logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 716Léopold 1er de Saxe-Cobourg et Gotha, Roi des Belges (1790-1865) janvier 2012
    Prince, fils du duc souverain François de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1750-1806). Il est élu premier Roi des Belges le 4 juin 1831 et prête serment sur la Constitution belge le 21 juillet 1831.
    logo ARTICLE 469Quatre "trucs" pour être belle juillet 2008
    Ces quatre "suggestions" pour être belle, écrites par Audrey Hepburn, ex modèle de mode, sont comme un instantané, une photo de sa manière de vivre. Ces lignes furent lues lors de ses funérailles.

    Dans la même rubrique

    L’éternelle bonne nouvelle de Noël

     | Jean 1 : 1 à 18
     

    Nous voici à quelques jours de la fête de Noël, probablement la plus belle et la plus grande fête chrétienne, pleine de lumière. Les maisons sont décorées, les vitrines, les rues illuminées. Chaque année nous retrouvons une ambiance particulière.

    C’est la fête de tous, des petits, des grands, des croyants, des incroyants. Toutefois Noël a quelque peu perdu son sens. La plupart des gens ont probablement oublié l’essentiel de cette fête chrétienne qui devrait célébrer le Christ. Noël, c’est la fête du Christ. Il doit être au centre de la fête. Les cadeaux, le sapin, les guirlandes, le bon menu ne doivent pas gommer l’essentiel : le Christ, le Seigneur.

    Le grand écrivain et poète français Charles Péguy a exprimé l’étonnement de Dieu : “Je ne comprends pas les hommes, dit Dieu : tous s’apprêtent à fêter Noël et si peu pensent à mon Fils. Noël est pourtant la fête de mon Fils. Et eux ces hommes, pas tous mais la plupart, font de Noël leur fête à eux. Ils mangent et boivent en famille, se font des cadeaux. Je veux bien qu’ils s’offrent des cadeaux et demande même qu’ils en reçoivent. Mais qu’ils n’oublient pas le cadeau extraordinaire que moi, Père, je leur ai fait de mon Fils unique. A-t-on jamais vu un père donner son fils en cadeau ? J’ai fait don de mon Fils aux hommes qui se perdaient parce que mon amour pour eux ne voyait pas d’autre moyen de les sauver. J’ai bien le droit de demander qu’à Noël les hommes pensent un peu moins à leurs cadeaux à eux et davantage à mon cadeau à moi, et je sais à quel point cela vaudrait mieux pour eux. Il faut être raisonnable, dit Dieu : ou bien fêter Noël et recevoir mon Fils et lui obéir, ou bien ne pas recevoir mon Fils, mais alors ne pas fêter Noël ! Il faut être raisonnable, dit Dieu.”

    Nous, chrétiens, voulons recevoir le Fils et lui obéir. Nous souhaitons replacer Noël dans son sens véritable et revenir à l’essentiel de cette fête : le Christ, Jésus, le Sauveur du monde.

    Noël, c’est une personne, c’est Jésus-Christ, c’est Dieu qui entre dans notre monde, c’est Dieu qui se fait homme et qui se montre. L’apôtre Jean écrit : « Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique est celui qui l’a fait connaître. » (Jean 1:8). Jésus a dit : « Celui qui m’a vu a vu le Père. » (Jean 14:9). Et encore, « Le Père et moi nous sommes un. » Si nous voulons voir qui est Dieu, regardons le Christ parce qu’il est Dieu parmi nous.

    Christ n’est pas seulement un grand homme ou un prophète exceptionnel. Christ est Dieu lui-même. Jésus fait en quelque sorte la démonstration de l’existence de Dieu. Oui Dieu existe. A Noël il se montre. Noël n’est pas seulement une fête, c’est une doctrine chrétienne. C’est l’incarnation de Dieu, c’est Dieu qui entre dans la chair humaine pour prendre forme humaine en la personne de Jésus de Nazareth. C’est Dieu qui descend du ciel, qui quitte la gloire et l’éternité pour entrer dans le temps, dans notre histoire.

    A plusieurs reprises, Jésus a dit : « Vous êtes d’en bas ; moi je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. » (Jean 8:23) C’est ce qui fait la différence entre Jésus-Christ et toute autre personne qui naît sur la terre. Jésus vient d’en haut. Il vient du Père. L’apôtre Jean écrit : « Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous. » (Jean 3:31). C’est pourquoi nous rendons la gloire à Christ, au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Jésus de Nazareth, c’est Dieu qui se montre et qui vient habiter dans un corps. Christ est ainsi semblable à nous, hormis le péché. Jésus a été tenté comme nous mais n’a jamais cédé à la tentation.

    Nier le miracle, c’est n’avoir rien compris à la puissance de Dieu.

    Jésus est descendu du ciel. Il existait avant Noël. Il existe de toute éternité, avec le Père et l’Esprit-Saint éternels. Jésus existe avant la création du monde. Jésus est le Fils de Dieu. A Noël, Il descend et se manifeste sur la terre. Et la Bible souligne que sa naissance sera miraculeuse et surnaturelle. Luc écrit : « L’ange dit à Marie : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » (Luc 1:35). La naissance du Christ est une naissance miraculeuse. Ce fait est plus qu’un dogme d’église. C’est une vérité biblique, une réalité historique. Jeter le doute sur ce miracle, c’est jeter le doute sur toutes les autres réalités qui échappent à la raison humaine. Jeter le doute sur cette naissance miraculeuse, c’est jeter le doute sur l’Ecriture et sur la puissance de Dieu.

