logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 350Faire taire les critiques février 2011
    Nous pouvons résister aux moqueries si nous avons la conviction de faire la volonté de Dieu.

    Dans la même rubrique

    La science a-t-elle remplacé Dieu ?

     | Romains 1 : 16 à 25
     
    Une des critiques les plus populaires et destructrices contre la foi chrétienne affirme qu’il y a contradiction entre la Bible et la science.

    Cette idée peut prendre différentes formes. Exemples : « Aujourd’hui, la science explique tout, donc la foi n’est plus nécessaire », « La science aujourd’hui a remplacé Dieu », « Avant on plaçait le mot Dieu sur tout ce qu’on ne comprenait pas. Aujourd’hui, comme on comprend tout, plus besoin de Dieu », « Aujourd’hui, avec tous les progrès de la science, ce n’est plus possible de prendre la Bible au sérieux ».

    D’autres objections semblables résument l’idée que science et foi seraient incompatibles et irréconciliables. Mais y a-t-il vraiment contradiction entre la foi et la science ? On peut répondre en donnant une liste de savants croyants qui n’ont relevé aucune contradiction entre leur foi et la science.

    Louis Pasteur qui a ouvert la voie à la médecine moderne disait : « Un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup y ramène ». La science véritable ne peut éloigner l’homme de Dieu. En effet Dieu est la science. Dieu est le Créateur de l’univers, objet des recherches scientifiques. En réalité la science étudie et découvre l’intelligence de Dieu. « C’est par l’intelligence que Dieu a affermi les cieux. » (Proverbes 3:19). Tous les savants qui étudient la voûte céleste sont en train de découvrir l’intelligence de Dieu. Beaucoup n’avouent pas cette évidence et la combatte. Mais ils sont confrontés à cette intelligence insondable. Les plus grands esprits scientifiques restent confondus devant cette création divine merveilleuse. « Dieu a étendu les cieux par son intelligence. » (Jérémie 10:12). Ces milliards de planètes disposées dans l’espace ne sont pas le fruit du hasard mais bien de l’intelligence de Dieu. « L’intelligence de Dieu n’a pas de limite. » (Psaumes 147:5). Les plus grands esprits du 21e siècle se perdent devant la grandeur, la puissance et la science de Dieu.

    Albert Einstein disait peu avant sa mort : « Plus nous connaissons, moins nous comprenons ». Les limites de l’intelligence de Dieu restent inaccessibles. Les découvertes progressives de l’univers engendrent des questions de plus en plus complexes. Les réponses sont rarement définitives. La science est loin d’avoir tout découvert et n’a certainement pas remplacé Dieu. Si l’intelligence humaine cherche la vérité, elle ne peut que rencontrer l’intelligence de Dieu.

    Isaac Newton, brillant physicien, mathématicien et astronome anglais, a dit : « La merveilleuse constitution de l’univers avec son harmonie incomparable n’a pu se faire que selon les plans d’un être omniscient et tout puissant. Cela demeure ma plus haute et ultime conviction ».

    L’astronaute américain James Irwin disait : « La plus grande chose dans l’histoire de l’humanité, ce n’est pas que l’homme ait marché sur la lune, mais que Dieu ait marché sur la terre en la personne de Jésus-Christ ».

    Max Planck, physicien allemand et prix Nobel, déclarait : « Pour le croyant Dieu se trouve au début ; pour le physicien, au terme de toute pensée ».

    Toute recherche dans le domaine de la physique conduit la pensée vers Dieu. La complexité des découvertes ne peut s’expliquer que par un Dieu infiniment grand qui a mis en place toute la création.

    Johannes Kepler (astronome qui établit les lois des mouvements des planètes), James Simpson (découverte du chloroforme), Blaise Pascal (inventeur de la première machine à calculer) étaient de fervents croyants, Thomas Edison (ingénieur américain inventeur du phonographe et de la lampe à incandescence), écrivait dans le livre d’or au pied de la tour Eiffel : « J’admire tous les ingénieurs mais surtout le plus grand d’entre eux : Dieu » et beaucoup d’autres parmi les plus grands savants ont affirmé que la science ne récuse en rien l’idée de Dieu. On peut citer : Jean Henri Fabre (entomologiste français, surnommé l’ami des insectes), Alfred Kastler (prix Nobel de physique), Louis Leprince-Ringuet (spécialiste de l’étude des rayons cosmiques), Michael Faraday (physicien célèbre inventeur de la dynamo, à qui l’on doit la théorie de l’électrostatique, l’énoncé des lois de l’électrolyse et de l’induction électromagnétique) : « Si vous pensez avec assez de force, vous serez contraints par la science de croire en Dieu ».

    Si l’intelligence humaine cherche la vérité, elle ne peut que rencontrer l’intelligence de Dieu.

    En 1989, l’historien Jean Delumeau a rédigé un ouvrage avec des scientifiques et des croyants intitulé « Le savant et la foi ». Dans sa préface, il justifie son livre « parce que règne dans l’opinion la conviction qu’un scientifique ne peut être qu’athée ou agnostique ». Dans son ouvrage l’auteur interroge une vingtaine de savants et de chercheurs de haut niveau qui tous disent oui à la foi. Il écrira : « Aucun des auteurs qui ont collaboré à la rédaction du livre n’a ressenti la lecture de la Bible comme un frein à la recherche scientifique, ni l’attrait de la recherche comme un frein à la lecture biblique... ». Science et foi ne s’opposent pas. Elles s’harmonisent quand le cœur est humble devant l’intelligence et la sagesse de Dieu.

