logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 481Le massacre de la Saint-Barthélemy juillet 1999
    ARTICLE DE FOND • Massacre de protestants qui eut lieu à Paris dans la nuit du 23 au 24 août 1572 et en province les jours suivants.
    logo ARTICLE 521INFO juin 2009
    Aucun site personnel n’est référencé en ce moment.

    Dans la même rubrique

    Les plus grands mensonges du diable

     | Evangile de Jean, 8.30-47
     

    Cette prédication du 27 novembre 2011
    peut aussi être écoutée en audio MP3.

    Durée : 34’ 16
    Cliquez sur le lien ci-dessus ou en bas de page.
    Écouter en direct : clic gauche.
    Télécharger : clic droit, puis "Enregistrer la cible sous..."

    Sommaire : Le chrétien se doit d’être de la Vérité. Mais le diable nous propose insidieusement d’autres voies néfastes et mortelles. Il veut nous faire croire :


    Jésus nous a révélé dans les Écritures que « Le diable est menteur et le père du mensonge. » Dieu veut nous instruire dans la vérité pour que nous puissions discerner les mensonges. Le mot « vérité » est souvent mentionné dans la Bible et nous devons nous souvenir à chaque instant de notre vie, nous chrétiens, que « Nous sommes de la vérité. »

    Jésus a déclaré beaucoup de choses sur le sujet :

    L’apôtre Paul dira aussi :

    Nous allons discerner cinq grands mensonges de l’adversaire.

    Premier mensonge : faire croire que le bonheur est dans le péché

    Des milliers de personnes croient ce mensonge. Ils avancent toujours plus dans le mal espérant y trouver le bonheur. Il est étonnant de voir des hommes intelligents plonger dans la philosophie de la mort en croyant que le bonheur est dans le mal, dans le péché. Bien sûr tout être humain cherche le bonheur mais chacun à sa manière. La grande majorité des hommes le cherchent là où il n’est pas. C’est la raison pour laquelle nous voyons des peuples entiers s’enfoncer dans le malheur au lieu de baigner dans le bonheur. Pourquoi ? Parce que des hommes croient que le bonheur se trouve dans le mal. Celui qui vole pense qu’il sera heureux car il n’aura pas dû travailler pour acquérir des biens. Nous croisons ainsi des gens espérant être heureux dans l’égoïsme, la colère, la cupidité, l’adultère. En réalité, ils s’enfoncent loin du véritable bonheur. Le péché n’apporte rien d’heureux et pourtant des millions de personnes le croient. C’est un tueur silencieux, qui détruit à petits feux.

    La Bible nous dit : « Vous qui aimez Dieu, haïssez le mal. » (Proverbes 8.13). En parlant à Caïn, Dieu dit : « Le péché se couche à ta porte, ses désirs se portent vers toi, mais toi, domine sur lui. » (Genèse 4). Caïn n’a pas su se dominer, il a tué son frère. A-t-il imaginé pouvoir trouver le bonheur en éliminant Abel ? Probablement. La Bible dit encore : « Détourne-toi du mal et fais le bien. » (Psaumes 37.27). « Cessez de faire le mal, apprenez à faire le bien. » (Esaïe 1.16). « Quel est l’homme qui désire le bonheur ? Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien. » (Psaumes 34.13). Le bonheur n’est jamais dans le mal ni dans le péché.

    Deuxième mensonge : Dieu veut nous priver de la liberté, de la joie, de la vie

    Beaucoup de personnes refusent de venir à Jésus-Christ, car elles redoutent de perdre leur liberté. Elles pensent qu’elles ne seront plus libres de faire ce qu’elles veulent, d’aller où elles veulent, de regarder ce qu’elles veulent. Elles ont l’impression qu’elles seront comme en prison. Mais Dieu n’a jamais mis personne en prison ! Au contraire, il est le libérateur et beaucoup pourraient témoigner de leur libération par le Christ. Jésus a dit : « Si le Fils vous libère, vous serez réellement libres. » (Jean 8.36). Paul écrira aussi : « C’est pour la liberté que Christ nous a libérés. » (Galates 5.1). Ce n’est pas un enfermement que de vivre avec Christ. Dieu n’a jamais eu l’idée de nous enfermer ni de nous priver de liberté ni de la joie de vivre.

