logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 350Faire taire les critiques février 2011
    Nous pouvons résister aux moqueries si nous avons la conviction de faire la volonté de Dieu.

    Dans la même rubrique

    Prévenir vaut mieux que guérir

     | Jude 24-25 - 1 Corinthiens 10.6-1 - Romains 15.4
     

    Nous connaissons tous ce beau dicton, pas toujours bien appliqué malheureusement. Tout le corps médical est bien d’accord là-dessus aussi, et nous avons tous entendu parler de la prévention du sida. Certains parents aussi veulent bien enseigner leurs enfants en les prévenant de certains dangers qui les guettent dans la vie. Le ministre des transports est également d’accord avec ce dicton puisque le rôle des panneaux de signalisation est de nous prévenir afin d’éviter les accidents. Nous voyons parfois à la télévision des communiqués de prévention routière.

    Dans le domaine de la vie chrétienne aussi. D’ailleurs le pasteur ne manque pas de nous rappeler : il vaut mieux prévenir que guérir ! C’est avant tout la volonté de Dieu « qui peut nous préserver de toute chute ». (Jude 24). C’est la raison d’être de toute la Bible : prévenir pour nous éviter de tomber ; on pourrait ainsi parler de « la prévention biblique et chrétienne », de sorte d’éviter tellement de blessures, de souffrances, de tristesses, de larmes, de peines, d’échecs si nous nous laissions prévenir.

    Nous avons beaucoup d’exemples à retenir :

    Tous ces exemples nous montrent à souhait combien de peines et de souffrances auraient pu être évitées, si en étant prévenu, on avait pris les mesures nécessaires. La Bible nous redit : « Dieu est capable de nous préserver de toute chute et avec l’épreuve, Il veut nous donner le moyen d’en sortir. » Dans l’Ancien Testament déjà, la tâche des prophètes était de prévenir le peuple. Ils devaient servir de sentinelle, pour alerter, pour avertir, pour donner l’alarme. C’est ainsi que lorsque Dieu envoie le prophète Ezéchiel, il lui dit : « Je t’établis sentinelle sur Israël, tu entendras la parole de ma bouche et tu les avertiras de ma part. » Dieu voulait qu’Israël évite ainsi bien des défaites et des échecs. Le prophète apportait une parole de “prévention divine”.

    C’est aussi le rôle des parents, des grands-parents de prévenir les enfants et les petits-enfants. Ne manquons pas de le faire, même si nous devons leur répéter plusieurs fois. Si nous les avertissons, c’est parce que nous les aimons et que cela peut ainsi éviter bien des drames.

    C’est aussi le rôle du pasteur de prévenir l’Église. Ce n’est pas toujours facile pour lui car on pourrait le cataloguer de ringard, de vieux jeu... Si Dieu nous prévient, c’est parce qu’il nous aime et veut nous préserver de toute chute. Si je prêche sur ce sujet, c’est pour nous éviter à chacun des regrets, des remords et pour que personne ne dise : « Ah, si on m’avait prévenu », « Si on m’avait expliqué ».

    Il est vrai que certains accidents de la vie nous atteignent alors que nous n’y sommes pour rien : une maladie, un licenciement, un échec sentimental, un accident de voiture où nous sommes en droit... Mais les gens se sont aussi créé beaucoup de problèmes parce qu’ils n’ont pas voulu se laisser prévenir. Savez-vous que la moitié des patients dans les hôpitaux y sont par leur propre faute ? Et même tout en se faisant soigner, ils s’empoisonnent devant la porte de l’hôpital en fumant cigarette sur cigarette. Si on prenait garde à tous les avertissements que l’on nous donne pour préserver notre santé, la moitié des hôpitaux pourraient être fermés ; les caisses de mutuelle ne seraient plus jamais en déficit !

    Dieu veut nous préserver de toute chute. Le Christ veut nous sauver, pardonner nos péchés pour nous donner la vie éternelle, mais il veut aussi nous prévenir. Il veut non seulement nous guérir de nos péchés, il veut aussi nous éviter de tomber dans le péché. L’Évangile est la bonne nouvelle du pardon, mais il est aussi l’Évangile de la prévention.

    — Par exemple, nous préférons nous laisser emporter par la colère et ensuite demander pardon. Ne pourrions-nous pas plutôt éviter la colère ?
    — Nous choisissons de mentir pour nous sortir d’une situation difficile et puis demander pardon. Ne vaudrait-il pas mieux renoncer au mensonge et dire la vérité ?
    — Certains choisissent de regarder des programmes porno à la télévision, et ensuite demander pardon, plutôt que de changer de chaîne.

    Dieu préfère nous prévenir plutôt que devoir nous pardonner. Le pardon du péché, c’est bien, mais éviter le péché c’est mieux, car le péché même pardonné laisse des traces dans l’âme, dans nos cœurs, dans notre mémoire, dans nos vies. Regardons le roi David, quand il tombe dans le péché avec Bath Shéba ; après cela il fait une magistrale prière de repentance (le psaume merveilleux 51). Mais Nathan est envoyé pour dire à David : « Dieu pardonne ton péché David, mais l’enfant né de l’adultère mourra ». Ensuite, toute la vie de la famille de David va exploser à cause d’une succession d’actes de mauvaise conduite et d’immoralité. Le péché même pardonné laisse des traces et des cicatrices. On ne voit rien au scanner, ni à la radiographie, ni à l’IRM, mais les traces sont gravées dans notre âme, dans notre mémoire, dans notre histoire.

    Dieu peut nous préserver de toute chute (Jude 24), pour que nous puissions nous présenter devant Lui purs et irrépréhensibles. Je cite encore le cas d’une jeune fille ayant un bébé hors mariage, et abandonnée par le père de l’enfant. Qu’en sera-t-il pour elle lorsqu’elle rencontrera un jeune homme pour se marier ? L’enfant, il est là ! Comment expliquer ? Même s’il y a repentance profonde et sincère, l’enfant est là pour le restant de la vie. Il vaut mieux prévenir que guérir, parce que parfois la guérison ne vient pas. « Dieu peut vous préserver de toute chute » (Jude 24), car il est fidèle et juste, et avec l’épreuve, il prépare le moyen d’en sortir vainqueur (1 Corinthiens 10.13).

    Oui, Dieu est le Dieu du pardon, qui accueille, qui reçoit le pécheur repentant, mais il est aussi le Dieu de la prévention qui nous aime et qui veut nous prévenir des dangers et des risques, plutôt que recoller les morceaux d’une vie éclatée. Prévenir vaut mieux que guérir ! ●

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 9 février 2014 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD - Bulletin “Résurrection” de janvier-février 2015.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web