logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 716Léopold 1er de Saxe-Cobourg et Gotha, Roi des Belges (1790-1865) janvier 2012
    Prince, fils du duc souverain François de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1750-1806). Il est élu premier Roi des Belges le 4 juin 1831 et prête serment sur la Constitution belge le 21 juillet 1831.
    logo ARTICLE 469Quatre "trucs" pour être belle juillet 2008
    Ces quatre "suggestions" pour être belle, écrites par Audrey Hepburn, ex modèle de mode, sont comme un instantané, une photo de sa manière de vivre. Ces lignes furent lues lors de ses funérailles.

    Dans la même rubrique

     NOËL

    La lumière est venue dans le monde

     | Jean 3 : 16 à 21
     

    Deux mille ans après la naissance du Christ, sur toute la planète, les peuples fêtent Noël. Des millions d’hommes, de femmes, de jeunes gens, de jeunes filles et d’enfants se souviennent.
    Comment expliquer ce "succès" ?
    Comment comprendre cette gloire du Christ ?

    En cheminant dans l’Écriture, nous allons trouver dans les paroles du Christ les raisons de sa venue sur cette terre. Nous allons comprendre pourquoi il a été envoyé.

    Ce Jésus, né à Bethléhem est différent de tous les autres enfants pour plusieurs raisons.

    Tout d’abord, Jésus a été annoncé des centaines d’années à l’avance. Cela concerne les prophéties messianiques, c’est-à-dire des textes de l’Ancien Testament, antérieurs à la venue du Christ, qui annonçaient la venue du Christ. Nombreux sont les prophètes qui ont parlé du Christ : Moïse, Michée, Esaïe, Zacharie, David, Daniel, etc... Des centaines d’années avant sa venue, ils ont apporté beaucoup de précisions sur la vie de Jésus, le lieu de sa naissance, la famille dans laquelle il naîtrait, le fait qu’il serait trahi par l’un des siens.

    Tant de faits annoncés des siècles avant la venue du Christ se sont effectivement concrétisés. Aucun homme au monde ne peut prétendre à une telle biographie avant d’être né. Mais pour le Christ, l’histoire de sa vie a été écrite avant sa naissance.

    L’enfant qui naît à Bethléhem est différent de tous les autres enfants. Il est unique. C’est la raison pour laquelle il marque ainsi l’histoire de l’humanité.

    Blaise Pascal, ce grand savant chrétien, disait dans ses Pensées : « Différence entre Mahomet et Christ : Mahomet non prédit, le Christ prédit. » Pascal avait ainsi bien résumé cet enseignement de l’ Écriture sur le Christ.

    Ce succès et cette gloire s’expliquent aussi parce que l’enfant qui va naître à Bethléhem est hors du commun : sa naissance est miraculeuse. Sept cents ans avant la venue de Jésus-Christ, le prophète Esaïe avait annoncé qu’une jeune-fille vierge serait enceinte et qu’elle enfanterait un fils auquel on donnerait le nom d’Émmanuel (Esaïe 7:14).

    Par la Bible, Dieu a parlé, Il s’est fait connaître. Il a pris la peine d’annoncer la venue de son Fils sur cette terre. Ainsi donc, l’enfant qui naît à Bethléhem est différent de tous les autres.

    Cet enfant c’est Dieu lui-même qui visite notre terre. Le prophète avait dit : « Voici la vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d’Émmanuel. » (Esaïe 7:14). Émmanuel est un mot hébreu. Il signifie “Dieu avec nous”. Cet enfant, c’est le Dieu créateur de l’univers, qui nous a donné la vie et nous fait respirer. Au milieu des misères, des ténèbres, des guerres, du mal et du péché, Dieu est venu.

    Noël nous dit que nous ne sommes pas abandonnés, livrés au hasard. Nous ne sommes pas perdus dans un univers qui n’a aucun sens.

    Noël signifie aussi que Christ vient pour nous appeler à reconnaître que nous sommes pécheurs et que l’on a transgressé la loi de Dieu.

    Le Fils de Dieu existe déjà avant Noël, avant la naissance de Bethléhem. Mais ce jour-là, il prend une forme humaine, Dieu devient homme. Dieu s’est ainsi abaissé et humilié. Noël doit être pour nous un encouragement. Noël nous invite à ne pas baisser les bras, mais à relever la tête.

    Il y a deux mille ans, la puissance semblait appartenir à Rome et aux armées de César. Mais la naissance de cet enfant va bouleverser le cours de l’Histoire et confondre les puissants de l’Empire romain : cet empire s’écroulera mais l’Église de Jésus-Christ triomphera.

    Mais pourquoi Dieu est-il venu parmi nous ? Le Christ lui-même donne la réponse à cette question. Nous allons trouver dans ses propres paroles la raison pour laquelle le Christ est venu.

    « Je ne suis pas venu pour abolir la loi ou les prophètes, je suis venu non pour abolir mais pour accomplir. » (Matthieu 5:17).

