logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 283Où trouver la paix ? décembre 2006
    Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi. (Jean 16.33) + poème de Racine
    logo ARTICLE 253Alphonse Karr (1808-1890) août 2005
    Romancier et journaliste français.

    Dans la même rubrique

    Le Christ nous a délivrés de la condamnation du péché

     | Apocalypse 21:1 à 6 - 22:1 à 5 - 1:6
     

    Notre planète est sous le jugement de Dieu.
    Elle est en rébellion.

    Grâce à la science nous savons aujourd’hui que notre galaxie est constituée de milliards de planètes. Dans cet univers si complexe, il existe une planète en rébellion : la Terre. Notre planète Terre est en effet habitée par des hommes, des femmes, des jeunes gens et des jeunes filles marqués par le péché. Lorsque l’Eternel jeta ses regards sur la terre, l’un des textes les plus tristes de l’Ecriture nous dit : « L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. » (Genèse 6.5). Ce constat de l’Eternel au sujet des contemporains de Noé peut encore parfaitement s’appliquer aujourd’hui à notre monde à la fin du vingtième siècle. La description de notre société actuelle est aussi caractérisée par le mal. Esaïe le prophète disait de la part de Dieu : « Le péché de la terre pèse sur elle. » (Esaïe 24.20). L’apôtre Pierre écrivait : « Ils ont les yeux insatiables de péché. » (2 Pierre 2.14).

    Quand nous examinons la situation en Belgique, nous sommes en colère, les uns et les autres. Les Belges sont fâchés, irrités, qu’ils soient chrétiens ou non. Bien des journaux ont mis l’accent sur la colère du peuple belge face aux événements dramatiques et scandaleux que notre pays a vécus. Nous avons déploré des faits inimaginables, ... et encore, nous ne voyons pas tout ! Si nous portons les regards au-delà des frontières de notre pays, la même colère nous envahit à la vue de ce qui se fait dans le monde. Et nous ne voyons pas tout non plus. Notre cœur gronde de colère. La Bible nous dit aussi que Dieu est en colère devant tout le mal qui se fait sur notre planète. La Parole nous dit que le Dieu Créateur est en colère contre notre planète.

    Mais l’Ecriture nous affirme aussi que Christ est venu pour nous délivrer de la colère de Dieu en prenant sur lui toute la colère de son Père. La croix de Jésus-Christ peut être comparée à un paratonnerre divin. Christ, à la croix, a pris sur lui toutes les décharges de la colère et du jugement de Dieu. Tous ceux qui se réfugient en Christ, sous la croix, sous le sang de Christ, sont délivrés de la colère du péché. Ils sont ainsi protégés, épargnés, sauvés. L’apôtre Jean écrira ces paroles de Jésus : « En vérité, en vérité je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. » (Jean 5.24). Jésus a aussi dit : « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie mais la colère de Dieu demeure sur lui. » (Jean 3.36). L’apôtre Paul écrira : « Il n’y a maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » (Romains 8.1). Ceux qui sont chrétiens, nés de nouveau, qui ont reconnu leurs péchés, qui ont fait la paix avec Dieu et qui ont reçu le Christ comme Sauveur, pour ceux-là, il n’y a aucune condamnation et ils sont épargnés de la colère de Dieu. La croix de Jésus-Christ est l’abri qui nous protège de la colère de Dieu. Cette colère est pire que tout. Le supplice du Christ à la croix doit nous convaincre de la réalité de cette colère divine et de la gravité du péché. En venant sous la protection du sang de Christ, nous sommes délivrés de la colère de Dieu. Tel est le message de l’Evangile. La Bonne Nouvelle nous invite à venir nous abriter sous l’amour de Jésus-Christ pour être protégé de la colère de Dieu.

    Question importante : es-tu venu dans l’abri ? Notons que l’abri n’est pas l’église. On peut être dans l’église sans être chrétien, sans être né de nouveau, sans être jamais venu sous le sang de la croix. C’est étonnant, mais des gens qui se croient à l’abri, sans l’être réellement, il y en a dans toutes les églises du monde. Il y a des gens qui vont à l’église sans être jamais venus sous le sang de la croix. Ils ne sont jamais venus à Jésus-Christ mais ils restent encore sous la colère de Dieu. Si par contre nous sommes déjà venus à Jésus-Christ, alors nous sommes rassurés en prenant pour nous les paroles du Christ. C’est notre sécurité. Nous savons que nous sommes protégés de la colère de Dieu, avec certitude, parce que Christ l’a dit. Cette promesse de Christ suffit à garantir notre sécurité. La Bible dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. » (Jean 5.24).

    Le Christ nous délivre
    de la puissance du péché.

