logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

    Dieu ne change pas !

     | Hébreux 13.8 - Malachie 3.6
     

    Avec le temps qui passe, nous avons été les témoins de nombreux bouleversements et de changements inouïs. Notre siècle a vu plus de progrès que toute l’Histoire qui a précédé notre génération. L’ordinateur, l’informatique, l’électronique ont bouleversé la vie quotidienne de chacun d’entre nous. La technique a modifié profondément l’existence de l’ouvrier, de la ménagère, de l’étudiant, de l’enfant. La médecine a fait des progrès remarquables et merveilleux. L’astronautique a connu des développements prodigieux.

    Des bouleversements ont aussi ébranlé le domaine moral. L’homosexualité est quasi passée dans les mœurs et trouve place officielle dans nos institutions et ailleurs... Le domaine religieux a vu éclater un grand nombre de sectes dont le caractère est de plus en plus dangereux. Le monde bouge et se fissure.

    Au milieu de ces bouleversements, de ces révolutions et de tous ces chambardements, nous avons besoin de vérité, de certitudes qui ne changent pas, de références stables sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour vivre et espérer. Par la plume du prophète Malachie, Dieu affirme à son peuple et à chacun d’entre nous : « Je suis l’Eternel, je ne change pas. » (Malachie 3.6). Les théologiens appellent cette doctrine la doctrine de l’immutabilité de Dieu : Dieu ne change pas. Il demeure tel qu’il est. De même la Bible nous affirme : « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, éternellement. » (Hébreux 13.8).

    La Parole de Dieu ne change pas. Jésus a dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. » (Matthieu 24.35). Et il ajoute encore avec précision « qu’il ne disparaîtra pas de la Parole un seul iota ou un seul trait de lettre. » (Matthieu 5.18). La Parole de Dieu ne changera jamais. Notre Bible actuelle est la même que celle de Gutenberg conservée aujourd’hui au British Museum. Elle n’a pas changé, ni par rapport aux anciennes copies des Ecritures déposées dans la Bibliothèque du Vatican, ni par rapport aux Manuscrits de la Mer Morte datés de 200 ans avant Jésus-Christ et conservés au Musée du Livre à Jérusalem. Il n’y a aucun changement par rapport à ces plus vieux manuscrits de l’Histoire de l’Ecriture, découverts à Qumrân. Plus de 2.000 ans d’écart et pas un seul changement. Dieu est fidèle à sa Parole. Le texte reste tel quel. La Parole ne change pas.

    Certains détracteurs de la foi disent que nous n’avons pas les originaux d’Esaïe, de Jérémie, des livres des Apôtres, etc. Mais nous n’avons les originaux d’aucun document de l’Antiquité. Nous ne possédons pas les originaux de Platon, ni ceux de l’Iliade et l’Odyssée. Nous n’avons pas les originaux de Jules César relatifs aux fameux “Commentaires sur la guerre des Gaules”, mais seulement des copies. Nous n’avons pas les originaux de Jeanne d’Arc. On n’est en fait même pas certain de sa date de naissance, ni de son nom. Ce n’est pourtant pas très loin de nous. Nous n’avons pas tous les originaux des symphonies de Mozart. Mais les copies certifient et attestent qu’il y a eu un original, confirmé par la multiplicité de celles-ci recopiées avec fidélité.

    Malgré cela, la Bible détient le triple record du monde en ce qui concerne les manuscrits et les copies disponibles :

    Nous avons donc raison de faire confiance à la Parole de Dieu. Elle ne change pas. Les objections “La Bible n’est pas un livre fiable.”, “On ne peut être certain des textes de l’Ecriture.”, “Le message a été colporté de bouche à oreille pendant des siècles et s’est inévitablement déformé en circulant parmi les nations.” sont fausses et utilisées par certains détracteurs pour se rassurer, pour justifier leur rejet de la foi.

    L’Eternel ne change pas. Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. La Parole de Dieu ne change pas. Comme Dieu est immuable, la création ne change pas et les lois de l’univers sont constantes. Les lois physiques sont invariables. L’eau bout à 100°C et gèle à 0°C. L’ordre des saisons est toujours respecté. La rotation de la terre autour du soleil ne change pas. Elle est précise : 365 jours 5 heures 48 minutes 48 secondes. Et ce, chaque année. L’angle d’inclinaison et la vitesse de rotation de la terre sur elle-même gardent toujours les mêmes valeurs. La distance entre la terre et le soleil, les lois mathématiques, les phénomènes physiques sont immuables.