    Sous le régime communiste, les citoyens russes ne pouvaient pas quitter le pays, mais sous le régime de la grâce du bon berger, les chrétiens, ses brebis, peuvent entrer et sortir et trouver des pâturages. (Jean 10.9) Beaucoup de personnes voient la vie chrétienne par le petit bout d’une lorgnette, alors que si on regarde de l’autre côté, on voit l’immensité de la vie chrétienne qui s’ouvre devant nous. Le psalmiste disait : « Tu m’as mis au large. » (Psaumes 18.20). On veut inculquer ce mensonge que pour être libre ou adulte, il faut rejeter Dieu afin de pouvoir se permettre tout. Le philosophe Bernard Henri Lévi disait : “Nous n’avons jamais été aussi peu libres que depuis que nous ne croyons plus.”, et il n’est pas chrétien. N’est-ce pas étonnant de lire cela de la plume d’un non chrétien ! Combien ont été libérés par Jésus-Christ, soit de la drogue, de l’alcoolisme, de leur mauvais caractère, de l’astrologie, et la liste pourrait s’allonger. Non, l’Evangile n’est pas une entrave à la liberté, mais bien au péché. L’Évangile est un rempart contre le mal.

    Troisième mensonge : nous laisser voir Dieu comme un juge ou un policier qui nous poursuit pour nous condamner

    On ne sait pas imaginer combien de personnes voient Dieu de cette façon. On entend souvent dire aux enfants désobéissants : “Le bon Dieu te punira !” Ces enfants grandissent avec cette idée d’un Dieu gendarme. Martin Luther, le grand réformateur, comme beaucoup d’autres a grandi avec cette image d’un Dieu juge. Il tremblait devant ce Dieu car il craignait de ne pouvoir satisfaire sa justice. Il était tourmenté, et dépérissait physiquement. Un jour, il est chargé de donner un cours sur l’Épître aux Romains (épître de la grâce). Il découvre que Dieu nous rend justes par le sacrifice de Jésus-Christ. C’est l’explosion de joie. La libération. De là va naître le grand mouvement de réveil qui secouera toute l’Europe et le monde. « Celui qui est rendu juste par la foi vivra ! » (Romains 1.17). Dieu est amour. Tout a été accompli à Golgotha pour que nous puissions échapper à la condamnation et au jugement. Approchons-nous de lui avec confiance.

    Quatrième mensonge : « Le diable n’existe pas. »

    Charles Baudelaire qui a baigné dans le monde des ténèbres (alcool, drogue, immoralité) écrivait : “L’astuce suprême du diable, c’est de nous convaincre qu’il n’existe pas.” Le poète maudit (comme il a été appelé) a écrit des choses ignobles, mais avec cette phrase, il a tiré dans le mille. Et cette astuce marche pour des millions d’hommes qui ne veulent croire ni en Dieu, ni au diable. On n’écoute pas les paroles de la Bible qui nous rappelle que le diable est le père du mensonge. La Bible, elle, tient le langage de la vérité. Elle nous dit la vérité sur le mensonge. Pour tous ceux qui ont cru aux mensonges de l’adversaire, quand ils réaliseront, mais trop tard, qu’ils ont été trompés et que pour l’éternité, ils ne pourront plus changer d’avis, ni faire marche arrière, ce sera l’horreur ! L’enfer ! La Bible est la lumière de Dieu : elle nous parle avec clarté, des premières et jusqu’aux dernières pages. Le diable est déjà là dans le jardin d’Eden, il est là pour pousser Juda, il est là pour freiner l’évangile des apôtres. Il est là aussi à Golgotha pour être vaincu par la mort de Jésus-Christ et sa résurrection.

    Cinquième mensonge : nous faire croire que la mort c’est la fin de tout

    Derrière ce mensonge, on décode le désir de beaucoup de se faire incinérer afin de pouvoir échapper à Dieu. On croit exclure toute possibilité de résurrection des corps. Le feu détruit le corps mais ne peut détruire l’âme. La plupart pensent ainsi échapper au jugement dernier. Quelle horreur quand ils seront face à Dieu et qu’ils se rendront compte qu’ils se sont trompés ! Par contre quel bonheur pour tous ceux qui auront cru en la vérité, mis leur confiance en Dieu. Cette certitude est déjà pour maintenant : « La foi est l’assurance des choses qu’on espère, la démonstration de celles qu’on ne voit pas. » (Hébreux 11.1). 

    Post-scriptum

    Prédication du 27-11-2011 de Philippe Hubinon - Résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD. - Bulletin “Résurrection” de mai-juin 2012.
    CD 48/2011

    Documents

    logo DOCUMENT 690, 28 décembre 2011, MP3 15.6 Mo
    LES PLUS GRANDS MENSONGES DU DIABLE


    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web