logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 716Léopold 1er de Saxe-Cobourg et Gotha, Roi des Belges (1790-1865) janvier 2012
    Prince, fils du duc souverain François de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1750-1806). Il est élu premier Roi des Belges le 4 juin 1831 et prête serment sur la Constitution belge le 21 juillet 1831.
    logo ARTICLE 469Quatre "trucs" pour être belle juillet 2008
    Ces quatre "suggestions" pour être belle, écrites par Audrey Hepburn, ex modèle de mode, sont comme un instantané, une photo de sa manière de vivre. Ces lignes furent lues lors de ses funérailles.

    Dans la même rubrique

    Le week-end qui bouleversera le monde

     | Luc 24
     

    Voici revenu le grand rendez-vous pour les chrétiens : la fête de Pâques, fête de la vie, fête de la joie. C’est en effet, une fête merveilleuse car elle est l’assurance du triomphe de la vie sur la mort (1 Corinthiens 15.54, 2 Corinthiens 5.4). Tout ne s’achève pas dans la mort.

    On reste étonné en lisant le Nouveau Testament et les Actes des Apôtres de constater combien souvent ceux-ci ont prêché la résurrection de Jésus-Christ. Pourtant, à cette époque-là, leur vie était en danger. Mais ils n’avaient plus peur de la mort parce qu’ils savaient que la mort n’est pas la fin de toutes choses : « Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. » (Actes 4.33). C’est une erreur de dire : “Oui, mais aujourd’hui l’homme moderne, l’homme du 21e siècle, ne peut plus croire à de telles choses !”

    A l’époque de Jésus, l’homme ne voulait pas y croire non plus. Les disciples d’Emmaüs ne voulaient pas y croire malgré le témoignage des femmes (Luc 24.21-24). L’incrédulité n’est pas née au 21e siècle, elle est de tous les siècles et, pourtant, à travers les siècles, le Saint-Esprit et la Parole de Dieu ont convaincu les pires incrédules ! La puissance de la croix agit siècle après siècle.

    Le texte de Luc 24 nous reporte 2000 ans en arrière. Nous sommes au milieu de la ville de Jérusalem. Celle-ci est bouleversée par des événements qui, eux-mêmes, vont bouleverser le monde. Nous sommes le dimanche de Pâques. C’est la fin d’un week-end à la fois le plus dramatique et le plus heureux dans l’Histoire de l’humanité. Pourquoi ce matin parler encore de Jérusalem ? Parce que c’est le site le plus stratégique de la planète. Là le Christ est mort, est ressuscité et remonté au ciel, et c’est delà qu’il reviendra ! Là auront lieu les derniers efforts de guerre. C’est là que monteront toutes les nations pour rendre un culte à Dieu. C’est là que Dieu prépare l’avenir de la planète !

    Le dimanche de Pâques, deux disciples descendent de Jérusalem vers le village d’Emmaüs, situé à ± 10 km de la capitale. Jésus vient se joindre à eux, et fait une étude biblique. Le jour de sa résurrection, Il enseigne, explique la Bible, dévoile le plan de Dieu. (v.27). Le Christ vient à notre rencontre n’importe où. Pendant la journée, quand on est au travail, ou occupé par les courses, les travaux ménagers ... Jésus-Christ ne se révèle pas que dans les églises le dimanche matin entre 10h et 11h30. Le monde entier est sa paroisse. Il ne vient pas toujours à notre rencontre là où nous l’attendons. Les disciples d’Emmaüs ne s’attendaient pas à le rencontrer sur leur chemin.

    Leurs yeux les empêchèrent de Le reconnaître. Ils voyaient sans voir. Esaïe (6.9) et Jésus (Matthieu 13.13-14) l’ont dit : « Ils ont des yeux et ne le voient pas, des oreilles et ils ne l’entendent pas. » L’incrédulité explique leur aveuglement. D’après 2 Corinthiens 4.4 « Les incrédules ne voient pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ qui est à l’image de Dieu. » On sait que le soleil brille, mais des hommes ne le voient pas car ils sont aveugles. Pourquoi tant d’hommes refusent-ils de croire en Dieu ? Parce que Dieu n’existe pas ? Non ! Parce qu’ils sont des aveugles spirituels. Ils ne veulent pas voir et se convertir.

    Quel est l’objet de leur conversation ? Les disciples d’Emmaüs parlent :

    Ils mélangent religion et politique. C’est toujours la mode aujourd’hui : Iran, Irak, Turquie, Syrie ... Ce ne sont pas des guerres de religion, mais des guerres politiques pour conquérir le pouvoir. Les disciples d’Emmaüs attendaient donc un Messie politique qui chasserait l’occupant romain.

