logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 791La prière en public mars 2013
    Quelques règles de bon sens à respecter.
    logo ARTICLE 512Amour des Êtres et des Choses mai 2017
    Page d’anthologie extraite de “Le tailleur de pierres de Saint-Point”, d’Alphonse de Lamartine (1790-1869)

    Dans la même rubrique

     Que personne ne vous séduise 1/4

    L’hypothèse de l’évolution

     | Romains 1 : 16 -32 — Job 12 : 7 -9
     

    Le monde actuel nous propose diverses idées séduisantes : l’hypothèse de l’évolution, l’œcuménisme, la "nouvelle morale" qui défend l’avortement, l’euthanasie, l’union libre, l’homosexualité et le mariage à l’essai. Tous ces sujets sont présents au cœur de l’actualité. Des millions de personnes se laissent séduire par ces idées modernes. Les chrétiens risquent aussi d’être séduits par ces arguments qui nous assaillent chaque jour.

    Dans son grand discours sur la fin des temps, Jésus nous a prévenus : « Prenez garde que personne ne vous séduise. » (Matthieu 24:4). Les temps de la fin sont annoncés comme des temps de séduction. (Apocalypse 12:9). L’apôtre Paul dit : « Que personne ne vous trompe par des discours séduisants. » (Colossiens 2:4), « Que personne ne vous séduise d’aucune manière. » (2 Thessaloniciens 2:3) ; il parle de « l’habileté des hommes à rendre l’erreur séduisante. » (Ephésiens 4:14).

    Le dictionnaire précise que le séducteur est celui qui fait tomber dans la faute et que séduire est synonyme de conduire à l’écart, tromper, corrompre, plaire, attirer, envoûter, ravir, subjuguer, charmer, enchanter. Les gens se laissent envoûter par l’hypothèse de l’évolution, séduire par les nouvelles théories sur le mariage ou charmer par l’œcuménisme.

    Pour cerner ce sujet de la séduction nous allons faire le parallèle avec la démarche de l’homme qui tente de séduire une femme (ou l’inverse). Comment décortiquer le processus de séduction ?

    D’abord utiliser des mots charmeurs que l’on aime entendre. Ensuite montrer uniquement les beaux côtés et cacher les défauts. Enfin harceler sans cesse, revenir à la charge, ne laisser aucun répit, se répéter souvent.

    Nous retrouvons ces trois étapes dans la tromperie développée par la théorie de l’évolution. Ce mot “évolution” a un côté charmeur qui a séduit beaucoup de scientifiques et bien d’autres personnes. Ce terme signifie que l’homme est en train d’évoluer, de progresser, de franchir de nouvelles étapes et d’atteindre de nouveaux sommets. Le terme “évolution” est séduisant. Mais on ne nous montre que les beaux côtés en nous cachant les mensonges, les erreurs, les défauts, les contradictions, les questions sans réponse, les incohérences, les absurdités, le ridicule de l’hypothèse de l’évolution.

    On nous fait croire que tout est expliqué et que rien ne sera plus jamais remis en question. Jésus a dit : « Que personne ne vous séduise. » La Bible, au contraire, ne parle pas d’évolution mais plutôt de régression. Elle précise que l’homme d’abord a été créé par Dieu, comme le chef-d’œuvre de la création. L’homme et la femme ont été créés de peu inférieurs à Dieu (Psaumes 8:6). Mais hélas, du sommet de la création, l’homme est tombé dans le péché (Genèse 3) en se rebellant contre Dieu. Ce langage de la Bible est beaucoup moins charmeur et séduisant que l’hypothèse de l’évolution selon laquelle l’homme vient de rien et devient tout.

    Les Écritures affirment l’inverse : l’homme vient du sommet, de la main de Dieu et il sombre dans la médiocrité et le péché, pour devenir comme une bête sans décence, ni pudeur, ni morale, ni conscience. La Bible dit que les hommes avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes (2 Timothée 3:13). Ainsi donc les hommes méchants et imposteurs ne progressent pas dans l’amour, la sagesse, l’intelligence, l’humanisme ou la morale mais dans l’iniquité. Il ne faut donc pas parler d’évolution mais de régression. C’est une triste réalité, ni charmeuse ni séduisante. L’évolution existe, mais dans le domaine du mal.

    Avec ses 50 millions de morts, le siècle passé a été le plus meurtrier de l’Histoire, note dans un de ses ouvrages, le philosophe non chrétien français Bernard-Henry Lévy. L’écrivain russe Soljenitsyne disait : « Le communisme a pour résultat 40 à 50 millions de morts. » cachés pendant des années, pour ne montrer que le beau côté de la doctrine. La révolution chinoise conduite par Mao Tsé-Toung a aussi provoqué des millions de morts sacrifiés pour la gloire du chef politique.