    Nul homme n’est parvenu à accomplir les commandements de Dieu. C’est déjà, pour chacun de nous, tellement difficile d’accomplir un seul commandement de Dieu pendant toute notre vie. Jésus a accompli les Dix commandements, il a accompli toute la loi. Il est utile de rappeler au début de ce 21e siècle que Dieu a établi une loi morale pour régler la conduite des hommes et contribuer ainsi à leur bonheur. Noël serait, cette année encore, beaucoup plus beau si nos ministres, nos parlementaires, nos sénateurs, nos magistrats, nos responsables de divers secteurs se souvenaient que la loi de Dieu est toujours d’application. Jésus n’est pas venu pour abolir la loi mais pour l’accomplir. Mais il serait injuste de rappeler cette loi uniquement à nos responsables politiques ou autres. Cette loi s’applique aussi à chacun d’entre nous. Il est bon pour nous aussi de nous souvenir que la loi de Dieu est toujours d’application. Si le monde s’en moque et ne tient pas compte de cette loi, à nous chrétiens de ne pas l’oublier et de rappeler que Christ n’a pas aboli la loi de Dieu. Elle est toujours d’application.

    Le Christ dira aussi qu’il est venu pour appeler à la repentance des pécheurs. Il a dit : « Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs. » (Luc 5:32). Le Dieu de la Bible est un Dieu qui appelle. Le Christ a appelé ses disciples : André, Pierre, Jacques, Jean, Philippe, Marc. Dieu appelle. Il ne peut pas nous laisser neutre ou silencieux comme si nous n’avions rien entendu. Peut-être faites-vous la sourde oreille et ne répondez-vous pas ? Jésus est venu pour vous appeler à la repentance.

    Toutes les religions du monde ont un seul but : améliorer l’homme. Mais une seule a comme premier objectif de sauver l’homme.

    Noël nous rappelle que Christ nous invite à reconnaître que l’on est sur la mauvaise voie et que l’on a tort de vivre sans lui donner la première place.

    Christ a dit : « Je ne suis pas venu appeler à la repentance les justes, mais des pécheurs. » (Luc 5:32). Mais si nous sommes prêts à reconnaître que nous avons péché et transgressé la loi de Dieu, alors le Christ peut tout changer dans notre vie. Christ est venu nous appeler à la repentance. C’est aussi cela Noël.

    « Je suis venu sauver ce qui était perdu. »
    (Luc 19:10)

    Le Christ a dit qu’il venait pour nous sauver d’abord, et ensuite pour nous transformer. Avant tout nous avons besoin d’être sauvés. Imaginons un instant un super train à grande vitesse. Dans cet énorme TGV, se trouve toute l’humanité. La rame fonce à toute allure vers un gouffre encore lointain. Mais le train ralenti et s’arrête en gare. Sur le quai attendent plusieurs personnes : un médecin, un philosophe, un politicien, un moraliste, un homme religieux, et le Christ. Tous ces voyageurs montent aussi dans ce super TGV. Le médecin y soigne les malades. Le philosophe donne un cours sur Platon. Le moraliste enseigne les bonnes manières. Le politicien songe à organiser des élections. L’homme religieux invite tout le monde à s’agenouiller. Le Christ monte aussi dans le train pour s’efforcer d’en faire descendre tout le monde. Il veut sauver ces âmes qui avancent vers la perdition.

    Jésus est descendu sur cette terre pour arracher les âmes à la condamnation. Le Christ vient pour chercher et sauver ce qui est perdu.

    Notre planète est une planète en perdition.

    Quand les trains de la mort roulaient vers Treblinka, Dachau, Buchenwald, Majdanek, Auschwitz, qu’est ce qui était prioritaire ? Que fallait-il faire avant tout ? Sauver ces condamnés, les sortir du train de la mort. C’est ce que le Christ est venu faire. Nous sommes les uns et les autres sur ce train de la mort. Christ est venu apporter la lumière pour sortir de nos péchés, de notre perdition, pour nous sauver. C’est pour cela qu’il est mort sur la croix. Dieu cherche des hommes, des femmes, des jeunes à sauver. Rappelons-nous les paroles de l’ange adressées aux bergers : « Je vous annonce une bonne nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » (Luc 9:10). Jésus est venu pour sauver. Notre monde a besoin d’un sauveur. Notre âme a besoin d’être rachetée par Jésus-Christ.

    La joie de Noël passe par la croix. L’enfant de Bethléhem regarde déjà vers la croix de Golgotha. La crèche prépare la croix. Le chemin commence à la croix, mais il ne s’arrête pas à la croix.

    En effet, trois jours après avoir été enseveli, le Christ ressuscite. Personne à l’époque ne voulait y croire, les disciples non plus. Quand les femmes leur ont rapporté que le Christ étant vivant les disciples ne les ont pas crues jusqu’au moment où ils ont vu le Christ ressuscité.

    La fête de Noël n’est pas n’importe quelle fête. C’est la fête du Fils de Dieu. « La lumière est venue dans le monde mais les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. » (Jean 3:19).

    Aujourd’hui, 2000 ans après, l’histoire n’a pas changé. Le Christ vient encore. Plaise à Dieu qu’a l’approche de ces fêtes de Noël, vous puissiez vous approcher du Christ. Pourquoi ne pas le faire aujourd’hui ?

    Christ est venu pour appeler. Il attend une réponse. Chacun la donne librement.

    Post-scriptum

    Ce message a été enregistré le 21/12/97 et résumé par Jean-Pierre Baudouin.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web