

     | Jean 16 : 12 à 16 - 1 Corinthiens 2 : 1 à 16
     

    Credo

    L’œuvre de l’Esprit-Saint

    Le Saint-Esprit agit au moyen de la Parole. L’apôtre Paul dira que la Bible est l’épée du Saint-Esprit (Ephésiens 6.17). L’Esprit-Saint travaille dans nos cœurs par la Parole. Nous croyons que le Saint-Esprit est l’auteur de ce chef-d’œuvre qu’est l’Ecriture Sainte. Le Saint-Esprit a poussé des hommes pour écrire les textes sacrés (2 Pierre 1.21). Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu.

    Nous croyons que le véritable chrétien, né de nouveau, converti à Jésus-Christ, a reçu à sa conversion l’Esprit de Dieu. Il est impossible d’être converti et de ne pas avoir l’Esprit de Dieu. L’apôtre Paul écrira : « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. » (Romains 8.9). On ne peut être racheté par le sang de Christ et ne pas avoir l’Esprit.

    D’autre part, tout véritable chrétien, converti, né de nouveau, a été baptisé dans le Saint-Esprit, par Jésus-Christ, le jour de sa conversion. Le jour de notre conversion, le Christ nous baptise dans le Saint-Esprit pour que nous formions un seul corps : l’Église (1 Corinthiens 12.13).

    Toute l’œuvre du Saint-Esprit peut être résumée dans cette parole du Christ quand il annonce aux disciples la venue de l’Esprit : « Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il me glorifiera. » (Jean 16.14). Ainsi donc l’Esprit-Saint vient pour glorifier Jésus-Christ. Tout ce que l’Esprit accomplit vise la gloire de Jésus-Christ. Tel est le but de l’action du Saint-Esprit, dans le cœur du chrétien, dans l’Église, dans le monde. Le Saint-Esprit ne se met pas en avant, mais il laisse cette place à Jésus-Christ. Une Eglise animée par le Saint-Esprit est une Eglise où Jésus-Christ est prêché, aimé, annoncé, chanté, prié, où Jésus est glorifié, où l’on prêche la Croix, la résurrection et le retour de Christ. Jésus a dit : « Le Saint- Esprit me glorifiera. »

    En Jean 17, Jésus fait dans sa prière une distinction entre ceux qui refusent de croire et ceux qui ont mis leur confiance en Christ, qui l’aiment et qui lui obéissent. Cette distinction se retrouve dans toute l’Ecriture. Quand le Seigneur parle de la venue du Saint-Esprit, il maintient encore cette différence. Jésus n’est pas du tout d’accord avec la théorie : “Tout le monde est bon, tout le monde est gentil, nous irons tous au paradis.” Jésus dit : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. » (Jean 14.16-17). Jésus introduit de nouveau ainsi la distinction entre le monde qui refuse la grâce de Dieu et les croyants qui sont venus à cette grâce. Ces derniers seuls connaissent l’Esprit de Dieu. Le monde par contre ne le connait pas.

    Le chrétien est habité par l’Esprit. C’est parce qu’il est habité par l’Esprit qu’il peut connaître les choses de Dieu. L’apôtre Paul écrit : « Personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. » (1 Corinthiens 2.10). C’est donc l’Esprit qui agit dans nos cœurs pour nous faire comprendre les choses de Dieu.

