logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 63La valeur de l’âme novembre 2003
    MÉDITATION • Jésus a dit : « Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Que donnerait un homme en échange de son âme ? ».

    Dans la même rubrique

     JAMAIS SANS MA BIBLE

    Jésus et la Bible

     | Matthieu 5.13-20 - Marc 7.1-13 - Luc 4.16-21 et 24.44-49
     

    Voir aussi ce message d’avril 2003 :

    Jésus et la Bible

    En 2003, la Société Biblique universelle a proposé que cette année soit “L’année de la Bible”. Plus de dix ans après, nous relançons une série “La Bible et ...”. La Bible est le livre de tous les records. Elle est le livre le plus vendu au monde, le plus lu, le plus traduit. Depuis que l’on fait des statistiques sur la vente des livres et leurs traductions, la Bible est toujours en première place.

    A chaque volet de la série “La Bible et ...”. nous inclurons quelques citations d’hommes et de femmes célèbres.

    L’acteur américain Denzel Washington a dit : “J’ai commencé, il y a bien des années, à lire la Bible d’un bout à l’autre. Je commence chaque nouvelle année en lisant l’Évangile.”

    En France, Luc Ferry, philosophe athée et ancien ministre de l’enseignement, déclara : “L’influence de la Bible est infiniment plus grande qu’on ne l’imagine, parce que toute une partie de notre culture y est attachée. Sans même que nous en prenions conscience, il est impossible de visiter un musée, de lire un ouvrage d’histoire, de comprendre notre calendrier sans considérer la Bible.” La parabole des talents est pour lui un monument : “D’apparence anodine, elle représente en réalité une véritable révolution morale qui fonde l’humanisme moderne. Cette parabole signifie que la valeur d’un être ne dépend pas des dons naturels qu’il a reçus, mais de ce qu’il en fait ; pas de la nature mais de la liberté.” Lorsqu’il était au gouvernement, Luc Ferry s’est engagé pour la lecture de la Bible et des autres grands textes religieux, une nécessité à ses yeux : “Ou alors, il faut dire clairement que nos enfants ne comprendront désormais plus rien à 90% de l’histoire de l’art et de la littérature !” Ferry dit encore : “S’il fallait choisir un livre pour séjourner sur une île déserte, je choisirais l’Évangile de Jean.” Et aussi : “Je connais les Évangiles. Ils m’ont passionné plus que tout autre texte philosophique au monde.” Pas mal pour un athée !

    Toute la vie de l’Église doit être construite sur la Bible. Pour nous, chaque année est l’année de la Bible, chaque dimanche est le dimanche de la Bible, chaque prédication est la prédication de la Bible. Nous croyons que la Bible est la Parole de Dieu. Ce que la Bible dit, c’est ce que Dieu dit. Nous avons choisi comme titre à cette prédication : “Jésus et la Bible”. Comment Jésus s’est-il comporté vis-à-vis des Écritures ? Quelle place celles-ci ont-elles tenu dans sa vie et son enseignement ? Son point de vue est capital pour nous chrétiens. Nous en aborderons les lignes maîtresses.

    Dès le début, Jésus donne le ton ! Il dit : « Je suis venu non pour abolir la loi ou les prophètes, mais pour accomplir. » (Matthieu 5.17). Jésus a environ 30 ans. C’est un jeune rabbi. Ses disciples sont jeunes, Jean avait à peu près 17 ans. Que va dire ce jeune rabbi entouré de ses douze jeunes loups ? On rase tout ? Il faut tout reconstruire ? Non, pas du tout ! Il s’inscrit dans la continuité, non dans la rupture. Il s’inscrit dans le prolongement et le respect de Moïse et des prophètes c’est-à-dire l’Ancien Testament. Il ne se présente pas comme un révolutionnaire. Ceux qui croyaient cela et ceux qui entendaient cela, furent déçus. Non, Jésus n’est pas venu pour renverser Abraham, Moïse, les Dix commandements, Esaïe et les prophètes. Il maintient la création d’Adam et Eve et l’institution du mariage, Noé et le déluge, Abraham et les villes de Sodome et Gomorrhe, les Patriarches, les douze fils de Jacob, Moïse, la sortie d’Égypte, la Pâque, le passage de la mer Rouge, la manne, le buisson ardent, Josué et la chute de Jéricho, Elie, Elisée, Naaman, David, Salomon et le temple, Jonas et Ninive, etc. (cf. Matthieu 22.30 ; 24.38 ; Luc 14.20 ; Luc 17.26-27 ; Matthieu 8.11 ; 10.15 ; Luc 13.28 ; Jean 7.22 ; Luc 13.28 ; Matthieu 26.18 ; Luc 22.7-8 ; Jean 6.31 ; Luc 4.25-27 ; Matthieu 12.39-41 ; Matthieu 12.3, 4 ; Matthieu 6.29, etc.). Jésus respecte l’Ancien Testament. Ce ne sont pas des légendes, des fables, des inventions de l’imagination.