    Galilée, physicien, astronome italien notamment à l’origine d’une révolution dans l’observation de l’univers, écrivait : « L’Ecriture est toujours véritable, elle a toute autorité sur les questions de foi, mais sa profondeur mystérieuse est souvent impénétrable à notre faible esprit. Si la vérité se trouve dans les livres sacrés, elle n’y est pas claire pour tous. Et il faut se servir, pour l’y apercevoir, de l’intelligence et de la raison que Dieu nous a données. Le Saint-Esprit les a dictées et il est vrai qu’il ne se trompe jamais. Mais lorsque nous interrogeons la nature c’est lui aussi, le Saint-Esprit, qui nous répond et nous enseigne. Les ouvrages de Dieu ne se démentent pas les uns les autres. Les contrariétés ne sont qu’apparentes. Il faut les concilier car la science ne peut être un affaiblissement de la foi ».

    Cet homme de science avec toute sa foi reconnaît dans l’Ecriture et dans la nature l’œuvre de Dieu. Ce grand savant a énoncé un principe fondamental : Dieu est à la fois l’auteur de la Bible et le créateur de l’univers. La Bible et la nature sont en harmonie. Elles ont un même auteur, le Créateur qui a inspiré l’Ecriture. Dieu dit la même chose dans la nature et dans sa Parole. La nature, riche, prodigieuse, magnifique, complexe, est un livre ouvert où Dieu se révèle, où nous pouvons lire sa puissance.

    David avait bien compris cette vérité. Dans la première moitié du Psaume 19, il fait l’éloge de la nature, de la création divine, et dans la seconde celle de la Parole de Dieu. David avait déjà découvert que la nature et l’Ecriture ont un seul Auteur, Dieu lui-même. Toutes deux ont un même langage.

    Ainsi Galilée affirmait : « L’Ecriture est toujours véritable. Le Saint-Esprit est à l’origine de la Bible et de l’univers. L’Esprit Saint ne se trompe jamais. Les contradictions entre science et foi ne sont qu’apparentes. La science ne peut être un affaiblissement de la foi ». Cet homme de foi et de science a risqué sa vie (l’Eglise catholique le condamnait au bûcher s’il ne se reniait pas). Il a étudié avec beaucoup d’intelligence ce rapport entre la science et la foi.

    En 1993, 360 ans après avoir condamné Galilée et ses découvertes, le Vatican a enfin reconnu son erreur et réhabilité le savant italien. Ce dernier avait interrogé la nature et ensuite partagé ses conclusions. Job disait déjà : « Interroge les bêtes, elles t’instruiront ; les oiseaux du ciel, ils te l’apprendront ; parle à la terre, elle t’instruira ; et les poissons de la mer te le raconteront. Qui ne reconnaît chez eux la preuve que la main de l’Eternel a fait toutes choses ? » (Job 12:7). Job ne faisait que dire la même vérité découverte par Galilée et tous les autres savants humbles et illustres précités.

    La nature est la preuve de l’existence du Dieu créateur.

    Interroge et étudie la nature et tu déduiras que tout cela a été crée par la main de Dieu. La nature est la preuve de l’existence du Dieu créateur. Mais aujourd’hui l’homme moderne refuse, par orgueil, cette vérité. La science ne s’oppose pas à Dieu. Par contre l’orgueil de la science rejette le Créateur et met l’homme à la place de Dieu.

    Francis Crick biologiste britannique a découvert avec James Watson et M. Wilkins la structure en double hélice de l’ADN. Ces Prix Nobel (1962) confessent leur haine de la religion et avouent que leurs motivations scientifiques sont avant tout antireligieuses. F. Crick disait : « Je me suis engagé dans la science pour des raisons antireligieuses. Cela ne fait aucun doute ». Au départ il pose déjà les bases de ses motivations, sa recherche sera dirigée contre Dieu. Dites-moi ou se trouve la scrupuleuse objectivité obligatoire chez un véritable homme de science ??

    Son collègue J. Watson déclarait : « Chaque fois que vous comprenez quelque chose, la religion devient de moins en moins crédible. La découverte de la double hélice de l’ADN et la révolution génétique qui a suivi nous offrent un socle pour penser que les pouvoirs traditionnellement réservés aux dieux deviendront un jour les nôtres. ».

    En ce 21e siècle, on se retrouve ainsi en plein jardin d’Eden lorsque Satan propose à Adam et Eve la connaissance du bien et du mal avec la promesse de devenir comme des dieux. (Genèse 3:5).

    Certains savants peuvent même tricher, mentir, et cacher la vérité pour voler la gloire de Dieu. L’apôtre Paul parle « des hommes qui retiennent injustement la vérité captive. » (Romains 1:18). Des savants ont bien « trouvé » Dieu dans la nature, mais ils ne veulent pas l’avouer. « Ils ont connu Dieu mais ils ne l’ont point glorifié comme Dieu et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. » (Romains 1:21). Ces hommes, poussés par des motifs antireligieux, sont donc inexcusables parce qu’ils ont connu la vérité et n’ont pas voulu en faire l’aveu. Ils ont préféré la fraude scientifique et la malhonnêteté intellectuelle qui troublent aujourd’hui tant de gens.

    Prenons donc la défense de notre foi et luttons au nom de la Parole de Dieu avec douceur, humilité, discernement et intelligence. Ne nous laissons pas ébranler par l’esprit du monde en rébellion contre Dieu.

    La science ne remplacera jamais ce Dieu créateur, tout puissant, infiniment sage, qui nous aime et qui est venu sur cette terre en la personne de Jésus-Christ.

    Post-scriptum

    Ce message a été enregistré le 22/6/2003 en audio
    Résumé par Jean-Pierre Baudouin

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web