    La première chose sur laquelle le Saint-Esprit veut porter notre attention est de nous convaincre de péché. C’est la première chose que le Saint-Esprit veut nous révéler. Il commence d’abord par cela dans tous les cœurs. Jésus a dit : « Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché. » (Jean 16.8). Souvenons-nous de ces moments où le Saint-Esprit nous a fait prendre conscience de notre péché. Il faut, pour découvrir notre propre péché, l’œuvre du Saint-Esprit. L’Esprit commence par là dans notre vie, en nous dévoilant notre propre cœur. Mais celui qui ne veut pas croire ne voit rien. Celui qui n’a pas l’Esprit de Dieu est aveugle. Il est très facile de déceler le péché d’autrui, le mal chez les autres. Pour cela, le simple bon sens suffit. Mais il faut l’œuvre du Saint-Esprit pour ouvrir nos yeux sur notre propre orgueil et prendre conscience de notre propre péché. Ainsi certains sont menteurs et ne le voient pas. D’autres sont adultères et ne le voient pas. Pourquoi cette cécité ? Parce qu’ils n’ont pas l’Esprit de Dieu et qu’ils refusent le témoignage de l’Esprit. Ils ne veulent pas écouter la voix du Seigneur. C’est l’Esprit de Dieu qui nous a fait connaître notre péché. Si nos yeux se sont ouverts sur nos propres péchés, soyons certains que c’est l’œuvre du Saint-Esprit en nous. L’Esprit nous révèle les choses de Dieu. Il nous révèle comment Dieu nous voit. Et certains chrétiens se disent parfois : “Mais comment n’ai-je pas compris tout cela avant ? Comment ai-je pu faire des choses pareilles ? Et comment puis-je comprendre maintenant ?” Cela s’explique par le Saint-Esprit qui ouvre nos yeux sur nous-mêmes, sur notre propre nature. Il nous révèle les œuvres de Dieu. Mais cela ne constitue qu’une première étape.

    Après nous avoir ouvert les yeux sur notre propre péché, l’Esprit-Saint nous ouvre ensuite les yeux sur la croix. Bien des gens, malgré leurs médailles et crucifix, ont encore les yeux fermés sur la croix. Ils n’ont pas saisi le sens de la croix parce qu’ils refusent d’entendre la voix de l’Esprit. L’Esprit-Saint nous a fait découvrir l’amour de Dieu, les merveilles de la Bible, la personne de Jésus-Christ et beaucoup d’autres choses de Dieu. L’apôtre Paul écrit : « Mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté. » (2 Corinthiens 3.16). Mais qui donc ôte ce voile dans nos vies ? Le Saint-Esprit qui nous révèle les choses de Dieu. C’est vrai aussi en ce qui concerne notre découverte de la Bible. Combien de fois nos yeux sont restés fermés, ou ont refusé de reconnaître et de voir ? Et puis un jour le voile se lève. C’est l’œuvre du Saint-Esprit de nous faire découvrir Dieu et son œuvre, le Fils, la croix, l’Évangile.

    L’œuvre du Saint-Esprit nous fait découvrir les choses de Dieu dans la nature. Ainsi donc, outre les choses spirituelles et les trésors de l’Ecriture, l’Esprit-Saint nous révèle aussi les merveilles de la nature. C’est l’œuvre de Dieu que nos yeux découvrent quand l’Esprit nous les révèle. L’Esprit nous rend conscients des merveilles de Dieu dans la création. Et nous nous demandons comment nous n’avons pas vu ces choses auparavant. C’est pourquoi certaines personnes découvrent plus en faisant le tour de leur jardin que d’autres en faisant le tour du monde. D’où vient cette différence ? De l’Esprit qui nous ouvre les yeux sur les merveilles de la création de Dieu. Le Psalmiste disait : « Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. » (Psaumes 139.14). Il avait découvert la beauté et la grandeur de l’œuvre de Dieu. Il avait découvert que son corps était une merveille. La science aujourd’hui découvre encore tous les jours des mécanismes remarquables du corps humain. L’Esprit de Dieu avait déjà ouvert les yeux du Psalmiste sur les merveilles du Créateur. Par le Saint-Esprit, Dieu nous a révélé les choses qui le concernent. Ne devrait-on pas chaque matin demander à Dieu qu’il nous ouvre les yeux pour voir tout ce que l’Esprit-Saint fait ? Et c’est le Saint-Esprit qui lève le voile, pour nous faire voir l’œuvre de Dieu et nous faire découvrir comment Dieu agit dans nos vies. L’Esprit de Dieu nous révèle les choses de Dieu dans le monde, dans l’Eglise, dans nos vies, dans notre cœur, dans la nature. Et curieusement, d’autres à côté de nous ne voient rien, et ne peuvent profiter des choses de Dieu qui nous émerveillent. Ce n’est pas étonnant. Par nous-mêmes nous sommes incapables de découvrir l’œuvre de Dieu. Il faut qu’il y ait cette action de l’Esprit de Dieu dans notre cœur et dans notre vie pour voir cette réalité. Rappelons-nous cette promenade de Jésus avec ses disciples dans le territoire de Césarée de Philippe (Matthieu 16.13). Jésus leur demande : « Que dit-on que je suis ? » Les disciples répondent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. Et vous, leur dit Jésus, que dites-vous que je suis ? Alors Simon Pierre lui répond : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole dit à Simon Pierre : Tu es heureux, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela (ce n’est pas ton intelligence, ton savoir, tes diplômes), mais c’est mon Père qui est dans les cieux. Comment Dieu se révèle-t-il ? Par l’Esprit-Saint. C’est cet Esprit qui nous ouvre les yeux pour que nous soyons capables de reconnaître le Christ comme le Messie, comme le Sauveur du monde, comme Celui dont nous avons besoin, comme le Créateur de toutes choses. Si nous avons compris ou vu les choses de Dieu, ce n’est pas grâce à notre intelligence ou parce que nous sommes plus malins que les autres, mais bien grâce à l’Esprit qui nous les révèle.