    Jésus n’est pas venu pour renverser la puissance de Rome, mais pour renverser la puissance du péché, de la mort, des ténèbres.

    Aujourd’hui, telle est encore l’attente d’Israël. A Jérusalem, on voit des affiches affirmant en hébreu : “Le Messie vient !” Oui, mais quel Messie ? Un Messie politique ? Ne nous trompons pas. Même quand Israël utilise un vocabulaire religieux, ce n’est jamais dans le même sens que nous, chrétiens. Le 14 mai 1948, à Tel Aviv, David Ben Gourion proclamant la création de l’État d’Israël, a dit : “Nous sommes maintenant en train de préparer le chemin à notre Messie.” Le Messie attendu n’a rien à voir avec le Messie d’Esaïe 53 qui devait souffrir et mourir pour les péchés du monde. Certains pensent que cette erreur conduira Israël à se méprendre sur la personne du Messie. L’anti-christ pourrait se présenter aux Israélites en leur promettant la paix, la sécurité et la reconstruction du temple. Israël commettra l’erreur d’accueillir son pire ennemi comme le Messie et fera une alliance avec lui.

    Jésus parle de leur intelligence. (v.25) : « Ô hommes sans intelligence et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’on dit les prophètes. » Si les disciples avaient été intelligents, ils auraient cru ! La foi a quelque chose à voir avec l’intelligence. Il ne faut pas un diplôme ou un doctorat en théologie pour comprendre la Bible. La véritable intelligence, c’est de croire en Dieu. L’absolue folie, c’est de nier Dieu ! L’insensé dit : « Il n’y a pas de Dieu. » (Psaumes 19.1). Si les disciples avaient réfléchi, ils auraient cru. La foi est un appel à la réflexion. Thomas d’Aquin a dit : “Il faut croire pour comprendre et non pas comprendre pour croire !” Les deux sont nécessaires : la foi et la raison. Les disciples d’Emmaüs n’avaient ni l’une ni l’autre.

    Les disciples étaient incrédules. Ils voulaient bien croire ce qu’ont dit les prophètes, mais pas tout ! Ils ont retenu seulement ce qui était glorieux. La gloire du Messie, mais pas ses souffrances. Les chrétiens sont parfois comme eux. Ils retiennent ce qu’il y a de glorieux dans l’Évangile : le pardon des péchés et la vie éternelle, plus de jugement, de condamnation, plus d’enfer mais le paradis. Tout cela est juste, vrai, réel. Mais ce n’est qu’une partie de la vie chrétienne. Il y a autre chose. Le chrétien doit porter sa croix chaque jour. Pour servir, il faut renoncer à soi-même, accepter l’humiliation, la communion aux souffrances de Christ, la persécution : « Vous serez haïs de tous. » a dit Jésus (Matthieu 10.22). Ne nous forgeons pas un Évangile sélectif. Sommes-nous prêts à croire tout ce que dit la Bible ? Par exemple la création (Genèse 1), la chute d’Adam et Eve (Genèse 3), le déluge et l’arche de Noé (Genèse 5), l’eau changée en vin (Jean 2), Jésus marchant sur les eaux (Matthieu 14), la résurrection corporelle de Jésus, l’ascension, son retour en gloire et beaucoup d’autres choses.

    Que dit aussi la Bible sur le cœur des disciples d’Emmaüs ? Lorsque Jésus leur expliquait les Écritures, leur cœur brûlait au-dedans d’eux (v.32). Le rêve de tous ceux qui enseignent la Bible est d’enflammer le cœur des auditeurs. La Parole de Dieu est vivante. Voilà ce dont notre pays, notre ville, le monde a besoin : les Écritures, la Bible. La Parole de Dieu assure que le Messie devait souffrir. La conversion. Les disciples d’Emmaüs vont faire l’expérience de la conversion. A l’heure même où leurs yeux s’ouvrirent, ils se levèrent, firent demi-tour et retournèrent à Jérusalem, proclamant que Christ est vivant, qu’il est ressuscité (Luc 24.35). Ils étaient transformés, convertis ! Eux qui descendaient tout tristes vers Emmaüs, remontèrent à Jérusalem bouillants de joie et de foi. Ils ont vu le Messie, Jésus de Nazareth ressuscité, vivant. Voilà ce qui change tout ! Il peut aussi tout changer pour vous. •

    Post-scriptum

    Prédication apportée le 20 avril 2014 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD - Bulletin “Résurrection” de mars-avril 2015.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web