    C’est cela l’évolution de l’homme ? La Bible dit la vérité. Elle affirme que l’homme avancera toujours plus dans le mal. Elle parle de "l’habilité de l’homme à rendre l’erreur séduisante". Il faut savoir que l’hypothèse de l’évolution n’est pas une tentative d’explication de la formation de l’univers.

    L’évolution n’est pas une hypothèse scientifique, mais philosophique, une volonté affirmée et avouée d’éliminer Dieu, la religion, la foi, la notion d’un créateur.

    L’intention de cette théorie est bien d’éliminer la notion même du Dieu créateur. Charles Darwin, le père de cette théorie avait écrit dans ses carnets de notes : « Je dois éviter de montrer à quel point je crois au matérialisme. » Il devait dissimuler à quel point il était athée. Cette théorie cherche fondamentalement à éliminer tout ce qui est spirituel, en rapport avec la foi, la religion, le Créateur.

    La même volonté se retrouve chez les prix Nobel de médecine (co-découvreurs de la structure en double hélice de la molécule d’ADN) James Watson et Francis Crick. Ce dernier a déclaré : « Je me suis engagé dans la science pour des raisons antireligieuses. Cela ne fait aucun doute. L’hypothèse “Dieu” est aujourd’hui discréditée. Je suis stupéfait que des gens continuent à prêter foi à des propos religieux. » Cela signifie que la motivation de sa recherche n’est pas d’ordre scientifique mais religieux pour éliminer Dieu et faire de l’homme, un dieu. L’évolution n’est pas une théorie scientifique, mais philosophique, une volonté affirmée et avouée d’éliminer Dieu, la religion, la foi, la notion d’un Dieu créateur.

    Ne nous laissons pas séduire, d’autant plus que pour rendre cette hypothèse séduisante, on nous en cache les contradictions, les mensonges et autres tricheries.

    Le 20/11/2002, le journal “Le Soir” rapportait l’interview du paléontologue français Yves Coppens qui, en 1974, avait découvert en Ethiopie des ossements d’une jeune femme (appelée Lucy). On disait alors avoir trouvé la plus vieille femme de l’humanité. Pendant 30 ans ce scientifique voyage dans le monde entier comme invité d’honneur dans des colloques et séminaires organisés par les plus grandes universités. Il publie des articles dans toutes les langues. Mais 30 ans plus tard, Yves Coppens lui-même déclare : « Lucy ne peut donc pas être considérée comme un pré-humain. » En fait, Lucy n’est pas la plus vieille femme de l’humanité, mais le squelette d’un singe !

    Pendant 30 ans, Yves Coppens a cru et fait croire aux savants et au grand public que c’était un pré-humain. Coppens a ainsi répandu son erreur dans le monde entier et il ajoute avec une hypocrisie écœurante : « Je ne me sens pas investi de la mission d’imposer une vérité scientifique. »

    Mais pourquoi cette tricherie ? Parce que l’on veut absolument prouver que l’homme ne vient pas de Dieu mais qu’il descend du singe. On veut ainsi convaincre que l’homme est venu par hasard et qu’il n’y a pas de Créateur. Voilà la séduction.

    Jésus nous a mis en garde : « Que personne ne vous séduise. » Paul a aussi dit : « Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous. » (Romains 1). Pour nous séduire, la théorie de l’évolution cache ses inepties, ses défauts, ses absurdités intellectuelles, ses mensonges, ses impossibilités matérielles.

    Voltaire, grand incrédule, avait déjà reconnu l’impossibilité intellectuelle de nier le Créateur : « Je ne puis penser que cette horloge (l’univers) existe et n’aie pas d’horloger. » En examinant l’univers, la raison dit "il doit y avoir un Créateur".

    On n’arrête pas de nous mentir. On nous dit que le cou de la girafe s’est allongé, faute de nourriture accessible à sa hauteur. Mais on ne nous fait jamais remarquer qu’aucun fossile de girafe à petit cou n’a été découvert. Cette hypothèse est pure imagination.

    Un autre exemple tout aussi farfelu est la trompe de l’éléphant : les spécialistes expliquent que suite à un phénomène de gigantisme, la tête devenue trop lourde a provoqué un raccourcissement du cou. Et comme l’animal était trop grand, son nez s’est donc allongé !

    Selon les grands spécialistes les oiseaux viennent des reptiles. Le crocodile préhistorique aurait appris à voler ! Ses écailles se seraient transformées en plumes !

    Il n’y a aucune preuve de cette transformation. Aucune trace fossile ne peut étayer cette théorie farfelue.

    L’ancêtre du cheval est un cheval. L’ancêtre du singe est bien un singe. L’ancêtre de l’homme est un homme. Le harcèlement caractérise la propagation de cette théorie. C’est un véritable lavage de cerveau, un matraquage médiatique présent dans la presse, les écoles, les universités.

    Dieu nous aime. Il ne séduit ni ne trompe personne.

    Que Dieu nous garde de toute séduction !

    Post-scriptum

    Message enregistré le 7/11/2004 - résumé par Jean-Pierre Baudouin.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web