    Jésus est venu pour accomplir. Quoi ? Les prophéties ! Dans l’histoire des religions du monde entier, seule la Bible contient des prophéties. Le livre de Nostradamus, quant à lui, est une supercherie incroyable et une tricherie intellectuelle énorme. Le texte est incompréhensible.

    C’est tout différent pour les prophéties bibliques. Il n’est nul besoin de spécialistes. Vous lisez et vous comprenez. Exemples. Le Messie naîtra à Bethléem et sera de la famille de David (Michée 5.1 ; Esaïe 11.1). Sa conception sera miraculeuse (Esaïe 7.14). Il accomplira des miracles (Esaïe 35.46). Il entrera à Jérusalem sur un ânon, le petit d’une ânesse (Zacharie 9.9). Il sera trahi pour 30 pièces d’argent (Amos 2.6 ; Psaumes 41.10 ; Zacharie 11.12-13). Il sera frappé et ses brebis seront dispersées (Zacharie 13.7). Il essuiera des insultes et des coups et sera rejeté (Esaïe 50.6 ; Psaumes 22.8-9). Il sera crucifié entre deux malfaiteurs. Ses pieds et ses mains seront percés. Sa tunique sera tirée au sort (Psaumes 22.17-19). On mettra son tombeau avec le riche (Esaïe 53.9-10). Il ressuscite des morts et sa Parole se répandra dans le monde entier. Quelle que soit votre nationalité, vous comprenez ! Le christianisme ne concerne pas seulement les Européens, les occidentaux, mais tous les peuples. Toutes les prophéties peuvent aussi faire l’objet de recherches, d’études, de réflexion et font appel aux capacités intellectuelles de haut niveau pour celui qui veut approfondir le sujet.

    Jésus est venu, non pour abolir, mais pour accomplir. Il l’annonce dès le début de son ministère public (Matthieu 5.17). Trois ans plus tard, sur la croix, Il s’écrira : « Tout est accompli ! » (Jean 19.30). Sa mission de REDEMPTEUR/SAUVEUR était accomplie et les prophéties se rattachant à son œuvre rédemptrice sur la terre étaient accomplies aussi.

    Jésus a accompli et obéi à tous les commandements. Personne avant lui, ni après lui n’a accompli la loi. L’Ancien Testament, auquel s’attache le Judaïsme, compte 613 commandements : personne n’a pu y obéir. Même les Dix commandements, personne, excepté Jésus, ne les a respectés. Seul Jésus a accompli la Loi. Le texte a un autre sens complémentaire. Littéralement, “accomplir” signifie “remplir”. On se régale en découvrant ce verbe que Dieu emploie : « Christ est venu “remplir” la loi et les prophètes. » C’est comme si le texte de l’Ancien Testament attendait d’être rempli. On peut le comparer à une maison construite clé sur porte, mais vide, sans personne dedans, sans meubles ni quoi que ce soit et que quelqu’un doit venir habiter, remplir, maison qui attend, qui soupire.

    Avant Jésus, les phrases sont construites, les mots concrets, réels, à leur place, mais vides. Il leur manque l’accomplissement, “l’accomplisseur”. Dieu a façonné le corps d’Adam à partir de l’argile, mais ce corps était vide de vie. Il a fallu que Dieu souffle en lui un souffle de vie pour que l’homme devienne un être vivant.

    Le même verbe “remplir” se trouve dans le passage de Luc 4.16-17. Jésus dit : « Aujourd’hui, cette parole que vous venez d’entendre est accomplie, remplie. »

    Comme la vie est insufflée dans les narines d’Adam, ainsi les mots, les phrases prophétiques s’incarnent. La prophétie vit (cf. Genèse 3.15, 22.8 ; Exode 12.1-11 ; Psaumes 22.17-19 ; Esaïe 53, etc.).

    Jésus à son tour a fait de nouvelles prophéties : « Le ciel et la terre passeront mais mes paroles ne passeront pas. » (Matthieu 24.35). Ce jeune charpentier a eu de l’audace de lancer une telle affirmation ! A moins qu’il ne soit bien plus qu’un simple charpentier ! Aujourd’hui, 2000 ans après ces affirmations, nous sommes témoins de l’authenticité des paroles du Christ. Il ne s’est pas trompé et n’a trompé personne. Il a dit vrai !

    Jésus cite la Bible, la respecte, l’aime, la chante, la vit. Et nous ? ●

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 9-2-2014 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD — Bulletin “Résurrection” de novembre-décembre 2014

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web