logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 398Toi, suis-moi novembre 2007
    Si le monde te hait, te maltraite ou t’enchaîne, Sauras-tu malgré tout maintenir haut ta foi ?
    logo ARTICLE 270Ted Kennedy : face à la maladie mars 2010
    Victime d’un malaise, Ted Kennedy est hospitalisé le 17 mai 2008 à Boston. Les examens révèlent une tumeur maligne au cerveau. Malgré la maladie, il se rendra le 25 août à la Convention démocrate à Denver.

    Dans la même rubrique

    En route vers le ciel

     | Jean 3 : 25-26 ; 14 : 1-4 ¬ • Luc 23 : 33-43 • Jean Apocalypse 21 : 1-4 ; 22 : 1-5
     

    Beaucoup de chrétiens se posent des questions au sujet du ciel, de l’au-delà, de la vie éternelle... Nous reconnaîtrons-nous au ciel ? Allons-nous au ciel immédiatement après la mort ? L’éternité est-elle un “temps” qui s’écoule sans fin ? Ou une absence de temps ? Qu’allons-nous faire au ciel ? Avec quel corps vivrons-nous au ciel ? Quel âge aurons-nous ? Tant de questions !

    Il faut tout de suite mettre un bémol et restreindre notre attente. Aucun pasteur ou théologien ne peut tout expliquer concernant le ciel ! Jésus lui-même a refroidi l’enthousiasme des siens ! Il y a des limites à la connaissance (Actes 1.6-7). Jésus déclare : « Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ? » (Jean 3.12)

    C’est vrai qu’il est parfois difficile de comprendre les choses terrestres : Einstein et sa théorie de la relativité, le fonctionnement de l’ordinateur, du Gsm, la vache brune qui mange de l’herbe verte et donne du lait blanc, etc. Il existe des choses que nous ne comprendrons jamais sur terre ! La Bible dit : « Aujourd’hui, nous connaissons en partie. » (1 Corinthiens 13.12), et Paul raconte « qu’il fut ravi jusqu’au troisième ciel, enlevé dans le paradis, et qu’il a entendu des paroles ineffables qu’il n’est pas permis, à un homme d’exprimer ! » (2 Corinthiens 12.4). Sachons donc rester dans les limites de nos capacités. Pascal a dit : “La dernière démarche de la raison est de reconnaître qu’il y a une infinité de choses qui la surpassent. Elle n’est que faible si elle ne va pas jusqu’à connaître cela. Si les choses naturelles la surpassent, que dira t’on des surnaturelles ?”

    Toutefois si, nous ne savons pas tout, ce que nous savons, nous le savons avec une certitude totale, parce que c’est par Jésus-Christ et la Parole de Dieu que nous les connaissons ! Jésus dit à Nicodème : « Personne n’est monté au ciel si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. » (Jean 3.13). Voilà d’où viennent les certitudes des chrétiens : du Fils de Dieu et de sa Parole. Il vient du ciel et est au dessus de tous (Jean 3.31).

    Dans la Bible, nous trouvons des images, des comparaisons qui nous font approcher les réalités spirituelles.

    1) Le ciel est comparé à un jardin.

    Lors de la crucifixion, un des deux brigands se convertit et Jésus lui dit : « Je te le dis, en vérité, aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23.43). Le mot « paradis » vient du grec et signifie « jardin ». Dans Apocalypse 2.7, nous retrouvons le même terme : le paradis de Dieu où se trouve l’arbre de vie. C’est là où Dieu rassemblera tous les chrétiens. Nous ne terminerons pas notre vie au cimetière, mais nous la continuerons dans un jardin, le jardin de Dieu. Apocalypse 22.1-5 nous le décrit : tout dans le verset nous parle de beauté, de perfection, de plénitude et de bien-être. Voilà le ciel !

    2) Le ciel est une maison.

    Jésus a dit : « Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon père. Si cela n’était pas je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place... Je reviendrai et je vous prendrai avec moi... » (Jean 14.1). Le ciel est la maison du Père, mais non pas en briques ou en béton. C’est une maison avec un jardin. Le rêve de beaucoup de jeunes couples ! Quand on doit recevoir un invité et l’héberger, on prépare sa venue. Tout est en ordre, bien propre. On dresse la table. On prépare un bon repas. On aère la chambre. On prépare le lit. Au ciel, nous y sommes attendus. C’est Jésus qui prépare notre arrivée.

    3) Le ciel est la maison du Père pour toujours, pour l’éternité.