    Les sadducéens (parti religieux au temps de Jésus) mettaient déjà en doute tout ce qui était de caractère surnaturel. Ils refusaient de croire aux miracles, à la résurrection. Jésus leur dira : « Vous êtes grandement dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu. » (Marc 12:24). Nier le miracle, c’est n’avoir rien compris à la puissance de Dieu. C’est ne pas avoir compris qui est Dieu. Dieu est Dieu. Ce que l’homme n’est pas capable de comprendre, Dieu est capable de le faire. Souvent nous nous faisons un Dieu à notre image, un peu plus grand que l’homme. Dieu est en fait tout puissant. Il s’est manifesté en chair, il y a près de 2.000 ans, en la personne de Jésus-Christ.

    Noël c’est Dieu qui nous dit : “Ne sois pas incrédule mais crois.” Noël, c’est Dieu qui nous redit : “Fais-moi confiance.” Noël c’est le temps de la fête mais c’est avant tout le temps de croire et de se replacer devant le Dieu de l’éternité. Il faut donc se poser les bonnes questions : Qu’est-ce que je fais de ma vie ? Où en suis-je dans mon existence ? Jésus a dit : « Croyez en Dieu et croyez en moi. » (Jean 14:1) Pouvez-vous dire : je crois en Dieu, je crois en Christ, Noël est la grande fête de ma vie ?

    Le véritable Noël est là quand Christ est au centre de la fête.

    Tant qu’un homme n’a pas trouvé le Christ, il continue à chercher sa raison d’être.

    Mais Noël est aussi la fête de la vie. Jésus est la lumière de la vie. Les scientifiques européens ont envoyé une sonde vers la planète Mars pour y explorer le sol et savoir s’il y a eu de l’eau et donc de la vie. Véritable prouesse technologique, l’exploit a coûté des milliards d’euros aux contribuables occidentaux. L’homme cherche les traces, l’origine de la vie. Mais quand Dieu vient sur terre en la personne de Jésus, l’homme n’en fait aucun cas. La vie vient à nous par Jésus-Christ. Ne devrions-nous pas être des milliers dans les églises à Noël pour louer Dieu et le remercier pour son Fils ? Pourquoi allez chercher sur Mars alors que la vie est près de nous, sur terre, en Jésus-Christ ? Dès que la Parole de Dieu nous est communiquée, c’est la vie de Dieu qui vient à nous. Pourquoi parcourir l’espace pour connaître la vie et son origine ?

    Jésus a dit : « Je suis la vie. » (Jean 11:25). Toute la vie de l’univers vient de Christ. « Tout a été créé par lui et pour lui. » (Jean 1.3). Jésus-Christ est non seulement à l’origine de toutes choses mais il est le but de toutes choses. Nous sommes là sur cette planète Terre pour Christ. Il est le but de notre vie. Il est notre raison d’être. Tant qu’un homme n’a pas trouvé le Christ, il continue à chercher sa raison d’être et se demande pourquoi il est né, pourquoi il doit souffrir, pourquoi il va un jour mourir. Ces réponses ne se trouvent pas sur Mars mais en Jésus-Christ. Nous avons été créés pour lui. C’est par lui que nous existons. La vie est en nous par Jésus-Christ quand nous l’accueillons. Cette vie donnée par Dieu est spirituelle et éternelle. La vie n’est pas sur Mars, ni sur Vénus, ni sur Saturne. La Bible nous donne déjà depuis des milliers d’années la réponse. La vie est en Jésus-Christ. Celui qui trouve le Christ trouve la réponse à ses recherches. Il peut alors dire, avec humilité, qu’il a trouvé la vie. Jésus est la vie. La vie vient à nous par Jésus-Christ et elle est aujourd’hui accessible à chacun d’entre nous. Jésus nous donne la vie à la croix de Golgotha.

    Notre planète Terre est au centre du plan de Dieu. Les hommes continuent à chercher dans l’espace et Dieu s’approche de nous par Jésus-Christ. Les choses se passent sur notre terre : Jésus y est descendu, il y est mort, il y est ressuscité, il en est remonté au ciel et il reviendra sur notre planète. Pourquoi parcourir l’espace ? Pourquoi chercher la vie où elle n’est pas ? Le sens de la vie est en Jésus-Christ. Si Christ s’approche de toi et parle à ton cœur, ouvre la porte pour l’accueillir dans ta vie par la foi. Christ changera alors ton existence.

    Telle est l’éternelle bonne nouvelle de Noël : « Il nous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » (Luc 2:11).

    Le message de l’Évangile reste toujours moderne. Nous sommes pécheurs et perdus. Nous avons besoin d’un sauveur. L’intelligence, la science, la connaissance n’ont pas amélioré le cœur de l’homme. Nous venons de sortir du siècle le plus meurtrier et le plus barbare de toute l’humanité ! Le 20e siècle a été le siècle de la connaissance et des progrès scientifiques remarquables mais en même temps l’époque la plus cruelle de toute l’Histoire. Le 21e siècle sera encore plus barbare ! La folie meurtrière du 11 septembre 2001 à New York n’en est qu’un exemple. Chaque jour voit de nouveaux attentats horribles.

    Oui, c’est bientôt Noël, et il faut rappeler que l’homme est encore pécheur et qu’il a encore besoin d’un sauveur. Le péché remplit les colonnes de la presse : vols, fraudes, guerres, meurtres, corruptions, mensonges, adultères, jalousies, haines, insultes, vengeances, colère, orgueil. Le péché est une évidence facile à reconnaître autour de nous. Mais il faut toute la puissance de Dieu pour le reconnaître en nous-mêmes !

    A Noël, il est temps de venir à l’essentiel ! Il nous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur !

    Post-scriptum

    Message du 21/12/03 de Philippe Hubinon - Résumé par Jean-Pierre Baudouin. Paru au bulletin “Résurrection” de décembre 2004.

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web