    L’apôtre Paul dit : « L’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. » (1 Corinthiens 2.10). On ne peut donc douter de la divinité du Saint-Esprit. En effet, comment l’Esprit pourrait-II sonder les profondeurs de Dieu si lui-même n’est pas Dieu ? L’Ecriture dit : « Nous avons reçu l’Esprit qui vient de Dieu afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. » (1 Corinthiens 2.12).

    La Bible revient encore sur cette distinction évoquée ci-avant : « L’homme naturel (irrégénéré) ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. » (1 Corinthiens 2.14). C’est bien notre expérience à nous chrétiens. Tout ce que nous vivons, tout ce que nous ressentons, tout ce qui retient notre attention n’est que folie pour l’homme irrégénéré. Ainsi l’homme naturel considère Adam et Eve, la prière, la Bible, la résurrection, les Psaumes, les cantiques, la croix, le péché, les miracles, le retour de Jésus-Christ, l’enlèvement de l’Eglise, comme de la folie. Paul dit que « la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent. » (1 Corinthiens 1.18). Les croyants sont ainsi taxés d’être “cinglés” par ceux qui refusent la grâce de Dieu. Mais pour nous qui sommes sauvés, la prédication de la croix est une puissance de Dieu. Inspiré par l’Esprit, l’apôtre Paul écrit : « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. » (Romains 8.11). Qui va accomplir cette œuvre de résurrection des enfants de Dieu ? L’Esprit-Saint, qui habite en nos cœurs. Cela peut paraître une folie au monde. Pour l’homme naturel, la résurrection du croyant est folie. L’homme irrégénéré ne reçoit pas les choses de Dieu, mais pour nous qui sommes sauvés, elles sont promesses de Dieu. La réalité et l’œuvre de Dieu portent nos yeux sur l’avenir et non sur la tombe. Nos regards sont tournés vers la résurrection de tous les enfants de Dieu, de l’Eglise universelle de Jésus-Christ, à savoir la résurrection de nos corps mortels.

    En attendant, que l’Esprit de Dieu nous garde fidèles, les uns et les autres sur le chemin de la sanctification, de la pureté, de la droiture, de l’honnêteté, de l’humilité, pour que nous puissions porter le fruit du Saint-Esprit en abondance : l’amour, la paix, la patience, la bonté, la douceur, la fidélité, la maîtrise de soi, la joie. Que nos vies soient remplies, à la gloire de Jésus-Christ notre Seigneur, de ce fruit de l’Esprit ! 

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 18-5-1997 par Philippe HUBINON et résumée par Jean-Pierre BAUDOUIN - Bulletin “Résurrection” de décembre 1997.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web