    Dieu est fidèle à lui-même. Il ne change pas. L’univers est stable parce que Dieu le maintien ainsi. Les lois de la nature ne varient pas. Elles viennent du Créateur. Comment expliquer cette invariabilité et pourquoi cette constance ? Parce que « Dieu règne ; aussi le monde est ferme, il ne chancelle pas. » (Psaumes 96.10). « Jésus-Christ soutient toutes choses par sa parole puissante. » (Hébreux 1.3). « Jésus- Christ est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. » (Colossiens 1.17). Tel est le secret de ces lois de la nature. Elles ont été mises en place par un Maître qui ne change pas, qui demeure toujours le même. Dans Jérémie 31.36, l’Eternel a promis que ces lois ne changeront jamais tant que la terre sera terre.

    Mais si Dieu ne change pas, les lois morales ne changent pas non plus. Les “Dix commandements” n’ont pas changé. Ils ont été donnés à Moïse, voici 4.000 ans mais n’ont pas changé. Jésus-Christ n’a pas aboli la loi de Dieu. Les apôtres n’ont pas changé la loi de Dieu. La loi et les commandements de Dieu demeurent. Dieu n’a jamais changé d’avis sur le meurtre ou sur l’adultère, la convoitise, l’idolâtrie. Dieu ne vieillit pas. Il ne change pas avec le temps. Dieu a toujours exactement le même avis sur le péché. Le péché est la transgression de la loi. C’est le mal qui ronge notre monde, nos familles, nos couples, notre gouvernement, nos institutions, nos organismes humanitaires et philanthropiques. La réalité est telle que l’on affirme aujourd’hui que la meilleure manière de s’enrichir est de faire de l’humanitaire. C’est abominable ! Plusieurs grosses sociétés internationales s’enrichissent sur le dos du tiers monde sous le couvert de l’aide humanitaire. Le péché ronge partout.

    Mais à côté des péchés collectifs que l’on prend plaisir à dénoncer, il y a aussi le péché individuel, personnel dont chacun est responsable. « Tous ont péché, il n’y a point de juste, pas même un seul. » (Romains 3.10, 23). Ceci reste vrai au 20e siècle, malgré les progrès de la science, de l’éducation, de la culture, de la connaissance. Aujourd’hui malgré les églises, il n’y a toujours pas de juste et nous sommes tous frappés par ce mal que la Bible appelle le péché. L’homme veut aujourd’hui changer la définition du péché. Il change le bien en mal. Il appelle bien ce qui est mal et mal ce qui est bien. Il veut changer les lois morales de Dieu. Mais Dieu ne change pas. Il arrive même que dans les églises dites chrétiennes, le péché soit béni par le prêtre ou le pasteur. Le vice et la perversion y sont accueillis et reçus, en glorifiant Dieu pour la liberté qu’il donne !

    N’espérons pas que Dieu change d’avis sur le péché. Dieu a promis qu’il ne changerait pas : il ne changera pas. Il ne fera aucune exception pour personne. Dieu a fixé une fois pour toutes le prix du péché. « Le salaire du péché c’est la mort. » (Romains 6.23). Le salaire du péché est la séparation éternelle avec Dieu, le malheur, l’enfer.

    Mais heureusement il y a un “mais”, l’amour de Dieu lui non plus ne change pas. Dieu, dans sa sainteté et dans sa justice, ne change pas. Mais dans son amour Dieu ne change pas non plus. La Bible ne dit pas seulement que Dieu aime, mais elle affirme que Dieu est amour. C’est sa nature même, son essence, son être. Aucun homme ne peut se targuer d’une telle nature. Dieu est amour. Tout ce que Dieu fait est réalisé dans l’amour. Il ne peut se renier lui-même. A Israël Dieu disait : « Je t’aime d’un amour éternel. » (Jérémie 31.3). Aux chrétiens, Jésus dit « qu’il nous a aimés avant la fondation du monde » et que « rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu. » (Romains 8.39). Dieu demeure et ne changera jamais d’avis. Sa volonté reste la même. Ce que Dieu veut ce n’est pas la mort du pécheur, c’est qu’il se repente et qu’il change de conduite. Là il y a des choses à changer, mais pas chez Dieu. Il y a des changements à opérer chez chacun d’entre nous. L’Eternel dit : « Ce que je désire, ce n’est pas que le méchant meure, c’est qu’il change de conduite et qu’il vive. Revenez, revenez de votre mauvaise voie. » (Ezéchiel 33.11).