    La Bible nous enseigne que ce n’est pas ici-bas que nous avons une demeure permanente (Hébreux 13.14). « Nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui nous a été faite non par une main d’homme. Nous soupirons, désireux de résider dans notre domicile céleste. » (2 Corinthiens 5.1-5). Là, pas besoin de repeindre les corniches, de remplacer les châssis, de déboucher les égouts. De cette demeure éternelle, nous n’aurons jamais à déménager !

    4) Le ciel est une magnifique maison.

    Apocalypse 21.10-11 ; 18.21 nous décrit la nouvelle Jérusalem pour nous convaincre. « Son éclat sera semblable à une pierre de jaspe transparente comme du cristal ... la muraille sera en jaspe et la ville d’or pur semblable à du verre pur, les fondements de la muraille seront ornés de pierres précieuses de toutes espèces ..., les douze portes seront douze perles. » Que de beauté ! Déjà sur notre pauvre terre salie par le péché, la pollution et l’horreur, il y a pourtant tant de choses qui nous émerveillent. Un coucher de soleil par exemple, quand la lumière des rayons fait ressembler les nuages à des montagnes enneigées, puis les bordent de rose avec des nuances de gris foncé. Si dans notre monde souillé par le péché, Dieu fait tant de choses si belles, à plus forte raison la perfection du ciel est-elle chose assurée. Notre Dieu est un Dieu de beauté, un poète, un artiste, un génie.

    5) Le ciel est une maison heureuse.

    C’est la maison du bonheur ! Jésus a raconté la parabole de la brebis perdue, de la drachme perdue, du fils perdu dans Luc 15. C’est le même schéma dans les trois paraboles : perdu(e) -> retrouvé(e) -> joie. Jésus enseigne une grande vérité : « Il y a de la joie dans le ciel pour un pécheur qui se repent. » (Luc 15.7). La Bible dit : « Il y a d’abondantes joies devant ta face (l’Éternel), des délices éternels à ta droite. » (Psaumes 16.11). Le Dieu de la Bible n’est pas un Dieu triste et ennuyeux. Beaucoup pensent qu’il n’y a de la joie que dans le péché. C’est pourquoi ils fuient Dieu. Par conséquent, la joie et le bonheur s’éloignent d’eux. Nous avons distribué des Bibles, et notamment dans de belles maisons. Mais nous ne savons pas s’il y a de la joie et du bonheur derrière les murs de ces belles façades.

    Le ciel est une maison heureuse, parce que Dieu y rassemble tous ceux qui se sont repentis et qui ont mis leur foi en Dieu et en Jésus-Christ.

    Dans le ciel, rien ne viendra entacher notre joie. Ici-bas, nos joies sont toujours voilées. Elles sont passagères, éphémères. Même les joies chrétiennes s’estompent. Les instants de bonheur dans la foi chrétienne s’effritent. On dira peut-être que je suis pessimiste alors que je suis réaliste. Il faut affirmer à l’église et aux chrétiens que c’est un mensonge de dire que le chrétien nage tous les jours dans le bonheur ! La Bible déclare : « Il essuiera toutes larmes de leurs yeux et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur... » (Apocalypse 21.4) et « Il n’y aura plus de lâches, d’incrédules, d’abominables, de meurtriers, d’impudiques, d’enchanteurs, d’idolâtres, de menteurs. » (Apocalypse 21.8).

    Le ciel est une maison heureuse, même s’il faut travailler : « Ses serviteurs le serviront et verront sa face. » (Apocalypse 22.3).

    Au ciel, il n’y aura pas de chômage, mais du travail pour tous. Au ciel, le travail ne sera pas aboli, mais il ne sera plus pénible, ni fatigant, ni dangereux. Ici-bas, le travail pénible est la conséquence du péché, de la chute. Au ciel, nous chanterons. Il y aura enfin place pour les « Alléluia ! ». (“Louez l’Eternel !”, en hébreu). Ce terme figure quatre fois dans le Nouveau Testament (Apocalypse 19.1, 3, 4, 6). Il faut donc réfléchir à l’utilisation de l’expression « Alléluia ».

    Le ciel sera une maison de bonheur, car là seront réunis ceux qui nous ont précédés dans la foi : parents, grands-parents, amis, pasteurs mais aussi Moïse, Elie, Esaïe, Jérémie, David, Luther, Calvin, les martyrs ... Nous serons étonnés d’y voir certains et pas d’autres. Apocalypse 21.27). Mais par-dessus tout, nous y verrons notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, le Messie, le Fils unique du Père, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, l’Alpha et l’Oméga, le Vivant, le Bon Berger, ...

    Un jour, nous quitterons tout sur cette terre pour aller au ciel ! Serez-vous avec nous au divin rendez-vous ? ▪

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 17 juin 2012 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD • Publiée au bulletin “Résurrection” de novembre-décembre 2012.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web