    Christ ne nous délivre pas seulement de la condamnation du péché mais aussi du pouvoir et de la puissance du péché. Quand quelqu’un se convertit et que le Christ vient habiter en lui par le Saint-Esprit, Dieu donne à cette personne une puissance nouvelle pour combattre contre la puissance du péché.

    La première fois que le mot “péché” est rencontré dans la Bible, ce n’est pas dans Genèse 3 lors de la désobéissance d’Adam et Eve. Ce récit constitue bien la transgression de la loi divine mais le terme “péché” se trouve plus loin quand il s’agit d’Abel et de Caïn. Dans Genèse 4.7, le Seigneur dit à Caïn, fâché et jaloux contre son frère (avant qu’il ne le tue) : « Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ? Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage ; et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui. » (Genèse 4.6-7). La Bible présente ici le péché sous l’image d’une bête fauve tapie à la porte de notre vie, toujours prête à bondir dès qu’elle s’entrouvre. Mais le texte donne aussi cette exhortation : « mais toi, domine sur lui. »

    Tel est le problème réel de notre vie. Nous n’arrivons pas à dominer sur !e péché. Or la bonne nouvelle de l’Evangile affirme que celui qui est en Jésus-Christ, l’Esprit de Dieu lui donne la force de dominer sur le péché. Celui qui est né de nouveau peut ainsi sortir vainqueur du combat contre la tentation. Sans la force de Dieu, nul ne peut y arriver vraiment. Sans Dieu on peut y arriver parfois, quelques fois, et puis on retombe encore plus bas qu’avant. En fait sans l’aide du Christ, nous sommes battus, vaincus, dévorés, comme c’était le cas avant notre conversion. Sans Christ le péché est aux commandes de notre vie et nous impose sa loi néfaste. Mais quand Christ entre dans une vie, ce n’est plus le péché qui conduit, mais c’est le Christ qui dirige alors notre vie. Il nous donne sa force et met en nous sa grâce, et ainsi l’Ecriture affirme : « Le péché n’aura plus de pouvoir sur vous, puisque vous êtes sous la grâce. » (Romains 6.14). En effet ce qui est bénéfique pour nous chrétiens, ce n’est pas seulement d’être délivrés de la colère de Dieu (ce qui nous réjouit certainement) mais aussi de compter sur cette force (l’Esprit Saint) mise en nous par Dieu. L’Esprit nous donne la victoire sur le péché. Il y a donc autre chose que le pardon accordé par Dieu ; il y a aussi cette possibilité de vivre en toute pureté devant Dieu, en dominant sur le péché.

    La vraie question est : sommes-nous preneurs de cette pureté, sommes-nous intéressés par cette grâce de Dieu ou préférons-nous nous laisser vivre en nous disant que le Seigneur nous pardonnera quand même puisqu’il est bon et miséricordieux ? Quel est notre principe de vie chrétienne ? Comment avons-nous choisi de vivre ? A la différence de ce qui se passait dans notre cœur avant notre conversion, voulons-nous vraiment aujourd’hui avec l’aide et la grâce du Seigneur, vaincre le mal dans notre vie et éviter de tomber quand la tentation se présente ? C’est possible de vouloir revendiquer cette pureté avec la grâce de Dieu puisque la Parole nous dit : « Le péché n’aura point de pouvoir sur vous. » Le chrétien n’est plus sous l’emprise du péché. Le péché ne domine plus sa vie, il n’est plus le maître. Les chrétiens, enfants de Dieu, nés de nouveau ont été affranchis du péché (Romains 6.13, 22). Le chrétien est ainsi libre du mensonge, de la pornographie, de la haine, de la jalousie, de la convoitise, etc. Le péché ne commande plus la vie du chrétien.

    Est-on reconnu comme cela dans notre quartier, comme tel dans notre famille ou à notre travail ? Notre entourage voit-il que nous, chrétiens, nés de nouveau, nous voulons vivre loin du péché ? Ou vivons-nous comme les autres quand nous sommes avec les autres ? Christ nous a délivrés du pouvoir du péché. L’aide du Seigneur est disponible. Nous devons la saisir et c’est à nous d’en vivre. Nous n’avons pas à prier pour que Dieu nous donne son aide. Il nous la donne déjà. Elle est disponible. Paul écrivait : « Je puis tout par celui qui me fortifie. » (Philippiens 4.13). L’apôtre Paul connaissait les mêmes combats que nous. Il rencontrait les mêmes luttes et les mêmes difficultés. Ce n’était pas un extraterrestre. Il luttait pour garder une vie pure et disait : « Je puis tout par celui qui me fortifie. » Considérons l’exemple de ce jeune homme qui pendant des années prie pour être délivré du tabac. Mais tous les matins avant de partir il glisse son paquet de cigarettes dans une poche et sa boîte d’allumettes dans l’autre. Il n’a jamais été délivré jusqu’au jour où il a saisi la force du Christ et s’est dit : “Maintenant c’est fini !” Il avait compris que la grâce de Dieu était disponible et qu’il ne tenait qu’à lui de saisir la force du Christ. Saisissons cette grâce de vivre une vie propre devant Dieu puisque nous-aussi, nous pouvons tout par Celui qui nous fortifie.