    Le message de Dieu, le message du Christ, le message de l’Evangile, le message de l’Eglise sont des messages de vie. C’est l’homme qui choisit la mort et qui préfère rester sur le chemin de la mort plutôt que de choisir celui de la vie. Dieu est le Dieu de la vie, qui aime et donne la vie. Dieu ne change pas d’avis sur son amour pour le monde, pour chacun d’entre nous en particulier. Son appel reste toujours le même. Paul dit : « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Timothée 2.4). Personne ne pourra accuser Dieu, parce qu’il a tout fait pour que nous connaissions sa grâce et son salut. Le moyen du salut est toujours le même : la foi en Jésus-Christ. L’Evangile ne change pas. Il y a 2.000 ans Paul disait au geôlier de Philippes : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé. » (Actes 16.31).

    Aujourd’hui que faut-il faire pour être sauvé ? Le message ne change pas : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé. » Cela peut paraître une utopie pour certains. La Bible dit : « La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés elle est une puissance de Dieu. » (1 Corinthiens 1.18). La prédication est le moyen par lequel Dieu a choisi de sauver les hommes. Il n’a pas choisi le moyen de la sagesse, de la philosophie ou celui des miracles. Paul dit : « Il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse : nous, nous prêchons Christ crucifié ; scandale pour les Juifs et folie pour les païens. » (1 Corinthiens 1.21-23). Dieu ne change pas d’avis. La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent. Si donc tu trouves que la prédication de l’Evangile est ridicule, insensée, tu es encore sur le chemin large qui conduit à la perdition. Change vite, parce que Dieu, lui, ne changera jamais. C’est à nous de changer parce que nous sommes pécheurs et nous avons à nous repentir. Aujourd’hui encore il n’y a qu’un seul chemin, un seul moyen d’être sauvé : par la foi en Jésus-Christ. Dieu n’a pas changé l’Evangile et iI ne le changera pas. Béni soit ce Dieu qui ne change pas.

    Pour nous enfants de Dieu, qui sommes venus à Jésus-Christ, le plan de Dieu pour chacun d’entre nous ne change pas. Le plan de Dieu pour le chrétien, né de nouveau, est toujours le même. Il se résume en un seul mot : la sanctification. La Bible dit : « Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification. » (1 Thessaloniciens 4.3). Dieu veut le progrès dans la vie spirituelle, le progrès dans la justice, le progrès dans la pureté, le progrès dans la vérité. Telle est la sanctification voulue par Dieu. Il ne modifiera jamais ce plan pour l’Eglise, pour les chrétiens. Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification. L’Ecriture dit : « Vous serez saints, car je suis saint. » (1 Pierre 1.16). Pour Dieu, la sanctification est toujours à la mode. Elle reste d’actualité. Pour l’Eglise qui veut être à la mode de Dieu, la sanctification a encore toute sa place. Ceci est valable dans tous les domaines de la vie quotidienne. Béni soit le couple qui se sanctifie, où le mari et l’épouse se sanctifient devant Dieu. Heureux ce jeune qui, dans sa famille, se sanctifie pour Dieu chaque jour.

    L’Ecriture dit cette parole étrange : « Que celui qui se souille, se souille encore ; et que celui qui se sanctifie se sanctifie encore. » (Apocalypse 22.11). Il n’y a pas plusieurs chemins. Ou bien on choisit la voie où l’on se souille, ou bien on choisit le chemin sur lequel on se sanctifie. Il n’y a pas de troisième voie entre les deux précédentes. Il faut choisir entre deux voies. De même dans notre vie chrétienne. Chaque jour nous avons des centaines d’occasions de faire des choix. Que vais-je faire ? Me souiller ou me sanctifier ? La sanctification accompagne toujours le salut. La foi véritable s’accompagne de la sanctification. Elle n’en est pas la condition. Elle en est la preuve. La foi sans la sanctification est morte. Telle est la signification de la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Celui qui marche avec Dieu se sanctifie, comme Dieu lui-même est sanctifié.

    Enfin, l’ordre missionnaire de Dieu à l’Eglise n’a pas changé. Le Seigneur a dit : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » (Matthieu 28.19-20). Dieu n’a pas changé cet ordre. Il n’a pas changé d’avis. Jusqu’au retour de Jésus-Christ, cet ordre tient toujours sa place. Il n’y aura pas de contre ordre. L’ordre missionnaire du Christ restera toujours valable et sera de notre responsabilité, à nous chrétiens. Qu’allons-nous répondre devant cet ordre permanent du Dieu qui ne change pas ? La question est posée à chacun d’entre nous. Qu’allons-nous faire pour prendre nos responsabilités ?

    Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. L’Eternel est, il ne change pas. 

    Post-scriptum

    Prédication apportée par Philippe HUBINON et résumée par Jean-Pierre BAUDOUIN - Bulletin “Résurrection” de février 1997.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web