    Voilà la grâce de l’Evangile : la puissance du Saint-Esprit dans nos cœurs ; la force que Dieu met en nous pour combattre contre le péché, pour lutter contre tout ce qui n’est pas saint. Alors, en vivant en toute pureté devant Dieu, le Seigneur fortifie notre âme et nous donne la joie de la victoire sur le péché. Il est faux de croire que vouloir vivre loin du péché entraîne celui qui est obéissant à Dieu vers un état de tristesse. Au contraire la victoire sur le péché, dans le combat contre la tentation et le mal, procure bien des joies et des satisfactions. Si nous saisissons la force et la grâce de Dieu, elles peuvent nous éviter bien des tristesses et des déceptions. Dans notre lutte contre le péché, nos défaites engendrent chagrin et amertume. Il y a par contre de la joie à vivre une vie pure devant Dieu. La force et la grâce de Dieu sont à disposition. Nous pouvons chacun les saisir. Evitons de penser que certains sont plus forts ou plus privilégiés que d’autres. Ne pensons pas que Dieu accorde davantage à tel. Dieu donne à ses enfants la même grâce, la même force, le même Esprit-Saint qui habite en nos cœurs et par lequel nous sommes scellés pour le jour de la rédemption. Avec Dieu il n’y a pas de privilégiés ni de défavorisés. Ainsi donc, Dieu nous délivre de la condamnation du péché. Il nous délivre aussi de la puissance du péché et de son pouvoir.

    Dieu nous délivrera aussi
    de la présence du péché.

    Un jour nous n’aurons plus à livrer le combat contre le mal et contre la tentation. Nous avons cité au début ces merveilleux textes du livre de l’Apocalypse. Ce sont des promesses, elles sont devant nous. Et comme les précédentes promesses divines déjà réalisées, celles-ci s’accompliront en leur temps. Le jour viendra où Dieu nous délivrera de la présence même du péché. C’en sera fini du mal et de la tentation. Aujourd’hui nous sommes en traitement. C’est toujours la cure. Nous sommes toujours ici-bas. Nos péchés ont été pardonnés. Il n’y a plus de condamnation. Nous n’attendons pas le jugement quand nous irons près du Seigneur. Il n’y aura pour l’enfant de Dieu ni jugement ni condamnation. Mais nous avons toujours ici-bas à lutter contre le mal, à mener le combat contre le péché. Un jour viendra où nous n’aurons plus à livrer ce combat. Nous serons alors parfaitement libres. Nous ne serons alors plus confrontés au mal et à son cortège de misères. Le péché sera chassé. Nous serons alors quittes du péché et nous ne serons plus jamais tentés. Un jour nous serons vainqueurs pour toujours. Aujourd’hui toutefois, nous restons soldats au combat. Nous devons savoir que la promesse est devant nous.

    Le 4 avril 1968, à Memphis, était assassiné le pasteur noir américain Martin Luther King. Il est mort à 39 ans à cause de son action pour la justice et le droit. Les prophètes de l’Ancien Testament revendiquaient aussi, au nom de l’Eternel, le droit et la justice pour le pauvre et l’étranger. Cette année-là, le pasteur noir vient à Memphis pour une action en faveur des éboueurs de la ville. Il dira quelques heures avant de tomber sous les balles de son assassin : “Je vois la terre promise mais je sais que je n’y arriverai pas. Je ne crains aucun homme car mes yeux ont vu la gloire de Dieu.” Martin Luther King était aussi comme nous devant la promesse de la terre promise.

    Dieu nous promet qu’un jour, nous serons délivrés de la présence même du péché. Nous n’aurons à partir de ce jour plus jamais à lutter contre le mal. En attendant la réalisation de cette promesse, sachons que dès à présent Dieu nous délivre de la condamnation du péché. Il nous délivre aussi de la puissance et du pouvoir du mal. Saisissons l’aide et la force que Dieu nous donne. 

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 3-5-1998 par Philippe HUBINON et résumée par Jean-Pierre BAUDOUIN - Bulletin “Résurrection” de février 1999.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web